2

Feverborn, A Fever Novel, tome 8 de Karen Marie Moning

Posté par Frankie le 13 décembre 2016 à 10:35 - Catégorie : , , , , ,
Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Les trous noirs apparus un peu partout dans Dublin après le passage du Hoar Frost King menacent la structure même de notre monde. Seule la Chanson de la Création peut le sauver mais elle a disparu en même temps que la Reine Seelie. C'est à Mac, Barronns, Ryodan, Jada, Christian et leurs alliés qu'il incombe de la recréer avant qu'il ne soit trop tard, tandis que dans l'ombre, Cruce/Vlane attend son heure...

Mon avis :
Un an tout juste après avoir lu le tome 7, je me suis enfin attelée à sa suite alors que le tome 9 va bientôt sortir. Je n'ai plus autant d'enthousiasme à lire cette saga mais j'éprouve toujours du plaisir à retrouver l'univers et ses personnages. Tout en me disant qu'il serait temps que Karen Marie Moning conclue enfin son histoire. Ce tome 8 est dans la lignée du précédent, sans vraiment d'intrigues, pas ennuyeux, pas exaltant non plus.

Rappelez-vous, dans le tome précédent, Dani avait disparu dans les miroirs (ou je ne sais plus comment ça s'appelle), pour réapparaître quelques semaines plus tard, se faisant appeler Jada, vieillie de 5 ans et changée à jamais. Christian, lui, avait été enlevé par la Crimson Hag et ses amis avaient dû aller le sauver et son oncle avait trouvé la mort. Et Mac était devenue invisible...

Au début de Feverborn, Mac est toujours invisible, Jada ne se laisse attendrir par personne et Ryodan a fait quelque chose d'innommable et pouvant remettre en question l'intégrité des 9 et les trous noirs qui sont apparus dans Dublin se font toujours plus menaçants. Pour s'en débarrasser, il faut pouvoir recréer la Chanson de la création mais personne ne sait comment faire et Mac ne veut surtout pas utiliser les pouvoirs du Sinsar Dubh afin de ne pas perdre son intégrité. Et comble du comble, quelqu'un a publié des articles sur elle et Jada, provoquant la vindicte de la population...

Si je voulais faire ma fainéante, je pourrais reprendre pratiquement mot pour mot ma chronique de Burned. En effet, quand je l'ai relue, je me suis aperçue que j'avais envie d'écrire exactement la même chose pour Feverborn ! Comme Burned, Feverborn n'a pas de véritable intrigue, c'est encore là un tome de transition, même s'il s'y passe des choses, mais on dirait que l'auteur temporise et étire son histoire en attendant de la conclure, de façon magistrale j'espère et j'espère aussi dans le prochain tome (si j'ai bien compris le tome 9 sera effectivement le dernier, à moins que cela ne change).

En attendant, on ne s'ennuie pas, mais on ne s'emballe pas non plus. Mais il y a quand même des choses intéressantes, notamment un retour très inattendu et assez surprenant ou encore les efforts de Jada pour se réhabituer à sa vie à Dublin ou les espoirs de Mac de ne pas tomber du côté obscur de la force si jamais elle utilise le Sinsar Dubh et il y a des combats, des enlèvements, du sexe, et bien sûr c'est sur la fin que tout s'emballe et, comme à son habitude, l'auteur nous laisse sur un cliffhanger en béton :)

Mac a repris du poil de la bête dans ce tome. Elle est plus combattive, désireuse de prendre son destin en main et j'aime beaucoup ce qu'elle vit. Il y a que ça romance avec Barrons qui me laisse de plus en plus froide.

Car lui, franchement, il ne me fait plus ni chaud ni froid. Bon il ne m'a jamais mise vraiment en transe mais dans les tomes 4 et 5, il était remonté dans mon estime. Là, depuis le tome précédent, franchement, je me demande à quoi il sert et surtout il n'évolue pas. Son histoire avec Mac reste essentiellement basée sur le sexe et pas grand chose d'autre. On sent qu'il y a un lien autre entre eux mais j'aimerais bien que ça soit montré de temps en temps et pas que leur seul façon de discuter et d'arriver à s'entendre soit en baisant (et j'emploie le mot à dessin). Du coup, franchement, il ne ferait plus partie de l'équation, je m'en ficherais comme d'une guigne.

En revanche, j'aime de plus en plus Ryodan. Il est de la même trempe que Barrons mais il montre (à sa façon) qu'il se soucie des gens qu'il aime, comme Jada. Ok, ce n'est pas le genre de mec à faire ressortir son côté sentimental mais il a une certaine sensibilité... Et puis j'aime sa façon de mener les choses.

Et j'aime beaucoup Jada aussi. J'étais perturbée dans le tome précédent par ce que Dani était devenue et mais là on retrouve un peu (un tout petit peu) la jeune ado sous le vernis froid et apparemment sans émotion de Jada. Et on en apprend davantage sur ce qu'elle a vécu et certaines choses nous fendent le coeur.

Et j'ai été ravie de revoir Dancer, toujours aussi sympathique (et intrigant, il faut le reconnaître) et je suis ravie que Christian soit toujours présent.

Pas grand chose à dire sur le style de l'auteur, ça se lit toujours très bien en VO.

En conclusion, un tome dans la lignée du précédent, pas exceptionnel comme les tomes 4 et 5 mais plaisant à lire, même si on a l'impression que l'auteur étire un peu trop son histoire et la remplit afin de nous faire patienter en attendant le bouquet final. Et si vous voulez savoir si Jada/Dani et Mac vont éventuellement se réconcilier, si Mac va succomber ou non au pouvoir du Sinsar Dubh (et redevenir visible) et si l'intrigue sur cette %@$*% de Chanson de la Création va enfin avancer, lisez-le ! Quant à moi, je vous retrouve en 2017 pour le tome 9.

Note :



Le livre fait partie du Baby Challenge Bit-lit
9/20
(7+2 jokers)

et du Challenge Read in English 2016 - 2017 que j'organise
8

2 Comments


Hmm... j'avais été déçue par le tournant pris par l'auteure dans le tome précédent, ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais après le 1er, et perso j'étais pas hyper fan de la nouvelle Dani. Je lirai quand même celui-ci quand il sortira en vf, mais globalement je suis déçue de la tournure d'une série qu'avant j'adorais !


Je comprends tout à fait ton sentiment. Pour ma part, je ne suis pas forcément déçue mais je trouve que ça s'étire trop en longueur et j'ai hâte que l'histoire se termine. Merci pour ton commentaire, Zina.

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.