2

Mon blog a eu 7 ans !

Posté par Frankie le 25 février 2017 à 10:57 - Catégorie :
Le 12 janvier dernier, mon blog a eu 7 ans. 7 ans donc que je vous fais part de mes avis sur mes lectures, les films que je vais voir, les séries que je regardent, les challenges que je fais, les C'est lundi auxquels je participe.

J'avoue que j'ai bien failli ne pas faire d'article pour ces 7 ans. Voilà pourquoi, il arrive si tard d'ailleurs... J'ai pris le temps de la réflexion, non pas 7 ans comme le film, mais plusieurs semaines, car il faut le reconnaître, chaque année, je ressasse un peu la même chose avec force détails et chiffres ;) C'est, pour moi, l'occasion de faire le bilan de mon blog mais je dois dire que cette année, je n'ai pas envie de me démoraliser. J'ai regardé vite fait mes stats le 12 janvier et oui les visites et les pages vues sont en baisse (mais moins fortement que l'année d'avant) et oui les commentaires sont toujours moins nombreux et ce n'est pas nouveau, et oui, ça fait souvent mal au coeur de voir des chroniques sur lesquelles on a passé du temps et mis son coeur et son énergie, être ignorées. Mais si je m'arrête à ça, autant que j'arrête mon blog et j'avoue que parfois j'y pense et quand on dit que 7 ans c'est l'âge de raison, je me dis que peut-être la raison voudrait que je laisse la place...

Mais je vous rassure, ces moments de doute ne durent pas trop longtemps, ou plutôt, je ne m'y attarde pas trop. Ce que je veux retenir du blogging, ce sont les fidèles copinautes qui passent régulièrement laisser un petit mot sur une chronique et ça fait toujours chaud au coeur, ou les nouvelles qui viennent et restent et ça, ça fait toujours très plaisir.
 
Alors merci à vous qui passez, qui lisez mes chroniques, les aimez, les commentez régulièrement ou juste une fois car le livre ou le film vous ont plu, qui souriez derrière votre écran si j'essaie de faire des bons mots, qui levez les yeux au ciel si je dis n'importe quoi :) et qui me donnez l'envie de continuer ce tout petit blog, année après année.  MERCI ! Et à l'année prochaine pour les 8 ans, j'espère ! :)

1

Cinq à sexe, Stephanie Plum, tome 5 de Janet Evanovich

Titre original : High Five

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Entre son oncle qui a disparu, un nain qui a élu domicile chez elle, Benito Ramirez qui est sorti de prison, Morelli qui lui donne des papillons dans le ventre, et Ranger aussi, sa famille qui a toujours de bons conseils pour elle, Stephanie Plum, la plus sympathique des chasseuses de primes, a du pain sur la planche...


 Mon avis :
Tous les ans, je me dis que je vais lire plusieurs Stephanie Plum et tous les ans, je n'arrive à en lire, malheureusement, qu'un. C'est donc pratiquement un an après le tome 4 que je me suis décidée à lire ce 5e opus et c'est toujours un plaisir de retrouver la savoureuse Stephanie et son entourage.

Stephanie Plum trouve que tout est bien calme dernièrement à Trenton. Mais elle va vite déchanter. Sa famille la charge de retrouver un oncle disparu sans laisser de traces depuis quelques jours et des photos d'un corps découpé sont trouvées chez lui, Vinnie son cousin et employeur l'envoie chercher Randy Briggs, un homme de petite taille qui a manqué son audience pour payer sa caution et qui décide de squatter chez elle quand elle le retrouve, Benito Ramirez, l'ex-boxeur psychopathe, est sorti de prison et la harcèle pour qu'elle trouve Dieu, des voitures ont mystérieusement tendance à exploser ou être volées dès qu'elle les conduit, un homme, Bunchy, la suit sans arrêt en espérant qu'elle le mènera à Fred, l'oncle disparu et, pour couronner le tout, elle ne sait plus très bien où elle en est avec Morelli, le beau flic, d'autant plus que Ranger, le ténébreux chasseur de primes et ami, ne la laisse pas indifférente...

Avec tout ce qu'il se passe dans le monde et qui déprimerait même la plus optimiste des princesses Disney, et après ma dernière lecture assez dure (le Yasmina Khadra), j'avais envie de légèreté et de rigoler un peu. Et je dois dire que ce cinquième tome de Stephanie Plum a tout à fait rempli sa fonction.

Ok, c'est toujours un peu le même schéma et il n'y a pas de grande surprise quand on lit cette série mais qu'est-ce que ça fait du bien de retrouver notre chasseuse de primes préférée et son entourage ! Elle a toujours l'art de se mettre dans des situations impossibles et c'est encore le cas ici. J'ai particulièrement aimé le coup de Randy Riggs qui joue de son nanisme pour se faire plaindre quand on vient l'arrêter et vient ensuite s'installer chez Stephanie lui pourrissant un peu la vie tout en étant une présence plutôt sympathique (pour nous lecteurs en tout cas).

L'intrigue sur la disparition de l'oncle et les morts qui s'ensuivent est plutôt pas mal. Quant à l'homme qui suit Stephanie, Bunchy, cela donne aussi des situations assez amusantes. Et pour frissonner un peu, on peut compter sur Benito Ramirez pour nous filer les jetons à chaque fois qu'il s'approche de Stephanie.

Et puis il y a les affaires de coeur de Steph, son histoire avec Morelli et son attirance pour Ranger. J'avoue qu'entre les deux, c'est Morelli qui fait le plus palpiter mon ptit coeur. Ranger est très séduisant mais il y a quelque chose de plus charismatique en Morelli. Il semble davantage fait pour notre héroïne.

Outre ces personnages-là, on retrouve, avec grand plaisir, Mamie Mazur, qui n'en rate jamais une et qui me fait hurler de rire, Lula, l'ex-prostituée et maintenant collègue de Stephanie qui est un personnage haut en couleurs et savoureux, les parents de Steph qui m'amusent toujours et toute une galerie de personnages cocasses. Dans le tome précédent, on avait fait connaissance de Sally, une drag-queen super sympa mais on ne la revoit pas ici, c'est bien dommage.

Le style de l'auteur est toujours très agréable à lire en anglais, c'est léger mais pas trop superficiel, avec beaucoup d'humour et ce qu'il faut de suspense.

En conclusion, ce tome 5 de Stephanie Plum m'a beaucoup plu et surtout détendu et fait rire et c'est exactement ce qu'il me fallait au moment où je l'ai lu. Avec tous ces personnages cocasses et les aventures et le pétrin dans lesquels se jette Stephanie, on ne s'ennuie pas une seconde. Alors si vous voulez savoir où est passé l'oncle Fred, ce que veut Benito Ramirez, pourquoi Bunchy suit-il la chasseuse de primes et si Stephanie va se décider à choisir entre Morelli et Ranger, lisez-le. Quant à moi, promis, je ne laisse pas passer un an pour lire le 6e, je vais essayer d'ailleurs de le lire dans les tout prochains mois.

Note :



Le roman fait partie du Challenge ABC 2017 de Nanet
5/26

du Challenge Polars et Thrillers de Sharon
6

du Challenge Thrillers/Fantasy de Licorne
Thrillers/policiers 4/6
Total : 8/12
+ 3 points pour le livre
+ 1 car l'auteur est une femme

et enfin du Challenge Read in English 2016 - 2017 que j'organise
14

12

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (260)

Posté par Frankie le 20 février 2017 à 08:12 - Catégorie : ,

Bonjour à tous ! C'est à nouveau lundi, donc c'est le jour de se retrouver pour ce rendez-vous, le 260e en ce qui me concerne (!), créé par Mallou et repris par Galleane.

- La semaine dernière, j'ai lu et fini le roman sur lequel j'étais depuis 11 jours, Life after Life (Une vie après l'autre) de Kate Atkison. Je l'ai fini juste hier et on peut dire que ma lecture aura été en dents de scie. J'ai beaucoup aimé par moments, me suis ennuyée à d'autres mais mon impression globale est quand même positive. Et hier soir, j'ai commencé Sacrée famille de David Safier

- Aujourd'hui, je lis donc Sacrée famille. Après tous ces jours passés sur Life after life, j'avais envie d'un roman plutôt court et en français. Je ne peux pas trop vous en parler car je l'ai juste commencé mais ça a l'air sympa.

- Cette semaine, je vais finir Sacrée famille et ensuite je pense lire Hollow City, le tome 2 de Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs. C'est rare que je lise un tome 2 aussi rapidement après un tome 1 (que j'ai lu en janvier) mais j'ai très envie de retrouver cet univers.

Bonne semaine !

3

Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra

Posté par Frankie le 16 février 2017 à 11:08 - Catégorie : , ,
Résumé :
Dans Kaboul sous le joug des Taliban, où lapidations et exécutions sont monnaie courante, Atiq le geôlier et ancien Moujahid, fait son travail sans grande conviction, partagé entre son devoir et sa femme malade. Ailleurs, Mohsen et Zunaira, couple éduqué, a tout perdu avec l'arrivée des Taliban et Zunaira accepte mal d'être confinée à la maison et de devoir porter ce vêtement qui la recouvre entièrement quand elle doit sortir...



Mon avis :
J'ai une tendresse particulière pour Yasmina Khadra que j'ai eu l'occasion de rencontrer deux fois au Salon du livre de Paris (et qui m'a dédicacé ce roman il y a 3 ans), qui est un homme doux, gentil et très disponible pour discuter 5 minutes. J'avais adoré les deux roman précédents que j'avais lus de lui, L'attentat et surtout Ce que le jour doit à la nuit et je pensais que Les hirondelles de Kaboul me prendrait autant aux tripes que L'attentat. Même si j'ai apprécié cette histoire âpre et sombre, peut-être l'ai-je lu trop tard car elle ne m'a pas autant touchée que d'autres romans sur le même sujet, notamment le très beau Mille soleils splendides de Khaled Hosseini.

Je savais en commençant ce roman qu'il n'allait pas être très drôle à lire. Et effectivement, ce court roman de moins 150 pages est une succession de drames et d'horreur où les femmes sont les plus grandes victimes silencieuses, mais où les hommes aussi doivent se plier aux exigences de leurs conquérants, être de bons musulmans, ne plus écouter de musique et ce qui fait que la vie est supportable. Le livre a été écrit en 2002 et nul doute que ceux qui l'ont lu à cette époque l'ont reçu comme un coup de poing. 15 ans après, je ne veux pas dire que le propos a perdu de sa force car ce n'est pas le cas du tout et les exactions des Taliban sont toujours aussi révoltantes, mais quand on a lu d'autres romans ou vu des films sur les sujets, Les hirondelles de Kaboul manque d'un quelque chose pour vraiment prendre aux tripes, comme L'attentat l'avait fait, par exemple. Ou peut-être que dans le contexte mondial actuel, je n'ai finalement pas envie, en ce moment, de retrouver en roman ce qu'on voit aux actualités...

Le roman est davantage une chronique sur plusieurs personnages qu'une véritable histoire. On va suivre Atiq et sa femme, Mohsen et Zunaira, qui luttent pour rester en vie et d'autres personnages, certains qui collaborent avec l'occupant pour rester en vie ou parce qu'il y trouvent leur compte, d'autres qui n'en peuvent plus et souhaitent partir. Cela donne une galerie de personnages pittoresques parfois, hauts en couleurs, ou veules. J'ai eu du mal avec Atiq au début, que je voyais comme quelqu'un de lâche, ce qu'il est sûrement, mais qui par ses actions arrivent à se racheter. Mais ceux qui m'ont fait le plus de peine ce sont Mohsen et Zuneira. Voilà un jeune couple qui a réussi a rester unis malgré les épreuves mais un certains événement va les séparer. J'avoue ne pas avoir très bien compris la réaction de Zuneira (en même temps, je n'ai pas subi ce que sa condition de femme lui fait subir) envers son mari qui est gentil avec elle et amoureux et qui, parce qu'elle le met dans le même panier que tous les hommes, dont ceux qui considèrent que les femmes doivent se bâcher et se taire, va les conduire au drame. Bien sûr, Mohsen fait preuve d'une certaine lâcheté mais le couple aurait dû réussir à faire front.

Dans son roman, on retrouve le style très particulier de Yasmina Khadra. Ses romans débutent souvent par des envolées poétiques qui surprennent un peu mais on s'y fait et Les hirondelles de Kaboul n'y échappe pas. Après, son roman est très réaliste, révoltant, on souffre pour ses pauvres gens et surtout les femmes dont les droits sont bafoués, on frémit devant les exécutions et les lapidations.

En conclusion, Les hirondelles de Kaboul est un court roman fort et qui révolte souvent mais qui ne m'a pas autant émue et plu que L'attentat ou Ce que le jour doit à la nuit ou d'autres romans du même style par d'autres auteurs. Cependant, il est à lire pour ne pas oublier ce qu'il se passe dans notre monde, car si les Taliban ne sont plus les maîtres de Kaboul, on sait bien que d'autres ont pris le relais dans une grande partie de cette région du monde et que des hommes et des femmes souffrent tous les jours sous leur joug.

Note :



Le roman fait partie du Challenge ABC 2017 de Nanet
4/26

10

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (259)

Posté par Frankie le 12 février 2017 à 11:05 - Catégorie : ,

Bonjour à tous ! C'est à nouveau lundi, donc c'est le jour de se retrouver pour ce rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane.

- La semaine dernière, j'ai fini High Five (Cinq à sexe), le tome 5 de Stephanie Plum de Janet Evanovich qui était super sympa à lire. Ensuite, j'ai lu Fantasmes et miroirs, des nouvelles érotiques. Ce n'est pas franchement ma tasse de thé mais c'était pas mal à lire. Il n'y a qu'une nouvelle, la dernière, que je n'ai vraiment pas aimée. Ensuite, j'ai commencé Life after Life (Une vie après l'autre) de Kate Atkison.

- Aujourd'hui, je lis donc Life after Life. C'est l'histoire d'Ursula, qui va connaître plusieurs destins car à chaque fois qu'elle meurt, elle renaît le même jour, le 11 février 1910 et chaque fois, son destin va changer, ou elle va le changer quand elle grandira et aura des impressions de danger et de déjà-vu. C'est un peu compliqué à expliquer comme ça. C'est un peu comme un jour sans fin ou plutôt Edge of Tomorrow mais à l'échelle d'une vie :) C'est pas mal à lire, j'ai eu un peu de mal à entrer dedans mais maintenant ça me plaît beaucoup.

- Cette semaine, je vais continuer Life after Life et vu que je lis lentement, je pense qu'il va me tenir une bonne partie de la semaine. Du coup, je ne sais pas du tout ce que je vais lire ensuite. Je vous dirai ça lundi prochain.

Bonne semaine !

0

Les disparus du Clairedelune, La Passe-Miroir tome 2 de Christelle Dabos

Spoilers sur le tome précédent

Résumé :
Ophélie a obtenu, à son corps défendant, le poste de Vice-Conteuse auprès de Farouk, l'esprit de famille du Pôle, afin qu'il la protège. Mais cela n'empêche ni les malveillances de la Cour, ni les menaces sur sa personne. Alors que son mariage avec Thorn approche et qui verra la transmission de leurs pouvoirs respectifs et permettra à son époux de lire le Livre de Farouk, des nobles disparaissent. Malgré les embûches, Ophélie va tout faire pour découvrir qui se cache derrière ces disparitions...


 Mon avis :
Quand j'avais lu le premier tome en mars dernier, je n'avais pas été aussi emballée que beaucoup. J'avais beaucoup aimé l'histoire, l'univers, les personnages mais j'avais trouvé qu'il y avait trop d'intrigues de cour, au détriment de la mythologie et de l'utilisation des dons d'Ophélie. Ce deuxième tome rattrape bien le coup car je n'ai plus de critiques à émettre puisque tout ce qui m'avait manqué se retrouve dans ces Disparus du Clairdelune et du coup, je me suis régalée à lire cette suite.

Je ne vous remets pas de résumé, le premier suffit, je pense.

Au début de ce 2e tome, j'ai eu un peu peur car l'histoire repartait vers les intrigues de palais.  Comme je vous ai dit en préambule, j'avais trouvé que ça prenait trop le pas sur le reste dans le tome 1, malgré tout le bien que j'avais pensé de ce tome, et j'espérais que ce tome 2 allait pouvoir donner un certain équilibre entre ces manigances de courtisans et un approfondissement des dons d'Ophélie et surtout de cet univers intrigant fait d'Arches et d'Esprits de famille.

Et c'est exactement ce qu'il s'est passé. Si l'intrigue de ce tome 2 porte sur ces disparitions mystérieuses et les mesquineries des habitants de la Citacielle qui peuvent vous retourner le cerveau avec leurs Illusions, au fur et à mesure qu'on avance dans le livre, on va de révélations en rebondissements concernant ce qui fait l'essence même de l'univers. Révélations qui amènent bien sûr d'autres questions et ne dévoilent finalement pas énormément de choses (sinon ce serait trop simple et l'histoire serait terminée à l'issue du tome 2 :)) mais petit à petit l'écheveau se dévide. On en apprend un peu plus sur les Arches et sur les Esprits de famille grâce à des interludes (appelés bribes) assez émouvants qui éclairent toute l'histoire de ce monde d'une nouvelle manière. Et qui fait demander qui tire vraiment les ficelles... Dieu ? un dieu ? La Force ? :)

Et puis, enfin, les pouvoirs d'Ophélie sont mis à contribution ! Que ce soit ses talents de liseuse ou de Passe-Miroir. Ça fait du bien que ces dons-là ne soient plus vraiment en arrière-plan.

Ophélie est un personnage qui évolue très bien. Elle m'a un peu agacée en début de tome à être toujours aussi godiche mais elle s'affirme au fil de l'histoire et de belle manière. J'aime sa façon de tenir tête, à sa manière, à sa famille, à Thorn et même à Farouk et surtout de se sortir des embûches et des pièges que lui tendent maints membres de la cour.

Thorn est vraiment un personnage qui me laisse perplexe. Je ne demande qu'à l'apprécier mais je dois dire qu'il n'y met pas vraiment du sien, même si la fin laisse entrevoir que ce jeune homme est capable de sentiments à sa manière. Mais il reste très énigmatique et, physiquement il me fait un peu penser à un comte Olaf (des Orphelins Baudelaire) en plus jeune et moins cruel. C'est vraiment un personnage intéressant et fascinant. Et j'ai beaucoup aimé ce qu'on apprend sur sa famille et son passé.

On retrouve les personnages du premier tomes comme la tante Roseline, toujours amusante, la tante de Thorn, Berenilde, plus humaine et moins machiavélique que dans le premier tome, Renold, le valet qui avait aidé Ophélie et qui est bien sympathique ou encore l'ambassadeur Archibald que je ne peux m'empêcher de bien aimer malgré ses défauts. On découvre encore d'autres personnages, certains (beaucoup même) animés d'intentions malveillantes envers Ophélie et Thorn. Et puis il y a Farouk, cet Esprit de Famille, si puissant, capable de faire et défaire des positions, voire de tuer pour un rien; qui occupe une place centrale dans l'histoire avec son mystérieux Livre...

Ce que j'aime particulièrement dans ce roman, comme dans le précédent, c'est l'écriture de Christelle Dabos, une écriture qui a beaucoup de charme et surtout qui décrit des choses magnifiques. Bien souvent ces descriptions de la Citacielle ou autre me font penser à ce que décrivait Pierre Bottero à propos de certains lieux de Gwendalavir. Cela donne quelque chose de magique et fabuleux. L'auteure a vraiment une belle imagination que ce soit pour faire vivre les aventures à ses héros ou pour décrire les illusions des Mirages ou les lieux dans lesquels évoluent les personnages. Ah et la couverture est superbe, j'adore.

En conclusion, Les disparus du Clairedelune n'est pas un coup de coeur mais s'en rapproche énormément car ce livre contient tout ce que j'attendais de cette histoire et je dois dire que je l'ai trouvé passionnante et haletante à lire (surtout dans sa 2e moitié). Alors si vous aussi voulez savoir si Ophélie arrivera à retrouver ces disparus du Clairedelune, si elle arrivera à échapper aux manigances des courtisans, si le fameux Livre de Farouk va enfin révéler ses secrets et si la jeune femme et le glacial Thorn vont enfin trouver un terrain d'entente voire se rapprocher, lisez-le ! Quant à moi, j'attends avec impatience le tome 3 !

Note :



Le roman fait partie du Big Challenge 2017 de Livraddict
1/8
6/100

du Baby Challenge Fantasy
1/5
10/20

du Baby Challenge Jeunesse
1/5
3/20

du Challenge ABC 2017 de Nanet
3/26

du Challenge Jeunesse/Young Adult de Mutinelle
4/10

et enfin du Challenge Thrillers/Fantasy de Licorne
  Fantasy 4/6
Total : 7/12
+ 3 points pour le livre
+ 1 point pour l'auteur qui est une femme
+ 1 point car elle est française
+ 1 pour le nombre de pages (560)

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.