28 novembre 2021

Petits arrangements avec l'Histoire + The Great St Mary's Day Out + My Name is Markham + Dessicated Water, Les Chroniques de St Mary tomes 7, 7.5, 7.6, 7.7 de Jodi Taylor

Titre original : Lies, Damned Lies and History
 
Spoilers sur les tomes précédents
 
Résumé :
Même enceinte et assignée à des tâches plus tranquilles, vous pensiez vraiment que cela allait empêcher Max d'aller vagabonder dans le passé ? C'est bien mal la connaître et voilà notre Historienne qui va aller du VIe siècle rencontrer inopinément un roi légendaire, au couronnement d'un roi au début du XIXe, en passant par Stonehenge il y a des milliers d'années. Mais en voulant réparer une erreur qui pourrait avoir des conséquences dramatiques, elle va mettre sa carrière et celle de ses plus fidèles amis, Peterson et Markham, en péril et hypothéquer l'avenir de St Mary. Ses efforts pour se réhabiliter vont prendre un chemin pavé d'embûches et de dangers...
 
 
Mon avis :
Vous savez que j'adore Les Chroniques de St Mary (et je m'aperçois que j'ai commencé pratiquement comme ça ma chronique du tome précédent, bon tant pis !) et c'est toujours avec un immense plaisir que je retrouve Max, mon Historienne voyageuse dans le temps préférée et son univers. L'an dernier, à mon grand chagrin, je n'avais eu le temps de lire qu'un tome et une nouvelle, alors que je comptais en lire bien plus. Cette année, j'ai décidé de retrouver la série dès février (oui j'ai énormément de retard dans mes chroniques) avec ce tome 7 qui m'a enchantée et que j'ai lu avec énormément de plaisir.

Si j'avais beaucoup aimé le tome 6, je dois dire qu'il m'avait un tantinet moins convaincu que les précédents et je dois dire que je ne sais même plus pourquoi ! En tout cas, il me tardait de retrouver ce petit monde surtout qu'à la fin du tome, on apprenait un événement que nous, lecteurs, avions deviné bien avant Max, elle attendait un bébé. Et c'était confirmé dans la nouvelle qui avait suivi.

Petits arrangements avec l'Histoire démarre sur les chapeaux de roues et n'arrête plus pendant les presque 400 pages du roman que j'ai dévorées. Quel tome, mes amis mais quel tome ! Je ne veux pas le survendre mais franchement il est riche en action, rebondissements, émotions, joie, tristesse, peur, dangers et rencontres historiques. Et des rencontres historiques, il y en a, dont une qui allie Histoire et légende.

Comme à son habitude, l'autrice nous fait sourire pour, cinq minutes après, nous serrer le coeur ou alors nous effrayer. Elle met son personnage principal dans toutes sortes d'ennuis, ce qui n'est pas étonnant quand on connaît Max, qu'on la sait fidèle à ses amis et ses convictions et on agirait comme elle, mise dans les mêmes situations. MAIS, quand on croit que tout est réglé et qu'il est temps pour Max de se poser un peu, alors qu'elle doit en être à trois jours d'accoucher, ben bim, sa créatrice lui envoie encore une épreuve. Et là, je dois dire que les derniers chapitres ont été éprouvants pour ma tension ! Non mais Jodi, pense un peu à nous, tes lecteurices !

Même si je trouve Max un peu limite parfois dans certaines de ses actions (mais j'adore le personnage, hein), là je dois dire que je suis à fond derrière elle pour tout ce qu'elle décide. Ce n'est peut-être pas très malin ou orthodoxe mais c'est dans la lignée du personnage. Mais je n'en dis pas plus.

J'aime toujours beaucoup le couple qu'elle forme avec Leon, même si ce dernier est un peu en retrait dans ce tome mais, quoi que sa femme fasse, quel que soit son degré d'énervement (il lui faut avoir les nerfs solides parfois), il est toujours avec elle  (comme moi, quoi ! :D).

J'adore toujours autant la relation entre Max et Peterson, qui est une réelle et belle amitié et Markham est toujours savoureux en 3e larron. Il nous surprend d'ailleurs à la toute fin du tome avec une annonce inattendue :D

À chaque fois que l'on pense s'être débarrassé de Ronan, le voilà qui réapparaît (l'un des désavantages des voyages dans le temps !) et, franchement, si parfois j'ai eu de l'indulgence pour certains méchants dans d'autres sagas, ce n'est pas le cas du tout avec ce bonhomme fourbe et cruel. Je pense qu'on n'en a pas fini avec lui et, je dois dire, que ça me terrifie.

Le style de l'auteur est vraiment super sympa à lire en VO. Franchement, je me régale vraiment avec son ton humoristique, voire sarcastique, son rythme et sa façon de raconter ses histoires.

En conclusion, voilà un tome qui m'a vraiment enthousiasmée car j'y ai retrouvé tout ce que j'aimais dans cette série, de l'aventure, de l'émotion, du rire, du drame et nos personnages favoris mis dans des situations impossibles. Alors si vous aimez la saga, n'hésitez pas à le lire, ne serait-ce que pour savoir si Max enceinte va rester tranquille (non) ou si Ronan va concocter encore un plan machiavélique bien sûr !). Quant à moi, j'espère lire le tome 8 d'ici la fin de l'année. Edit : vu mon rythme de lecture, c'est mal barré !

Note :




***********************************

Titre original : The Great St Mary's Out

Résumé :
Le Docteur Bairstow a décidé que tout le monde aurait une journée de congés et qu'ils la passeraient à la représentation d'Hamlet au Globe Theatre en juin 1601 avec Shakespeare lui-même jouant le fantôme dans la célèbre pièce. Évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu...





 
Mon avis :
Après le tome 7, j'ai bien sûr enchaîné avec cette courte histoire se déroulant quelques mois après la fin de l'histoire précédente et je l'ai trouvée très sympathique.

Matthew le bébé de Max et Leon a quatre mois et si Leon a repris rapidement le travail, Max, elle, s'apprête à le faire. Mais le boss a décidé d'emmener tout le monde voir Hamlet en 1601 lors d'une des rares représentations où Shakespeare incarne le fantôme. Évidemment, l'aventure part vite en vrille sinon ce ne serait pas drôle.

Voilà une nouvelle, exceptionnellement pas de Noël, très drôle. Après un tome chargé en émotions, cela fait du bien d'avoir une histoire un peu légère et qui n'a pas (trop) de conséquences sur les gens. Emmenez un groupe d'Historiens et acolytes en goguette et vous pouvez être sûr que ça va partir en vrille. Et c'est le cas ici, avec, en plus et comme d'habitude, Markham qui fait des siennes.
 
En conclusion, j'ai beaucoup apprécié cette histoire, agréable parenthèse dans la saga, avec en prime Shakespeare, ou presque. Bref, si vous voulez savoir si Shakespeare va vraiment jouer le fantôme ce jour-là ou si quelqu'un d'autre va prendre sa place (au hasard, son nom commencerait par Mar et finirait par Kham ;)) et quelles conséquences cela aura sur l'Histoire (aucune à priori), lisez-la.
 
Note :



***********************************

Titre original : My Name is Markham
 
Résumé
Alors que c'est Noël, Markham, Peterson et Max se rendent à la fin du 9e siècle afin de découvrir si Alfred le Grand qui s'apprête à unifier les Anglo-saxons a bien brûlé des gâteaux...
 
 
 
 
 
 
Mon avis :
La voilà, la nouvelle de Noël, entre les tomes 7 et 8. Et c'est Markham, pour la première fois, qui en est le narrateur. Et franchement, je trouve que cela n'a pas été une grande réussite.
 
J'étais pourtant ravie qu'on change de perspective pour une fois, d'autant plus et j'ai eu l'occasion de le dire souvent, que j'adore Markham. Mais tout une nouvelle, si courte soit-elle, de son point de vue, c'est finalement épuisant ! :D
 
En plus, je ne connais pas forcément l'Histoire d'Angleterre dans ses moindres détails et j'avoue que je ne connaissais pas cet Alfred le Grand (hi hi, depuis j'ai regardé la série Vikings donc je connais mieux le fameux Alfred !). Alors ses histoires de gâteaux brûlés ne m'ont pas passionnée. Surtout que c'est une fois de plus la faute de Markham.
 
En conclusion, la nouvelle est sympathique mais pas forcément passionnante, c'est le petit intermède de Noël annuel mais j'avoue que j'ai connu bien mieux depuis le début. Alors  ça se lit mais elle n'est pas forcément indispensable.
 
Note :




***********************************

Titre original : Dessicated Water
 
Résumé :
le Dr Rapson fait part d'une grande invention à Max...







Mon avis :
Ce sera un avis très très court car la nouvelle ne fait qu'une seule page. On peut la trouver sur le site de l'auteur et en résumé de la fiche de cette courte histoire sur Goodreads. C'est une histoire complètement absurde à l'anglaise et avec une chute très amusante. Vous pouvez très bien ne pas la lire, elle ne fait pas avancer l'histoire mais elle reflète bien le ton général de la série donc c'est sympa à lire.

 
Le roman et les deux nouvelles (je ne compte pas Dessicated Water)
font partie du Challenge Read in English que j'organise

8,5

14 novembre 2021

Challenge Jeunesse/Young Adult - 11e année

 


Le Challenge Jeunesse/Young Adult est revenu début octobre pour sa 11e année (avec  un nouveau logo toujours aussi superbe et créé par Azilis) et toujours proposé par Mutinelle. Cette année étant un peu compliquée pour moi, j'ai failli ne pas rempiler mais comme je le rate de toute façon, je me suis dis que je pouvais toujours m'inscrire, en espérant vraiment reprendre à bloguer pour valider mes lectures.
 
Bref, comme les années précédentes, il s'agit de lire des livres jeunesse et young adult. Il se déroule du 1er octobre 2021 au 30 septembre 2022. Et vous pouvez vous inscrire à tout moment durant l'année, sur l'article de Mutinelle dont le lien se trouve plus haut. Mais seules compteront vos lectures commencées à partir de votre inscription. Par exemple, comme je ne m'inscris que maintenant, soit 1 mois et demi après le début du challenge, ne seront comptabilisées que mes lectures effectuées à partir d'aujourd'hui. Il n'y a pas que les chroniques de blog qui sont acceptées mais aussi celles que vous faites sur Youtube ou les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou Twitter (ou autres).
 
Tous les livres jeunesse sont acceptés, de la bibliothèque rose aux parutions récentes, ainsi que les albums jeunesse.

Il existe plusieurs catégories suivant le nombre de livres que chacun voudra ou pourra lire . Il est bien sûr possible de changer de catégorie en cours d'année.
• Catégorie 1 : Aux frontières du rêve => Au moins 10 ouvrages
• Catégorie 2 : Badine avec les royaumes de l’enfance => Au moins 20 ouvrages
• Catégorie 3 : À pieds joints dans la marelle => Au moins 35 ouvrages
• Catégorie 4 : A su garder son cœur de mioche => Au moins 50 ouvrages
• Catégorie 5 : Peter Pan dans l’âme => Au moins 65 ouvrages
• Catégorie 6 : Au pays des mille et un livres => Au moins 80 ouvrages
• Catégorie 7 : Vit dans un conte de fées => 100 et plus (pour les livrovores)

Cette année encore, vous pouvez choisir d’ajouter une option « BD/Manga » :
• Option 5 BD/Mangas
• Option 10 BD/Mangas
• Option 15 BD/Mangas
• Option 20 BD/Mangas
 
Pour ma part, je vais rester en catégorie 1 Aux frontières du rêve, si j'arrive déjà à lire les 10 livres prévus ce sera un miracle ! Rendez-vous l'année prochaine pour savoir si j'aurai réussi !

31 mai 2021

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (339)


Bonjour tout le monde ! Un peu plus d'un mois après mon dernier C'est lundi, me revoici dans ce rendez-vous créé par Mallou puis géré par Galleane et, maintenant repris par Camille de I Believe in Pixie Dust.
 
- Ces dernières semaines, j'ai fini To the Nines, le tome 9 de Stephanie Plum de Janet Evanovich qui était sympa à lire mais sur lequel je me suis un peu traînée. J'ai lu Les Arpenteurs d'Anna Combelles, qui n'était pas prévu dans mon dernier programme mais j'ai subitement eu envie de le lire et j'ai beaucoup aimé, malgré de toutes petites réserves et j'ai également lu Voler de ses propres ailes, le tome 9 du Journal d'Aurélie Laflamme d'India Desjardins qui a été une très bonne lecture et je ne suis pas passée loin du coup de coeur. C'était très sympa de retrouver Aurélie 5 ans après la fin du tome 8. J'ai également lu Storm Cursed (Le souffle du mal en VF), le tome 11 de Mercy Thompson de Patricia Briggs que j'ai énormément aimé également, c'était très sympa de se focaliser sur les sorcières, ça changeait un peu. Et j'ai commencé Tigre bleu, dragon blanc, le tome 9 des Enquêtes de l'inspecteur Chen de Qiu Xiaolong.
 
- Aujourd'hui, je lis donc Tigre bleu, dragon blanc et c'est toujours avec grand plaisir que je retrouve Chen qui est dans la mouise dans ce tome. J'aime beaucoup. J'ai surtout très faim quand je lis le roman car une fois de plus Chen passe son temps à manger des choses qui ont l'air délicieuses et souvent atypiques :) Il me reste 50 pages à lire, je pense le terminer ce soir.
 
- Cette semaine, je vais d'abord lire Nouvel ordre mondial, le tome 30 de Walking Dead de Robert Kirkman pour le challenge Un genre par mois d'Iluze et ensuite je vais me lancer dans un gros pavé, Rythm of War, le tome 4 de The Stormlight Archive (Les archives de Roshar) de Brandon Sanderson. Il fait 1230 pages en VO en format papier et, sur ma liseuse, c'est même marqué qu'il fait 1500 pages toujours en VO. Autant dire que vous n'êtes pas près de me revoir ! 😁

Bonnes prochaines semaines à tous !

26 avril 2021

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (338)

 


Bonjour tout le monde ! Voilà plus de deux mois que je n'ai pas fait de C'est lundi, depuis le 15 février exactement. Il faut dire que, depuis, j'ai été pas mal occupée, j'ai déménagé/emménagé dans une nouvelle maison, j'ai très peu lu depuis début mars (et à peine chroniqué) mais comme j'ai quand même avancé, je viens vous en parler dans ce rendez-vous créé par Mallou puis géré par Galleane et, maintenant repris par Camille de I Believe in Pixie Dust.
 
- Ces dernières semaines, j'ai donc fini Le couple idéal (enfin), le tome 3 des Parisiennes d'Angéla Morelli qui était très sympa, puis j'ai lu The Hidden Oracle (L'oracle caché), le tome 1 des Trials of Appollo (Les travaux d’Apollon) de Rick Riordan, sympa aussi mais avec un Apollon assez tête à claques, j'ai également lu Battle Ground, le tome 17 des Dresden Files de Jim Butcher, que j'ai adoré, même si je suis très fâché après l'auteur pour ce qu'il a fait subir à Harry (et à nous par conséquent), j'ai lu aussi la nouvelle qui suivait, Christmas Eve et, fin mars, j'ai lu Le retour de l'Assassin, le tome 4 du Fou et l'Assassin de Robin Hobb qui a été un régal à lire. Ce mois-ci, j'ai d'abord lu Face it, l'autobiographie de Debbie Harry, chanteuse de Blondie qui est mon groupe préféré. Le livre était intéressant à lire même s'il y a des trucs qui ne m'ont pas passionnée. Et j'ai commencé To the Nines, le tome 9 de Stephanie Plum de Janet Evanovich.
 

- Aujourd'hui, je lis donc To the Nines, c'est toujours sympa à lire mais, pff, je me traîne dessus. le soir, je suis fatiguée et je m'endors dessus. J'espère quand même le terminer d'ici la fin du mois, vendredi soir.
 

- Cette semaine, après avoir terminé To the Nines, je vais lire Voler de ses propres ailes, le tome 9 du Journal d'Aurélie Laflamme d'India Desjardins. Après, je ne sais pas, ce sera suivant mon envie.
 

Bonne semaine !

30 mars 2021

Dawnshard, Les Archives de Roshar tome 3.5 de Brandon Sanderson

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Rysn, la jeune femme devenue paraplégique à la suite d'une chute sur une des îles Reshi et devenue marchande navale depuis, doit emmener son familier, Chiri-Chiri, sur l'île d'Akinah faisant partie de l'archipel d'Aimia, archipel entouré de mystères depuis l'empoisonnement de l'équipage du First Dreams à l'approche de ses côtes. Financée par la reine Navani Kholin qui lui impose la présence de Radieux comme Lopen, Rysn peut enfin partir en direction de l'Archipel, non sans trouver embûches et dangers sur sa route...

 
Mon avis :
Juste avant de sortir Rythm of War, le très attendu tome 4 des Archives de Roshar, en novembre, Brandon Sanderson nous a gâtés avec cette novella sortie une dizaine de jours auparavant. Une novella portant, comme Dansecorde entre les tomes 2 et 3, sur un personnage mineur de la série principale. Auparavant, il s'agissait de Lyft, ici il s'agit de Rysn dans une novella que j'ai beaucoup aimée.

Rysn était donc un personnage mineur de la saga, une jeune femme que l'on avait découvert lors d'un interlude dans le tome 2, Words of Radiance puis dans un autre interlude puis dans l'histoire principale dans Oathbringer. C'est un personnage que j'avais beaucoup aimé et qui m'avait marquée. C'est donc avec grand plaisir que je l'ai retrouvée ici.

Pour la resituer, c'est donc une jeune femme qui était partie avec son mentor dans les îles Reshi, îles composées en fait de carapaces de grandes créatures, appelées Tai-Na, pour faire du commerce. Comme son mentor était malade, Rysn, pour conclure un deal et montrer sa hardiesse, avait voulu s'adresser directement au Dieu de l'île, Relu-na et était tombée de la hauteur de l'île. Elle avait survécu, grâce à Relu-na mais était paralysée des jambes et, pour saluer sa bravoure, les Reshi lui avait fait don d'une petite créature vivante, un Larkin, espèce supposée éteinte et qu'elle nomma Chiri-Chiri... Dans Oathbringer, on avait retrouvé Rysn, en chaise roulante et s'occupant des réserves de gemmes de Thaylen et qui avait été présente lors de la grande bataille de Thaylen.

Dans Dawnshard, on la retrouve devenue marchande depuis que son mentor Vstim lui a fait don du Wandersail. Chiri-Chiri dépérit et l'un des Reshi vu dans le premier interlude sur Rysn, Talik, lui dit d'aller sur Akinah pour espérer guérir la petite créature. De son côté, la reine Navani Kholi cherche un bateau pour envoyer des personnes sur cette île, depuis qu'un autre bateau est revenu sans son équipage. L'histoire du First Dreams avait aussi été racontée dans un Interlude d'Oathbringer. Bref, les intérêts des deux parties coïncidant, voilà Rysn, Chiri-Chiri, Nikli le porteur de Rysn, Lopen et Huio, ancien membres du pont 4, comme Kaladin et devenus Radiants, Rushu, une ardente faisant partie de la suite de Navani à Urithiru et dont j'avais un peu oublié l'existence et tout un équipage, dont une Capitaine pas très contente de voir Rysn avoir les pleins pouvoirs, partis pour une aventure dont ils ne sont pas sûrs de revenir vivants.

Car l'archipel Aimia dont fait partie l'île d'Akinah est plein de mystères, ça on le savait depuis que l'équipage du First Dreams était mort empoisonné et entouré d'une tempête qui rend l'abordage de l'endroit plus que compliqué. La quête des uns et des autres n'en est que plus intéressante.

La première partie, portant sur le voyage en bateau, est sympa à lire, avec son petit côté roman d'aventures mais un peu longuet. Mais quand ils arrivent enfin sur l'île d'Akinah, tout s'emballe et les révélations, les chausse-trapes, les retournements de situation pleuvent en veux-tu en voilà et je ne sais pas quel impact cela aura sur la suite des archives de Roshar mais, au niveau général du Cosmère, c'est une pierre de plus qui est apportée à l'immense édifice du monde qu'a créé l'auteur. Et quand je dis immense, c'est tellement tentaculaire qu'on est un peu perdu par toutes les implications, même si c'est bien expliqué. Mais heureusement, j'ai toujours ce site bourré d'infos à portée de mains pour avoir les détails que je louperais, le Coppermind Wiki. Je ne veux pas trop en dire maintenant car ce serait dommage pour ceux qui voudront lire la novella (en espérant qu'elle soit traduite en français pour ceux qui ne lisent pas en anglais) et découvrir de quoi il retourne. Mais il y a du merveilleux dans ce qu'il se passe.

J'ai déjà dit que j'aimais beaucoup Rysn. Alors que pourtant c'était un personnage secondaire, voire tertiaire, des Archives de Roshar. Mais vu ce qu'il lui arrive, j'espère qu'on la reverra dans le tome 4 et qu'elle aura un rôle plus prépondérant. Si c'est le cas et que l'auteur n'explique par pourquoi, les lecteurs français risquent d'être un peu perdus. C'était déjà le cas avec ceux n'ayant pas lu Dansecorde et qui se retrouvait avec des personnages ayant complètement changé, comme Nale et surtout Szeth-son-son-Navallo. Bon, de toute façon, pas la peine que j'en dise davantage, je verrai bien en lisant le tome 4 dans quelques mois.

Lopen, l'ancien du pont 4 et Radieux, amène légèreté et humour, même s'il me fatigue souvent avec sa gouaille et son égocentrisme. Huio, lui, est plus réservé.

J'ai beaucoup aimé Nikli, personnage très intéressant et Rushu l'ardente.

Le style de l'auteur est toujours aussi agréable à lire en anglais. Ses descriptions sont somptueuses et celles d'Akinah n'échappent pas à la règle. J'aimerais voir ses mots mis en images pour avoir le rendu visuel de ce qu'il raconte car c'est très beau et fantastique (au vrai sens du mot, pas fantastique génial :))

En conclusion, Dawnshard est une très bonne novella qui commence gentiment pour devenir de plus en plus passionnante dans ses descriptions et ses révélations et qui va mener Rysn sur un nouveau chemin dont il me tarde de voir la suite, en espérant que ce sera dans le tome 4. Comme pour le moment la nouvelle n'est malheureusement pas traduite, une partie du lectorat ne pourra pas la lire et c'est vraiment dommage car elle est essentielle au Cosmere. Et si vous lisez en anglais, je vous recommande donc fortement de la lire avant d'entamer le tome 4. Pour ma part, cette lecture de Rythm of War sera pour dans quelques mois, en été je pense, car là il ne s'agira plus d'une novella de 200 pages mais d'un gros pavé de plus de 1000. Il me faudra du temps devant moi...

Note :




Cette novella compte pour 1/2 lecture
pour le Challenge Read in English que j'organise
6,5

28 février 2021

L'Hiver du monde, Le Siècle tome 2 de Ken Follett

Titre original : Winter of the World, The Century Trilogy Book 2
 
Spoilers sur le tome précédent
 
Résumé :
Entre 1933 et 1949, de l'arrivée au pouvoir d'Hitler à la reconstruction de l'Europe, les familles Dewar, Williams/Leckwith, Peshkov et Von Ulrich sont emportées dans la tourmente qui va balayer le monde...




Mon avis :
L'été dernier, j'avais lu le premier tome de la trilogie du Siècle et, si j'avais aimé ma lecture, je l'avais trouvée très longue et j'avais dû l'entrecouper d'autres lectures. Du coup, c'est avec circonspection que j'ai entamé ce tome 2 qui a été ma première lecture de 2021 et celle que j'ai choisie pour le Challenge Un genre par mois d'Iluze. Et, à ma grande surprise, j'ai adoré ce tome 2 dont j'ai dévoré les 940 pages en une vingtaine de jours, ce qui est un exploit en ce moment.

Bon je dois avouer qu'au début j'ai un peu été désarçonnée par le saut dans le temps depuis la fin du tome 1, 14 ans et par le fait que les personnages de L'Hiver du monde soient les enfants de ceux qu'on avait suivis dans la Chute des géants. J'aimais beaucoup Ethel, Maud, Walter et Gus et j'ai presque dû faire mon deuil d'eux, même si on les voit encore. En plus, au début de ce tome 2, ces nouveaux personnages ont entre 14 et 16-17 ans et ont donc des réactions d'enfants ou d'ados et j'ai été un peu chagrinée de voir le roman être raconté à travers leur prisme. Mais cette gêne a finalement très peu duré car j'ai vite été emportée par leurs histoires et surtout l'Histoire.

Car L'Hiver du monde aborde une période dramatique, cruelle et qui résonne encore aujourd'hui. Quand, au début, du roman, on assiste à la prise de pouvoir d'Hitler, d'abord de façon légale puis autoritaire, comment ne pas faire de parallèle avec la montée des populismes et des nationalismes aujourd'hui ? Comment ne pas penser à Trump, qui a tout fait, mais vraiment tout, pour renverser, il y a quelques semaines, des élections présidentielles qui étaient en sa défaveur ? Qui a appelé à la rébellion et l'insurrection. Qui a légitimé les actions d’extrémistes et suprémacistes blancs. Mais, heureusement, grâce aux institutions solides des États-Unis, on a pu lui faire barrière mais, il s'en est fallu de peu et certains pays n'ont pas ce luxe. Et, dans le livre, cette période charnière entre 1933 et 1939 m'a fait penser à tout ce qu'il se passe dans notre monde, avec la morgue et les actions en toute impunité des Chemises Brunes. Il y a des scènes vraiment atroces qui m'ont bouleversée. Comme l'Homme oublie bien vite ce genre de choses et retombe dans ses excès les plus noirs !
 
Et puis il y a les horreurs de la guerre, la guerre d'Espagne d'abord, puis celle se déroulant mondialement, aussi bien en Europe que dans le Pacifique et qui va laisser tant de victimes, mortes ou vivantes d'ailleurs. Et ne parlons pas de la Libération où les Russes se sont comportés de façon bestiale dans Berlin... C'est un pan de l'Histoire que je ne connaissais pas et j'ai trouvé cela très dur. Mais aussi très intéressant car si je connaissais le Berlin coupé en deux par le mur et les deux Allemagnes (j'ai grandi avec cette situation), je ne savais pas vraiment comment cela s'était passé à la Libération et comment cela s'est décidé. En lisant la fin du livre, je pensais à ces pauvres Allemands qui passaient sous le joug des Soviétiques pour plus de 40 ans...

Le roman ne traite pas seulement des guerres mais aussi d'événements historiques et politiques annexes, comme la politique américaine, le New Deal, Roosevelt, le Plan Marshall etc... l'Anglaise avec, là aussi, la montée des fascistes mais heureusement étouffée dans l'oeuf, puis l’avènement du parti travailliste (je ne savais pas qu'ils avaient gagné les élections après guerre), la course à l'arme nucléaire, aussi bien du côté américain (avec les événements d'Hiroshima et Nagasaki de si triste mémoire) que du côté soviétique.

Et puisqu'on parle de l'URSS, le roman couvre bien sûr le régime Stalinien, régime tout aussi autoritaire et abject que le régime Nazi. Bien sûr, ils n'ont pas massacré des millions de juifs et de gens différents mais ils ont déportés, tués tous ceux qui s'opposaient au régime et le Kapo, ancêtre du KGB, n'a rien à envier à la Gestapo concernant les méthodes punitives et expéditives.. Et l'on voit nos personnages soviétiques, ceux qui ont oeuvré pour faire tomber le régime tyrannique du Tsar, comme Grigori Peshkov, s'apercevoir que leurs idéaux de la Révolution ont permis l'émergence d'autres tyrannies...

Bien sûr, L'Hiver du monde n'est pas qu'un roman sur des faits historiques, c'est aussi des histoires familiales et personnelles, des histoires de gens. Comme je l'ai dit plus haut, on suit la nouvelle génération, les enfants de ceux qu'on avait côtoyés lors du premier tome et ils sont tout aussi attachants, sinon plus, finalement, que leurs parents.
 
Mon personnage préféré a été Lloyd, le fils d'Ethel qu'elle avait eu illégitimement avec le jeune comte Fitzherbert. J'ai adoré son côté pataud, sa droiture, sa fidélité envers les causes qu'il épouse et son amour sans faille pour Daisy, la fille de Lev Peshkov.. J'ai adoré son parcours et le fait qu'il réchappe aux guerres (je spoile mais j'ai vraiment eu peur pour lui). 

Au début, je n'aimais pas Daisy Peshkov, jeune américaine frivole dont le père Lev était un gangster. Je ne comprenais pas comment Lloyd pouvait en être amoureux (enfin si, c'était une jeune fille vive et lumineuse). Je l'ai trouvée détestable de préférer le titre de comtesse et Boy Fitzherbert à Lloyd mais, avec la guerre venue, elle a fini par murir et je dois dire que je l'ai beaucoup mais vraiment beaucoup appréciée. J'ai adoré ses prises de conscience, son empathie et l'amour de Lloyd et celui qu'elle lui portait l'ont grandie. J'ai aussi beaucoup aimé sa relation avec Ethel.

Ceux qui m'ont vraiment serré le coeur, ce sont les Von Ulrich. C'est vraiment la famille maudite de la saga ! Déjà, dans le premier tome, l'amour entre Maud, Anglaise et Walter, Allemand, était digne d'un drame, puisqu'il naissait juste avant la guerre. Mais heureusement, tout se terminait bien et Maud épousait son Walter et partait vivre avec lui en Allemagne. Et là, bam, Hitler arrive au pouvoir et pour le social démocrate qu'est Walter et la femme éprise de liberté qu'est Maud, c'est une longue descente en enfer. L'histoire des Von Ulrich est raconté du point de vue de Clara leur fille, toute jeune fille en 1933, éprise de liberté et qui, au fur et à mesure que les années passent, devient une jeune femme digne de sa mère. Mais alors, que de drames et d'épreuves la famille traverse ! Je ne veux pas spoiler mais ce sont ceux qui souffrent le plus dans ce tome 2 et subissent le plus la cruauté des gens et des événements. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que leur maison se retrouve dans le secteur soviétique ! On sait ce que ça veut dire pour les décennies à venir et ça me fend vraiment le coeur...

Les Dewar, en Amérique, étaient plus en arrière-plan dans le premier tome mais j'avais beaucoup aimé Gus et celle qui est devenue son épouse ensuite, Rose, la journaliste intrépide. Dans ce tome, si eux sont toujours présents, ce sont leurs deux enfants, Woody et Chuck qui prennent le relais et mettent la famille plus en avant. Et ce sont eux qui vont également vivre épreuves et drames... C'est à travers cette famille qu'on suit la politique américaine sur 16 ans, au sortir de la Dépression, jusqu'à la décision du Plan Marshall dans lequel les Dewar sont bien impliqués. Ce sont des personnages que j'ai beaucoup aimés.

Bizarrement, ceux que j'ai moins aimés, ce sont les Peshkov (à part Daisy bien sûr), américains et soviétiques. Disons qu'ils m'ont laissée plus indifférente. Peut-être parce qu'ils souffrent moins, que la vie semble plus douce pour eux. Je dis semble car il n'est pas facile de vivre dans l'URSS Stalinienne, bien évidemment mais, alors que j'avais beaucoup aimé Grigori, j'ai moins apprécié Volodia, le fils ou plutôt son neveu, puisque depuis le début du tome 1 on sait qu'il est le fils de Lev (le fourbe qui avait volé l'argent de son frère pour partir aux USA en laissant sa petite amie enceinte). Oh il n'a rien à se reprocher et est même plutôt gentil, ouvert et même critique (enfin critique en silence) envers la politique stalinienne mais je ne sais pas, il y a tellement de personnages dans ce roman que je ne peux pas les aimer tous. Et c'est pareil avec Greg, son cousin/demi-frère qui est très gentil, a une storyline intéressante mais n'est pas de la trempe des Lloyd, Woody ou Chuck.

Et puis il y a les détestables, comme Boy le fils du comte Fitzherbert. Le père n'était pas très recommandable, le fils c'est pire ! 
 
Et malheureusement, je ne peux pas parler de tous les personnages, sinon on y serait encore dans 10 ans mais nombreux sont ceux que je n'ai pas évoqués et qui sont très intéressants.

Dans le premier tome, j'avais aimé le style de l'auteur mais regretté que ce soit un peu long et, là, j'ai adoré de bout en bout sa façon d'écrire ! Sa plume m'a emportée, j'ai aimé son sens du détail qui m'a immergée complètement dans son récit et j'ai vraiment eu l'impression de vivre aux côtés de ses personnages. Même les scènes de guerre m'ont plu (en plaire n'est pas le mot mais vous voyez ce que je veux dire) et j'ai vraiment tout apprécié.

En conclusion, à mon grand étonnement, L'Hiver du monde est un coup de coeur. Et alors que le tome 1 m'avait paru bien long à lire, cela n'a pas du tout été le cas ici. Il faut dire que les événements historiques m'ont passionnée, certains démontrant la cruauté des hommes et/ou faisant malheureusement écho avec notre époque en montrant que les courants extrêmes de tous bords sont dangereux. Ce n'est pas un tome où il se passe beaucoup de choses réjouissantes et il est souvent triste et dur. Mais ce roman est avant tout une histoire de personnes, de multiples personnages auxquels on s'attache vite, même si au début leur jeunesse m'a déconcertée. Mais comme le roman se déroule sur plus de 10 ans, on les voit évoluer et changer. J'ai adoré Lloyd, l'Anglais et Clara l'Allemande mais beaucoup ont su me toucher ou me convaincre alors que ce n'était pas gagné, comme Daisy Peshkov. Alors je n'ai qu'un conseil à vous donner, c'est que si vous avez aimé le tome 1, lancez-vous sans hésiter dans ce tome  et si vous avez été mitigés en lisant La chute des géants, redonnez sa chance à la saga en lisant L'hiver du monde ! Quant à moi, franchement, cela ne m'aurait pas dérangée que cela dure plus longtemps ! Heureusement, j'ai encore le tome 3 à lire, malheureusement, je ne pourrai sûrement pas le lire avant 2022 car il fait au moins 1000 pages et je veux déjà lire le tome 4 des Archives de Roshar de Sanderson qui, lui aussi, fait plus de 1000 pages et je ne pourrai pas lire les deux. Et puis attendre un peu pour lire le tome 3 me permettra de rester encore un peu avec les personnages de ce tome 2 en tête...

Note :



Le roman fait partie du Demi-Challenge ABC 2021 de Nanet

 1/13
 
et du Challenge Read in English que j'organise
6
 
Du Challenge Un genre par mois d'Iluze
Au mois de janvier : Historique/Classique
1/12
 
et du Baby Challenge Historique 2021 de Livraddict
1/12
10/20