10

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (241)

Posté par Frankie le 27 juin 2016 à 08:47 - Catégorie : ,

Bonjour tout le monde, c'est lundi, le dernier du mois de juin et c'est le jour du bilan de mes lectures dans ce rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane.

- La semaine dernière, j'ai fini One Silent Night (Le silence des ténèbres), le tome 16 des Dark-Hunters/Dream-Hunters de Sherrilyn Kenyon, un tome pas mal. J'ai lu Dark Revelations, le tome 3 de Level 26 d'Anthony E. Zuiker, un dernier tome efficace mais moins percutant que les précédents. Et j'ai commencé La fête à Boro, le tome 7 des Aventures de Boro, reporter photographe de Dan Franck et Jean Vautrin.

- Aujourd'hui, je lis donc La fête à Boro. J'en suis pratiquement au quart et j'ai dû mal à entrer dedans. Je n'arrive pas à retrouver ce que j'aimais dans les tomes précédents et pour le moment Boro fait plus de la figuration qu'autre chose. Mais bon il reste encore les 3/4 du livre pour rattraper tout ça :)

- Cette semaine, je vais d'abord finir La fête à Boro puis je lirai sûrement Children of the Great Empire, Les foulards rouges saison 2 épisode 6 de Cécile Duquenne. Ça fait un moment que j'ai lu l'épisode 5 il faudrait que je termine la saison. Et ensuite, ce sera Les voies d'Anubis de Tim Powers. Ça parle de voyages dans le temps et j'adore ça ! J'espère que le livre me plaira car les avis sont souvent mitigés dessus.

Bonne semaine à tous !

1

La dernière étoile, La 5e vague tome 3 de Rick Yancey

Titre original : The Last Star

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Il ne reste que 4 jours à Cassie, Ben et les autres survivants pour empêcher la 5e vague, 4 jours pour retrouver Ringer qui de son côté a reçu une autre mission...



Mon avis :
L'année dernière, j'avais lu les deux premiers tomes de cette saga qui m'avait beaucoup plu. Il m'a fallu attendre la sortie de ce troisième et dernier tome, en mai, pour découvrir le fin mot de l'histoire. Et voilà un livre qui n'aura pas fait long feu dans ma Pal (pour une fois !) puisque je l'ai acheté dès sa sortie le 24 mai et que je l'ai lu 10 jours après. Et je dois dire que si j'ai obtenu satisfaction sur les réponses que j'attendais et que j'ai passé un bon moment lors de ma lecture, je l'ai trouvé un tantinet moins bien que les deux premiers.

Attention spoilers !

Dans le tome précédent, tandis que Cassie, Ben, Evan, Sam et leurs compagnons avaient échappé plusieurs fois à la mort et trouvé refuge dans la maison d'une ancienne Silencer, Ringer, elle, était enlevée par l'ignoble Vosch qui en avait fait une humaine améliorée. Alors que la 5e vague approche, Cassie et Evan se demandent comment ils vont pouvoir empêcher les Autres d'éradiquer pour de bon l'espèce humaine, Ben/Zombie, lui, ne cherche qu'a retrouver Ringer dont il ne connaît pas le sort et cette dernière veut retrouver ses amis mais avec une mission bien précise...

C'est difficile de faire un résumé sans en dire trop ! :)

Avec ce dernier tome, nous assistons donc à la conclusion de cette histoire d'invasion extraterrestre et de la lutte des quelques survivants pour ne pas se faire embrigader ou tuer. Est-ce que les Autres vont gagner et éradiquer l'espèce humaine ? Est-ce que les héros que nous suivons depuis le début vont trouver une solution et à quel prix ? La dernière étoile apporte donc toutes les réponses que nous nous posions depuis le début, n'est pas avare en révélations mais je dois dire que pour ma part, les motivations des dits Autres me sont restées toujours et encore un peu floues... Même après avoir refermé le livre... Est-ce qu'ils jouaient à Dieu et c'était pour nous punir et faire table rase de notre espèce pour redonner une chance à la Terre. Était-ce simplement par jeu ? Et c'est peut-être cela qui m'a empêché d'autant aimer que les deux tomes précédents, ce petit sentiment d'insatisfaction latent après ma lecture et qui m'a empêché d'autant aimer que les deux premiers.

Cependant, si je suis restée un petit peu frustrée, j'ai quand même beaucoup apprécié la lecture de ce tome 3, très prenant, avec beaucoup d'action et des scènes assez dures. J'avais écrit dans ma chronique du tome 2 que je trouvais qu'il était sombre et pessimiste et je dois dire que ce 3e tome l'est peut-être encore plus. Je me suis demandé pendant toute ma lecture comment les personnages que l'on suivait allaient pouvoir s'en sortir et surtout s'ils allaient s'en sortir. Face à des Autres déterminés et technologiquement hyper armés, qui peuvent retourner contre vous même votre plus proche ami ou voisin, quand des gens d'apparence anodine ou fiable sont en fait des tueurs implacables (En cela, le chapitre d'ouverture est assez glaçant...) c'est difficile de garder l'espoir d'un lendemain qui brille. Et c'est cela qui caractérise l'histoire, c'est ce de se dire qu'il n'y a sans doute pas de lueur d'espoir au bout. Et pourtant, nos petits humains continuent de se battre jusqu'au bout, d'espérer et d'aimer, malgré les morts, malgré les trahisons, essayant de sauver ce qui peut l'être encore, parce que finalement la morale de l'histoire c'est ça, quand on est humains, on se bat jusqu'à notre dernier souffle, on est David contre Goliath (et on sait qui a gagné dans ce combat ;))

On retrouve dans ce tome 3 tous les protagonistes des précédents (sauf ceux qui sont morts en cours de route...) et bien sûr les principaux, Cassie, Ringer, Ben, Eva, Sam. Tous vont vivre des événements durs, certains devront prendre en main leur destinée. J'aimais beaucoup Cassie dans le premier tome mais je dois dire que depuis le tome 2 c'est Ringer que je préfère, plus badass. J'aime toujours Cassie, peut-être parce qu'elle reste profondément humaine mais elle est un peu girouette concernant Evan, c'est je t'aime moi non plus pendant tout le roman. Heureusement que la romance ne prend pas trop de place et n'est pas pesante. Quant aux autres personnages, je n'ai pas grand chose à en dire, ils sont égaux à eux-même. Celui qui m'attriste le plus, c'est le petit Sam, 6 ans, ayant perdu ses illusions d'enfants et plus habile au révolver qu'aux jeux de son âge.

Le roman se lit très bien en VO, très facilement. Les chapitres sont nombreux et courts, narrés par plusieurs personnages (Cassie, Ringer, Ben etc...) et cela donne du rythme au roman. Le chapitre de conclusion est pas mal, assez doux amer à mon avis.

En conclusion, ceux qui ont aimé les deux premiers tomes seront sûrement enchantés par la lecture de ce 3e et dernier volet de la saga qui conclut bien l'histoire, même si, pour ma part, je l'ai trouvé un tout petit peu en-dessous des précédents. Disons que c'est moi qui suis restée partiellement insatisfaite malgré le fait que l'on ait des réponses et que le livre soit prenant. On peut dire que je suis une vieille blasée :) En tout cas, n'hésitez pas à le lire si vous voulez savoir si la Terre sera ravagée par la 5e vague, quelle est la dernière étoile, si les personnages que nous avons appris à aimer depuis 3 tomes s'en sortiront indemnes et quelle sera leur vie si jamais ils s'en sortent.

Note :



Ce roman fait partie du Challenge ABC 2016 de Nanet
14/26

du Challenge Read in English que j'ai repris
http://www.lesescapadesculturellesdefrankie.com/2015/09/challenge-read-in-english-2015-2016.html
23

du Challenge Un genre par mois d'Iluze
ce mois-ci : Jeunesse/Young Adult
6/12

du Challenge Jeunesse/Young Adult de Mutinelle
8/10

et c'est mon gardien de but du Challenge Coupe d'Europe des livres de Cajou :)
1/11

0

Fury de David Ayer

Posté par Frankie le 23 juin 2016 à 19:04 - Catégorie : , , , , ,
avec Brad Pitt, Logan Lerman, Shia Labeouf, Michael Peña, Jon Bernthal, Jason Isaacs

Résumé :
Avril 1945 en Allemagne, une poignée de soldats à bord d'un tank Sherman est envoyée derrière les lignes ennemis afin d'ouvrir la route aux forces alliées. Parmi ces vétérans, une jeune recrue dont c'est le baptême du feu...



Mon avis :
Je n'avais pas du tout entendu parler de ce film et sans le Top 100 de Seriebox où il ne me restait que quelques films à voir, je ne l'aurais sans doute jamais regardé. Les films de guerre ne sont pas trop ma tasse de thé à priori (je dis bien à priori) mais j'ai profité d'une diffusion sur le satellite pour l'enregistrer et le voir. Et je l'ai trouvé très bien. Assez convenu et parfois cliché mais très bien.

En avril 1945, l'armée américaine est en Allemagne et bien décidée à en terminer avec les nazis. Norman, un jeune homme qui n'a jamais été au front, est intégré à une équipe de soldats sur un tank Sherman, équipe dirigée par le sergent "Wardaddy" Collier. Les 5 hommes sont envoyés en mission afin d'ouvrir le passage au reste des forces alliées. Norman va alors découvrir la guerre dans toute son horreur...

Avec ce film, le réalisateur aborde une période méconnue de la seconde guerre mondiale. Enfin méconnue pour moi. Le derniers jours de la guerre en Allemagne avant que celle-ci ne capitule. C'est donc à travers ces 5 hommes dans leur tank, (le Fury - c'est marqué sur le canon -) que David Ayer a choisi d'en parler, donnant une histoire âpre, boueuse, plutôt réaliste si l'on excepte quelques moments. Il y a de nombreuse scènes de bravoure, parfois clichées, notamment le dernier baroud d'honneur du Fury où les 5 hommes se retrouvent face à 300 soldats allemands avec quelques pauvres roquettes et grenades et leur courage. Il ne faut pas oublier qu'on est dans un film américain :) Et américain il l'est assurément. Que ce soit dans le traitement ou dans ses personnages, de bons soldats qui accomplissent leur devoir sans trop se poser de questions et qui ont oublié quelque part leur part d'humanité. Mais en cela, le film traite bien de cet aspect psychologique des ravages de la guerre qui blinde les hommes ou les traumatise (et pas sûre qu'il y ait un suivi du PTSD). On peut peut-être reprocher la morale un peu simpliste : la guerre c'est moche et c'est mal :)

Les acteurs sont très bien, à commencer par Logan Lerman, le Charlie du Monde de Charlie, qui joue ici le candide de l'histoire qui découvre les horreurs de la guerre. Brad Pitt joue le vieux (enfin pas trop vieux ;)) briscard, leader d'une poignée d'hommes à qui il ne faut pas la raconter. Pas une grande performance pour l'acteur mais un jeu solide. Shia Labeouf est très bien aussi, et Jon Bernthal joue encore le connard de service. À noter Jason Isaacs en capitaine, acteur britannique mais qui parle avec un accent américain hyper prononcé (ça fait bizarre) et Jim Parrack qui jouait Hoyt dans True Blood.

Je ne connaissais pas David Ayer mais il réalise un film réaliste (si l'on excepte les espèces de lasers rouges ou verts qui partent des canons des tanks et qui font très Star Wars), dur, prenant et ses scènes à l'intérieur du Fury sont très bien faites. On retrouvera le réalisateur aux commandes de Suicide Quand qui sort cet été.

En conclusion, pas grand chose de plus à raconter sur ce film qui n'avait rien pour m'attirer et qui m'a finalement beaucoup plu malgré son côté très américain avec héros qui se sacrifient pour leur pays. Et si vous voulez savoir si le Fury réchappera de sa confrontation avec les centaines de soldats nazis et qui survivra, regardez-le. Pour ma part, le prochain film de guerre que je verrai sera Il faut sauver le soldat Ryan que je n'ai jamais vu (shame on me).

Note :



Ce film fait partie du Top 100 du Ciné Challenge de Seriebox
4/9
95/100

et du Film de la semaine 2016 de Benji
30/52

4

Train d'enfer pour Ange rouge, Franck Sharko tome 1 de Franck Thilliez

Posté par Frankie le 21 juin 2016 à 11:14 - Catégorie : , , , , ,
Résumé :
Le commissaire Sharko, dont la femme a disparu sans laisser de traces six mois auparavant, est appelé à enquêter sur un meurtre particulièrement odieux, qui va le confronter à ce que l'âme humaine a de plus malsain...






Mon avis :
Au début des années 2000, je lisais pas mal de thrillers bien gore et dérangeants comme ceux de Jean-Christophe Grangé et Maxime Chattam et pourtant je n'avais jamais encore lu de Franck Thilliez dont ce premier roman sortit en 2004. Je ne sais pas pourquoi je suis passé à côté à l'époque. Depuis que je suis sur Livraddict et la blogosphère, j'ai évidemment fini par en entendre parler mais comme je suis moins thrillers, je ne l'ai jamais tenté. Et puis cette année, j'ai décidé de me lancer et j'ai donc décidé de faire connaissance avec l'auteur et le commissaire Sharko, personnage récurrent de certains de ses romans avec ce premier "tome" de ses enquêtes. Rencontre qui ne m'a pas tout à fait convaincue pour des raisons que je vais vous expliquer plus bas :)

La femme du commissaire Sharko a disparu 6 mois auparavant sans laisser de traces. Il n'y a eu ni preuve de vie ou de mort, ni demande de rançon. C'est dans ce contexte que Sharko est appelé à enquêter sur une série de meurtres dont les victimes ont subi des sévices particulièrement odieux et qui ont été retrouvées dans des mises en scènes macabres. Ses pas vont le mener dans un monde où les plus bas instincts humains sont encouragés et où chacun assouvit ses désirs les plus pervers...

Le problème quand on lit un roman qu'on aurait dû découvrir lors de sa sortie il y a 12 ans, c'est que beaucoup de monde est passé par là depuis. Et dans le registre du "thriller aux serial killers qui vont loin dans la perversion", il y en a eu un paquet, que ce soit donc chez Grangé et Chattam que j'ai évoqués, Sire Cédric (avec maestria) depuis, Zuicker ou encore Pobi chez les étrangers. Du coup, ce pauvre commissaire Sharko arrive après un peu tout le monde et son histoire n'est pas hyper originale. Ni surprenante. À vrai dire, comme bien souvent, j'avais deviné l'identité du coupable très très vite. Là encore, il a suffi (comme dans l'invisible de Pobi) d'un ou deux détails anodins pour que ça fasse clic dans ma tête. Ça m'énerve d'ailleurs ! À la limite, je préfèrerais que l'auteur donne le nom du coupable d'emblée et qu'on voie comment l'enquêteur arrive à remonter jusqu'à lui. Ça éviterait de me sentir frustrée ! :)

Ceci dit, j'ai quand même apprécié ma lecture. C'est, il faut bien le reconnaître, un thriller très efficace, qui se lit très bien (malgré un style qui m'a moyennement plu, j'y reviendrai) et qui est prenant. L'intrigue n'est pas une bluette et explore tout ce que l'homme a de plus malsain chez lui, explorant le porno hardcore, le snuff movie, les pratiques sado-masos extrêmes et tous ces gens qui vivent de ça, par l'argent ou le voyeurisme. Ce n'est pas très original car beaucoup d'auteurs de thrillers, avant et après, ont déjà traités les dérives et perversions des hommes mais c'est toujours troublant à lire.

Le commissaire Sharko est de ces policiers vieillissants (même s'il n'a que 45 ans), fatigués et blasés, un peu comme Erlendur (chez Indridason) ou Vauvert (chez Sire Cédric) mais opiniâtres et décidés à trouver la vérité coûte que coûte, même au mépris de sa propre vie. J'ai trouvé le personnage intéressant de par ce qui lui est arrivé (la disparition de sa femme qui laisse des fêlures énormes) et ce qui lui arrive au cours de l'enquête.

L'autre personnage que j'ai beaucoup aimé c'est Elizabeth Williams, la profileuse.

J'avoue que j'ai eu vraiment du mal avec le style de l'auteur. Je ne sais pas s'il a voulu bien faire et si c'est comme cela dans ses autres romans mais à vouloir faire un style un peu trop recherché ou imagé, cela donne quelque chose d'un peu lourd et de faux. Alors ça m'a beaucoup gênée au début, un peu moins au fur et à mesure que j'avançais car j'étais prise par l'histoire mais quand je lis un thriller, je n'ai pas forcément envie d'un style un peu soutenu :)
Je vous donne trois exemples :
Une pellicule de chair pas plus épaisse que du tulle cachait à peine le serpent annelé de sa colonne vertébrale

[...]nous parcourûmes les photos sous un dôme de silence poisseux. Le virus épineux du dégoût s'accrochait au fond de ma gorge.

D'épais blocs de verre translucides constituant une vitre, permettaient à la chevelure verte des cyprès de s'exprimer dans une espèce de flou artistique...

J'aurais pu vous mettre de nombreux autres exemples, peut-être plus parlant mais c'est juste pour vous donner une idée. :)

En conclusion, voilà un thriller efficace, intéressant à lire même si je n'ai pas été surprise ayant deviné assez vite qui était le coupable, et un peu perturbée par le style assez métaphorique dans les descriptions. Cependant, je poursuivrai ma découverte de cet auteur car j'ai envie de savoir comment il va rebondir après ce premier roman et faire revenir son commissaire Sharko car on sent à l'issue de ce livre que ce devait être un one-shot. En tout cas, si vous aimez les thrillers gore et qui dépeignent la perversion humaine et si vous voulez savoir pourquoi on parle d'un Ange rouge dans le titre (je me le suis demandé longtemps :)), lisez-le !

Note :
Il fait partie du Challenge ABC 2016 de Nanet
13/26

du Challenge Thriller et Polar repris cette année par Sharon
13

ainsi que du Challenge Fantasy/Thrillers de Licorne
Session 5 : les thrillers/policiers
1/2
9/12

et du Baby Challenge Thriller de Livraddict
6/20

9

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (240)

Posté par Frankie le 20 juin 2016 à 08:26 - Catégorie : ,

Bonjour tout le monde, c'est à nouveau lundi et c'est le jour du bilan de mes lectures dans ce rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane.

- La semaine dernière, j'ai fini The Plague of the Doves (La malédiction des colombes) de Louise Erdrich, que j'ai beaucoup aimé au début mais qui m'a moins enthousiasmé par la suite. Mais ça reste une bonne lecture. Et j'ai commencé Le silence des ténèbres (One Silent Night), le tome 16 des Dark-Hunters/Dream-Hunters de Sherrilyn Kenyon.

- Aujourd'hui, je lis donc One Silent Night et c'est bien sympa à lire. Je pense le lire assez vite, j'en suis déjà à la moitié.

-  Cette semaine, je vais d'abord finir One Silent Night et ensuite, je lirai Dark Revelations, le tome 3 de Level 26 d'Anthony E. Zuiker. Et si on n'est pas encore lundi, j'attaquerai La fête à Boro, le tome 7 des Aventures de Boro, reporter photographe de Franck et Vautrin.

Bonne semaine !

0

Nebraska d'Alexander Payne

Posté par Frankie le 18 juin 2016 à 08:57 - Catégorie : , , ,
avec Bruce Dern, Will Forte, Bob Odenkirk, Stacey Keach

Résumé :
Woody Grant, un vieux monsieur vivant dans le Montana, est persuadé d'avoir gagné un million de dollars à la loterie et entend bien aller récupérer son gain dans le Nebraska. Sa famille, qui sait pertinemment que la loterie en question est une publicité déguisée, refuse de l'y emmener, mais son fils David finit par céder. Au cours du voyage, Woody se blesse et les deux hommes sont contraints de faire étape dans la ville natale du vieil homme originaire du Nebraska...



Mon avis :
C'est le deuxième film d'Alexander Payne que je regarde en quelques semaines, après The Descendants, et ce monsieur est un bon client pour le Challenge 50 états - 50 billets :) Au départ, je voulais voir ce film il y a presque deux ans pour le Nebraska (comme son nom l'indique :)) mais à la place j'ai choisi Eleanor & Park, le roman de Rainbow Rowell. Il aurait également pu concourir pour le Montana mais j'avais déjà validé cet état et c'est donc pour le Dakota du Sud que je l'ai vu, car il s'y passe une ou deux scènes. Mais en dehors de mon choix stratégique pour un challenge, j'ai beaucoup apprécié ce film très touchant sur les relations familiales et le temps qui passe.

Je ne vous remets pas de résumé, le premier est suffisamment détaillé.

Dans Nebraska, Alewander Payne reprend un peu les mêmes thèmes que dans The Descendants, c'est au cours d'un voyage que les relations entre un père et ses enfants vont se renforcer. Mais le père dans Nebraska n'est pas un fringant quinqua à la George Clooney. C'est un vieux monsieur de plus de 80 ans, qui commence à perdre la tête, qui n'a pas été un bon père (comme bien souvent, sinon il n'y aurait pas de film sur le sujet), ni un très bon mari et qui buvait beaucoup. Et le fils n'est pas un ado qui se rebelle mais un quadra un brin dépressif dont la vie n'est pas folichonne. Ce road trip et ce retour aux sources dans la ville natale de Woody vont permettre au fils de mieux cerner son père, et de s'apercevoir que cet homme est tout bonnement humain et à la fin de sa vie et que cette vie se raccroche à ce bout de papier lui donnant à croire qu'il a gagné ce prix. Cela donne lieu à des scènes cocasses ou touchantes.

Mais le film est aussi l'occasion de revenir sur ces villes presque désertes du Midwest, où les gens végètent depuis des décennies sans vraiment d'espoir d'en partir, devenant aigris ou envieux. La famille de Woody est tout un poème à elle toute seule :)

Bruce Dern (que j'ai déjà vu cette année dans The Hateful Eight) campe ce vieux monsieur dont la vie est derrière lui. Il est excellent dans le rôle, très juste et d'ailleurs il a reçu le prix d'interprétation à Cannes pour le rôle.

Jusqu'à présent, je n'avais vu Will Forte quand dans les premiers épisodes de Last Man on Earth (série que j'ai vite abandonnée) où il était assez excessif. J'ai dont été agréablement surprise par son jeu tout en retenue dans le rôle du fils un peu perdu et je l'ai trouvé très bien.

Bob Odenkirk joue le second fils. Odenkirk c'est le Saul Goodman de Breaking Bad et Better Call Saul, un acteur que je trouve génial et il est très bien dans ce film aussi, assez en retenue également.

June Gibbs qui a joué dans de nombreuses séries campe l'épouse de Woody et la mère de David et Ross et je dois dire qu'elle est très bien aussi, très agaçante, une vraie mégère ! J'ai souvent eu envie de lui dire de la fermer !

Et Stacy Keach, qu'on ne présente plus, joue un type de la ville natale de Woody qui a un très vieux contentieux avec le vieil homme.

Alexander Payne réalise un film intimiste dans des endroits pourtant grandioses :) Son film est en noir et blanc, donnant une impression assez nostalgique et surannée et qui va bien avec le sujet de la vieillesse. Il y a parfois des petites longueurs ou lenteurs mais cela ne nuit pas au film.

En conclusion, Nebraska est un film sur le temps qui passe, la vieillesse, les relations familiales porté par d'excellents acteurs et une réalisation impeccable en noir et blanc. Un film pas seulement touchant mais également avec de nombreuses scènes cocasses. Et si vous voulez savoir si David emmènera Woody jusqu'au bout pour récupérer "son prix", regardez-le.

Note :



Vu en version originale sous-titrée VO.

Il fait partie du Film de la semaine 2016 de Benji
29/52

et du Challenge 50 États - 50 billets de Sofynet
pour l'état du Dakota du Sud
  49/50
Le Dakota du Sud est le 40e état à avoir rejoint l'Union en 1889. Sa capitale est Pierre et sa plus grand ville Sioux Falls.
Le mont Rushmore, où se déroule une scène du film, est l'endroit où ont été construites les très célèbres sculptures monumentales de  4 présidents des États-Unis à flanc de montagne. Il y a les têtes de George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln. Les sculptures furent érigées entre 1927 et 1941 pour commémorer les 150 ans des États-Unis. Le mont Rushmore se trouve près de la ville de Rapid City. C'est marrant, j'ai toujours cru que ce mont se trouvait plus à l'est du pays, vers les Appalaches...

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.