9

L'âme des guerriers de Alan Duff

Posté par Frankie le 5 mai 2012 à 11:23 - Catégorie : , ,
Titre original : Once were Warriors

Résumé :
Dans la Cité des Pins, quartier de Two Lakes, en Nouvelle Zélande, la majorité des Maoris qui y vivent sont des gens sans emploi et sans avenir, dont les hommes ont pour seul moyen d'expression la violence et un seul refuge l'alcool. C'est là que Beth Heke, mère de 6 enfants, mariée à Jake qui la bat, vit. Un drame va faire exploser leur cellule familiale déjà précaire...


Mon avis :
C'est toujours compliqué de choisir un livre pour le Challenge Destination d'Evertkhorus, surtout quand on ne connais aucun auteur du pays concerné. Je dois dire que j'ai un peu galéré pour la Nouvelle-Zélande et que finalement, j'ai réduit mon choix à plusieurs livres pour finir par choisir L'âme des guerriers. J'ai hésité avec des lectures qui me semblaient plus légères mais je voulais un livre qui portent sur les Maoris et comme je connaissais de nom l'adaptation faite de ce livre, je l'ai donc choisi pour cette nouvelle aventure. Et je peux vous dire que ce ne fut pas une lecture très marrante, même si elle fut intéressante.

À la Cité des Pins, un quartier de la ville de Two Lakes, la plupart des Maoris qui y vivent n'ont aucun espoir d'avenir et ils passent leurs journées à traîner, à boire et à se battre. C'est d'ailleurs le quotidien de Jake Heke depuis qu'il a perdu son boulot. Homme violent, il passe ses poings et ses nerfs sur sa femme Beth, 32 ans, et mère de ses enfants. Mais un drame familial va changer la donne et permettre peut-être à Beth d'aspirer à autre chose que cette vie-là...

Je dois d'abord dire qu'à priori, la ville de Two Lakes est une ville fictive qui s'inspirait de Rotorua (qui signifie les deux lacs en Maori) et où l'auteur a passé son enfance. Quant à la Cité des Pins, c'est marrant, c'est le nom du quartier où j'habite en Tunisie (mais c'est beaucoup plus vivable :)).

J'avoue ne pas trop savoir comment parler de cette lecture ! C'est un livre très dur et sombre que j'ai choisi là et j'ai vraiment eu du mal à accrocher quand je le lisais.

Une bonne partie du roman parle de violence, quelle soit conjugale, avec Beth comme victime, ou entre mecs qui sont comme des pitbulls quand ils se croisent, comme c'est le cas de Jake, le mari de Beth qui a envie de démolir le moindre type qui le regarde de travers !

Mais c'est surtout un constat sans concession sur le peuple Maori, abandonné, privé d'espoir et peu intégré dans la société néo-zélandaise et qui se réfugie dans la boisson et le désœuvrement quand ils ne font pas partie de gangs ultra violents, quand à côté vivent des blancs riches ignorants des conditions de vie de ces maoris.

Cela ne donne pas une image idéale de la Nouvelle-Zélande (bien loin des décors de rêve du Seigneur des anneaux ! ^^) mais on est de plain-pied dans la réalité. Réalité qui est, également, le fait que certains ne cherchent pas à s'en sortir non plus, alors que, comme le souligne un prédicateur à un moment donné du roman, d'autres ont réussi et sont devenus avocats, médecins, joueurs des All Blacks, et que c'est à chacun de se prendre en charge.

Mais si le livre est très sombre et peu agréable à lire, il faut le reconnaître, il y a aussi des passages magnifiques ou bouleversants et même ceux qui ne parlent que de violence ou d'alcoolisme ou de désespoir sont intéressants et j'ai finalement refermé cette histoire en ayant envie de connaître la suite. Il faut dire que les deux personnages principaux ont un espoir de rédemption, même si c'est moins évident pour l'un que pour l'autre et que cette lueur d'espoir donne envie de voir comment ils s'en sortent ensuite.

Dans le livre, il y a des scènes de Haka (qui en fait s'appelle Peru peru) et j'ai eu l'impression de me retrouver sur un stade de rugby face à des All Blacks déchaînés ! C'est quand même quelque chose cette danse tribale ! :) Une autre facette des Maoris qui m'a interpellée, ce sont les tatouages tribaux que certains se font faire sur le visage, ça m'a l'air impressionnant !

J'avoue que je n'ai pas aimé Jake. Difficile de s'attacher à cet homme qui frappe sa femme pour passer ses nerfs, qui boit du matin au soir et qui cherche la bagarre sans arrêt. Sur la fin, je n'ai cependant pas pu m'empêcher le plaindre un peu.

Pour Beth, c'est pareil, je ne l'ai pas trouvée très attachante mais heureusement, au fil du roman, elle émerge peu à peu de sa torpeur pour se prendre en charge.

En fait, le personnage que j'ai beaucoup aimé, c'est Grace, une des filles des Heke. Je l'ai trouvée différente des autres, plus ouverte sur le monde qui l'entoure.

Le style de l'auteur est vraiment peu agréable à lire. C'est ce qui a rendu ma lecture difficile. Le livre est écrit petit et serré, sans réelle respiration et les dialogues sont imbriqués dans le récit (un peu comme dans La route de Cormac McCarthy pour ceux qui l'ont lu). Certains chapitres sont interminables (55 pages pour l'un), d'autres très courts, c'est assez bancal. Et le langage utilisé est à l'image du roman, violent, grossier bien que parfois certaines descriptions soient soudainement lumineuses.

En conclusion, une lecture difficile mais intéressante malgré tout, qui fait découvrir une Nouvelle-Zélande loin des images de cartes postales. Et si vous voulez connaître les drames qui secouent la famille Heke et découvrir le quotidien désespéré de la population maori, lisez ce livre choc.

Note :



C'était donc Destination Nouvelle-Zélande, voyage effectué en compagnie de EvertkhorusAchille49MéloëPaikanneNelfeJostein – Mel loves travels – AproposdelivresMimipinson (+1 autre lecture)– Iluze – Vagabondes – Lynnae (+1 autre lecture) – Flof13SharonSilly

J'espère quand même bien découvrir ce pays, un jour !

9 Comments


Je découvre, avec ce challenge, des auteurs tout à fait inconnus pour moi :-)


ah, il m'a l'air intéressant comme tout ! J'aurais bien aimé un roman aussi avec les Maoris, mais pas moyen, j'avais pas ça dans ma PAL (et comme c un monstre, autant la descendre à la moindre occasion !)... Bref, tu viens d'augmenter ma wish-list, coquine !!


un livre que j'ai envie de lire, pour la culture Maorie


Cela a l'air passionnant et j'aimerai beaucoup le lire! Tu n'as pas envie de voir le film maintenant?


Ca doit être vraiment très intéressant. De mon côté, j'avais fait exprès de faire le choix d'une lecture "légère", mais je pourrais bien avoir envie de découvrir quelque chose de ce type, d'ici quelques temps.


Ah, je n'aime pas du tout ce type de livre : écrit petit, serré, et tout :/ donc il ne me tente pas du tout, au moins pour l'instant !


je garde un fort du film.


Je suis en retard mais j'ai mis en ligne mon billet aujourd'hui. J'avais lu mon roman il y a plusieurs semaines mais je n'avais pas fait mon billet :s
Il faut que je mette en ligne vos liens également :)


@Paikanne, idem pour moi, c'est pour cela que ce challenge me tient particulièrement à coeur.

@Flof, désolée ! :D

@Mimi, c'est vrai que c'est une approche intéressante (et tragique) de la culture Maorie.

@Evert, si, et je voulais le voir également mais je ne l'ai pas trouvé à temps.

@Meloë, oui, c'était assez intéressant.

@Lynnae, c'est vrai que la mise en page est un peu austère mais on s'y fait.

@Theoma, il faut que je le voie.

@Nelfe, merci pour ton passage ici !

Merci pour vos commentaires !

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.