1

Dalida de Lisa Azuelos

Posté par Frankie le 7 janvier 2018 à 11:58 - Catégorie : , , ,
avec Sveva Alviti, Riccardo Scarmacio, Jean-Paul Rouve, Patrick Timsit, Nicolas Duvauchelle, Vincent Perez

Résumé :
La vie de Iolanda Gigliotti, dite Dalida, née au Caire en 1933 et décédée en 1986...






Mon avis :
Si je n'avais pas vu la bande-annonce du film sur Canal + fin décembre, je n'aurais jamais regardé ce film. Ce n'est pas (enfin plus) le genre de films que je vais voir au cinéma et la vie de Dalida ne m'emballait de toute façon pas vraiment. Mais pendant les vacances de Noël, j'ai donc vu cette bande-annonce avec ma fille et on s'est dit qu'on verrait bien le film diffusé quelques jours plus tard. Et ce fut donc le dernier film que j'ai regardé en 2017. Et si la prestation de l'actrice principale est bluffante, le film lui reste assez plat...

Iolanda Gilgliotti nait en 1933 dans une famille italienne installée en Égypte. Élue Miss Égypte en 1954, elle tourne des petits films au Caire puis part à Paris où elle se fait connaître en 1956, grâce au tube Bambino. Dès lors, elle chantera pas moins de 2000 chansons, connaîtra un succès planétaire et traversera toutes les modes avant de retourner vers le cinéma dans Le 6e jour de Youssef Chahine en 1986. Sa vie privée ayant été une succession de drames, elle se suicide le 3 mai 1987 à l'âge de 54 ans...

Qui ne connaît pas Dalida, même encore aujourd'hui ? Comme a dit ma fille après avoir vu le film "c'est dingue toutes les chansons qu'on connaît !" Oui c'est dingue car aujourd'hui encore, les dancefloors résonnent de Salma y salama, Bambino, Laissez-moi danser (Monday, Tuesday). Pour ma part, née dans les années 60, j'ai grandi avec les chansons de Dalida, même si à l'époque c'était trop vieillot puis ringard à mon goût. Mais le fait est que la chanteuse est une icône de la chanson populaire française qui perdure au-delà des décennies et des générations.

Le film retrace donc le parcours de la chanteuse, s'attardant surtout sur sa vie depuis son arrivée à Paris jusqu'à son suicide et se focalisant sur les drames et les amours qui ont jalonné sa vie. Ce qui fait que toute son enfance puis son adolescence au Caire sont un peu expédiées. De toute façon c'est vraiment difficile de raconter une vie aussi riche en à peine deux heures et du coup, le film est un peu plat, il manque quelque chose. On est touchés, émus, la vie de Dalida est intéressante mais le film n'est pas exaltant.

En fait, personnellement, j'ai trouvé le film très déprimant. À s'intéresser sur ses amours malheureuses, on a l'impression que la chanteuse n'a jamais vraiment connu le bonheur d'autant plus qu'être une jeune femme qui voulait percer dans les années 50 n'était pas une sinécure. Le côté paternaliste de Lucien Morisse (PDG d'Europe 1 et son mari), Barclay (qu'on ne présente plus) et Coquatrix, le patron de l'Olympia est bien mis en avant dans le film. Ce qui fait qu'on a l'impression que Dalida n'est pas franchement maîtresse de sa vie, ce qui était sûrement le cas.

On peut trouver le film pas franchement réussi, son interprète, elle, est une fabuleuse Dalida. Dans les scènes de jeu, on voit que ce n'est pas vraiment la chanteuse mais elle est la joue vraiment bien mais sur scène, c'est confondant. Bien sûr, elle chante en play back et je pense que la voix de Dalida fait illusion mais vraiment, à certains moment, je me suis demandé s'ils n'avaient pas superposé des images de la vraie Dalida. Du coup, c'est hyper émouvant de voir cette icône prendre vie. En revanche, et je crois que c'est une des raisons pour lesquelles je suis un peu circonspecte sur le film, la comédienne est italienne comme nombre d'acteurs à ses côtés et si elle joue parfois en français ou se double, elle joue aussi pas mal en italien, surtout face à ses compatriotes et là c'est le drame car c'est hyper mal doublé. Il aurait fallu du coup laisser en version originale quand elle s'exprimait en italien car c'était la langue d'origine de Dalida. Là c'est tellement mal fait que ça en est gênant. Mais ça n'enlève pas grand chose à la prestation de l'actrice.

Les autres acteurs sont très bien et très justes, si l'on excepte ces problèmes de doublage. L'acteur qui joue Orlando, le frère de la chanteuse est bon ainsi que bien sûr Patrick Timsit, Jean-Paul Rouve et Vincent Perez qui jouent respectivement Coquatrix, Morisse et Barclay. L'acteur qui joue le Comte de Saint-Germain, grand amour de la chanteuse le joue bien. C'est l'une des histoires de Dalida dont je me rappelle le mieux car j'étais ado au moment où elle était avec lui et je me rappelle le scandale que le personnage suscitait (il prétendait qu'il était plus ou moins le comte de St Germain du XVIIIe siècle et donc immortel...)

Lisa Azuelos a déjà d'autres films à son actif dont Qu'est-y est belle que j'avais vu au ciné et que j'avais bien aimé et Lol avec Sophie Marceau que beaucoup ont aimé et pas moi. Ce fut d'ailleurs mon flop dans mon premier bilan ciné sur ce blog :D Là elle prend le parti de décrire l'histoire de Dalida de façon non chronologique, en commençant par sa première tentative de suicide en 1967. Je l'ai dit plus haut, sa réalisation est assez plate, manque de bruit, de fureur, d'exaltation alors qu'elle réussit si bien à mettre Dalida chanteuse en scène. Disons que le film est assez académique en fait.

En conclusion, voilà un film qui se laisse regarder car Dalida a été et reste encore une icône incontournable de la chanson populaire française mais le film aurait gagné a être moins académique et surtout pas doublé quand les acteurs s'expriment dans leur langue natale. Mais heureusement, la prestation fabuleuse de Sveva Alviti donne vraiment vie à Dalida et dans ces moments-là, le film est très émouvant. Alors si vous aimez la chanteuse ou voulez simplement découvrir sa vie qui a connu des moments bien dramatiques, regardez-le.

Note :



Le film fait partie du Film de la semaine 2017 de Benji
42/52


1 Comments


Pas non plus mon genre de film à la base, mais il faudra vraiment que je le regarde tout simplement parce que mon père, qui a des loisirs très variés, a été figurant dedans, pour le fun xD Voilà, tu sauras tout.
En revanche, dommage pour la réalisation. J'avais aussi bien aimé Comme t'y-es belle, donc je me disais que ça pouvait être un bon point pour le film, mais au final tu as l'air de dire que c'est plus la prestation de l'interprète qui vaut le déplacement.

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.