9

L'étrangleur de Cater Street, Charlotte et Thomas Pitt, tome 1 d'Anne Perry

Titre original : The Cater Street Hangman

Résumé :
La vie des Ellison, bourgeois londoniens de l'ère victorienne, se voit chamboulée lorsqu'un tueur sévit dans la paisible Cater Street et qu'il se met à étrangler des jeunes filles, servantes ou de bonnes familles. L'inspecteur Thomas Pitt enquête et éveille l'intérêt de Charlotte, la cadette des Ellison, une jeune femme à la langue bien pendue...


Mon avis :
Des enquêtes policières se passant sous l'ère victorienne, il n'en fallait pas davantage pour me donner l'eau à la bouche ! Cela faisait donc un bout de temps que j'avais envie de découvrir Thomas Pitt et sa femme Charlotte et ce premier tome fut ma dernière lecture de 2013. Sans qu'elle soit exceptionnelle, je dois dire que j'ai passé un très bon moment à suivre cette histoire.

Le quartier bourgeois autour de Cater Street est en émoi lorsque plusieurs jeunes filles sont assassinées dans cette rue. La vie des Ellison, le père banquier à la City, la mère s'occupant de la maison et leurs trois filles, la sage Sarah, l'indépendante Charlotte et la délurée Emily, s'en trouve bouleversée. L'inspecteur Thomas Pitt qui mène l'enquête semble éprouver un intérêt peu professionnel pour Charlotte et trouver agréable l'esprit non conventionnel de la jeune femme.

L'intrigue policière est assez classique, des meurtres, une enquête. J'ai apprécié de ne pas avoir deviné l'identité du coupable ce qui fait que j'ai suspecté pas mal de gens selon la volonté de l'auteur qui nous faisait miroiter que ça pouvait être untel ou untel ! :) Du coup, le vrai coupable sans être une véritable révélation est quand même inattendu (mais je n'en dirai pas plus). J'ai beaucoup aimé l'atmosphère entourant ces meurtres et l'enquête, avec le brouillard londonien ajoutant une touche propice au suspense. Ça faisait très "Jack l'éventreur" :)

Mais ce roman est avant une description des moeurs de l'époque régissant les différentes couches sociales. Jusqu'à ces meurtres, les Ellison et leurs proches évoluaient dans un petit cocon douillet, feutré même. Les femmes s'occupaient de la maison et ne devaient pas être trop au fait de l'actualité pour que ça n'embrouille pas leur bel esprit (hum...) et se consacraient aux bonnes oeuvres et sorties mondaines, tandis que les hommes travaillaient ou sortaient dans leurs clubs exclusivement masculins. Les assassinats vont faire voler en éclat toute cette "belle" harmonie et étaler au grand jour certains secrets ou indiscrétions des uns ou des autres. Ça va être aussi l'occasion pour certains, surtout pour Charlotte, de découvrir qu'il existe des gens aux conditions sociales bien déplorables...

Après Amelia Peabody et Alexia Tarabotti, voici une autre héroïne forte tête de l'ère victorienne, Charlotte Ellison. Comme ses deux consoeurs, elle est vieille fille et s'en porte bien, comme elles, elle ne sait pas rester à sa place ! :) J'ai trouvé le personnage intéressant mais j'ai trouvé qu'elle manquait quand même un peu de mordant. Malgré ses tentatives de lire le journal en cachette de son père et de s'intéresser à ce qu'elle ne devrait pas, j'ai trouvé malgré tout que c'était un bon produit de la bourgeoisie. Un peu plus indépendante que ses soeurs, certes mais pas non plus du genre à tout balancer par-dessus les moulins. Mais je pense que sa relation (naissante dans ce premier tome et un peu abrupte à mon goût du côté de Charlotte) avec Thomas Pitt changera la donne dans les prochains tomes.

Car Thomas Pitt n'est pas du même monde que Charlotte et sa famille. Il est même d'une condition inférieure à eux. C'est un personnage que j'ai trouvé intéressant. On le sent très impliqué dans ce qu'il fait, il y une petite ironie en lui qui est bienvenue et contrairement aux autres hommes du romans, c'est un homme sympathique.

Car on ne peut pas dire que les autres personnages masculins du roman le soit. Que ce soit le père Ellison, assez obtus envers les éléments féminins de sa famille, Dominic, le mari de Sarah, ou George Ashworth, l'homme qui courtise la benjamine des filles, aucun n'a trouvé grâce à mes yeux. Et ce n'est pas le Vicaire qui a remonté la cote de la gente masculine à mes yeux.

Une femme que j'ai beaucoup appréciée c'est Caroline Ellison, la mère de famille. On voit d'où Charlotte tient son caractère car Caroline a du répondant même si en épousant Edward Ellison elle a dû mettre de l'eau dans son vin.

Quant aux autres filles Ellison, Sarah ou Emily, elles ne sont pas très intéressantes. Emily est trop "bécasse" à mon goût, Sarah trop "dans le moule".

Avant de commencer le roman, je me demandais si j'avais bien faire de vouloir le lire en VO. Une fois le livre commencé mes doutes se sont envolés car j'ai vraiment apprécié de le découvrir en anglais. C'est très bien écrit, très facile à comprendre, j'ai trouvé qu'il y avait un côté austenien (sans le talent de la dame) dans la façon dont Anne Perry décrivait la vie des Ellison et je ne me suis pas ennuyée. J'ai juste trouvé que la fin était trop rapide, presque abrupte.

En conclusion, une très bonne découverte que ce premier tome des enquêtes de Thomas Pitt et je pense continuer la série (et il y a 27 ou 28 tomes déjà publiés, j'ai de quoi faire ! :)) Et si vous voulez savoir qui est le coupable des meurtres de Cater Street et comment Thomas Pitt va réussir à conquérir le coeur de Charlotte, lisez-le.

Note :



Ce livre fait partie du Baby Challenge Policier 2013 de Livraddict
12/20
(10 + 2 jokers)
Médaille de bronze

du Challenge Thrillers et Polars de Liliba
3/8

Et du Challenge Read in English d'Avalon
9

Et l'auteur étant née anglaise, il fait aussi partie du Challenge God Save the Livre d'Antoni
11/5

9 Comments


Je garde un très bon souvenir de ce premier tome ! Les deux suivants m'ont moins plu mais le quatrième est dans ma PAL, j'espère donc y retrouver ce qui m'avait tant plu dans "L'étrangleur de Cater Street" :)


Au final, je suis d'accord avec tout ce que tu dis de ce livre… et je tenterai peut-être de lire la suite en anglais ; car la traduction ne m'a pas satisfaite au niveau du style.


Très tentant mais j'avoue que j'éprouve quelques réticences à entamer une énième série à rallonge...


Tu m'as tenté avec ta référence à cette chère Amélia, mais le coup de 27 tomes m'a un peu refroidi ^^


Si il y a bien une chose dont je me rappelle, c'est bien de la fin, j'ai été un peu surprise ^^ Et oui si on aime le premier tome, on a de quoi faire.


C'est vrai qu'à part Thomas, les hommes ne sont pas trop sympathiques dans ce premier tome et j'ai moi aussi beaucoup aimé Caroline ! Je ne connais pas encore Amelia (mais j'ai le tome 1 dans ma Pal) et Alexia mais j'ai maintenant hâte de faire leur connaissance surtout si, comme tu dis, elles ont encore plus de mordant que Charlotte !!!!!


@Books All Around, j'espère pouvoir continuer avec le tome 2 cette année, on verra.

@Mypianocanta, je ne peux pas comparer mais en anglais c'était bien.

@Sokitty, et celle-ci est vraiment très très à rallonge ! :)

@Gilwen, c'est vrai que tant de tomes, ça refroidit un peu.

@Galleane, Oui ! Si j'en lis un par an, je serai grabataire lorsque je finirai la saga ! ^^

@Alexielle, oh oui, Amelia et Alexia sont top ! :)

Merci pour vos commentaires.


J'ai passé un moment agréable avec ce roman. J'ai bien aimé le personnage de Charlotte (mais je n'ai pas de comparaison car je n'ai pas lu les sagas avec les héroïnes que tu cites) que j'ai trouvé charmante et intelligente. J'aime beaucoup ce qui arrive entre elle et l'inspecteur.
Au final, c'est clair que l'enquête passe après la peinture de la société mais c'est très intéressant.


@Wal, il faudra que tu lises les Amelia Peabody, c'est vraiment extra. Et c'est sûr que ce premier tome de Charlotte et Thomas Pitt est très intéressant sur sa description de la société. Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait toujours très plaisir quand les copinautes viennent commenter sur mes vieux articles :)

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.