2

Le mystère de Callander Square, Charlotte et Thomas Pitt tome 2 d'Anne Perry

Titre original : Callander Square

Résumé :
Les cadavres de deux nourrissons sont découverts dans le jardin d'un square londonien. L'inspecteur Pitt est chargé de l'enquête. Mais sa femme Charlotte entend bien enquêter elle aussi et se met en tête de découvrir les secrets qui se cachent derrière les belles façades du square...



Mon avis :
J'avais lu le premier tome de cette saga voilà déjà plus de trois ans et j'avais beaucoup aimé l'enquête policière se passant sous l'ère victorienne avec des personnages plutôt sympathiques à suivre. Cette année, je me suis quand même dit qu'il fallait que je reprenne surtout qu'il y a pas loin de trente tomes et je serai grabataire à ce compte-là quand j'arriverai au bout, si jamais j'y arrive... Bon bref, pour en revenir à ce Callander Square, je l'ai trouvé dans la lignée de la première enquête très agréable à lire et surtout prétexte à pointer du doigt la bonne société londonienne de la fin du XIXe siècle.

Voilà deux ans que Thomas Pitt a épousé Charlotte et qu'ils coulent des jours tranquilles. Charlotte attend leur premier enfant tout en tenant sa maisonnée. Quand deux nourrissons sont découverts morts dans un square londonien et que Thomas est affecté à l'enquête, Charlotte et sa soeur vont également enquêter de leur côté pour découvrir quels secrets cachent les habitants du très huppé square Callander...

Ce deuxième tome reprend, par bien des aspects, des thèmes déjà évoqués par l'auteur dans l'histoire précédente, à savoir une vision assez acerbe de la société bourgeoise et aristocratique londonienne, qui semble bien sous rapports mais qui, dès qu'on gratte un peu le vernis, se révèle avoir bien des secrets. Et cette triste histoire de nourrissons morts ou tués à la naissance va démontrer la veulerie de certains. C'est l'aspect du roman que j'ai le plus aimé, cette peinture de la fin du XIXe, ces hommes qui semblent tous avoir quelque chose à cacher (difficile de trouver qui est le coupable) et ces femmes qui en savent davantage que ce qu'elles ne montrent.

Ce roman parle aussi beaucoup du mariage et du couple. Comment les hommes et les femmes "de la haute" se marient sans se connaître, cohabitent sans vraiment vivre ensemble, chacun vacant aux tâches qui leurs sont assignés et qui, au final, restent deux étrangers même au bout de 30 ou 40 ans de vie commune. J'ai aimé comment certains hommes de Callander Square découvrent qu'ils ont une épouse qui a de la jugeote, qui en savent davantage que ce qu'ils voudraient. Car il ne faut pas se voiler la face, la société londonienne est une société masculine où les épouses sont réduites à l'état de mères et de régentes de la domesticité et où les filles et les femmes n'ont pour seules échappatoires ou loisirs, que d'avoir des histoires d'amour illicites qui bien souvent débouchent sur de grossesses non désirées. Et je ne parle pas des petites femmes de ménage, qui sont à la merci du désir de leurs patrons... Mais au moins cette histoire va permettre à certaines de ces femmes de ce rendre compte qu'elles aussi ont une place et peuvent montrer ce qu'elles savent faire...

L'enquête, elle, est plus classique. Elle est assez triste puisqu'elle concerne des enfants mais d'autres meurtres vont venir prendre le pas sur cela. C'est l'occasion pour Thomas Pitt de démontrer qu'un policier n'est pas qu'un subalterne désargenté qu'on peut manipuler et que personne n'est au-dessus des lois. J'ai juste regretté qu'il ne soit pas plus présent. Il sert un peu à passer les plats si vous me pardonnez cette expression. Mais j'aime beaucoup son personnage et son intégrité.

On voit un peu plus Charlotte car elle s'arrange pour être au coeur des affaires. Sinon en tant que femme de policier qui n'a pas un sou, elle resterait cantonnée chez elle. J'aime beaucoup ce personnage avec son caractère têtu et son opiniâtreté mais j'espère que la prochaine fois, on la verra encore davantage.

J'avais trouvé Emily, sa soeur, bécasse dans le premier tome, là je dois dire que j'ai un peu révisé mon jugement. Elle est en fait assez marrante et plus futée qu'elle n'en a l'air. Et ses contacts sont très utiles dans cette enquête. On voit qu'elle aussi n'a pas envie de s'ennuyer dans la vie qu'on attend d'elle et qu'elle a envie d'autre chose, d'un peu plus de piment.

Parmi les gens de Callander Square, peu sont sympathiques, en tout cas, les hommes. Mais j'ai bien apprécié le général Balantyne, un homme solide et plutôt sympathique. Et j'ai beaucoup aimé Jemina, une préceptrice, sans doute parce qu'elle ne fait pas partie de la bourgeoisie et de l'aristocratie.

Le style de l'auteur est très agréable à lire en anglais. J'aime qu'elle adapte son écriture à l'époque qu'elle décrit, cela donne un côté très charmant.

En conclusion, Le mystère de Callander Square est un roman policier très agréable à lire, surtout pour la société qu'il dépeint plus que pour l'enquête elle-même qui va pourtant révéler les fissures qui craquèlent les belles façades des demeures victoriennes. Et si vous voulez savoir ce qu'il s'est vraiment passé à Callander Square et qui sont ces deux nourrissons retrouvés morts, lisez-le. Quant à moi, j'espère ne pas mettre trop de temps pour retrouver Thomas et Charlotte Pitt.

Note :



Le roman fait partie du Challenge ABC 2017 de Nanet
12/26

du Challenge Polars et Thrillers de Sharon
8

du Challenge Thrillers/Fantasy de Licorne
Thrillers/policiers 6/6
Total : 11/12
+ 3 points pour le livre
+ 1 car l'auteur est une femme

et enfin du Challenge Read in English 2016 - 2017 que j'organise
22

2 Comments



très jolie chronique qui souligne tout ce qu'il y a dire sur ce roman. J'avais été un peu déçue par le premier, mais celui-ci m'avait plu davantage, peut-être parce que Charlotte et Pitt n'ont plus le même genre de relations.
J'ai déjà lu le troisième qui reste dans la même veine, mais comme toi, cela m'étonnerait que j'arrive à finir la série un jour :)


Merci My ! C'est évidemment plaisant à lire. Et j'espère ne pas mettre trop longtemps à lire le 3e mais c'est vrai que pour arriver au bout, il faudrait pratiquement en lire un par mois... mais c'est la même chose pour les Stephanie Plum (24 ou 25 tomes) et bien d'autres sagas. À force on lirait toujours la même chose... Donc c'est un peu crève-coeur d'avoir des séries intéressantes en cours qu'on ne finira sans doute jamais. Merci pour ton commentaire.

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.