5 août 2020

Cyber China, Une enquête de l'inspecteur Chen, tome 8 de Qiu Xiaolong

Titre original : Enigma of China

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Après le suicide de Zhou, un cadre shanghaien, accusé de corruption après la parution d'une photo sur internet le montrant en possession d'un paquet de cigarettes de luxe et alors qu'il était assigné à résidence et sous surveillance policière dans un hôtel, l'inspecteur Chen est appelé en renfort auprès du policier en charge de l'enquête. Aidé par une jeune journaliste, Lianping, séduite par son côté poète, il va essayer de démêler le vrai du faux, devoir déterminer s'il s'agit d'un vrai suicide, sous l'oeil vigilant du Parti, inquiet de l'émergence des réseaux sociaux...



Mon avis :
En avril dernier, pour le challenge Un genre par mois où l'on devait lire un roman policier, j'ai retrouvé avec grand plaisir mon inspecteur chinois chouchou, Chen. Alors que le tome précédent, Les courants fourbes du lac Tai, avait été pratiquement un coup de coeur, j'ai trouvé ce tome-ci un ton en-dessous et ce pour diverses raisons.

Tout d'abord, la chronologie m'a beaucoup perturbée. Certes il s'est passé des années depuis les premiers tomes se déroulant dans les années 90, j'en parlais d'ailleurs dans le tome précédent, mais comme les dirigeants du Parti le considère toujours comme un jeune camarade prometteur, je le voyais toujours comme un homme d'une petite trentaine d'années. D'autant plus qu'il se comporte toujours un peu comme cela, que ce soit dans sa vie professionnelle comme sa vie personnelle. Et là, bam, je me suis prise de plein fouet qu'il avait la cinquantaine bien sonnée. C'est même marqué noir sur blanc ! Et en plus, on voit bien que l'inspecteur sent le poids des années, il n'est plus idéaliste comme avant et est un brin désabusé. C'est qu'il virerait presque comme le commissaire Erlendur d'Indridason !

Bref, là on est donc à la fin des années 2000 voir même début 2010 alors que les réseaux sociaux sont en plein essor partout dans le monde et donc en Chine, ce qui ne plaît pas aux dirigeants, bien évidemment, qui veulent pouvoir surveiller ce qu'il s'y passe.

Parallèlement, tout ce qui est faveur et privilèges et même corruption des technocrates est abordé. Chen a profité parfois (souvent) de largesses d'autrui, notamment dans le tome précédent, quand un membre du Parti lui avait payé un séjour de luxe mais il n'a jamais été corrompu. C'est d'ailleurs ce qui fait grincer des dents en haut lieu, parfois. Malheureusement pour le cadre de l'administration shangaienne qui va se faire prendre en photo avec un paquet de cigarettes étrangères de luxe, ce n'est pas tant que la corruption soit révélée que le fait que ce soit étalé au grand jour. Ça ne passe pas du tout et quand les réseaux sociaux s'en empare, ça provoque un scandale.

J'avoue que j'ai trouvé le thème et l'enquête intéressants mais un peu barbant, c'est clairement un tome qui manque d'un petit quelque chose. À croire que l'auteur se lasse un peu et ne met plus la même passion dans ce qu'il écrit. Quand je disais que son personnage principal semblait un peu désabusé, ça vaut peut-être aussi pour l'auteur.

Cependant, toute la description de la vie shanghaienne reste passionnante à suivre, les endroits où va Chen, où il mange. Et il dépeint bien, également, l'évolution de cette société, qui, depuis des années, fait un bon en avant, tout en restant attachée à ses traditions. Dans ce cas-là, c'est un peu la jeune génération contre les vieux barbons :)

Le côté poète de Chen est très présent dans ce tome, comme bien souvent et c'est vraiment un aspect du personnage que j'aime beaucoup. J'adore quand il déclame des poèmes appropriés aux situations et cette mélancolie qui émane alors des pages lues...

Malgré les années qui passent, Chen reste un joli coeur :) C'est un vrai séducteur malgré lui (il faut le reconnaître, ce n'est pas non plus un tombeur). Oubliée Shanshan du tome précédent, bonjour Lianping, la jeune et jolie journaliste. À sa décharge, c'est elle qui lui fait du gringue et s'il tombe sous le charme, il ne se passe rien. Il faut dire que la jeune femme est ambiguë dans son intérêt et notre inspecteur va la percer à jour...

L'inspecteur Yu, l'adjoint de Chen et sa femme Peiqin sont toujours présents mais moins que dans les premiers tomes. C'est dommage parce que je les aime beaucoup.

Au bout de 8 tomes, je n'ai rien de nouveau à dire sur le style de l'auteur. J'avais longuement parlé de la traduction de Fanchita Gonzales Battle, la traductrice attitrée, dans le tome précédent mais là, c'est une nouvelle traductrice qui est à l'oeuvre, Adelaïde Pralon. Je dois dire que je n'ai rien à redire sur son travail, elle rend bien l'atmosphère et l'esprit des tomes précédents.

En conclusion, si j'ai trouvé ce tome 8 des enquêtes de Chen un peu en-dessous des tomes précédents et surtout de celui d'avant, j'ai tout de même apprécié retrouver le personnage et son environnement. Malgré les années qui passent et qui semblent peser sur le policier poète, il reste un homme droit dans un pays où les "gros sous" essaient de s'en mettre plein les poches et sont ouverts à la corruption. Le roman porte aussi sur les nouvelles tendances technologiques, notamment les réseaux sociaux, prompts à pointer du doigt tous les travers de leur société, ce qui ne plaît pas aux dirigeants (forcément !). Malgré le petit coup de mou de l'auteur et une fin un peu abrupte, je ne peux que vous conseiller de lire le tome si vous aimez l'auteur et son héros.

Note :




Le roman fait partie de mon Demi-Challenge ABC 2020 de Nanet
4/13

Et de la nouvelle édition du Challenge Thrillers et Polars de Sharon
 1/5-15

26 juillet 2020

Challenge Thrillers et Polars 2020 - 2021



Le Challenge Polars et Thrillers organisé par Sharon revient pour une nouvelle session (la 9e année !)

Le principe reste le même : il s'agit de lire le plus de polars, policiers, thrillers, que ce soit des romans, des romans noirs, des recueils de nouvelles, des romans policiers fantastiques, des romans historiques, des mangas, des bandes dessinées, des comics, de la littérature jeunesse, des essais, des biographies, des mémoires, entre le 11 juillet 2020 et le 11 juillet 2021.

Comme les années précédentes, il a plusieurs catégories :
– jusqu'à cinq livres lus : Imogène
– de cinq à quinze livres lus : Montalbano.
– de quinze à vingt-cinq livres lus : Miss Marple.
– de vingt-cinq à cinquante livres lus : Erlendur Sveinsson.
– de cinquante à soixante-quinze livres lus : commissaire Maigret.
– de soixante-quinze à cent livres lus : Walt Longmire.
– plus de cent livres lus : Sherlock Holmes.
Et une dernière catégorie pour ceux qui liront plus de 200 livres : Lucky Sherlock pour ceux qui lisent plus vite que leur ombre.

Une nouveauté cette année : ajouter une option « série télévisée » et une option « cinéma ». Ce n’est pas une obligation, c’est quelque chose que Sharon fait déjà pour le mois du polar, alors elle souhaite l’étendre pour le challenge tout entier. Va falloir que je lui demande des précisions car ça m'intéresse :)

Pour ma part, je vais m'inscrire, comme l'an dernier, dans la catégorie Montalbano, c'est à dire lire entre 5 et quinze livres. Cette année, je vais avoir raté mon objectif, pas parce que j'ai lu moins de romans policiers/thrillers (enfin si, car je suis loin des 10 des années précédentes) mais parce que j'ai un retard fou dans mes chroniques (j'en ai au moins 2 en policier à valider qui feront donc partie de cette nouvelle session).  Je finis donc la session 2019-2020 à 4 petites lectures.

Concernant le challenge, vous pouvez retrouver toutes les infos sur le blog de Sharon. ainsi que les magnifiques logos créés par Belette.

Rendez-vous dans un an pour savoir si j'ai réussi mon challenge !

22 juillet 2020

La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan

Titre original : The Chilbury Ladies' Choir

Résumé :
Mars 1940, alors que l'Angleterre est en guerre contre l'Allemagne, le pasteur du petit village de Chilbury ordonne de fermer la chorale de l'église sous prétexte que les hommes sont en grande partie absents. Mais les femmes ne l'entendent pas de cette oreille et, avec la nouvelle professeure de musique, Primerose Trente, décident de monter leur propre chorale composée, entre autres, de Mrs Tilling, une veuve, Kitty Winthrop, une jeune fille de 13 ans, Venitia sa soeur un peu plus âgée qui fait tourner la tête de tous les jeunes hommes qu'elle côtoie, Edwina Paltry, une sage-femme assez louche et qui se retrouve embrigadée dans une sordide histoire et Silvie, une jeune réfugiée juive.

Mon avis :
En mars dernier, je cherchais un livre épistolaire pour le Challenge Un genre par mois d'Iluze, quand j'ai vu passer ce livre chez ma chère Licorne (son avis ici). Avec son air à la Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates que j'avais adoré il y a 11 ans, je me suis dit que c'était le destin et ni une ni deux, je l'ai acheté et lu dans la foulée. Et je l'ai beaucoup aimé, même s'il n'est pas à la hauteur de son prédécesseur.

La chorale des dames de Chilbury (titre que je n'arrive jamais à retenir dans l'ordre...) parle donc d'un petit village au début de la seconde guerre mondiale. Les hommes valides sont partis se battre, ne restent que les femmes, les ados, les vieux et le notable du coin, un personnage pas très recommandable, tyrannique avec sa famille, comme on va vite s'en apercevoir.

C'est dans ce contexte que les femmes vont s'émanciper et profiter de l'absence de leurs hommes pour monter leur propre chorale. Et qui dit chorale dit roman choral ;) avec de nombreux personnages, des coups bas, des magouilles, des espions dans les bois, j'en passe et des meilleures.

C'est un roman qui commence légèrement et gentiment pour devenir plus grave, voire dramatique, au fil des pages. Il y a des moments très tristes... Il aborde également des sujets comme l'homosexualité (passible de prison à cette époque), une situation à la Vie est un long fleuve tranquille (ceux qui ont vu le film comprendront), les relations et les grossesses hors mariage. J'ai d'ailleurs trouvé qu'à ce sujet c'était presque un peu trop rose, disons que ça se passait un peu comme dans un conte de fée. Mais qu'importe... J'ai pris plaisir à suivre les histoires de chacun et chacune.

Pourtant, j'ai eu un peu de mal au début. Je n'arrivais pas à m'attacher aux personnages, même si je trouvais Mrs Tilling très sympathique. Mais Edwina Paltry étant une fourbe manipulatrice c'était difficile de l'aimer, Venetia Winthrop était trop superficielle et sa soeur Kitty trop jeune et naïve pour qu'on s'attache à elles. Mais, au fil des pages, j'ai appris à les connaître, Venetia a gagné en profondeur et est pratiquement devenu mon personnage préféré. Quant à Mrs Tilling, je l'ai aimée d'emblée, mais j'ai trépigné qu'elle ne voit pas de suite ce que j'avais remarqué d'emblée en acceptant le colonel Mallard comme pensionnaire ;) J'ai aussi beaucoup aimé Carrington, le jeune homme homosexuel, qu'on voit peu mais qui est marquant. Quant à M. Winthrop, le notable du village, quel connard de première et j'ai beaucoup aimé comment il se faisait rabattre le caquet à certains moments et que les femmes de sa famille s'affirment face à lui. Il y a de nombreux autres personnages qui interviennent dans l'histoire mais je ne peux pas les énumérer tous (et pour tout dire, 4 mois après ma lecture, c'est un peu difficile !).

Le style de l'autrice est très agréable à lire en anglais, assez simple à comprendre. C'est donc un roman épistolaire où l'on a les points de vue de 5 personnages, de Mrs Tilling, Kitty Winthrop et Silvie (une petite réfugiée) sous forme de journal, même si une différence est marquée entre "journal" pour Mrs Tilling et "diary" pour les deux jeunes filles (du coup si quelqu'un peut me dire comment c'est traduit, ce serait sympa), lettres pour Edwina Paltry et Venetia. L'autrice est arrivée à marquer les différents styles des protagonistes, notamment quand c'était Kitty ou Silvie qui s'exprimaient. En revanche, j'ai trouvé que pour des journaux ou des lettres, c'était extrêmement détaillé, avec des dialogues. Ce n'est pas très crédible mais peut-être que les anciennes générations s'écrivaient avec le sens du détail et de la précision ;) De toute façon, c'est une pratique nécessaire à l'histoire donc que ce soit crédible ou pas, on s'en fiche un peu :D

En conclusion, j'ai beaucoup apprécié cette lecture, pleine de charme, qui nous fait vivre au rythme d'un petite village au début de la guerre, en Angleterre, avec des femmes qui s'affirment et dont la chorale est emblématique de cette prise d'indépendance. Si j'ai eu du mal avec certains personnages, d'autres m'ont beaucoup plu, en particulier Mrs Tilling et Venetia Winthrop. Alors si vous aussi voulez faire leur connaissance, savoir si la chorale de ces dames va réussir à se produire (ça fait partie aussi des intrigues), lisez-le.

Note :




Le roman fait partie du Challenge Un genre par mois d'Iluze
au mois de mars : Épistolaire
3/12

et du Challenge Read in English 2019-2020
que j'organise
8

15 juin 2020

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (330)


Bonjour tout le monde ! Que le temps passe vite, mon dernier C'est lundi date d'il y a déjà quatre semaines ! Il est donc plus que temps de revenir pour parler de mes lectures dans ce rendez-vous créé par Mallou puis géré par Galleane et, maintenant repris par Camille de I Believe in Pixie Dust.

- Ces quatre dernières semaines, j'ai d'abord fini Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Fontaine que j'ai adoré. Outre le côté biographique et instructif sur la formation des astronautes et la vie de Thomas Pesquet, c'est un ouvrage bourré d'humour. Cela m'a fait un bien fou de lire ce genre d'ouvrage. Puis j'ai lu Time's Convert, All Soul Universe T1 (La force du temps, Univers du Livre perdu des sortilèges) de Deborah Harkness que j'ai beaucoup aimé. Pas autant que la trilogie d'origine mais c'était sympa de retrouver Diana et Matthew et leur entourage. J'ai également lu Tu m'as trouvée d'Angéla Morelli, une romance en forme de nouvelle, très sympa à lire et j'ai commencé Le Syndrome [E] de Franck Thilliez.


- Aujourd'hui, je lis donc Le Syndrome [E]. C'est enfin le tome qui réunit Franck Sharko et Lucie Hennebelle après qu'on les a suivis chacun leur tour dans leur tomes respectifs. C'est prenant à lire.


- Cette semaine, je vais d'abord finir Le Syndrome [E], puis je vais m'attaquer à un gros morceau, Fall of Giants (La chute des géants) le tome 1 de la trilogie du Siècle de Ken Follett. Le roman fait presque 1000 pages en VO. Vu mon rythme de lecture, vous n'êtes pas près de me revoir ! :D


À bientôt !

26 mai 2020

La tempête des échos de Christelle Dabos

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Alors que les Arches s’effondrent de plus en plus, Ophélie et Thorn doivent empêcher l'Autre de détruire complètement leur monde et découvrir qui est  Dieu ou plutôt où il se trouve. C'est l'Observatoire des Déviations, un endroit qui mène des expériences terribles qu'ils vont devoir infiltrer pour avoir finalement des réponses...




Mon avis :
Si je n'avais pas autant été emballée que beaucoup par le 1er tome de cette saga, j'avais été proche du coup de coeur lors des deux tomes suivants, séduite par la richesse de l'univers créé par l'autrice et les personnages attachants (oui oui même Thorn). Il me tardait donc de lire ce tome 4, dernier de la série. Il est sorti en novembre dernier et les retours ont été mitigés, notamment celui d'Acr0, déçus même, et du coup, j'ai tardé un peu à le lire. C'est début mars que je m'y suis attelée et je fais, aussi, partie des lecteurs qui ont été mitigés par cette lecture.

On ne va pas se le cacher, ma lecture a été en dents de scie. Pour plusieurs raisons et pas forcément entièrement imputable au livre. Tout d'abord je l'ai commencé début mars alors que la situation était anxiogène à cause du Covid-19 et je dois dire que j'ai eu du mal à lire étant crevée le soir et comme j'ai mis presque 3 semaines pour en venir à bout, j'ai aussi lu en début de confinement ce qui n'était pas une période très amusante. Mais bon, si j'avais adoré le livre, ma lecture se serait très bien passée, je pense.

Pendant une bonne moitié du livre, en fait, j'ai attendu qu'il se passe quelque chose. Vous savez les jeunes conducteurs qui font avancer leur voiture par à coups sur l’accélérateur ? Cela a été comme ça avec La tempête des échos. Je pensais que ça démarrait, qu'il y allait y avoir un truc qui allait me passionner et puis beuuuh, ça retombait comme un soufflé et bis repetita. Je me suis donc un peu ennuyée pendant cette première moitié.

Pourtant, j'ai vraiment aimé certains passages, j'ai toujours autant adoré l'univers créé par l'autrice et le roman a été riche en révélations et retournements de situation que je n'avais absolument pas devinés et que j'ai beaucoup aimés. Sur le principe. Oui j'ai aimé ce qu'on a appris, sur l'Autre, sur Eulalie Dilleux, sur d'autres personnages, sur l'origine des Arches et des Esprits de famille, j'ai trouvé que c'était vraiment bien trouvé, que c'était super intéressant. Mais c'est vraiment dommage que ça ait été noyé sous un galimatias mystico-philosophico-religieux assez bourratif. Ça m'a finalement gâché l'ensemble. Et j'ai été également assez frustrée. Par certaines intrigues conclues un peu rapidement et surtout par la fin. Je peux la comprendre, je respecte tout à fait les choix de l'autrice mais j'ai tourné la dernière page en me disant qu'il allait forcément y avoir un autre tome, que non, ce n'était pas possible que l'autrice nous laisse comme ça ! Et pourtant. Et c'est avec cette sensation un peu amère que j'ai fini le roman...

J'ai énormément apprécié Ophélie dans ce tome. Je l'ai toujours trouvée attachante mais dans les précédents, on avait toujours l'impression qu'elle avait régressé en début de tome et était redevenue un petite souris timide et ce n'est pas le cas ici. Elle est affirmée et je suis contente que mon souhait du tome 3 (que Ophélie ne fasse pas 3 pas en arrière) ait été entendu :) Je suis ravie de la façon dont elle gère les évènements, de ce qu'il lui arrive et s'il y quelque chose qui m'a plu dans ce tome c'est vraiment son évolution personnelle. Pas parce qu'elle est la femme de Thorn ou la fille de je ne sais qui ou le chantre de je ne sais quoi, parce qu'elle est Ophélie, une jeune femme qui a su puiser sa force dans les épreuves et les obstacles. Go Ophélie !

Thorn est pas mal en retrait une bonne partie du tome mais c'est vraiment un personnage que j'apprécie beaucoup. Enfin, je l'apprécie par rapport à ses sentiments pour Ophélie, la façon dont il se comporte avec elle et qui aux antipodes de ce qu'il est sans elle. En revanche, je suis très déçue de son traitement en fin de tome, que je ne spoilerai pas plus.

Là où je suis déçue également, c'est le peu de cas fait à certains autres personnages, notamment la petite Victoire. J'avoue que j'ai trouvé que son développement faisait "pschitt" et un peu "tout ça pour ça". J'attendais beaucoup plus de ce qu'elle est et que ses capacités soient plus utiles (ou alors j'ai oublié, ça fait 2 mois que j'ai lu le livre !) Je suis déçue aussi que bien des personnages soient restés à l'arrière-plan comme Archibald, Bérénilde, et d'autres personnages auxquels on s'étaient attachés dans les tomes précédents. En revanche, j'ai été extrêmement touchée par l'histoire d'Ambroise...

Et bien sûr il y a Élodie Dilleux et l'Autre qui apportent leur lot de révélations et de (grosses) surprises. Je dois dire que ces révélations m'ont plu. Après, l'enrobage mystico-religieux dont je parlais plus haut m'a un peu gâché le tout mais je dois admettre que j'ai adoré ce que l'on apprend sur ces deux-là et tout ce qui s'est ensuivi.

Malgré mes réserves, il faut quand même louer l'imagination de l'autrice, cela se confirme encore dans ce tome qui fourmille d'idées, dont le style est toujours prenant. J'adorerais voir tout cela en BD ou alors, soyons fou, en film. En revanche, comme je l'ai dit à un moment, je l'ai trouvé moins page-turner que les deux précédents.

En conclusion, ma lecture de ce dernier tome a été un peu mitigée, en dents de scie même, avec des moments que j'ai beaucoup aimés et d'autres qui m'ont plus ennuyés et surtout avec un message philosophico-religieux qui m'a paru fumeux et certains personnages trop laissés en arrière-plan. Et la fin m'a beaucoup frustrée et même laissée perplexe. Mais sur l'ensemble de la saga, je ne peux nier que Christelle Dabos a su nous proposer une très belle histoire, un univers riche et superbe et des personnages très attachants, à commencer par Ophélie, notre passe-miroir à écharpe :) et Thorn qui a su gagner notre coeur sous ses dehors revêches (pour être gentille ;)). Je suis un peu déçue de ne pas avoir autant aimé ce tome que j'aurais voulu mais c'est la façon dont l'autrice a voulu conclure sa saga et je le respecte. Quant à moi, j'ai hâte de voir ce qu'elle nous proposera ensuite !

Note :




Vous pouvez aussi lire la chronique de Karine


Ce roman fait partie du Baby Challenge Jeunesse de Livraddict
1/4
2/20

du Demi-Challenge ABC 2020 de Nanet
3/13

et du Challenge Jeunesse/Youg Adult 2019-2020 
3/10

18 mai 2020

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (329)


Hello tout le monde ! Après une petite pause de 3 semaines, me revoici dans ce rendez-vous créé par Mallou puis géré par Galleane et, maintenant repris par Camille de I Believe in Pixie Dust.

- Ces trois dernières semaines, j'ai lu les épisodes 2 et 3 de Cupcakes & Co(caïne) de Fleur Hana qui étaient très sympas à lire. Je les ai préférés au premier. Puis j'ai lu The Subtle Knife, le tome 2 de His Dark Materials (La tour des anges, À la croisée des mondes, tome 2, en VF) de Philip Pullman que j'ai beaucoup aimé. Mais alors que j'avais toujours pensé que c'était ce tome que je préférais, finalement pour le moment et pour cette relecture, c'est le tome 1 qui m'a le plus emballée. Ce tome 2 est très bien mais je ne me rappelais vraiment pas de grand chose. Et j'ai commencé Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne.


- Aujourd'hui, je lis donc Dans la combi de Thomas Pesquet, une BD qui raconte comment Pesquet a été recruté pour devenir astronaute et séjourner dans la station spatiale internationale. J'en ai lu la moitié pour le moment et je dois dire que c'est extrêmement drôle ! Marion Montaigne a le crayon incisif et l'humour corrosif, je m'éclate !


- Cette semaine, je vais d'abord terminer Dans la combi de Thomas Pesquet et ensuite je lirai Time's Convert, All Soul Universe T1 (La force du temps, Univers du Livre perdu des sortilèges) de Deborah Harkness.

Bonne semaine !