0

Le labyrinthe des esprits, le cimetière des livres oubliés, tome 4 de Carlos Ruiz Zafón

Posté par Frankie le 1 décembre 2019 à 12:24 - Catégorie : , , ,
Titre original : El Laberinto de los espiritus

Résumé :
1959, Maurico Valls, l'ancien directeur et tortionnaire de l'ignoble prison de Monjuïc, devenu ministre de Franco, disparaît mystérieusement. La jeune Alicia Gris, diligentée par son mentor, est chargée de l'enquête qui l'emmène à Barcelone d'où elle est originaire et qui la met en présence des Sempere et de Fermin qu'elle a connu étant enfant. Un enquête dangereuse qui fait remonter des souvenirs et des secrets que beaucoup voudraient voir tus à jamais et ressurgir des personnages depuis longtemps disparus, tels Julian Carax et David Martín...


Mon avis :
Carlos Ruiz Zafón et moi, c'est une histoire qui dure depuis 10 ans exactement. C'est Jess qui m'a fait connaître L'ombre du vent aux tout débuts de Livraddict en septembre 2009 et ça avait été ma lecture préférée de cette année-là et par conséquent le livre n°1 du tout premier bilan de mon blog. Ça crée des liens ! :D Depuis, Le jeu de l'ange a été également un coup de coeur et Le prisonnier du ciel n'en est pas passé loin. J'étais donc ravie de retrouver l'auteur, ses personnages et son univers dans une Barcelone fantasmagorique et cela a encore été une excellente lecture et un coup de coeur. Et croyez-moi à l'heure où je lis de moins en moins et où les coups de coeur se font très rares, c'est quelque chose :)

Le labyrinthe des esprits porte vraiment bien son nom car ce roman est effectivement un vrai labyrinthe, une histoire à tiroirs, un puzzle même où les intrigues s'emmêlent, s'imbriquent et c'est même comme un ouroboros (vous savez le serpent qui se mord la queue) puisque à la fin de ce Labyrinthe, la boucle des quatre romans sera bouclée :)

D'ailleurs je vous conseillerais presque de relire les trois autres tomes tant il y a de rappels aux histoires précédentes et j'avoue avoir oublié pas mal de trucs, même si cela ne m'a pas vraiment gênée au cours de ma lecture car elle était passionnante.

Le roman débute comme un film noir avec hommes dangereux en chapeaux mous et femmes fatales au grand coeur et il y a comme un air à la Lauren Bacall et Humphrey Bogart. Avec Alicia Gris dans le rôle de Bacall et peut-être Vargas, le flic qui l'aide dans l'enquête dans celui de Bogart. Et si l'histoire fait un petit détour par 1938 pour nous planter une partie du décor, on est à la fin des années 50 et l'ambiance est mystérieuse, vénéneuse, troublante. On est pourtant dans une banale histoire d'enlèvement d'un haut dignitaire.

Mais petit à petit, l'histoire s'élargit, l'arrivée à Barcelone fait entrer les Sempere et Fermin en périphérie et on se demande pendant un bon moment ce qu'ils font là mais lorsque l'histoire dévoile des secrets, certains d'ampleur nationale, d'autres plus intimistes, l'histoire se fait drame familial et replace les Sempere au centre et les touche en plein coeur.

Et le fameux cimetière des livres oubliés dans tout ça, me demanderez-vous ? Oh il est bien présent, bien plus que dans le prisonnier du ciel et pratiquement un personnage à part entière. C'est d'ailleurs très émouvant de déambuler dans ses couloirs labyrinthiques et si on retrouve le gardien de toujours il y a une surprise savoureuse quant à son successeur.

Mon personnage préféré est depuis toujours Fermin et c'est encore le cas ici. J'aime sa bonté, sa truculence, sa façon de voir les choses et de prendre la vie et c'est vraiment une espèce d'ange gardien pour la famille Sempere. Et j'ai adoré ce qu'il advient de lui.

Le personnage principal de l'histoire, enfin d'une grande partie de l'histoire, c'est Alicia Gris, enfant perdue, blessée devenue femme mystérieuse, son handicap ajoutant à sa part de mystère. Si l'on creuse un peu, c'est une femme libre avant l'heure, qui entend mener sa vie comme elle l'entend, sans dépendre de personne et surtout pas de son mentor qui, lui, aimerait bien dompter ce caractère entier et explosif. J'ai beaucoup aimé son destin, aussi mystérieux que la personne qu'elle était...

Si vous trouviez qu'il y avait des trous dans les histoires de Julian Carax ou David Martín, Le labyrinthe des esprits se charge de les combler pour notre plus grand bonheur, et pas mal de tristesse également. Mais je n'en dirai pas plus.

J'ai beaucoup aimé retrouver le gentil Daniel et sa femme Béatrice. Ce sont des gens bienveillants, on pourrait trouver Daniel un peu effacé (il l'est), pas très intéressant mais finalement, il ne faut pas se fier aux apparences.

Un personnage que j'ai beaucoup aimé, c'est le flic, Vargas, qui enquête avec Alicia, j'ai beaucoup aimé sa droiture, sa simplicité et cela faisait du bien au milieu des requins de l'histoire.

Car des gens cruels et peu recommandables, il y en a à foison dans ce roman et on se demande vraiment comment les gentils arrivent à leur échapper. Le plus retors est sans doute Leandro Montalvo, mentor d'Alicia, à la tête d'une organisation policière parallèle, voire secrète, un type qui navigue sans arrêt en eaux troubles. Je ne veux pas en dire davantage sur lui mais on dirait un serpent. Le genre de mec qui t'hypnotise, te séduit, pour mieux t'étouffer.

Les précédents livres de Zafón étaient traduits par François Maspero, un écrivain, traducteur et éditeur réputé mais il est décédé en 2015 et c'est Marie Vila Casas qui traduit cet ouvrage. Mais Maspero n'est pas oublié pour autant puisque Zafón en fait un personnage éphémère de son histoire et j'ai trouvé ça vraiment touchant. Le style de l'auteur et donc de sa traductrice est un vrai régal à lire, on se balade dans une Barcelone mystérieuse, très bien rendue par les mots, les descriptions sont belles, les dialogues enlevés, on ne s'ennuie pas une seconde et même on s'immerge de bon coeur dans ce qu'on lit.

En conclusion, Carlos Ruiz Zafón ne m'a vraiment pas déçue avec son Labyrinthe des esprits puisqu'il a été un coup de coeur, aussi bien grâce à son histoire qu'à la façon dont il la raconte et dont elle est traduite. J'ai adoré retrouver Fermin et les Sempere, découvrir la fascinante Alicia Gris, été révoltée par certains pans de l'histoire et les agissements de certaines personnes, j'ai été ravie de retrouver l'ambiance fantasmagorique de cette Barcelone, émue de retrouver le cimetière des livres oubliés, le vrai labyrinthe de l'histoire, d'avoir des nouvelles de personnages des histoires précédentes que je ne pensais pas revoir et de voir certaines histoires trouver leur conclusion. Alors si vous aussi avez aimé les précédents romans de l'auteur et voulez retrouver cette ambiance une dernière fois, n'hésitez pas et plongez dans ce labyrinthe à ma suite...

Note :



Le roman fait partie du Demi-Challenge ABC 2019 de Nanet
12/13

et du Challenge des pavés de Gribouille
9
livre grand format de 848 pages en harcover : 9 points

1

Guy d'Alex Lutz

Posté par Frankie le 24 novembre 2019 à 11:58 - Catégorie : , , ,
avec Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot, Dani, Elodie Bouchez, Nicole Calfan.

Résumé :
Gauthier, un jeune journaliste, apprend au décès de sa mère qu'il serait le fils illégitime de Guy Jamet, une vieille gloire des années 70-80. Alors que le chanteur est sur le point de sortir un album de reprises et de faire une tournée, le jeune homme décide de l'approcher, sous prétexte de faire un documentaire sur la vie du chanteur...


Mon avis :
J'ai eu très envie de voir ce film lors de sa sortie l'an dernier, mais je n'avais pas eu le temps de le faire. Et c'est donc en avril que j'ai pris enfin le temps de le voir et je dois dire qu'il m'a beaucoup plu. Plus même que je n'en attendais.

Voilà un film très sincère, sur un personnage pas forcément sympathique mais dont l'histoire est finalement touchante. Et qui parle de nostalgie, de ces chanteurs un peu has been qui ont eu leur heure de gloire, il y a 30 ou 40 ans (voire 50 ans pour certains) et qui reviennent sur le devant de la scène, drainant des foules énormes lors de leurs concerts, comme les tournées Âge tendre ou RFM Party 80. Stars 80 en parlait déjà avec des vrais chanteurs des années 80 mais sur le ton de la comédie un peu lourde, Guy aborde le sujet de façon plus intimiste et avec pudeur.

Je veux revenir cinq minutes sur ce phénomène de nostalgie. Pour moi, qui suis née dans les années 60, ai grandi et été ado dans les années 70 et suis devenue adulte dans les années 80, tous ces chanteurs de variétés, comme on disait, comme Hervé Vilard, François Feldman, François Valery, Herbert Léonard, Peter & Sloane, Début de soirée etc... (mais pas Lio ou Jeanne Mas que j'adorais) sont vraiment ringards. Ils l'étaient déjà à l'époque et mon avis n'a pas changé. Mais le fait est que je connais toutes les chansons, que la radio Nostalgie passe sans arrêt des tubes des années 80, que dans les soirées, certaines chansons font danser tout le monde et que même les jeunes générations les connaissent. Et les vieilles générations adorent aller les voir et leur font un accueil immense (moi je préfère aller voir Muse :p) Et je trouve ça très bien car c'est représentatif d'une époque.

On connaît surtout Alex Lutz pour l'émission Catherine et Liliane sur Canal + où il a fait les beaux soirs d'un segment du Petit journal pendant des années avec son copain Bruno Sanches mais l'acteur est aussi un homme de spectacle et de cinéma. Là, il est vraiment excellent dans le rôle de ce chanteur, un peu has been, un mélange de Sardou, Herbert Leonard ou François Valéry. Il a un air ronchon et désabusé qui va à merveille au personnage de 70 ans et assez autoritaire et autocentré quand il le joue à 40 ans. Ce n'est vraiment pas un personnage très sympathique à vrai dire mais il arrive à très bien le nuancer. Et puis surtout, j'ai été épaté par la façon dont l'acteur était vieilli. Généralement, quand on vieilli un acteur de 40 ans pour qu'il ait l'air de 70 ans, on voit toujours un peu le maquillage ou l'artifice. Ici on a vraiment l'impression de voir un type de plus de 70 ans. J'ai regardé le cou et les mains et c'est bluffant. Et en plus il chante très bien. Pas étonnant qu'il ait reçu le César du meilleur acteur masculin en février dernier.

Les autres personnages sont plus en retrait. Le jeune journaliste est bien sûr très présent mais finalement on le voit peu puisque c'est lui qui est censé filmer. J'ai beaucoup aimé retrouver la chanteuse Dani dans le rôle de l'ex-épouse et surtout c'est bien vu d'avoir choisi Elodie Bouchez pour jouer sa version jeune car elle lui ressemble énormément. Et j'ai été ravie de revoir Nicole Calfan que j'aimais beaucoup autrefois.

Pour ce qui est de la réalisation, je n'ai pas grand chose à dire. C'est Alex Lutz lui-même qui met en scène, à la façon d'un documentaire mais ça va, ça ne tremble pas trop :) Et l'ensemble est bien fait, solide, intéressant, on alterne le présent avec les flash-backs et ça donne une bonne dynamique.

En conclusion, Guy a été une très bonne surprise. Je m'attendais à aimer le film mais pas autant à être prise par l'histoire et le personnage qui, de prime abord, n'est pas des plus sympathiques. Mais Alex Lutz arrive à lui donner une épaisseur et le rend finalement plutôt touchant. Alors si vous aussi voulez découvrir le rôle qui a permis à l'acteur/réalisateur d'avoir le César du meilleur rôle masculin cette année, regardez-le.

Note :



Vu en version originale française

Le film fait partie du Film de la Semaine 2019 de Benji
24/52
et il me valide la Consigne de la semaine 16
puisqu'il fallait voir un film réalisé par un acteur
14/52

5

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (321)

Posté par Frankie le 11 novembre 2019 à 07:57 - Catégorie : ,

Bonjour tout le monde ! En ce beau lundi férié (mais pas en Tunisie), je viens vous parler de mes lectures dans ce rendez-vous créé par Mallou puis géré par Galleane et, maintenant repris par Camille de I Believe in Pixie Dust.

- La semaine dernière, j'ai fini La muraille de lave d'Arnaldur Indridason que j'ai trouvé moins intéressant à lire que les précédents. J'avais beaucoup aimé celui d'avant avec Elinborg mais là les histoires de Sigurdur oli ou son enquête portant sur des magouilles financières ne m'ont pas passionnée. Mais c'était quand même pas mal à lire. Et j'ai commencé Anne of Green Gables (Anne, la maison aux pignons verts), le tome 1 de la série de Lucy Maud Montgomery.


- Aujourd'hui, je lis donc Anne of Green Gables, j'en suis à 12 %, c'est très sympa à lire. Au début le babillage incessant d'Anne m'a tournée la tête je pense que je vais m'y faire :)


- Cette semaine, je vais d'abord terminer Anne et ensuite je pense lire Les Terres de cristal, le tome 3 du Puits des mémoires de Gabriel Katz. Ma lecture du tome 2 remonte à décembre dernier et je l'avais beaucoup aimé. Et je pense que ce sera tout.


Rien à voir avec les livres mais j'ai publié mon bilan séries 2018-2019, je pense que ça peut en intéresser certain.e.s donc le voici (et n'hésitez pas à venir le commenter).

Très bonne semaine !

6

Une saison de séries télé : de septembre 2018 à septembre 2019

Posté par Frankie le 10 novembre 2019 à 10:01 - Catégorie : , ,
Bonjour bonjour ! Voilà, c'est ce moment de l'année où il va vous falloir avoir du temps devant vous (sorry, not sorry) car voici enfin mon long bilan séries de l'année écoulée. C'est mon 10e bilan déjà, oui oui, et, dans ce bilan, je vais bien sûr vous parler des séries que j'ai vues entre le 1er septembre 2018 et le 31 août 2019. Quand je dis vues, c'est plutôt que j'ai commencées. Car certaines séries ont débuté juste avant le 31 août et viennent juste de se terminer. D'où cette publication tardive (comme tous les ans, en fait). Mais bien sûr, je ne vais pas que vous parler de mon classement et des séries une par une, je vais faire aussi parler de mon rapport aux séries en général et vous donner quelques chiffres. Oui car j'adore les chiffres, les statistiques et, cette année, j'ai rajouté tout cela dans le fichier drive qui me sert de support tout au long de l'année, pour faire ce bilan.

Tout d'abord, je dois dire que j'ai passé une excellente année séries ! Chaque année, je me plains des comédies qui ne sont plus drôles, je râle après les networks qui n'offrent plus rien d'original et nous proposent des reboots, des remakes, des suites que personne ne demandait et j'en passe et c'est vrai que ça a été encore le cas cette année. Mais j'ai trouvé des comédies que j'ai beaucoup aimées et il y a sur les networks pas mal de séries qui me plaisent beaucoup, même si elles ne se retrouvent pas en 5 étoiles (pour mémoire, il me semble qu'il n'y en a qu'une et c'est toujours la même). Mais le fait est qu'à l'heure du binge watching à la Netflix ou Amazon, j'apprécie le rythme hebdomadaire des séries de Networks, les pauses, hivernale ou estivale, qui permettent de voir autre chose et, là, en septembre, par exemple, je me suis surprise à me languir de mes séries networks et à attendre leur retour avec beaucoup d'impatience.

Il faut dire que la Peak TV (495 séries US sorties en 2018, sûrement plus en 2019) et la méthode des plateformes de streaming qui consiste à balancer des saisons entières chaque semaine engendrent une certaine frustration et parfois de la colère pour ma part. Car oui j'aimerais bien voir toutes les séries que les plateformes proposent et non je ne le peux pas quand il y a plusieurs saisons qui sortent le même jour. J'essaie de privilégier mes séries hebdos que ce soit durant l'année (pour moi l'année c'est l'année des networks, d'octobre à mai) ou pendant l'été et ensuite, j'essaie de caler ces séries/saisons qui ont débarqué d'un seul coup, quand je le peux. Et, à côté, j'ai mon challenge séries que j'essaie aussi de privilégier. Bref, tout ça pour dire que la vie d'une sériephile/phage n'est pas évidente, on est tous d'accord là-dessus et ce n'est pas fini car de nouvelles plateformes ont débarqué ou vont débarquer ces prochaines semaines, à commencer par Disney+ et Apple et il y aura aussi HBO Max ou NBC en 2020. Bref, toujours plus de séries à voir et un temps pas extensible. Mais il semblerait que certains reviennent de la méthode Netflix et, à priori, Disney et Apple devrait diffuser leurs séries à la manière des networks, un épisode par semaine. Et cela me ravit !

Je vous parlais du Challenge séries plus haut et cette année encore, j'y ai participé avec enthousiasme. J'adore vraiment ce challenge géré par Suzanne de SériesTVNews et, grâce à lui, j'ai pu rattraper Haven et  Crazy Ex-Girlfriend fin 2018, et les 8 premiers mois de 2019, j'ai vu La casa de Papel, One Day at a Time, Hawaii Five-0, The Bletchley Circle, Killing Eve, The Good Karma Hospital, Condor, Dark, Parks and Recreation, Bodyguard et The Crown, que des séries que j'ai beaucoup aimées, voire adorées. Hors challenge, j'ai aussi rattrapé The City and the City, la saison 6 d'Orange is the New Black mais pas encore vu la dernière et j'ai continué (péniblement) Doctor Who Classic.

Et cette année encore, je me suis bien amusée à participer au Bingo Séries de Shipou. On est une bonne bande chaque mois.

Si j'ai vu beaucoup de séries, j'en ai aussi abandonné pas mal : Kidding, la série avec Jim Carrey, qui m'a complètement déprimée si bien que j'ai arrêté après 5 épisodes, Tell Me a Story après 2 épisodes, Nightflyers après 2 épisodes aussi, The Ennemy Within après un épisode et demi, What We Do in the Shadows après la moitié d'un épisode (oui oui), Abby's après 1 épisode, In the Dark après le début du 2e épisode, Bless This Mess après 3 épisodes et The In-between après 3 épisodes. Il y en a certaines que j'aurais pu continuer comme The In-Between mais j'ai trouvé ça trop convenu et je n'avais pas envie de voir ça à ce moment-là. Et j'ai aussi définitivement abandonné 30 Rock. J'avais arrêté au premier épisode de la saison 5 il y a bien longtemps car ça ne me faisait plus rire, j'ai essayé de reprendre pour le Bingo Séries mais bon j'étais passée à autre chose et les réparties de Liz Lemon et Jack Donaghy ou les pitreries de Tracy Jordan m'ont plus saoulée qu'autre chose. J'ai donc vu quelques épisodes puis l'épisode final et basta.

Il y a aussi des séries que je n'ai pas reprises comme House of Cards, ni commencé Luke Cage ou Iron Fist, ni The Punisher, ni les nouvelles saisons de Daredevil, Jessica Jones, je n'ai toujours pas vu Lost in Space et je n'ai pas eu le temps de regarder la nouvelle et dernière saison de Designated Survivor. Je n'ai toujours pas repris The Walking dead non plus. Ah si, on a regardé un épisode avec mon mari, le 8x09, et puis c'est tout ! Et on n'a pas vu True detective saison 3 diffusée au printemps alors que je l'attendais avec impatience. J'espère que ce sera pour l'année en cours. Et surtout, ma fille et moi n'avons toujours pas regardé les 2h30 de l'épisode final de Sense8.

L'an dernier, je constatais qu'il y avait de moins en moins de pause sérielles et c'est encore le cas. Si les networks font des pause sur certaines de leurs séries et notamment l'été, elles en gardent de plus en plus pour l'hiver et pour le printemps. Et les plateformes de streaming, elles, ne font pas de pauses. Résultat, ma fin janvier et mes mois de mars et avril ont été plus chargés que les mois d'octobre-novembre qui avant étaient mes mois les plus denses. Heureusement que décembre, les mois d'été et de septembre ont été plutôt cool :) 

Allez, j'arrête de blaguasser et on passe aux choses sérieuses, le classement des 121 séries (ahem) plus deux épisodes spéciaux que j'ai regardé.e.s cette année ! Et attention, comme tous les ans, je spoile un petit peu sur certaines séries. J'essaie de ne pas dévoiler des trucs trop importants mais je sais que certains n'aiment pas ça du tout...




Une bonne partie de l'année, je me suis demandé quelle serait ma série numéro 1 cette saison. Et puis Pose est arrivée et cela a été une évidence. Déjà l'an dernier, elle avait failli l'être, battue d'un cheveu par la brillante The Good Fight mais cette année, il n'y a pas eu photo tant j'ai adoré tous les épisodes. C'est d'ailleurs la seule série à dépasser les 19/20 avec cinq 20 et cinq 19. Mais que cette série est belle et lumineuse, malgré les sujets graves ! Elle reste toujours positive et bienveillante et que ça fait du bien ! On a donc retrouvé Blanca, Angel, Pray Tell, Damon, Lil Papi, Elektra et les autres en 1990, alors que le Sida fait toujours des ravages parmi la communauté LGBTQ+, que la lutte contre la maladie se politise avec Act Up (certaines scènes m'ont d'ailleurs fait penser à 120 battements par minute) et que l'AZT fait son apparition, prolongeant la vie de pas mal de monde mais ayant aussi des effets secondaires importants, alors que la Trithérapie n'arrivera pas avant quelques années... Concernant nos personnages, beaucoup ont vécu des épreuves mais qui leur ont permis d'avancer, et, à la fin de la saison, certains auront pris un bel envol. Il y a eu aussi des morts, l'une d'elle m'ayant fait pleurer comme une madeleine alors que je n'aimais pas le personnage, c'est ça aussi la magie Pose. Et la flamboyante Elektra est remontée dans mon estime. Alors qu'elle peut être mesquine et jalouse et avoir la dent dure, elle a prouvé aussi cette année qu'elle était une amie fidèle et toujours là. J'ai adoré son discours en fin de saison. Blanca et Pray Tell, mes deux personnages préférés, m'ont souvent touchée au coeur. Qu'est-ce que je les aime ! Et un couple inattendu et mignon comme tout s'est formé entre Angel et Lil Papi. Et au milieu de tout ça, les bals, toujours baroques et somptueux, avec le Vogue de Madonna sorti cette année-là et qui s'en était inspiré et donnant l'espoir aux danseurs de ces bals qu'ils pouvaient exporter leur talent. La série a été renouvelée pour une saison 3, j'en suis ravie et j'ai vraiment hâte de la retrouver car aucune autre série ne m'a fait vivrer comme cela cette saison.

La présence de Peaky Blinders en 2e position dans ce top n'est pas une surprise puisque dans le bilan précédent, elle était 3e et là ça s'est joué à un cheveu avec la série qui arrive en 3e position. La cinquième saison a été diffusée en août et septembre de cette année, soit 21 mois après la 4e. On avait quitté Tommy membre du parlement et s'étant acheté une conduite en ayant épousé Lizzie, l'ancienne prostituée. Les affaires, devenues licites, marchaient très bien et tout semblait apaisé chez les Shelby. Quand la saison commence, on les retrouve le jour du crash de Wall Street, en 1929, dans lequel, à cause de Michael, ils vont perdre une partie de leur fortune. À partir de là, plus rien ne va aller pour Tommy et les siens et les vieilles rancoeurs vont ressurgir, tandis que de nouvelles vont apparaître et la famille va connaître son lot de drames et évidemment se faire de nouveaux ennemis. Pendant ce temps, les mouvances fascistes émergent, faisant naviguer Tommy en eaux troubles lorsqu'il semble s'acoquiner avec le leader (superbement joué par Sam Clafin) d'un des partis. J'ai vraiment adoré chacun des six épisodes de la saison, tous intenses et passionnants à suivre, avec Cilliam Murphy toujours impeccable dans le torturé Tommy (mais que j'aimerais voir moins suicidaire). J'ai bien évidemment adoré tante Polly qui reste mon personnage préféré, Arthur a filé un mauvais coton (comme d'hab, j'ai envie de dire :D) et Michael m'a énervée avec son petit air suffisant. Et j'ai trouvé sa compagne tellement imbuvable et crispante que j'ai mis plusieurs épisodes à reconnaître Anya Taylor-Joy que pourtant j'adore ! Le season finale a été palpitant à suivre avec quelques surprises et s'est terminé sur un cliffhanger crispant pour les nerfs ! C'est quand la saison 6 ??? Car officieusement la série aurait été renouvelée pour deux saisons supplémentaires, officiellement il n'y a rien d'annoncé mais je pense qu'on peut être tranquille car elle a toujours un beau succès.

Dire que la saison 8 de Game of Thrones était attendue est un euphémisme. Dire qu'elle a été vilipendée, huée, commentée, spoilée est un énorme euphémisme et, comme au foot où l'on dit qu'il y a 65 millions de sélectionneurs, on peut dire de la série qu'elle a eu des millions de scénaristes, tant beaucoup ont pensé qu'ils savaient mieux que les autres (et avec condescendance bien souvent) ce que cette dernière saison aurait dû être, quelles directions elle aurait dû prendre et comment les personnages auraient dû se comporter. Pour ma part, je ne dis pas que tout était parfait et pourtant à l'arrivée elle se retrouve dans le top 3 de mon bilan et aurait tout à fait pu être 2e. Oui tout a été précipité et, comme beaucoup, j'aurais préféré avoir 10 épisodes en saisons 7 et 8 et oui certaines storylines ont été gérées à la va-vite et d'autres laissées à l'abandon mais le fait est que la série a toujours été comme ça.  Bien sûr elle a pris son temps lors des premières saisons (et que n'entendait-on pas en disant que c'était parfois trop lent !) mais les livres de George R.R. Martin sont si foisonnants que ça fait bien longtemps que la série n'en distille qu'une partie. Et pour ma part, j'ai appris à faire la différence entre la série et les livres qui sont deux entités distinctes à mes yeux. Et deux entités que j'ai adorées. D'autant plus que c'est par la série télé que j'ai commencé. En ce qui me concerne, j'avais décidé de ne pas avoir d'attente sur le résultat final et de me pas me faire de film, car je savais que de toutes façons nous n'aurions pas forcément ce que nous voulions et je me disais que l'histoire c'était ses showrunners et scénaristes qui la faisaient et pas nous. Après, on peut tout à fait ne pas avoir aimé ce que la saison 8 proposait et c'est le droit de chacun. Mais en tout cas, moi j'ai adoré. Chaque épisode a été un coup de coeur avec beaucoup d'émotions à la clé, et surtout des images magnifiques. J'ai aimé que les deux premiers épisodes prennent le temps de mettre en place les événements, qu'on s'attarde sur ces personnages tant aimés ou haïs. Le 3e épisode fut épique (et heureusement je l'ai vu en excellente qualité et sur une grande télé donc ça m'a bien aidée à y voir clair :)) avec un excellent retournement de situation, le 4e a été une pause bienvenue quand le 5e épisode a vu enfin tout ce que la série avait amené depuis 8 saisons. Durant ces 120 minutes, on a été outrés, bouleversés et pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce qu'il s'y passait, car c'était logique. Comme ont été logiques les évènements du 6e et tout dernier épisode. Ce que j'ai aimé, en fait, c'est que la série nous prenne à contrepied. Attention spoilers : On s'attendait à ce que Jon Snow ait un combat épique avec the Night King, ça ne s'est pas passé comme cela, on s'attendait à ce que Cersei meure peut-être dans un face à face sanglant avec Daenerys ou Arya, ça ne s'est pas passé comme cela et c'était très bien car cela a montré que roi ou manant on meurt comme des merdes :D On s'attendait à ce que celui ou celle qui monte sur le trône de fer soit untel.le et là aussi la série nous a surpris. Et j'ai beaucoup aimé le tout dernier épisode qui a donné de belles destinées à certains, à d'autres non et, surtout, la morale de l'histoire c'est quoi qu'il se passe d'épique ou de tragique, Tyrion sera toujours un parleur magnifique, sachant se tirer de toutes les situations grâce à sa verve et tu auras toujours une bande de mecs dans une salle du conseil qui parleront de bordels et de se bourrer la gueule ;)  En tout cas, avec cette 8e saison c'est pratiquement une décennie qui se referme sur une série qui aura marqué son époque, qui aura fait parler, crier, nous aura tenus en haleine et pour ma part jamais déçue. Et une série que j'ai regardée de bout en bout avec mon mari (ce qui est exceptionnel) et qui l'aura passionnée aussi. Maintenant, il nous reste à revoir la série, voir si en regardant l'ensemble, la fin tient toujours la route. Et à relire les livres. Car ayant lu le tome 5 il y a quelques années maintenant, j'ai tendance à avoir oublié toutes ces intrigues qu'on n'a pas vu dans la série et surtout ça me fera patienter d'ici la sortie éventuelle (avant ma mort j'espère !) du tome 6... À lire aussi les histoires annexes comme Fire and Blood. Et pour patienter encore, il y a aura bientôt un spin-off consacré aux Enfants de la Forêt aux Targaryen. En tout cas, merci à Martin pour avoir créé cette histoire et aux Showrunners pour les avoir mis en images et nous avoir donné de si beaux personnages. Nous n'oublierons jamais Jon, Arya, Sansa, Cersei, Daenerys, Jaime, Brienne, Tyrion et ses monologues épatants et tous les autres qui ont parcouru ces 8 saisons... Deux semaines après, un documentaire sur le tournage de la saison 8 a été diffusé, The Last Watch, très intéressant car portant surtout sur "les petites mains", les techniciens de la série et mais aussi sur les réactions des acteurs découvrant le sort de leurs personnages  (comme Kit Harrington pleurant quand il découvre celui de Daenarys... ou lors de sa dernière scène de tournage). Un bel hommage à la série et surtout qui a permis de constater que tout le monde était fatigué, malgré la joie et l'accomplissement, par les heures de tournage, la logistique et qu'il était temps d'en terminer...

L'an dernier, The Good Fight avait été ma série préférée avec Pose en embuscade. Cette année, la concurrence a été rude et si The Good Fight a perdu sa première place, ce n'est pas parce qu'elle a démérité mais parce que j'ai adoré d'autres séries tout autant et peut-être un chouya de plus. La saison 3 de the Good Fight a été aussi brillante que la précédente avec des moments hilarants, d'autres tendus et surtout abordant des thèmes comme les tensions raciales, sociétales et politiques. Et justement au niveau politique, ils se sont bien lâchés sur Trump. C'est vraiment une série jouissive à ce niveau-là, qu'est-ce qu'il se prend ! Et cerise sur le gâteau, on a eu droit à chaque épisode à une vignette animée et chantée par Jonathan Coulton, celui qui faisait les "previously on" dans Braindead. Côté personnages, Diana a été géniale comme d'habitude, j'ai beaucoup aimé sa relation avec Kurt son mari, apaisée et complices malgré leurs différences au niveau politique, Lucca a été présente mais j'aurais aimé la voir davantage, Maia a eu droit aussi à son histoire, on a cru qu'elle partait pour de bon, puis non, puis si... Adrian et Liz ont été très présents et je dois dire que j'adore ces personnages. Et il y a eu un nouveau venu, Roland Blum, joué par Michael Sheen qui a été énorme dans le rôle de cet avocat odieux et qui prenait beaucoup de place. C'est un peu ma réserve sur cette saison 3, la place prise par le personnage, même s'il était haut en couleurs mais j'ai parfois trouvé que c'était un peu trop, même pour cette série. Après, ça n'a pas influé sur mon ressenti global et c'était très amusant à voir. La série a été renouvelée pour une saison 4 et j'en suis ravie.

Fosse/Verdon a été une minisérie en 8 épisodes diffusée au printemps et pour laquelle j'ai eu un gros coup de coeur. Parce qu'elle racontait la vie de Bob Fosse, le génial chorégraphe et réalisateur de Cabaret que j'adore, qui a créé Chicago à Broadway et a été palme d'or à Cannes pour All that Jazz. J'avoue que si je connaissais l'homme public je ne savais rien de sa vie et j'ai donc découvert un homme à femmes, buveur, sexiste (ses attitudes ne passeraient plus du tout de nos jours) qui a brûlé la vie par les deux bouts et est mort en 1987 à l'âge de 60 ans. Un personnage fascinant et bourré de talent. Mais cette série a été aussi l'occasion de découvrir la femme dans l'ombre du grand homme, Gwen Verdon, qui est sans doute très connue aux États-Unis (elle a été la première Roxie de Chicago en 1975) mais dont je n'avais jamais entendu parler. Elle a été son épouse de 60 à 71 puis, malgré les tensions et les trahisons de la part de Fosse, est restée toujours très proche de lui à leur divorce, faisant office de conseillère et de muse. Et dans la série est elle est magnifiquement jouée par Michelle Williams, méconnaissable (Verdon avait un faux air de Shirley MacLaine) et époustouflante et vraiment géniale. Et d'ailleurs ses pairs ont reconnu son travail et son talent puisqu'elle a eu l'Emmy de la meilleure actrice dans une minisérie en septembre dernier. Bref, si la série commence au tournage de Cabaret pour se terminer à la mort du chorégraphe, elle a fait des allers-retours sur la vie des deux artistes et c'était vraiment super à regarder. Je vous la conseille si vous aimez les comédies musicales car c'est toute une époque qui défile sous nos yeux et portés par de grands personnages et de superbes acteurs (Fosse est brillamment interprété par Sam Rockwell qu'on connaît plus pour ses rôles au cinéma).

Il aura fallu attendre deux ans pour avoir la saison 3 de The Man in the High Castle mais quelle saison ! Et que j'adore cette série. Elle a été encore une fois passionnante à suivre, bien trop courte à mon goût et l'uchronie et la science-fiction sont encore montées d'un cran. Mais la série n'a pas oublié ses personnages, malmenés par la vie et les situations, même ceux faisant partie des vainqueurs, comme Tagomi (mon personnage préféré) ou John Smith, l'Obergruppenführer devenu Reichsmarshall (mon 2e personnage préféré). Et toujours avec Juliana Crain en personnage central. Il y a eu des moments intenses, dramatiques, peu de joyeux, des personnages qui ont perdu la vie, et j'ai eu l'estomac noué et les poils qui se dressaient à chaque fois que je voyais les Nazis ou les Japonais avoir des victoires. Le season finale s'est conclu sur une avant-dernière scène que j'attendais depuis longtemps et j'ai super hâte de voir la suite. Car la série a été renouvelée pour une saison 4, avant même la diffusion de la 3e et on n'aura pas deux ans a attendre pour la voir puisqu'elle va être diffusée le 15 de ce mois. Le hic c'est que ce sera la dernière :(

Je n'avais pas eu le temps de regarder Bodyguard, la série de la BBC diffusée en septembre 2018 et qui avait fait parler d'elle en bien. C'est en août que j'ai vu les 6 épisodes en quelques jours et je l'ai trouvée passionnante à suivre. C'est l'histoire d'un vétéran, David budd, traumatisé par ses tours en Afghanistan et travaillant pour la police à la protection des personnes, qui se retrouve à protéger la ministre de l'intérieur alors que des attentats ont lieu à Londres. Outre son sujet très intéressant et dans l'air du temps, j'ai surtout trouvé Richard Madden (le Robb Stark de GoT) vraiment excellent dans le rôle de David ainsi que Keeley Hawes, que j'avais beaucoup aimée dans Ashes to Ashes il y a quelques années. Et surtout, si au début, on a eu l'impression que la série n'était pas très originale (mais très solide), elle a su complètement nous prendre par surprise plusieurs fois, notamment à la fin du 3e épisode. Et le tout dernier épisode a été franchement haletant et plein de tension et là encore surprenant dans ses révélations. Une saison 2 a été commandée mais à priori les créateurs et Madden voudraient prendre leur temps pour la tourner donc elle n'est pas à l'ordre du jour dans l'immédiat. Sans doute en 2020. La saison 1 pouvait se suffire à elle-même mais je serai vraiment contente de retrouver la série si sa nouvelle saison est d'aussi bonne qualité.

Poldark est revenu pour sa 5e et dernière saison en août dernier, pour 8 épisodes aussi passionnants à suivre que les précédents. Ross et Demelza ont dû faire face à de nouvelles menaces, notamment parce que Ross, toujours prompt à défendre des causes perdues, a voulu sauver son ancien supérieur hiérarchique, Ned Despard (personnage qui a vraiment existé) et qui avait de puissants ennemis qui sont, par conséquent, devenus aussi les siens. Après la mort d'Elizabeth, George a filé un mauvais coton et si on m'avait dit que j'aurais envie de le câliner un jour, j'aurais bien rigolé. Mais je vous rassure, il a quand même eu ses mauvais moments :D Mais c'est vraiment un personnage que j'ai adoré détester de bout en bout. le docteur Enys et Caroline m'ont fait de la peine à ne plus avoir cette belle complicité, même si ils étaient toujours soudés mais heureusement la fin de la série a remédié à cela. Le neveu de Ross, Geoffrey George, a connu des premières amours compliquées, Drake et Morwenna, enfin réunis, ont eu des débuts compliqués à cause des traumatismes provoqués par son ignoble époux et le fait que son enfant lui ait été enlevé par sa belle-mère et j'ai bien eu peur que Ross retrouve ses mauvais penchants et fasse sa mauvaise tête vers la fin de la série mais ce n'était qu'une fausse alerte :) La saison n'a pas seulement porté sur les relations entre les personnages, elle a parlé aussi de l'esclavage, des relations avec la France et du passage à la monnaie en papier. La série s'est très joliment terminée et l'on dit déjà qu'elle pourrait revenir dans quelques années, quand les acteurs auront vieilli. Il reste encore 4 ou 5 tomes de la saga de Winston Graham à adapter alors pourquoi pas ? Ce serait sympa...

J'avais adoré la saison 1 de Counterpart avec ses deux mondes parallèles, les alter-égos de part et d'autre et un double rôle excellent pour J.K. Simmons. La saison 2 a été tout aussi passionnante à suivre, mettant un peu plus en avant le côté espionnage de la série mais avec des personnages toujours aussi passionnants à suivre que ce soit notre Howard, alt-Howard, les deux Emily (j'ai adoré Olivia Williams), Clare, Peter Quayle et j'en passe. Le season finale a apporté une conclusion plutôt satisfaisante, bien que triste, avec une dernière note un peu anxiogène. Je ne sais pas si les producteurs avaient prévu une 3e saison mais Starz a annulé la série une semaine avant le season/series finale. Je le regrette car c'était vraiment une série de qualité et J.K Simmons arrivait même physiquement à incarner différemment ses Howard, le nôtre apparaissant plus fatigué et ridé que l'Alt.

Outlander est revenue entre novembre et fin janvier dernier pour une saison 4 de 13 épisodes et je me suis régalée à la suivre. Car elle a été très fidèle au livre malgré les changements et qu'elle nous a fait passer par toute une gamme d'émotions. Car il ne s'est plus agi de parler de Claire et Jamie mais aussi de Brianna (que j'ai adorée) et Roger (pauvre chou, même s'il a eu des côtés assez réac), Fergus et Marsali (je les aime tous les deux). On a découvert l'impériale tante Jocasta jouée admirablement bien par Maria Doyle Kennedy, la Mrs S d'Orphan Black et surtout l'impitoyable et cruel Stephen Bonnet dont je me demande encore comment j'ai pu avoir un crush sur le personnage quand je l'ai découvert la première fois il y a presque vingt ans. Et puis il y a eu un retour espéré depuis que le personnage chouchou des fans, qui n'était pas mort à Culloden comme dans le roman et dont beaucoup, dont moi, espérait qu'il prendrait la place d'un autre personnage dans la vie de River Run, la plantation de Jocasta. Et il semble bien à la fin de la saison qu'on se dirige vers cette possibilité. Et bien sûr il y a eu Lord John, toujours très choupi et admirable. Franchement j'adore cette série et le fait de voir mes personnages préférés prendre vie et je n'ai eu qu'une hâte à la fin de la saison, c'est que la saison 5 soit bientôt diffusée. Car la saison 4 a passé bien trop vite. En tout cas, la série avait été renouvelée en amont pour deux saisons, les 5 et 6, pour ne pas prendre trop de retard dans la diffusion. J'ai hâte de voir comment le tome 5 sera adapté car ce n'est pas mon préféré de la saga. Mais j'ai bon espoir que les scénaristes se débarrassent des lenteurs qui plombaient le récit. En tout cas, cette saison5 sera diffusée en février prochain.

J'avais adoré le roman de Gaiman et Pritchett, Good Omens (de bons présages en VF), lu en 2011 avec son univers, ses personnage, son humour et ses jeux de mots et quand j'ai appris qu'Amazon allait l'adapter en minisérie, j'ai bondi de joie. J'ai regardé les 6 épisodes en un jour et demi et quelle série charmante et délicieuse et quelle belle adaptation ! David Tennant et Michael Sheen qui incarnent respectivement le démon Crowley et l'ange Aziraphale sont vraiment géniaux, Tennant tout en nonchalance sexy et Sheen, adorable en ange distingué, timide et naïf, bien loin de son personnage truculent et odieux de The Good Fight cette année. C'est là où l'on voit que c'est un acteur remarquable. L'atmosphère du roman a été très bien rendue, la musique de Queen dans la voiture de Crowley toujours présente et les autres personnages bien joués. J'ai même trouvé celui de Witchfinder Shadwell (joué par Michael McKean, Chuck McGill dans Better Call Saul) moins ennuyeux que dans le roman. Le tout accompagné d'une bande-son géniale, de références sympathiques (Doctor Who entre autres ;)), de guests connus, à foison et d'un magnifique générique ! Bref, comme dit au début, j'ai dévoré les 6 épisodes et j'ai regretté que ce ne soit pas plus long. A priori, c'était donc une minisérie, mais Amazon Prime a fait savoir qu'ils seraient intéressés par une suite, d'autant plus que Gaiman en avait écrit une jamais publiée. Si on reste dans la même veine, je vote de suite pour qu'on retrouve Crowley et Aziraphale !

Comme pour beaucoup de séries Netflix, je n'avais pas pris le temps de regarder les deux saisons de The Crown lors de leur diffusion et je les ai donc regardées cet été et quelle série magnifique ! Je l'ai adorée ! On a en tête la reine âgée et ses corgis, le prince Philip qui va sur ses 100 ans, mais la série nous montre une jeune femme qui avait envie de vivre tranquillement à Malte avec son beau mari et qui s'est retrouvée reine bien trop tôt quand son père, le roi George (celui qui bégayait), est mort d'un cancer en 1952. Les deux saisons suivent Elizabeth de son mariage en 1947 à son 4e accouchement en 1964, 17 ans de vie pas toujours faciles malgré les palais et la vie dorée et un mariage souvent chaotique car Philip n'était pas prêt non plus à devenir si tôt l'homme dans l'ombre de sa femme et à subir le poids de l'étiquette en vigueur à la cour. Cela a donné un personnage parfois pas sympathique et peu compréhensif, impeccablement interprété par Matt Smith, peut-être infidèle (c'est fortement suggéré) mais qui a su se rattraper en fin de saison 2. Claire Foy, elle, a été une fabuleuse Elizabeth, cette reine sans vrai pouvoir politique mais à qui on demande tant. Tous les acteurs étaient excellents, notamment John Lightgow en Churchill. Et j'ai adoré le personnage de Margaret, qui m'a beaucoup touchée. La série va revenir le 17 novembre, mais avec des nouveaux acteurs pour jouer les versions plus âgées des personnages, Olivia Colman en Elizabeth, Tobias Menzies en Philip et Helena Bonham Carter en Margaret. Je serai bien triste de ne plus voir ceux que j'ai vus pendant deux saisons mais j'ai hâte de voir ce que ça va donner avec ces grands acteurs.

This is Us a vraiment un je ne sais quoi qui me charme à chaque épisode. Alors que beaucoup ont trouvé que la saison 3 était en-dessous des deux précédents, moi j'ai été prise par chaque moment que nous a proposé la série. J'ai peut-être moins versé ma larme, effectivement, mais l'émotion a été bien présente et c'est parce que j'adore toujours passer du temps avec les Pearson qu'elle reste en 5 étoiles. La saison 2 nous avait laissés sur des interrogations et notamment une mystérieuse "elle" qui n'allait pas bien ou était en train de mourir. Je craignais que la découverte de cette "elle" empiète trop sur le reste mais finalement ça n'a pas occupé tant de place que cela, à part en mi-saison et dans le season finale.Tout au long de l'année les personnages ont subi joies et épreuves dans toutes les timelines. On a enfin su pourquoi Jack était traumatisé par le Vietnam, il s'est passé pas mal de choses pour Toby et Kate, à commencer par une dépression pour lui, on a cru que Kevin avait trouvé le bonheur avec Zoe, la cousine de Beth, un personnage que j'ai beaucoup aimé, et on en a appris d'avantage sur le passé de Beth. Et les scénaristes ont quand même réussi à nous agacer avec le personnage de Randall, voire à nous le faire détester dans ses prises de décisions et son attitude par rapport à Beth. Mais heureusement le couple est solide et tout semblait s'arranger dans le final... Final qui aura donc apporté son petit lot de réponses mais aussi posé pas mal de questions et de jalons pour les saisons à venir... car si, sans surprise, elle a été renouvelée, ça a été non pas pour une saison mais pour 3 saisons supplémentaires !

Berlin Station est revenu pendant l'hiver pour une saison 3. Une saison 3 assez surprenante et toujours très passionnante à suivre (du coup, elle monte en 5 étoiles). Surprenante car ils ont pris le pari risqué de faire disparaître le personnage principal, Daniel Miller, dès le 2e épisode et ce pour quelques épisodes et comme je ne veux pas tout spoiler, je ne vous dirai pas si ce retour fut éphémère ou définitif. Et si je me demandais si la série allait être aussi prenante sans lui, la réponse a été très satisfaisante car la série s'appelle Berlin Station et non pas Miller Station et ne repose pas que sur lui. Après les terroristes et les groupuscules d'extrême droite, la série s'est attaquée à l'ingérence de la Russie dans certains états et là notamment en Estonie où des oligarches ont voulu faire un coup comme en Ukraine et l'annexer. Heureusement, Valerie Edwards (toujours très classe), Robert Kirsch, April Lewis (mes 3 chouchous) et les autres membres de la CIA, dont un tout nouveau, Rafael Torres, ont veillé au grain. Parallèlement il y a eu une storyline sur un ancien traitre durant la guerre froide et dont la révélation du nom n'a pas du tout été une surprise car je l'avais deviné dès le début. Et si vous vous demandez si Rhys Ifans est venu faire un coucou, la réponse est oui, dans le rôle toujours très cool d'Hector De Jean. Le season finale a vu plus ou moins la résolution de toutes les storylines de la saison et a été excellent mais bouh il m'a déprimée. Je ne vous dirai pas pourquoi mais j'étais super triste en terminant l'épisode... Et ce qui me rend encore plus triste c'est que la série a été annulée quelques semaines après et du coup les membres de la Berlin Station ne démasqueront jamais le traître.

On savait tous que James Norton, l'emblématique Sidney Chambers de la série Grantchester, allait partir au terme de la saison 4 mais surprise, c'est au bout de 2 épisodes qu'il l'a quittée, avec un départ satisfaisant mais frustrant pour les gens qui adoraient ce personnage. J'ai eu peur de moins aimer la série ensuite, mais j'ai été vite rassurée car les autres personnages ont été brillants et le nouveau vicaire intéressant (et pas mal du tout à regarder ;)) et différent de Sidney. Alors certes, j'ai trouvé la saison un peu en-dessous des 3 premières mais elle reste en 5 étoiles car je l'adore vraiment. Et je l'ai trouvée trop rapide, 6 épisodes c'est bien trop courts ! L'année dernière, j'avais un peu plus à voir avec les trois premières saisons. Bref, certains personnages ont vécu des moments difficiles, notamment mon chouchou Leonard car il n'est vraiment pas facile pour lui, homosexuel, de vivre dans une Angleterre qui considère cela comme un crime... Et j'ai eu du mal avec les réactions de Mrs C, même si j'ai essayé de la comprendre. Heureusement, tout s'est arrangé (un peu) de ce côté-là. La femme de Geordie a eu aussi une storyline, pas forcément passionnante mais édifiante aussi et en phase avec notre époque, sur les femmes et le harcèlement. Et les enquêtes ont été intéressantes. En juillet, la saison 5 a été annoncée et elle sera diffusée en 2020. J'en suis ravie.

Lors de la diffusion de Killing Eve au printemps 2018, je n'avais pas eu le temps de la regarder, malgré ses 8 petits épisodes. Je l'ai donc rattrapée en mars dernier et j'ai dévoré les 8 épisodes et adoré cette saison. En fait, je ne m'attendais pas du tout à ce que ce soit aussi ludique et léger alors que c'est un thriller assez glaçant avec une psychopathe russe vraiment givrée et une fonctionnaire du MI5 qui la traque. Entre les deux femmes se noue une relation assez troublante qui trouve son point d'orgue dans le season finale. Je n'avais jamais vu joué Sandra Oh (je n'ai jamais vu Grey's anatomy) et je l'ai trouvée extra, tout comme Jodie Comer qui est géniale en Villanelle (la psychopathe). L'avantage d'avoir vu la saison 1 en mars est que je n'ai eu à attendre qu'un mois pour voir la suite :) qui a été diffusée en avril et mai et a été tout aussi excellente. Si j'ai eu un peu peur en début de saison 2 que la série s'enfonce parfois trop dans le burlesque, l'équilibre a été rétabli ensuite et le jeu de chat et de souris entre Eve et Villanelle a continué à être toujours aussi troublant pour notre plus grand plaisir. J'ai adoré l'interaction entre les deux actrices et leurs personnages qui sont excellents. Le reste en est presque accessoire mais pas inintéressant dans la mesure où rien n'est noir ou blanc dans cette série et tout le monde joue un double-jeu ou a un agenda caché. Je ne sais toujours pas, par exemple, quoi penser de Fiona Shaw, la supérieure d'Eve. Le seul qui me fasse de la peine c'est le mari d'Eve, Nick Polastri, qui n'a rien demandé et se retrouve dans la tourmente et la tornade provoquée par Villanelle. Le season finale a été excellent, faisant un peu miroir à celui de la saison 1 et j'ai hâte d'en voir la suite car la série a été renouvelée pour une saison 3 (et il se murmure une saison 4 mais je n'ai rien vu d'officiel). Mais il faudra sans doute attendre le printemps prochain pour la voir, sniff.

La saison 3 de The Handmaid's Tale a failli être rétrogradée d'une demi-étoile. Tout ça à cause d'une June qui a été détestable une grande première moitié de la saison et parce que les scénaristes et les réalisateurs se sont dit que ce serait une bonne idée de terminer chaque épisode sur un gros plan du visage de June ayant un regard plein de haine et un rictus entendu. Quand ce n'était pas plusieurs fois par épisode. Et ça, ça m'a vraiment soûlée. Tout comme le fait que dans cette société très brutale et avec des règles rigides on ait eu l'impression que June pouvait faire ce qu'elle voulait. Mais la série est restée bouleversante à suivre et chaque épisode a été malgré tout passionnant à suivre, toujours révoltant par bien des aspects (ah les Handmaids de Washington...) mais aussi avec des moments de grâce (l'échappée belle d'Emily, son arrivée au Canada, ou encore le dernier épisode qui m'a fait pleurer), des moments jouissifs (notamment le sort des Waterford ou un assassinat bienvenu), un épisode flashback sur Tante Lydia (qui n'a pas apporté grand chose), Janine qui est un personnage que j'adore et des plans souvent sublimes. On avait donc quitté June refusant de suivre Emily et le bébé Nicole pour rester et essayer de sauver sa fille Hannah. Le début de saison aura donc porté sur cela (d'où le comportement de June pour laquelle rien d'autre ne comptait), mais la saison aura aussi porté sur l'entraide entre Handmaids (malgré un épisode où l'on se serait cru dans une cour de récré...) ou Marthas. Le season finale a été stressant et magnifique et nous laissant dans une certaine expectative dont nous aurons la résolution dans la saison 4 car oui la série a été renouvelée pour une saison 4.

Dire que la saison 11 de Doctor Who était attendue est un euphémisme. Car c'était la saison où l'on allait enfin avoir une femme comme Docteur, après 55 ans de série et 12 réincarnations masculines. Après un Christmas Special en 2017 émouvant qui voyait One et Twelve unir leurs forces pour finir par se réincarner l'un et l'autre, c'est donc Thirteen qui nous a accompagnés cette saison. Dès son apparition à la fin du Special, je suis tombée en amour avec elle et je l'ai adorée pendant les 10 trop courts épisodes qu'a comptés la saison. Et j'ai tout aimé dans les épisodes, les nouveaux compagnons au nombre de 3, les histoires plus simples et reprenant plus ou moins la trame des Classics avec épisode SF/un épisode historique (j'ai adoré celui sur Rosa Parks et celui sur la partition de l'Inde). Alors oui, il n'y a pas eu de gros fil rouge mais je dois dire qu'après les les storylines sur les Ponds, Clara et j'en passe, que j'avais certes adorées, cela a fait du bien de revenir à plus de légèreté (même cela n'a pas empêchée les drames et les émotions) et de simplicité. J'ai trouvé que ça allait bien avec l'enthousiasme de Thirteen. Et contrairement aux nombreuses années précédentes, il n'y a pas eu d'épisode de Noël mais un au nouvel an qui a été très bon avec le retour de l'ennemi de toujours, celui qui commence par Da et se termine par lek :D La série a été renouvelée pour une saison 12, toujours avec Jodie Whittaker en 13 et ses 3 compagnons. Mais il va falloir patienter un peu car la série ne reviendra pas avant plusieurs mois, en 2020 et il n'y aura pas d'épisode de Noël en 2019 :(




Legion avait été ma série coup de coeur il y a deux ans et m'avait déçue l'an dernier. Je me demandais bien où la saison 3, annoncée comme la dernière, allait se situer. Et je dois dire que je suis complètement retombée sous le charme de cette série. Pas au point de la retrouver en cinq étoiles, mais pas loin. En se reconcentrant sur ce qui faisait son équilibre, les délires et les histoires des personnages, j'ai aimé chacun des 8 épisodes. 8 épisodes pour sauver David devenu le "méchant" et pour se débarrasser d'Ahmal Farouk. J'ai particulièrement adoré l'épisode sur les parents de David car ils étaient interprétés par deux acteurs plus que choupis, Harry Lloyd (le Peter Quayle de Counterpart) et Stephanie Corneliussen (habituée des séries bizarres après Mr Robot où elle jouait Joanna Wellick) et un autre épisode où l'on retrouvait Oliver et Melanie et un rap d'anthologie avec un big bad wolf ;) Beaucoup de choses m'ont émue dans cette saison, Kerry et Cary, Sydney, David bien sûr, tellement avide de rétablir les choses et j'ai beaucoup aimé une nouvelle personnage, très touchante, Switch. Le series finale n'a pas été grandiose mais très touchant (gnan gnan pourraient dire certains) et a impeccablement terminé la série, même si évidemment il a pu nous laisser un goût doux amer. Une chose est sûr, je regretterai les acteurs et leurs personnages.

Je n'avais pas eu le temps de regarder The City and the City lors de sa diffusion en avril 2018 et ensuite je me suis focalisée sur mes séries hebdos et du Challenge séries et ce n'est que fin novembre (et en voyant la série dans le top 50 de Yoda Bor) que j'ai regardé les 4 épisodes en un week-end et j'ai beaucoup aimé cette série policière avec des airs de Counterpart et Charlie Jade. L'histoire se passe dans les villes de Beszel et UI Qoma, deux villes jumelles, mais que l'on ne peut voir (et surtout c'est interdit) quand est dans l'une ou l'autre ville. L'inspecteur Borlu est chargé d'enquêter sur le meurtre d'une jeune femme dans sa ville mais qui vivait dans l'autre. Inspecteur traumatisé par la disparition de sa femme quelques années auparavant et dont on suit l'histoire d'amour au gré de flashbacks. J'ai trouvé cette série et ces deux villes (sortes de Berlin Est et Ouest) passionnantes, David Morissey parfait en flic fatigué et désabusé ainsi que les autres acteurs. Ce qui m'a empêchée d'avoir un vrai coup de coeur est la fin que j'ai trouvée trop terre à terre par rapport à tout ce qui a été mis en place lors des 3 épisodes précédents. L'histoire n'appelait pas de suite mais j'aurais été ravie si une 2e saison dans cet univers avait été commandée.

Years and Years a été "la série qui met en PLS à chaque épisode" de la saison. Créée par Russell T. Davies (le premier showrunner de Doctor Who 2005, c'était lui), la série a été une excellente série portant sur une famille, la fratrie Lyons, les conjoints, les enfants et la grand-mère Muriel, de 2019 à 2034. Une série terriblement anxiogène car c'était comme si tout ce qu'on craignait dans l'avenir arrivait : la réélection de Trump, la montée des nationalismes, la chute de la bourse, la chasse aux homosexuels, les migrants encore plus ostracisés que maintenant et j'en passe. Et avec des scènes chocs notamment à la fin des épisodes 1 et 4. La série m'a tellement angoissée par moments que j'en ai même parlé à mon mari, qui pourtant ne la regardait pas ! Mais ce fut aussi une série lumineuse, comme les anglais savent les faire, avec ce qu'il faut d'humour, de dérision et portée par un casting 5 étoiles, notamment le choupi Russell Tovey (que j'ai aimé son histoire avec Viktor !), Rory Kinnear, et Emma Thompson en femme politique n'ayant rien à envier à Trump ou Marine Le Pen. J'ai adoré chaque personnage, même ceux qui m'agaçaient au début, comme Celeste et me suis dit que la famille avait une sacrée espérance de vie (à part la maladie ou les accidents), puisque Muriel, la grand-mère, fête ses 91 ans aux débuts il me semble et 14-15 ans après, elle est toujours alerte, physiquement et intellectuellement, comme si elle n'avait que 90 ans et pas 105 ans ! :D La série a été toujours vue comme une minisérie et n'aura donc pas de suite. La fin nous laisse un peu en suspens sur un évènement, je pense que c'est à nous de décider ce qu'il se passe après la question de Muriel...

L'an dernier et malgré des audiences catastrophiques et un series finale qui sonnait comme une fin (et qui s'appelait d'ailleurs The End), Agents of Shield avait été renouvelée pour une saison 6 et pour 13 épisodes seulement. On se disait alors que cette saison 6 serait vraiment la fin mais, avant même sa diffusion, la série a été renouvelée pour une 7e saison qui a été annoncée comme la dernière lors du Comic Con. Cette saison 6 a été d'excellente facture avec plusieurs menaces, des surprises, des retours, des timelines différentes. À ce sujet, la série a pris le parti de ne pas s'inscrire dans les événements du dernier Avengers... C'est avec grand plaisir que j'ai suivi cette saison, surtout que mon chouchou, Deke, était toujours là et May et Daisy toujours aussi badass, Fitz et Simmons adorables et j'en passe. Le season finale a une fois de plus rebattu les cartes et annonce une dernière saison passionnante à suivre ! Vivement le printemps/été prochain !

Dark est une série allemande diffusée en décembre 2017 et que je n'avais pas eu le temps de regarder alors. Je l'ai casée dans mon challenge séries et l'ai regardée au printemps et je l'ai trouvée passionnante à suivre pour son sujet mystérieux (hum vous savez, les voyages dans le temps, boucles temporelles, toussa). Bref, on l'a souvent comparée à Stranger Things mais moi, je ne sais pas, j'ai trouvé qu'elle avait un côté Les Revenants (du moins dans la première saison), ne serait-ce que pour l'atmosphère et la musique martelant les épisodes. J'ai énormément aimé la série mais j'avoue avoir eu un peu de mal avec les personnages que j'ai mis du temps à (re)connaître, surtout qu'ils étaient nombreux et qu'on voyait les mêmes à différents âges. J'ai surtout aimé Jonas, le jeune ado un peu (après avoir vu la saison 2, je pouffe en lisant le un peu...) au coeur de tout ça (même s'il y en a d'autres). La saison 1 s'est terminée sur un cliffhanger et m'a donné envie d'avoir vite la suite... Suite qui a été diffusée fin juin et que je me suis empressée de regarder et que j'ai dévorée en un week-end. Il n'y a eu que 8 épisodes au lieu de 10 mais quels épisodes ! Et si je n'avais regardé que la saison 2 cette saison, la série aurait été en 5 étoiles qu'elle rate de peu car j'ai été un peu longue à démarrer sur la saison 1. Bref pour en revenir à la saison 2, elle a eu son lot de drames (il y a parfois de la tragédie grecque dans certaines histoires...), a multiplié les chausse-trape, a retourné le cerveau, donné des réponses et fait des révélations pour mieux poser de nouvelles questions. C'est vraiment vraiment une série passionnante à suivre avec des personnages géniaux. J'ai enfin réussi (pas toujours...) à les reconnaître et j'ai admiré la ressemblance entre les acteurs choisis pour jouer les personnages à différents âge. Le season finale a ouvert encore plus de perspectives et promet une saison 3 encore plus passionnante et "mind-blowing". Malheureusement la saison 3 sera la dernière...

Vous savez que j'adore Supernatural et que je ne me lasse pas des aventures des frères Winchester. La série est revenue cette année pour une 14e saison, très prenante qui a commencé par un méchant archange, Michael, venu d'un monde alternatif et qui avait pris possession de Dean en fin de saison 13. Une partie de la saison aura consisté à devoir se débarrasser de lui et une autre à devoir régler un problème un peu plus délicat car il concernait un personnage proche des Winchester. Au milieu, il y aura eu l'épisode 300, très émouvant et un bel hommage à ce qui fait la série, la famille, et une fin de saison waouh qui a vu le retour d'un personnage (non pas Crowley malheureusement) qui a fait son vilain, des morts, et les Winchesters et Cass dans le pétrin (c'est le moins qu'on puisse dire) et qui augure d'une explosive 15e saison. En janvier, il avait été annoncé que Supernatural était renouvelée pour une saison 15 de 20 épisodes (comme la 14e) et mon coeur ne se sentait plus de joie mais quelques semaines après, on a appris que cette saison 15 serait la dernière et mon coeur s'est brisé. Ce n'est à priori pas la chaîne qui voulait arrêter car la série continue à toujours bien marcher mais les acteurs et showrunners veulent arrêter avant qu'il ne soit trop tard. Je les comprends mais je dois dire que je n'étais pas prête à entendre cette annonce. En attendant, il va falloir profiter de cette saison 15 à fond et j'ai hâte de voir ce qu'elle nous réserve.

On avait laissé les protagonistes de Travelers en bien mauvaise posture en fin de saison 2 et on a bien failli ne jamais savoir comment ils allaient se sortir de ce guêpier car elle avait été annulée par Showcase mais, heureusement, la série a été reprise par Netflix qui nous a diffusé les 10 épisodes de la saison 3 en décembre dernier. Une excellente saison que j'ai dévorée et qui monte d'une demi-étoile. Au début, je me suis demandé si je n'avais pas loupé un truc car la série n'a pas repris exactement là où elle s'était arrêtée mais elle a vite fourni les infos nécessaires. Bref, cette saison 3 a été très prenante avec toujours la poursuite de 001 qui leur en a fait voir et plus encore et la Faction. Pour les Travelers personnellement, ça a parfois bien compliqué et j'ai bien cru qu'on allait les perdre les uns après les autres. Et relationnellement ça a été compliqué aussi, surtout pour Grant et Kat. Les derniers épisodes ont été vraiment intenses à tous les niveaux et surtout les deux derniers, et encore plus en particulier le season finale qui m'a fait pleurer, sursauter, m'exclamer et qui a conclu la saison avec l'envie d'en voir plus, même si l'épisode pouvait faire un series finale satisfaisant. Et malheureusement, il faudra se contenter de cette fin car Netflix a annulé la série. Cela m'a attristée mais au moins on aura eu une conclusion. C'est toujours mieux que si on avait été laissé en plan à la fin de la saison 2. Mais je regretterai Marcy, David, Trevor, Philipp, Grace, Grant, Carly et les autres...

Lors de mon précédent bilan, The Mavelous Mrs Maisel avait frôlé les 4 étoiles et demie et c'est chose faite pour sa 2e saison. Et pourtant, cela n'a pas été garanti dès le début car si j'ai aimé les 3 premiers épisodes, j'ai eu du mal parfois avec Midge que je trouvais un peu "madame je sais tout et je la ramène beaucoup". Mais encore une fois, je me suis laissée porter par le charme de cette série et son actrice pétillante et j'ai englouti les 10 épisodes en une semaine. Dans cette saison 2, Midge essaie de trouver du travail en tant que comédienne, toujours accompagnée de sa manager, Susie, brute de décoffrage, de concilier sa vie professionnelle avec la sociale, la personnelle et l'amoureuse, de gérer ses parents, qui sont vraiment hilarants (Tony Shalhoub et Marie Hinkle sont géniaux), de,  éventuellement, leur faire accepter son nouveau mode de vie, de peut-être rompre définitivement avec Joel qui a du mal à l'accepter, de se mettre à sortir avec un beau chirurgien incarné par Zachary Levy, et se trouver à la croisée des chemins en fin de saison. Bref pas de repos pour Midge. Le season finale voit d'ailleurs de nombreux changements pour tous les personnages et j'ai hâte de tous les retrouver pour la saison 3 (déjà actée avant la diffusion de la 2e), surtout la merveilleuse mais surtout délicieuse Mrs Maisel et sa garde-robe qui me fait baver :) Elle sera diffusée en décembre et j'ai hâte !

À l'origine, je ne devais pas regarder Why Women Kill dont le sujet ne me tentait pas du tout. Et puis j'ai vu le trailer chez Jerôme et il m'a tellement plu que j'ai décidé de regarder cette série de Marc Cherry (Desperate Housewives) dès sa diffusion et j'ai bien fait car elle a été excellente. C'est une série qui a porté sur 3 femmes, leurs maris, leur entourage, sur 3 époques différentes, 1963 (je crois), 1984 et 2019 et se déroulant dans la même maison. Le seul indice au départ était qu'à chaque époque quelqu'un était mort dans la maison et avec le titre de la série on pouvait supposer que les femmes y étaient pour quelque chose :)  J'ai vraiment aimé l'ensemble de la série, surtout les deux premières histoires que j'ai adorées, un peu moins la 3e mais c'était sympa quand même. La première était peut-être la plus passionnante à suivre avec une Ginnifer Goodwin excellente en femme au foyer qui découvre que son mari la trompe, devient amie avec la jeune maîtresse et excelle dans le machiavélisme innocent :) En plus, le mari (odieux) était très bien joué par Sam Jaeger (qu'on voit partout en ce moment). Et j'ai beaucoup aimé la copine, Sheila, jouée avec enthousiasme par Alicia Coppola. Mon histoire préférée à été celle de 1984 car Lucy Liu en Simone était époustoufflante et cela la changeait après sept ans dans la peau de Joan Watson dans Elementary. Elle a campé une femme haute en couleur aux piques et à la répartie très drôles et qui faisaient mouche. Pas sympathique de prime abord, elle est devenue de plus en plus attachante et son duo avec Jack Davenport, qui jouait son mari qui est en fait homosexuel, était excellent et touchant. Quant à la 3e histoire, c'était celle d'un scénariste et sa femme avocate, qui vivent un mariage ouvert et font entrer une 3e personne, Jade, dans leur couple. Et évidemment, cela finit par mal se passer. Là, les acteurs étaient moins connus, à part Kirby Howell Baptiste qu'on voit beaucoup en ce moment (Veronica Mars, Killing Eve, The Good Place). Le season finale a été passionnant à suivre avec une mise en scène ingénieuse et une conclusion qui m'a beaucoup plu. La série a été renouvelée pour une saison 2, qui sera avec des histoires et des acteurs différents. Je suis contente mais j'aimerais juste que les scénaristes trouvent un moyen de faire revenir Simone :)

Legends of Tomorrow était ma série de l'Arrowverse préférée (vous me direz que ce n'est pas trop difficile ^^) l'an dernier et elle l'est restée pour sa saison 4 qui a vu la présence plus importante de la magie dans son univers. On savait que Constantine allait rester à temps plein et que cela signifiait magie et démons et ça a été le cas. Toujours décomplexée, amusante, parfois ridicule mais c'est sa marque de fabrique, elle est vraiment super à suivre et ses Légendes n'en loupent pas une. Ils ont réussi à faire revenir l'actrice qui jouait Amaya sous une nouvelle identité et je dois dire que ça a été très sympa, tout comme la présence plus importante de Courtney Ford que j'adore et qui est l'épouse de Brandon Routh à la ville. J'ai bien aimé l'ajout de l'actrice qui jouait Kaya dans Z nation. Et de Thomas F. Wilson (ZE Biff Tanner de Retour vers le futur !) dans le rôle du père de Nate. Et Ava et Gary ont été bien présents. Ma seule réserve c'est qu'ils ont tendance à faire de Gary un personnage de plus en plus caricatural et c'est un peu dommage. Pas de Beebo cette année (sniff) mais on a eu droit à une licorne sanguinaire, une marraine fée psychopathe et même un dragon qui n'avait rien à envier à ceux de Game of Thrones :D Les Légendes n'ont pas fait partie du cross-over cette saison (mais le seront la saison prochaine) mais on eu droit à un épisode vraiment super sympa, Legends of To-Meow-Meow, avec des parodies de Drôles de dames (Sirens of Space Time) Gardiens de la galaxie (Custodians of the Chronology) et même une version Muppet des personnages (Puppets of Tomorrow). Le season finale a été émouvant (et j'ai même été contente du retour en guest star d'un personnage que j'avais détesté en saison 1 et j'ai hâte de voir ce que la série nous réservera pour sa saison 5 car elle a été renouvelée et j'en suis ravie. Le seul hic c'est qu'il faudra attendre le début 2020 pour la voir.

Après Halloween en 2017, c'est pour le 4 juillet que Stranger Things est revenue pour sa saison 3. Une saison 3 aussi sympathique à regarder que les précédentes, avec des enfants ayant bien grandi et devenus de vrais ados avec leurs amours, leurs problèmes d'amitié et j'en passe. Une saison particulièrement gore à certains moments, fun et plein d'humour à d'autres. Le duo Dustin-Steve que j'avais déjà apprécié dans la saison 2 a été le gros plus de la saison avec l'addition de Robin, une jeune femme géniale, jouée par Maya Hawke, la fille d'Uma Thurman et Ethan Hawke. Sinon il y avait les autres persos, El, toujours importante à l'histoire, Mike, Will, Nancy, Jonathan, Lucas, sa petite soeur Erica, Max et Bill dont le rôle s'est étoffé. Côté adulte, le shériff Hopper a été super pénible au début mais s'est bien rattrapé par la suite et j'ai trouvé Winona Ryder toujours très amusante dans le rôle de Joyce. Pour ce qui est de l'histoire il a été question de méchants Russes ayant réussi à monter une base secrète au nez et à la barbe des Américains et d'un monstre tenant à la fois du Blob et de The Thing. D'ailleurs la série a été émaillé de très nombreuses références, Retour vers le futur tout d'abord, puisque cette saison 3 se déroulait en 1985 date de sortie du premier film, Terminator (avec un méchant ressemblant au Schwarzenegger de T1), Alien, Body Snatchers et j'en oublie beaucoup. En revanche le placement de produits systématique m'a un peu soûlée. Le season finale a été palpitant et triste et j'ai hâte de voir la saison 4 car bien sûr, la série a été renouvelée.

Lors de sa première saison, Star Trek : Discovery ne m'avait vraiment convaincue qu'à partir du 3e ou 4e épisode et surtout lors de sa dernière moitié. Ça m'aura été plus facile d'aimer vraiment cette 2e saison qui a été passionnante à suivre et qui monte d'une demi-étoile. J'ai trouvé chaque épisode super et les intrigues intéressantes. J'ai même fini par apprécier le parler Klingon, c'est dire, surtout parce qu'ils n'ont pas été trop présents :) La saison a été riche en événements, en mystères, en retrouvailles, avec Michael Burham au milieu de tout cela. J'ai particulièrement aimé le capitaine Pike, que les Trekkies connaissent bien, Spock, bien sûr et aimé retrouver Ash Tyler ou encore la capitaine/empereur Philippa Georgiou toujours très drôle avec ses phrases bien mordantes. Et heureusement que j'avais regardé les webisodes (Star Trek : Short Treks) diffusés à l'automne dernier car au moins deux d'entre eux ont eu une importance dans la saison. La fin de saison a rebattu les cartes (et explique pourquoi, par la suite, on n'a jamais plus entendu parler de Discovery...) et j'ai hâte d'en voir la suite car la série a été renouvelée pour une saison 3.

Rappelez-vous, l'an dernier, Lucifer était annulée par la Fox à l'issue de sa 3e saison, à la grande colère des fans (dont je faisais partie) car elle se terminait sur un cliffhanger explosif. Et coup de théâtre, quelques semaines après, on apprenait que Netflix la récupérait et lui donnait une saison 4 de 10 épisodes. Saison 4 qui a été diffusée en mai et que j'ai regardée dans la foulée. Et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié cette saison, qui a gardé l'esprit qu'elle avait sur le network tout en bénéficiant du passage à Netflix. Et je ne parle pas que du fait qu'on a vu le postérieur, fort seyant, de Tom Ellis/Lucifer, plusieurs fois :) Mais avec 10 épisodes, cela a donné une intrigue plus ramassée et moins de déchets, même si j'aurais, en fait, préféré 13 épisodes. Car si j'ai énormément apprécié ce que je voyais, j'ai eu l'impression que c'était parfois un peu précipité et certaines intrigues secondaires survolées ou traitées de façon superficielle. De fait, je reproche à cette saison d'avoir fait de Dan un connard comme en saison 1 alors qu'il avait un peu évolué. Mais sinon, j'ai beaucoup aimé la façon dont le cliffhanger a été résolu, avec Chloé devant accepter ou non le fait que Lucifer soit vraiment le Diable et ayant vu son vrai visage, puis de voir une autre femme dans la vie de son difficile partenaire, en l'occurrence Eve, oui la Eve de la Bible, dont j'ai beaucoup aimé la fraîcheur et le côté optimiste et enfantin. Et ça a été agréable de voir un tel personnage garder justement cette fraîcheur et ce capital sympathie toute la saison. Linda et Amenadiel ont eu une storyline intéressante, j'ai retrouvé aussi la Maze que j'aimais les deux premières saisons, Ella était toujours là et on a peu vu Trixie, ce qui est dommage. Et bravo pour la bande-son, vraiment géniale toute la saison. Le season finale a été excellent, offrant une sorte de conclusion à la série, tout en ravissant les shippers de Chloe et Lucifer et si la série s'était arrêtée là, cela aurait été une fin satisfaisante, en tout cas plus que l'an dernier, mais heureusement Netflix a renouvelée la série pour une saison 5, annoncée dans un premier temps de 10 épisodes, puis plus tard, à ma grande joie, de 16 épisodes. La mauvaise nouvelle c'est que ce sera vraiment la dernière cette fois-ci. Mais elle sera diffusée en deux fois ce qui nous permettra de faire durer un peu le plaisir.

Rappelez-vous, Timeless avait été annulée en fin de saison 1 puis sauvée et avait eu une saison 2 pour être finalement encore annulée au bout d'un an au grand désarroi des fans. À l'issue d'une campagne massive pour sauver une fois de plus la série, NBC avait accordé un double épisode final à la série qui furent diffusés quelques jours avant Noël et judicieusement intitulés The miracle of Christmas. Reprenant là où la série s'était arrêtée, ce double épisode a été un vrai plaisir à voir et à conclu la série de très belle façon. Mon seul regret a été que ce soit trop court et qu'il manque un petit quelque chose pour que ce soit tout à fait enthousiasmant. Le fait sans doute qu'il n'y ait pas eu de grande menace et que Rittenhouse, l'organisation diabolique, ne soit plus l'ombre que d'elle-même et juste incarnée par Emma dont l'actrice enceinte de 8 mois n'a pas eu grand chose à faire. Ou alorsqu'il y ait eu un manque de souffle épique et historique. Mais en tout cas, je regretterai Lucy, Wyatt, Rufus (car oui bien évidemment qu'ils ont sauvé Rufus !), Jiya, Agent Christopher et surtout Flynn mon chouchou qui a eu une émouvante conclusion.

Je n'ai pas regardé La Casa de Papel quand elle a été diffusée en Espagne puis sur Netflix mais avec tout le buzz qu'elle avait engendrée, j'avais très envie de la voir. Ce fut donc ma première série regardée pour le Challenge Séries 2019 et je dois dire que je l'ai beaucoup aimée. Bon c'est une série très rocambolesque et pas crédible, avec un pitch emprunté à Inside Man mais ça a fonctionné à merveille sur moi. Je me suis passionnée pour ces pieds nickelés espagnols, les retournements de situation, les histoires de coeur, les trahisons et j'en passe et j'ai adoré les personnages, à commencer par El Professor, l'inspectrice Raquel Murillo, Nairobi (l'une de mes chouchoutes), Rio, Denver, Helsinki. Tokyo m'a souvent agacée et Berlin le psychopathe fascinée parfois, rebutée souvent. La série aurait très bien pu se terminer à l'issue de la saison 2 (une seule saison dans la diffusion espagnole) mais Netflix l'a renouvelée pour une saison 3. Saison 3 que j'ai regardée avec ma fille peu après sa mise en ligne et je dois dire que les scénaristes de la série sont très forts. Ils ont pratiquement fait un copié-collé du premier braquage mais en plus grand et spectaculaire et ça a encore super bien fonctionné sur moi ! :) J'ai été à fond dedans ! C'était évidemment une fois de plus rocambolesque et pas crédible mais qu'est-ce que c'était bon ! On a regardé les 8 épisodes en deux jours, j'ai adoré retrouver les personnages, Tokyo m'a autant exaspérée que dans les deux premières saisons, El profesor était toujours aussi charmant, Rio choupi et Nairobi badass et les nouveaux ont été à la hauteur, en particulier Alicia Sierra, remplaçant Raquel (amoureuse du professeur et passée du côté des braqueurs à la fin de la saison 2), enceinte jusqu'au yeux et tordue de première. Une antagoniste largement plus à la hauteur que les autres bouffons de la police et du gouvernement. Le dernier épisode a été intense et laissé nos "Robin des bois" dans de très mauvaises situations, voire mortelle (même si j'ai une once d'espoir) pour l'un de mes personnages préférés. Et à l'heure où l'on se fait spoiler dès qu'un épisode/une série est diffusé.e, je suis ravie de ne pas l'avoir été sur cette saison 3 et j'ai donc été surprise lors de ce season finale. L'histoire de ce braquage se déroulant en deux saisons, comme pour la version Netflix du premier, la série a, bien sûr, été renouvelée pour une saison 4. Et j'ai super hâte.

Je n'avais pas pu vous parler de la saison 6 d'Orange is the New Black la saison dernière, l'ayant vu trop tard pour mon bilan. Une saison 6 qui aura porté sur les répercussions des émeutes de la saison 5 et du changement pour nos détenues préférées puisqu'elles furent transférées, en majorité, à la prison de haute sécurité de Litchfield et donc mélangées avec des prisonnières ayant commis des crimes autrement plus sérieux que du traffic de drogue, escroqueries et autres. J'ai beaucoup aimé la saison mais je l'ai trouvée un tantinet moins bien que la précédente que j'avais adorée. Je pense qu'elle aurait pu être plus courte de 3 épisodes et peut-être moins se focaliser sur des détenues dont on venait juste de faire connaissance (j'ai détesté Badison qui m'a énervée toute la saison), un peu au détriment de celles qu'on aimait. La saison a aussi beaucoup porté sur Taystee, que j'adore, accusée du meurtre du garde Piscatella (et on savait qu'elle n'était pas coupable), avec Caputo ayant perdu son job après les émeutes et faisant tout pour sauver la jeune détenue, tout en entretenant une relation chaotique avec Fig promue directrice de la prison Max. Red a eu aussi quelques moments, tout comme Nichols (très bien), Lorna (enceinte), Suzanne et certaines autres. J'ai aimé aussi qu'on voit d'autres côtés de certaines comme Blanca Flores (émouvante), ou Flaca (amusante). Quant à Piper, elle a été toujours très énervante mais trop chou dans son couple avec Alex. Le season finale a été très réussi avec des bonnes choses pour certaines, des mauvaises pour d'autres, je pense en particulier à Taystee et Blanca. La 7e et dernière saison a été diffusée en juillet mais je n'ai pas encore réussi à la regarder donc je ne vous parlerai que dans le bilan de l'an prochain.

De prime abord, A Million Little Things ne m'attirait pas vraiment. On l'avait vendue comme une nouvelle This is Us et j'adore cette dernière mais je n'avais pas envie de voir la même chose et le trailer ne m'avait pas convaincue. Une série sur le suicide, le cancer, la dépression et j'en passe, non merci. Et puis j'ai donné sa chance au pilot et là j'ai été conquise. Par le trio de personnages masculins, déjà parce que j'aimais beaucoup les acteurs (James Roday - Psych - et David Giuntoli - Grimm - en tête), puis par les histoires, toutes simples mais terriblement attachantes et pour finir par les personnages féminins qui ont su me plaire et me toucher, surtout celui de Maggie et même Katherine que je n'aimais pas au début. Au final, A Million Little things n'est pas This is Us, mais elle a dégagé un charme fou tout au long de sa première saison et su conquérir mon coeur. La série a été renouvelée pour une saison 2 (qui débuté il y a quelques semaines) et j'en suis ravie.

Spin-off de Titans et 2e série de la plateforme DC Comics, Doom Patrol a été diffusée au printemps. On avait fait connaissance d'une partie de la Doom Patrol lors d'un épisode de Titans et j'avais bien accroché à ces anti-héros fracassés et je dois dire que j'ai beaucoup aimé la série, bien souvent irrévérencieuse et avec un humour noir sympathique. Le point de départ de la saison 1 a été l'enlèvement de leur mentor (joué par Timothy Dalton) et sa recherche mais la saison 1 nous a surtout fait découvrir le passé et le vécu de chacun des personnages, que ce soit Cliff/Robotman (joué par Brendan Fraser, très amusant), Rita Farr/Elasti-girl (April Bolwby, Drop Dead Diva), Larry Trainor/Negative Man (Matt Bomer - White Collar) ou encore la super attachante Crazy Jane et ses 64 personnalités (jouée par Diane Guerrero - Orange is the New Black et Jane the Virgin) et Victor/Cyborg (pas mon préféré), ce qui nous a donné des moments touchants et émouvants. Et, en face, le super villain, Mr Nobody, excellemment interprété par Alan Tudyk. La saison s'est terminée de façon amusante et débridée à l'image du reste de la saison. On s'est longtemps (quelques semaines) demandé si la série serait renouvelée et oui elle l'a été ce qui est une excellente nouvelle. Diffusion en 2020.

Rappelez-vous, l'an dernier, le season finale de The 100 relançait la série dans une nouvelle direction avec une fin très émouvante. La saison 6, diffusée entre fin avril et début août a donc porté sur nos ex-Grounders/Skykru/Wonkru espérant trouver une planète habitable mais qui va, évidemment s'avérer habitée et pleine de dangers. On aurait pu craindre une redite de la saison 1, voire de la 2 mais l'histoire a pris des directions très intéressantes, permettant à la série de se renouveler. Murphy a toujours été mon chouchou avec sa façon d'être constamment en eaux troubles, Octavia a remonté dans mon estime, tout comme Abby et Clarke. Clarke a eu d'ailleurs une storyline très intéressante et permettant de voir l'actrice et son personnage sous un autre angle. Et Bellamy a été impeccable comme toujours. On a perdu quelques personnages en route, et le season finale a, une fois de plus, relancé la série dans une nouvelle direction que l'on découvrira dans la saison 7 l'an prochain. Saison 7 qui a été annoncée comme la dernière...




The Umbrella Academy c'est la série Netflix de divertissement typique. Tu sais que c'est un peu creux, pas forcément original mais il y a quelque chose d'exaltant/passionnant à la regarder et tu as envie de binge-watcher les épisodes.  Diffusée en mars je crois, je l'ai regardée en mai et je dois dire que je l'ai beaucoup aimée. Malgré ses défauts et ses évidences. C'est l'histoire d'un vieil original qui a adopté 7 enfants nés le même jour de par le monde et après une grossesse surprise des mères et qui sont dotés de super pouvoirs, sauf une (...), Vanya, et qui va les élever à la dure afin qu'ils deviennent des super-héros. À la mort du père, les enfants survivants se réunissent et ils apprennent par l'un des leurs qu'ils doivent empêcher l'apocalypse de survenir dans quelques jours. Tout d'abord, que ce père était abusif et employait toutes sortes de violence, physiques ou mentales sur les enfants ! Pas étonnant qu'ils soient tous névrosés ou brisés. Bref, j'ai beaucoup aimé les personnages, surtout celui de Klaus, joué par l'excellent Robert Sheehan (Misfits), Pogo, le chimpanzé "humain", Grace, la mère androïde, et les tueurs à gage, Hazel et Cha-Cha qui m'ont fortement fait penser à Hoover et Featherstone du Graal dans Preacher. Si l'histoire a été assez convenue dans l'ensemble, j'ai pris beaucoup de plaisir à la regarder (bah oui, il y a des voyages dans le temps ! ^^) et j'ai hâte de voir la suite car la série s'est terminée sur un big cliffhanger. Et heureusement elle a été renouvelée pour une saison 2.

American Gods est enfin revenue pour sa saison 2, deux ans après la première et je dois dire que j'ai eu des sentiments assez ambivalents envers cette saison. Bon ok Bryan Fuller n'était pas là mais comme je n'étais pas très fan de ses délires en saison 1, ça tombait plutôt bien. J'ai plutôt bien noté la série cependant (elle était à la limite du 4 étoiles et demie) car j'ai beaucoup apprécié, séparément, chaque épisode que j'ai vu et pourtant, je n'ai pas eu d'exaltation sur la globalité. Et pire, au fur et à mesure que la saison se déroulait, j'ai trouvé que l'intrigue était vaine et brassait beaucoup de vent pour pas grand chose. Alors oui, tout était intéressant mais un peu vide. En fait, mes moments préférés ont été avec Laura et Mad Sweeney. Dès qu'ils étaient à l'écran, tous les deux, j'adorais. J'aimais aussi ce qui concernait les vieux dieux. En revanche, les délires des nouveaux dieux, Mr World, le jeune Tech et miss Media (plus jouée par Gillian Anderson :( ) m'ont gavée. Bon le dernier épisode a apporté une belle révélation, dont on pouvait se douter. La série a été renouvelée pour une saison 3, je serai au rendez-vous bien sûr mais j'espère qu'il y aura autre chose que des belles images et des délires philosophiques et métaphysiques.

On savait que la saison 5 de Jane the Virgin serait la dernière et c'est avec un pincement au coeur que je l'ai débutée quand elle a été diffusée au printemps, surtout que le cliffhangern s'il était digne d'une télénovela ,m'avait laissée perplexe. Mais finalement, tout cela a été géré plutôt intelligemment, même si Rafael a semblé régresser un moment et que la storyline était un peu inutile mais ça a permis vraiment de clore le chapitre Michael. La saison a été parsemée de rire et de larmes, comme la série sait le faire à chaque épisode, avec chaque personnage mis face à des épreuves, le cancer de Xiomara par exemple, et des joies avec toujours ces personnages si attachants (ma préférée restant Petra qui a vraiment beaucoup évolué depuis le début de la série). La série a pris le parti de faire un épisode récap juste avant le series finale et il m'a rappelé tout ce que j'avais aimé dans la série et le series finale a été vraiment parfait. Il a très bien conclu la série, gardant cet esprit télénovela jusqu'au bout. Et on a enfin appris qui était le narrateur ! Je regretterai vraiment Jane the Virgin car sous ses dehors de série légère et fun avec ses rebondissements parfois ridicules, elle a abordé des thèmes essentiels sur la condition des femmes, les relations hommes-femmes bienveillantes, l'immigration, les enfants et j'en passe. Cette série était une petite pépite et je regrette vraiment de ne plus l'avoir dans mon paysage télévisuel.

Madam Secretary est revenue pour une 5e saison que j'ai beaucoup aimée, pas forcément riche en action mais toujours très prenante à suivre, d'autant plus qu'Elizabeth avait décidé en fin de saison dernière de se présenter à la course présidentielle. Cette décision aura été le petit fil rouge de la saison, mais ne trouvant son point d'orgue que dans le season finale. Season finale qui a vu Stevie s'engager dans une relation pour le moins inattendue et amusante. Et un season finale qui aurait très bien pu servir de series finale à mes yeux et se terminant sur un beau discours d'Elizabeth. Heureusement il n'en a rien été et la série a été renouvelée pour une saison 6 et je serai ravie de retrouver cette série qui montre un président américain intelligent et un gouvernement bienveillant envers tous et prenant fait et cause pour des sujets comme le climat, la vaccination, l'éducation, les migrants, bref tout ce que ne fait pas Trump à l'heure actuelle... Et je serai ravie de retrouver la famille McCord évidemment, avec son couple si solide et attachant. En revanche, aux Upfronts, il a été annoncé que la saison 6 serait la dernière et n'aurait que 10 épisodes... N.B : la série a repris il y a quelques semaines.

The Good Doctor est une série que j'affectionne énormément et qui mériterait presque d'avoir une demi-étoile en plus. La saison 2 a été de très bonne facture avec notre Shaun toujours aussi attachant et devant beaucoup prendre sur lui pour avancer dans la vie, que ce soit au niveau perso ou professionnel. Et les nerfs du jeune autiste ont été mis à rude épreuve de ce côté-là, notamment par un chef de service ne le comprenant pas forcément (et qui n'avait pas tort non plus sur certains côtés), et j'ai beaucoup aimé la façon dont ses collègues et ami.e.s qu'il côtoyait depuis deux ans faisaient corps autour de lui et le soutenaient et avaient appris à l'apprécier, même ceux qui n'étaient pas pour lui au début. Les autres personnages ont été tout aussi attachants et intéressants, à commencer par le mentor de Shaun, Dr Glassman, ou encore Claire (ma petite chouchou), Dr Lim, Dr Melendez et les autres. J'aime aussi bien Lea mais elle m'agace souvent. Et d'ailleurs, à ce propos, j'ai beaucoup aimé sa scène avec Shaun dans le season finale. Ça m'a fait plaisir (sadiquement). Season finale qui a vu pas mal de choses résolues et surtout pour notre Shaun. J'ai hâte de voir ce que donnera la saison 3 car évidemment la série a été renouvelée (elle a d'ailleurs déjà repris)

Pennyworth est une série sur Alfred Pennyworth, le majordome des Wayne, les parents de Bruce aka Batman et diffusée sur Epix cet été. A priori, ils ont pris pour base la version du personnage dans Gotham pour raconter son passé. On savait qu'il avait été tumultueux et là ça a été l'occasion de découvrir un Pennyworth d'une vingtaine d'années dans l'Angleterre des années 60, dans une série très sympathique, tenant plus de la série d'espionnage à la James Bond version Sean Connery que de l'univers plus gothique de Batman auquel on est habitué, avec un Alfred choupinou comme tout, au sang bouillant (loin du flegmatique majordome) et amoureux de la belle Esme. J'ai adoré Martha Kane, future madame Wayne, complètement badass, Thomas Wayne, un peu dépassé par les événements, et j'ai beaucoup aimé les soeurs Pikes. Et ça a été rigolo de voir une nouvelle version de la reine d'Angleterre jeune (mais avec la même façon de parler) alors que je regardais The Crown. La saison s'est terminée de façon assez dramatique mais sur une B.O d'enfer (d'ailleurs la musique a été top toute la saison). La série a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis vraiment contente.

Quand j'ai appris il y a deux ans que The All Soul Trilogy (Le livre perdu des sortilèges en français) de Deborah Harkness allait être adaptée en série, sous le nom de A Discovery of Witches (du titre du premier tome); j'ai sauté de joie, car j'ai adoré cette trilogie, même si elle n'a pas été parfaite et surtout parce que c'est Matthew Goode qui a été choisi pour jouer Matthew Clermont le beau vampire. La série a été diffusée à l'automne dernier, en 8 petits épisodes, un peu trop rapides pour vraiment aller au fond du premier tome qui n'était pas avare en détails (un peu inutiles certes). La série parle d'un beau vampire, Matthew, et d'une sorcière, Diana Bishop dont la magie a été brimée et qui se révèle lorsqu'elle fait apparaître un livre que beaucoup de créatures surnaturelles convoitent. Dans la série, il est question d'amours interdites et contrariées, d'alliances et d'ennemis et c'est une très bonne adaptation du roman. Je l'ai beaucoup aimée même si j'espérais un peu plus. Mais le premier tome n'était pas mon préféré non plus. En tout cas, j'ai super aimé Theresa Palmer dans le rôle de Diana et bien sûr Matthew Goode et en général trouvé que tous les personnages étaient bien castés. Ysabeau était plus présente dans le livre ou en tout cas m'avait plus marquée et bien sûr j'ai détesté Knox le sorcier et Gerbert le vampire. Et le personnage de Satu, une sorcière puissante, que j'aurais dû détester, et qui m'avait été indifférente dans le livre, m'a beaucoup plu. La série a été renouvelée pour les saisons 2 et 3 ce qui signifie que les deux autres romans seront adaptés et j'en suis ravie. Cependant, il faudra attendre pour la diffusion de la saison 2 qui ne sera pas avant 2020.

On savait que la saison 5 de Killjoys serait la dernière et c'est donc avec un pincement au coeur que je l'ai regardée cet été. Une saison 5 de très bonne facture avec une première partie de saison très prenante, une méchante, The Lady, bien coriace et nos amis toujours aussi fun et soudés. J'ai trouvé que c'était moins compliqué que les saisons précédentes et que la série s'amusait avec ses codes et ses personnages, tout en offrant une intrigue solide. Le series finale a été excellent, tout le monde a trouvé une belle conclusion, même Delle Seyah dont j'ai appris à adorer les réparties au fil des saisons. Il y a même eu une résurrection surprise qui m'a fait plaisir pour une des personnages les plus choupinettes de la série. J'ai dit au revoir à John, D'av, Dutch, Lucy, Pree, Zeph, Turin, Fancy et les autres avec tristesse et je regretterai de ne plus avoir cette série sympa comme tout pour égayer mes étés...

Je ne sais plus comment j'ai entendu parler de The Bletchley Circle, je pense que c'est par Radiotimes quand le spin-off a été sur le point d'être diffusé. C'est une série de deux saisons de 7 épisodes en tout, qui a été diffusée en Angleterre  en 2012 et 2014 et qui raconte l'histoire de 4 femmes ayant travaillé à Bletchley Park dans les services de renseignements spécialisés dans le décryptage (comme le fut Alan Turing) et qui quelques années après la guerre se servent de leurs talents de décrypteuses pour enquêter sur des meurtres. J'ai beaucoup aimé la première saison et les 4 personnages principaux et la peinture de la société anglaise dans les années 50, avec toujours les femmes considérées comme juste bonnes à rester à la maison... La 2e saison a vu partir un des personnages principaux, remplacée par une autre et la saison a été de très bonne facture aussi. L'an dernier, il y a eu un spin-off se passant à San Francisco, avec deux personnages de
la série principale émigrant là-bas pour enquêter sur des meurtres leur rappelant un s'étant déroulé pendant la guerre. Les 8 épisodes ont été très bons aussi, avec une enquête sur deux épisodes. J'ai beaucoup aimé retrouver Millie et Jean, les anglaises et Iris, femme noire et Hayley jeune femme homosexuelle qui doit le cacher car on est dans les années 50 et c'est encore un crime, même à SF, d'être gay. Pour le moment, pas de nouvelle sur une possible reconduction de l'une ou l'autre série mais j'aimerais bien revoir ces décrypteuses du tonnerre.

La troisième et dernière saison des Orphelins Baudelaire a été diffusée début janvier et j'ai pu la voir en mars avec ma fille. Couvrant les 4 derniers tomes de la saga de Lemony Snicket, elle a été très sympa à regarder, dans la veine des deux premières saisons et je n'ai pas ressenti cette lassitude que j'avais eu en lisant les livres où je trouvais que la trame était toujours semblable. La trame l'est restée dans la série télé mais comme c'était très bien fait, ça passait bien. J'ai beaucoup aimé voir les nouveaux personnages comme les managers de l'hôtel Denouement (joués par Max Greenfield de New Girl) ou encore Kit Snicket et j'ai été agréablement surprise d'y voir aussi l'adorable Morena Baccarin dans un rôle dont je ne parlerai pas. Les orphelins Baudelaire ont encore vécu bien des épreuves à cause de l'ignoble comte Olaf, toujours superbement joué par Neil Patrick Harris, mais celui-ci a eu une super sortie dans le dernier épisode, j'ai presque eu pitié de lui. Et en parlant du dernier épisode, j'avoue que je n'avais plus aucun mais alors aucun souvenir du dernier tome, ça a été comme une découverte pour moi. En tout cas, j'ai été ravie de voir cette série et les Baudelaire surtout la choupinette Sunny (Prunille), qui aura bien grandi à la fin mais sera restée toujours aussi adorable, et dont j'ai beaucoup aimé les (désastreuses) aventures, les décors, les personnages tous plus burlesques les uns que les autres, certains que j'ai adorés, d'autres détestés comme Carmlita Spats et bravo aux acteurs, certains très connus, d'autres non pour avoir donné vie à tout cet univers ! Franchement, je n'aurais pas dit non à ce que la série continue mais c'est très bien qu'elle se termine là où se terminait les romans.

Après le film de 2014 (auquel j'avais donné ma petite contribution), personne ne pensait que Veronica Mars reviendrait, car, pour tout le monde, la page était tournée. Et puis surprise l'an dernier, on a appris que Hulu allait offrir une saison 4 à la série, avec 8 épisodes. Tout le monde a été ravi, moi la première car j'ai toujours aimé la série, le personnage et son univers. C'est en juillet que les 8 épisodes ont été mis à disposition, j'ai été spoilée sur la fin dès le lendemain et je n'ai pu la regarder que fin août. Le premier épisode m'a franchement déprimée tellement j'ai trouvé Veronica sombre, cynique et déprimante. Bon elle a toujours été sarcastique mais son côté marshmallow atténuait les choses. Or, maintenant, Veronica a vieilli et le côté soft est moins présent... Bon, j'ai trouvé que ça allait mieux ensuite et surtout l'intrigue a été intéressante à suivre, Logan était là, Papa Mars aussi et j'étais ravie. Si Veronica a gardé sa part sombre, Logan a réussi quand même à l'équilibrer et surtout ce personnage a vachement bien évolué et vieilli. Je pense que c'est celui qui est le plus complexe et le plus attachant. Et il (Logan) a été mon personnage préféré. Et je ne dis pas ça parce que je crushe totalement sur Jason Dohring ;) Mais il faut quand même reconnaître que la plus belle relation c'est celle entre Veronica et Keith Mars, toujours émouvante et réaliste. C'est la plus belle relation père-fille qui existait à l'époque et c'est, à mon avis, toujours le cas. Bref, les 8 épisodes se sont bien déroulés, j'ai beaucoup aimé ce que je voyais, malgré mes réserves et le fait que Wallace a plus fait de la figuration qu'autre chose, l'intrigue a été bouclée. Et est arrivée la fin... Une fin à laquelle je n'adhère absolument pas et qui est même une gifle pour les fans. Je veux bien que les scénaristes prennent des risques pour faire avancer leurs personnages mais là c'est un big no-no, c'est même totalement contre-productif et ça dénature la série. Alors cette saison 4 est en 4 étoiles car j'ai beaucoup aimé la retrouver, j'ai même beaucoup apprécié le dernier épisode mais elle me laisse un goût assez amer. Et, pour le moment, je suis assez contre une saison 5, si jamais on lui offre une nouvelle saison... Et au moment où je fais ce bilan, c'est à dire plusieurs mois après avoir écrit cet avis, je suis toujours dans une colère folle...

Il faut le reconnaître, depuis son passage sur Netflix, Black Mirror n'est plus la série incisive et qui met très mal à l'aise qu'elle était. Mais ça reste une série très agréable à regarder et qui a donné de très beaux épisodes. La série est revenue en juin avec 3 épisodes portant une fois de plus sur les dérives de la technologie et des réseaux sociaux, le premier avec Anthony Mackie (le Faucon du MCU) et son pote (enfin le pote du personnage) depuis des années qui vivent une histoire passionnée dans un jeu vidéo et via des avatars, le 2e avec un excellent Andrew Scott qui blâme le patron d'un réseau style Facebook pour la mort de sa fiancée et le dernier,  plus léger et amusant avec Miley Cyrus en chanteuse teen et adulée qui souhaite faire autre chose que de la pop sucrée mais dont la tante manager ne l'entend pas ainsi et va recourir à des méthodes radicales pour parvenir à ses fins. Avec aussi une poupée/Figurine à l'éfigie de la star et deux ados qui vont lui venir en aide. Bref, j'ai beaucoup aimé les 3 épisodes. Auparavant, on avait eu droit au premier épisode intéractif, Bandersnatch, à l'histoire pas forcément passionnante mais sympa à regarder et surtout le procédé a été intéressant à suivre. Sans m'en rendre compte, j'ai trouvé pratiquement tous les chemins, sauf 2, ceux à chaque fois qui menaient le héros en prison :) Pour le moment pas de nouvelles concernant une éventuelle saison 6.

Il faut absolument que j'arrête de dire que les sitcoms ne me plaisent plus autant qu'avant (disons que c'est ce que je disais dans mes bilans précédents) car c'est de moins en moins vrai et One Day at a Time (ou encore Mom) sont la preuve que le genre me plaît toujours beaucoup. Pourtant avec One Day at a Time ce n'était pas du tout gagné car j'avais voulu regarder le premier épisode il y a 18 mois et franchement ça ne m'avait pas emballée et je n'avais pas persisté. Mais à force d'entendre Gaëlle être dithyrambique sur la série, j'ai fini par la mettre dans mon challenge séries et j'ai bien fait car je l'ai trouvée vraiment super et c'est devenu ma comédie préférée cette année. Alors bon il m'a fallu quelques épisodes pour passer outre le côté cliché et exagéré de certains aspects mais il faut dire que les thèmes abordés, les addictions, la dépression, les combats LGBTQ+, le fait d'être immigré dans l'Amérique de Trump et bien d'autres choses ont permis à la série de dépasser son rôle de comédie, nous faisant passer du rire aux larmes et vice versa, à chaque épisode. Et puis c'est surtout le rôle d'Abuelita, la grand-mère, incarnée par Rita Moreno, 87 ans et inoubliable Anita de West Side Story, qui a su emporter mon adhésion. Ce personnage est extra ! Dans la vraie vie, si c'était ma mère, je la trouverais insupportable mais elle est géniale. J'ai aussi beaucoup aimé les autres persos, Penelope la mère, dont j'aime bien l'actrice ou encore Schneider, le proprio de l'immeuble, émigré canadien :D et homme-enfant à 40 ans. J'ai mis plus de temps à apprécier les enfants, surtout Elena. Pas le personnage qui est très intéressant mais je trouve que l'actrice surjouait beaucoup et elle m'a souvent agacée. Ça a été mieux en saison 3. Et j'ai aussi beaucoup aimé Max, joué par Ed Quinn dans la saison 2 et love interest de Penelope. Ou encore le Docteur chez qui travaille Lupita (Penelope) et amoureux transi de notre Abuelita préférée. La saison 3 s'est terminée de façon satisfaisante avec une avancée professionnelle pour Lupita, mais avec encore bien des choses à raconter. Malheureusement Netflix n'a pas renouvelé la série pour une saison 4, faute d'audience et vous ne pouvez pas savoir combien ça m'a rendue triste de ne plus espérer entendre dale Lupita dale !... Ça c'est ce que j'avais écrit lorsque j'ai fini la série mais coup de théâtre, quelques semaines après, on a appris que la chaîne Pop (une succursale de CBS il me semble) allait offrir une saison 4 à la série ! Quelle joie et quel soulagement. car c'est peut-êttre une sitcom mais à l'heure où certaines séries sont axiogènes, que le monde l'est, ça fait du bien d'avoir des One Day at a Time. Alors je ne sais pas quand elle sera diffsuée mais j'ai hâte !

The Boys a été une série du créateur de Supernatural et Timeless et produite par Seth Roger et Evan Goldberg qui avaient déjà commis Preacher. Une série sur des superhéros qui font partie de notre vie et encensé par les gens mais qui en fait sont de véritables psychopathes qui n'hésitent pas à tuer si ça les arrange, le tout couvert par une World Company qui ne cherche que le profit et le pouvoir. Face à eux, un groupe de vigilantes qu'un gentil garçon, Hughie, intègre le jour où l'un des superhéros tue sa petite amie par accident. La série en six épisodes a été très sympa à regarder, hyper violente, irrêvérencieuse et déjantée, un peu à l'instar de Doom Patrol et The Umbrella Academy, diffusées plus tôt dans l'année. Contrairement à beaucoup qui l'ont encensée, je ne l'ai pas trouvée exceptionnelle mais j'ai pris beaucoup de plaisir à la regarder et je suis impatiente de voir la saison 2. Car bien sûr la série a été renouvelée par Amazon Prime et heureusement car la saison se terminait sur un cliffhanger. Cliffhanger qu'on voyait venir de trèèèès loin, à moins d'être novice en matière de séries ;)

The Orville avait été une très bonne surprise la saison dernière et j'ai été ravie de la retrouver pour une 2e saison qui a été moins dans la parodie de Star Trek et plus finalement dans une sorte de spin-off, un peu moins sérieux mais avec moins d'humour bas de gamme qu'en saison 1.  Elle est d'ailleurs montée d'une demi-étoile. J'ai beaucoup aimé tous les épisodes, les personnages (à l'exception de Klyden, le compagnon de Bortus, qui est imbuvable, alors que Bortus est génial, et que je souhaite voir mourir dans d'atroces souffrances), les storylines. Chaque personnage principal a encore eu un ou des épisodes centrés sur lui, des thèmes importants ont été abordés, comme la place des femmes dans certaines sociétés et les deux derniers épisodes ont été très à mon goût mais je ne vous dirai pas pourquoi :) La série a été renouvelée pour une 3e saison et qu'est-ce que je suis contente car j'avais un peu peur qu'elle soit annulée. Le seule hic c'est qu'elle ne sera pas diffusée sur la Fox mais sur Hulu et je ne sais pas quand.

DC Comics a lancé sa plateforme de streaming à l'été 2018 et Titans a été sa première série diffusée. Située dans le Batmanverse, elle parle de Dick Grayson alias Robin et d'autres personnages que je ne connaissais pas car je ne suis pas très versée dans ce pan-là de Batman. Je pensais qu'on allait avoir droit à un nième Teen show de superhéros et en fait pas du tout, ça a été une série sombre et violente, avec des personnages torturés. Si la trame était assez classique (une jeune fille douée de superpouvoirs risque de provoquer la fin du monde), j'ai beaucoup aimé sa façon d'être racontée et surtout les personnages, dont ma préférée a été Kory. La série avait été renouvelée pour une saison 2 avant même la diffusion de la première et heureusement car le season finale s'est achevé avec nos amis et le monde en bien mauvaise posture... La série a repris début septembre, je vous en parlerai l'an prochain.

En septembre 2018, on a retrouvé Atypical pour une saison 2 très sympathique à regarder, avec Sam, notre autiste toujours aussi attachant, essayant de plus en plus d'affirmer son indépendance malgré son handicap. Cela a donné lieu à des situations très amusantes, parfois touchantes et une fin de saison où il a pris son envol. Autour de lui, sa soeur Casey, que j'adore, prise entre son nouveau lycée hypé, de nouvelles connaissances et sa famille dysfonctionnelle et son petit ami Evan (que j'aime aussi) et ce ne fut pas toujours facile pour elle. Comme il a été compliqué, voire impossible pour Doug le père, de pardonner son infidélité à Elsa la mère. Et puis il y a eu Zahid, l'ami de Sam, qui est mon personnage préféré, tant ses réparties et sa façon de conseiller Sam sont drôles et Paige, l'ex-petit amie de notre Sam mais qui est tellement faite pour lui :) La saison s'est terminée de façon très agréable pour presque tout le monde. La série a été renouvelée pour une saison 3 qui vient d'ailleurs d'être diffusée et dont je vous parlerai l'an prochain.

Le season finale de la saison 6 d'Elementary avait été prévu comme un series finale et il aurait été parfait. Mais de façon surprenante, la série avait été renouvelée pour une saison 7 qui a été diffusée entre mai et août dernier. Une très bonne saison 7, où j'ai été ravie de retrouver Sherlock, Watson, Captain Gregson et Marcus pour 13 épisodes sympathiques à suivre et où notre duo de détectives et leurs amis ont dû faire face à un méchant incarné par le toujours impeccable James Frain. Les deux derniers épisodes ont emprunté au canon holmesien dans les titres, s'intitulant Reichenbach Falls et Their Last Bow, et une partie de l'intrigue. Le series finale a été moins émouvant et parfait que l'an dernier mais a très bien conclu la série et mis en avant l'amour indéfectible et platonique que se vouaient les deux amis, en restant dans l'essence de la série alors que l'an dernier sonnait comme un renouveau. J'ai énormément aimé cette série au fil des 7 saisons, même si toutes ne furent pas toujours passionnantes, j'ai adoré que Watson soit une femme et apprécié que jamais, mais vraiment jamais, sa relation avec Sherlock ne devienne ambiguë ou amoureuse et je regretterai de ne plus voir Johnny Lee Miller, Lucy Liu, Aidan Quinn et John Michael Hill dans les rôles de Sherlock Holmes, Joan Watson, Captain Gregson et Marcus Bell.

Lors la première partie de la saison 8, Suits avait été rétrogradée d'une demie-étoile car avec le départ de Mike et Rachel et certaines storylines ennuyeuses, je ne retrouvais plus la série que j'aimais tant. Mais le mid-season finale était prometteur et j'ai donc regardé les 6 petits épisodes du reste de la saison qui m'a finalement beaucoup plu et permet à la série de se retrouver en 4 étoiles. Je regrette toujours Mike mais la série a su donner des storylines intéressantes à chacun, j'ai beaucoup aimé Katrina et Donna a arrêté de soupirer après Harvey en entamant une liaison avec le séduisant Thomas, joué par Sasha Roiz et j'ai trouvé qu'ils étaient super ensemble. Du coup, je dois être la seule à avoir gueulé à la fin du season finale ! :D Je pensais que la saison 10, annoncée comme la dernière et ne comportant que 10 épisodes, ne serait pas diffusée cet été mais elle l'a été :) et l'on a retrouvé les membres de la firme dans une merde pas possible après le season finale et affublés d'un dragon nommée Faye, là pour les surveiller et dont ils ont essayé de se débarrasser par tous les moyens. Cela a donné des épisodes passionnants à suivre d'autant plus que les vies privées de chacun ont pris des tournants intéressants, à commencer bien sûr par Harvey et Donna. J'avais dit que je n'étais pas d'accord sur ce qu'il s'était passé à la fin de la saison 8 mais finalement ça a été comme une évidence. Et puis Mike est revenu pour quelques épisodes, notamment pour le series finale et j'ai pu constater combien il avait manqué à la série. Le series finale a été parfait, rendant parfaitement hommage aux 9 saisons passées, aux personnages des débuts, Harvey, Mike, Donna, Louis, ou encore Katrina et Gretchen et ceux arrivés dernièrement comme Samantha ou Alex. Je regretterai la série, c'est certain mais je suis contente qu'elle s'arrête de cette belle manière.

N'en déplaise aux grincheux, moi j'aime toujours beaucoup la série The Flash et j'ai donc beaucoup aimé cette saison 5. J'avais annoncé l'arrivée d'un personnage en fin de saison dernière et comme on l'avait deviné c'était la fille de Barry et Iris venue du futur. Nora donc a été l'un des éléments centraux de la saison, avec un méchant nommé Cicada et qui a donné bien du fil a retordre à notre team Flash. Mais il y a eu bien d'autres choses et notamment le crossover annuel, très sympa avec un échange de personnages entre Barry et Oliver et c'était marrant car cela a permis de voir Oliver plus détendu et souriant que dans sa série mère et on a vu l'introduction d'un personnage, Batwoman qui a sa propre série cette année. Pour en revenir à The Flash, j'ai trouvé Nora très choupie, aimé que Ralph soit toujours là car son humour a beaucoup allégé l'atmosphère bien souvent, on a vu nouvelle version de Wells avec Sherloque, le pendant français de Sherlock, très amusant, Caitlin a réussi à accepter double, Killer Frost et Cisco a connu quelques états d'âme qui j'espère n'entraîneront pas son départ de la série (réponse : non). Le season finale a été émouvant et a posé les jalons pour le futur crossover que l'on verra dans la prochaine saison car évidemment la série a été renouvelée pour une saison 6 qui a débuté.

Project Blue Book a été une série très sympa à regarder sur les phénomènes survenus dans les années 50 et donnant à penser que les extraterrestres étaient là et basée sur des faits rééls. Project Blue Book, c'est un programme mené par l'armée de l'air avec en son sein un scientifique, le professeur Hyneck joué par Aiden Gillen (dans un rôle plus sympa que Littlefinger de GoT) et un capitaine joué par Michael Malarkey (Enzo de Vampire Diaries). Leur rôle est de démontrer que certains phénomènes peuvent être résolus scientifiquement. La série a oscillé pendant toute sa première saison entre la raison scientifique, justement, et des phénomènes mystérieux à la X-Files, avec une approche plus surnaturelle au fil des épisodes. Et avec en prime, une jolie espionne russe jouée par Ksenia Solo qui vient semer le trouble dans la famille Hyneck en devenant très proche de l'épouse du prof. La série a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis ravie.

The Good Karma Hospital a été ma série rayon de soleil du mois de mars dernier. Une série anglaise que j'ai découverte par le biais de Radiotimes il me semble et qui raconte l'histoire de Ruby Walker, une jeune docteure anglaise qui, après une rupture, part travailler dans un hôpital en Inde, tenu d'une main de fer par la docteure Lydia Fonseca. Deux saisons de 6 épisodes avaient été diffusées quand je l'ai commencée et je les ai vite englouties. Malgré son côté doudou et ses décors exotiques et parfois de carte postale, c'est une série qui parle aussi de thèmes sérieux et douloureux, comme les violences conjugales, l'homosexualité (interdite en Inde), la maladie, la mort, le couple, l'absence du père et j'en passe, mais toujours avec optimisme. Et j'ai surtout aimé la série pour ses personnages hauts en couleur et très attachants et pas seulement pour la sexytude renfrognée du beau Dr Varma, collègue (et peut-être love interest) de Ruby. La série a été renouvelée pour une saison 3 qui vient juste (dimanche) de commencer.

On savait lors de son renouvellement que la saison 5 de Gotham serait raccourcie et serait surtout la dernière. Si l'on pouvait regretter son annulation, c'était rassurant de savoir qu'on aurait une vraie fin (et ça, ce n'est, malheureusement, pas donné à toutes les séries). Cette saison 5 a été diffusée en début d'année (de janvier à fin avril) et a été la suite des événements du season finale de la saison 4 qui voyait Gotham isolée du reste du monde après l'explosion de tous ses ponts. Jim Gordon et le GCPD se sont efforcés de maintenir l'ordre mais face aux gangs et psychopathes en tous genres, ça a été mission impossible. Tous les personnages qu'on aimait (ou pas) ont été présents, tous ont eu leur heure de gloire, avec des scènes marquantes (j'ai encore en mémoire Barbara sur le point d'accoucher, tirant à tout va de son fauteuil roulant poussé par Lee) et l'avant-dernier épisode a conclu 5 ans de Gotham pré-Batman. Le series finale, se déroulant 10 ans après, a été, finalement, moins passionnant que j'espérais, intéressant certes mais pratiquement inutile. On sait que Bruce Wayne devient Batman, que les Pingouin, Riddler, Joker, Catwoman et j'en passe seront ses ennemis, on n'avait pas besoin de faire un épisode dessus, même si c'était sympa. La série aurait très bien pu se terminer sur l'image de l'épisode 5x11 mais je suppose que la majorité des fans auraient crié au scandale. Les scènes et l'image finale de la série la font entrer dans la légende batmanienne et c'est très bien aussi comme ça, et malgré mes réserves, ça a ravi mon coeur de geek/nerd. Voilà donc une très bonne série de superhéros qui s'en va, que j'aurai beaucoup aimée, surtout durant les 3 premières saisons avec des personnages forts, parfois énervants, parfois ridicules mais toujours prenantes.

Quand Haven a été diffusée entre 2010 et 2015, j'avais eu envie de la voir mais pensais que c'était une série qui faisait peur donc ça m'a retenue. Mais comme je me trompais ! :) Et je suis contente finalement d'avoir attendu car j'ai pu me goinfrer des 5 saisons en moins d'un mois et demi à l'automne dernier (j'aurais même pu en parler dans mon précédent bilan mais je n'avais commencé qu'en septembre). Bref, j'ai vraiment aimé cette série sur des gens d'une petite ville du Maine, Haven, atteints de "Troubles", des dons positifs ou bien souvent négatifs, une jeune femme du FBI qui débarque à Haven, Audrey Parker, un jeune flic, Nathan Wuornos (mais que ce personnage a été gentil de bout en bout !), un contrebandier filou au grand coeur, Duke Crocker, Dwight, Vincent, Dave, Gloria et j'en passe. J'ai préféré les 3 premières saisons car j'ai trouvé les deux dernières un peu trop chargée mythologiquement, ce qui a enlevé un peu de fun (même si ça m'a plu), j'ai adoré les personnages que j'ai cités plus haut, tout comme le générique (musique et images) que je n'ai jamais sauté. La série s'est terminée au bout de 78 épisodes, de façon satisfaisante et un peu douce-amère.

Cette saison, j'ai suivi Mom en direct après l'avoir rattrapée l'an dernier avec le Challenge séries. Cette saison 6 a été très sympa à suivre, avec Christie toujours aussi choupie et évoluant petit à petit, Bonnie évoluant aussi, et en bien en plus, ce qui n'est pas gagné avec le personnage. Autour d'elle, la même bande de copines, hilarantes, qui ont connu des hauts et des bas, et à laquelle est venue s'adjoindre Tammy qu'on avait déjà vue par ailleurs, un personnage haut en couleurs et avec un abattage comique certain. Et puis Adam, le fiancé de Bonnie, joué par toujours l'excellent William Fichtner et dont j'adore les réparties avec sa difficile dulcinée. Et on a même revu Baxter l'ex de Bonnie ! En revanche, toujours pas de Roscoe ni de Violet, les enfants de Christie, je me demande même s'ils ont été mentionnés au cours de la saison. À croire qu'ils n'ont jamais existé... D'autant plus que la saison s'est terminé sur un événement important où normalement ils auraient dû être présents... La série a été renouvelée pour deux saisons supplémentaires et j'en suis ravie !

J'avais regardé le premier pilot de Crazy Ex-Girlfriend lors de sa diffusion mais je n'avais pas continué par manque de temps et parce que je n'avais pas été convaincue. Mais après tout le bien que j'en avais entendu depuis, j'ai eu envie de lui redonner sa chance et j'ai regardé les trois premières saisons à l'automne et j'ai vraiment beaucoup aimé. Bon faut dire que j'adore les comédies musicales alors une série avec des numéros musicaux ne pouvait que me plaire. Si le personnage de Rebecca m'a agacée en première saison avec son obsession sur Josh, je me suis peu à peu attachée à elle et ses excès. Et j'ai adoré le premier Greg (moins sa 2e version en saison 4) et Nathaniel (bon j'ai un crush sur Scott Michael Foster depuis Greek. Team Cappie forever !), Paula, Heather, Daryl, Valencia une fois qu'elle est devenue moins bitch et tous les autres. J'ai adoré aussi les numéros musicaux (157 chansons en 4 ans), s'inspirant de et parfois parodiant tous les genres musicaux aussi bien les productions de Broadway que le rap, Lady Gaga, le disco, Bollywood etc... Et ça a été une série qui a réussi a aborder de nombreux thèmes comme les maladies mentales, les problèmes féminins et j'en passe de façon frontale et crue alors qu'on était sur une chaîne de Network où la pudibonderie est généralement de mise. Pour cela, Crazy E-G a été une série nécessaire. La saison 4 s'est un peu plus cherchée, à mon avis, mais la série s'est terminée de façon plutôt logique mais surtout frustrante pour beaucoup. Pour ma part, elle m'a satisfaite car elle a bien reflété le chemin parcouru par Rebecca et ses amis pendant 4 ans. Je dois dire que je regretterai la série car elle me mettait du baume au coeur quand je la regardais.

The Rook est l'adaptation du tome 1 éponyme de Daniel O'Malley (Au service surnaturel de sa majesté en VF) que j'ai lu lu il y a 2-3 ans et que j'avais beaucoup aimé. Autant dire que j'étais ravie de voir l'histoire adaptée par Starz et qui portait sur une jeune femme, Myfanwy Thomas, se réveillant un jour dans Londres, amnésique et entourée de morts. Elle va découvrir qu'elle fait partie d'une agence gouvernementale secrète, la Checquy, qui gère les personnes qui ont des abilités surnaturelles, comme elle. Haut placée dans l'échiquier de l'agence (elle est la Tour - The Rook), elle va enquêter pour savoir comment elle a pu perdre la mémoire et pourquoi on a voulu la tuer. L'adaptation télé a été très fidèle à cette idée de base qu'elle a repris mais pour en faire ensuite une histoire totalement différente du roman. Exit les Grafters, des méchants Belges et leur côté SF-Steampunk et dont la rivalité avec la Checquy était pourtant le coeur de l'intrigue. Au début, ça m'a un peu désarçonnée et déçue mais j'ai apprécié la série pour ce qu'elle était, un thriller surnaturel et surtout j'ai adoré les Gestalt, les 3 frères et une soeur, quadruplés et ayant un esprit commun. Je ne les avais pas beaucoup aimés dans le roman, les trouvant trop distants, froids et mécaniques  mais là leur unicité a été fascinante et, en ce qui les concerne, je suis contente que la série n'ait pas suivi le chemin du roman ;) Conçue comme une minisérie, elle a donc bouclé son intrigue mais en laissant pourtant la porte ouverte à une suite éventuelle.

J'ai failli ne pas vous parler de The Rookie car les premiers épisodes ne m'avaient pas vraiment convaincue, notamment pour son utilisation de la caméra embarquée qui donnaient l'aspect d'un faux documentaire sur les scènes de poursuites mais me donnaient le tournis mais j'ai fini par beaucoup apprécier cette série sur un homme d'âge mur (45 ans) qui décide de devenir flic à Los Angeles et se retrouve à débuter avec des gens qui pourraient être ses enfants. Je me suis vite attachée aux personnages et notamment John Nolan, interprété par Nathan Fillion dont j'ai beaucoup aimé l'humanité dans le jeu et surtout le fait qu'il soit loin du parfois immature Castle. Plus qu'une série d'action, The Rookie a été une série sur les rapports humains, sur la difficulté des policiers à mener leur travail et elle est devenue l'une des deux bonnes surprises network de la rentrée avec en plus des chouettes guests. La série a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis ravie. Elle a débuté il y a quelques semaines.

God Friended Me a été la série feel good de la saison, comme l'avait été Kevin (probably) Saves the World l'année d'avant. Avec une idée de départ originale où Dieu demande le jeune Miles, athée, en ami sur Facebook et le fait devenir un bon samaritain. Le fil rouge de la saison a été de découvrir qui était derrière le profil de Dieu avec des intrigues annexes et des cas de la semaine toujours plein de bons sentiments mais qui tombaient toujours très juste. C'est vraiment une série qui aurait pu tomber dans le mièvre gnangnan ou le côté religieux aurait pu m'agacer mais, grâce à son casting, ça a été une vraie bonne surprise. Il faut dire qu'elle était emmenée par Michael Brandon Hall, un acteur choupi que j'avais trouvé déjà très sympathique dans The Mayor la saison dernière et la toute aussi choupie Violette Beane. Cerise sur le gâteau, la série n'a pas été annulée comme Kevin et a donc obtenu une saison 2 et j'ai vraiment hâte de voir où elle va nous emmener... Bon elle a débuté il y a quelques semaines donc maintenant je le sais ;)

Comme pour Jane The Virgin, on savait que la 5e saison de iZombie serait la dernière et elle a été diffusée au même moment et leur series finale a été diffusé à un jour d'intervalle. J'ai toujours beaucoup aimé iZombie mais elle était moins chère à mon coeur que Jane. J'ai cependant suivi la saison 5 avec beaucoup de plaisir avec une redistribution des cartes en fin de saison 4 quand Major est devenu le dirigeant de Fillmore Graves et que Liv a été exposée en tant que Renegade et avec un vaccin curatif qui avait permis à l'un des personnages de redevenir humain. La saison 5 a porté sur les efforts des uns et des autres de maintenir la paix entre zombis et humains tandis que certaines factions de part et d'autre voulaient la guerre et en parallèle la recherche d'un moyen de guérir le zombisme. Avec Blaine toujours dans les mauvais coups, suivis de près par Don.E son acolyte pas si beta que ça... Le series finale a été satisfaisant mais je l'ai trouvé un peu trop rapide. En voulant terminer toutes les storylines en 40 min, j'ai vraiment eu l'impression que tout était un peu précipité. Mais j'ai beaucoup apprécié comment ça se terminait. Et je regretterai de ne pas retrouver Liv, Ravi, Major, Peyton, Clive, Blaine et même Don.E l'année prochaine car c'était vraiment une série sympathique à regarder.

Good Witch a d'abord diffusé son épisode d'Halloween annuel qui a été bien sympathique comme sait l'être la série et plein de bons sentiments mais avec une Martha en plein doute depuis qu'elle avait dû démissionner de la mairie parce qu'elle habitait à Blairsville, la ville ennemie de Middleton depuis toujours.  Le mariage de Cassie et Sam a été encore repoussé... mais heureusement c'est en début de saison 5 que nos deux tourtereaux se sont dits enfin oui ! La saison a surtout porté sur la dernière année d'école de Grace et Nick et les questionnements quant à l'après, les efforts de Martha pour redevenir maire de Middleton alors qu'Abigail l'était par intérim ou encore un mystérieux sort empêchant cette dernière de vivre un amour heureux avec un bien gentil jeune homme. J'ai d'ailleurs été bien heureuse de la voir trouver l'amour, même si avec Abigail ce n'est jamais très simple ! ;) Mais que j'aime ce personnage ! Stephanie, elle aussi, a peut-être trouvé l'amour et j'espère que ça tiendra car jusqu'à présent, la pauvre n'a pas eu de chance et son nouvel amoureux est bien mignon. En toile de fond, Sam et Martha se sont passionnés pour une mystérieuse chasse au trésor... On a appris en cours de diffusion que la série était renouvelée pour une saison 6 mais qu'elle serait sans Grace, la fille de Cassie. Du coup le saison finale a eu un goût particulier puisqu'on l'a vu devenir diplômée et partir en fac. Je suis vraiment ravie de retrouver la série l'année prochaine car si elle est gentillette, elle me permet de compenser quand je regarde des séries comme Years and Years ou The Handmaid's Tale. En revanche, je ne sais pas s'il y aura un épisode d'Halloween. Réponse : oui :) Il vient d'être diffusé.

Je ne suis pas très séries françaises mais, à sa diffusion, Ad Vitam était précédée d'un buzz positif, après avoir été désignée meilleure série française à Séries Mania en mai 2018. Diffusée en novembre de l'année dernière, je l'ai regardée avec mon mari et nous avons beaucoup aimé cette série d'anticipation menée par Yvan Attal que j'aime beaucoup. Il y était question de l'humanité ayant pratiquement vaincu la mort en se régénérant régulièrement, d'une jeunesse perdue, ne sachant pas trop où elle va, d'un flic centenaire fatigué (Yvan Attal) d'une jeune fille révoltée nommé Christa (l'excellente Garance Marillier qui m'a fait penser à Chloe Bennett pendant toute la série), de méduses et j'en passe. 6 épisodes efficaces et bien ficelés, pas la meilleure série de l'année mais c'était très sympa de voir les français s'essayer à ce genre de séries (même si on a déjà eu Les revenants). À priori, c'était une minisérie n'appelant pas de suite donc il n'a pas été question d'annulation ou de renouvellement.

The Twilight Zone n'est pas aussi connue en France qu'au États-Unis où c'est un grand classique sériel. Pour ma part, j'en regardais des épisodes quand j'étais petite car elle était diffusée chez nous sous le nom de la Quatrième dimension (puis la Cinquième dimension quand elle a été diffusée sur feue la Cinq) et je me rappelle particulièrement d'un épisode où il y avait des buissons qui se déplaçaient dans le désert américain et je ne sais plus si ça annonçait des catastrophes ou si les buisssons étaient maléfiques mais le fait est que ça m'a marquée :) Cette nouvelle mouture a été produite par Jordan Peel (Get Out et Us) qui fait aussi office de narrateur et qui a proposé 10 épisodes standalone que j'ai beaucoup aimés dans l'ensemble. Ils n'étaient pas tous du même intérêt mais plaisants à regarder. J'ai particulièrement aimé Replay ou encore celui avec Ginnifer Goodwin. Et le dernier épisode était une mise en abyme savoureuse de la série avec des gros clins d'oeil à la série d'origine (dont je n'ai pas vu la moitié - des clins d'oeil - n'y connaissant rien). La série a fait appel à des acteurs de films et séries chevronnés et c'était sympa de les voir dans ces épisodes. Elle a été renouvelée pour une saison 2 et je la regarderai avec plaisir.

Ghosts a été une comédie anglaise en 6 épisodes, diffusée au printemps sur la BBC et qui racontait l'histoire d'un jeune couple dont la femme hérite d'un vieux manoir et qui après un accident voit les fantômes qui peuplent la demeure. Évidemment ça crée des frictions, des qui pro quo et j'ai beaucoup aimé cette série et ses côtés absurdes/loufoque commes les Britanniques ont le secret. Je n'arrive pas à déterminer ce qui fait que j'accroche à une comédie ou pas (dans la même veine je n'ai pas accroché à What We Do in the Shadows), mais le fait est que Ghosts m'a beaucoup plu par son ton, son ambiance et ses acteurs sympas. La série a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis très contente.

Condor est une série sur laquelle j'avais fait l'impasse l'été dernier, préférant me concentrer sur mon Challenge Séries. Mais Tequi en parlait tellement en bien que je l'ai mise dans mon Challenge de cette année et je l'ai regardée en avril dernier et je dois dire que les 10 épisodes sont passés tout seuls. C'est une série d'espionnage tirée des Trois jours du Condor, un film avec Robert Redford et Faye Dunaway (et un livre avant cela) et qui parle d'un jeune analyste de la CIA qui met au jour une conspiration organisée par certains membres de l'agence et qui est accusé du meurtres de ses collègues et doit s'innocenter et surtout rester en vie. Pas la série la plus originale de la Terre mais super bien ficelée, prenante et avec le fils de Jeremy Iron, Max, dans le rôle principal. La série a été renouvelée pour une saison 2. Pas de date de diffusion pour le moment mais j'avais entendu dire que ça pourrait être ce mois-ci...

Je n'ai pas lu la trilogie éponyme de Virginie Despentes, c'est donc sans à priori que j'ai regardé Vernon Subutex, cette adaptation qui m'a beaucoup plu. Contrairement à mon mari, qui, lui, avait lu et adoré les romans et a trouvé la série bien pâle. Personnellement, si j'ai trouvé que Romain Duris ne jouait pas super bien le personnage, avec son air niais et son sourire "ravi de la crèche" en toute circonstance, j'ai beaucoup aimé tout ce qui l'entourait, la bande-son, géniale, les personnages qu'il croisait, les histoires et notamment celle annexe de la Hyène, un personnage féminin que j'ai adoré et joué par Céline Sallette, l'actrice qui jouait Julie (qui recueillait Victor le petit garçon) dans Les revenants. J'ai aussi beaucoup aimé la chanteuse Fishbach dans le rôle d'Anaïs ou encore Florence Thomassin en Sylvie, un personnage complètement hystérique. Enfin bref, tous les personnages secondaires étaient géniaux et les 9 épisodes de 30-35 min ont été vite regardés. Après, j'ai trouvé que ça perdait un peu de son intérêt, parfois, avec une redondance dans les errements de Vernon. Normalement, il ne devrait pas y avoir de suite, ce qui fait râler mon mari car apparemment, seuls le premier tome et une partie du 2e ont été adaptés. Pour ma part, ça me ne dérange pas.

Perpetual Grace, Ltd a été une série diffusée sur Epix (la chaîne de Berlin Station puis Pennyworth) que j'aurais davantage vue sur AMC, pour son esprit un peu décalé et son ambiance. C'est une série sur un homme, Paul Allen Brown, qui veut faire croire à la mort de ses parents pour toucher leur héritage et les envoie au Mexique où, avec la complicité d'un shérif, ils seront emprisonnés le temps qu'il touche l'argent. Et il demande à James, un homme dépressif, de se faire passer pour lui (ne me demandez plus pourquoi). Au milieu de tout ça, un jeune garçon, Glenn, qui n'a pas toute sa tête, un Texas Ranger qui recherche Paul Allen, un ancien repris de justice opticien du nom de New Lef, un astronaute, un oncle accusé de pédophilie, un anglais qui sort de prison, des cartels mexicains et j'en passe. Ça a été une série très savoureuse et à l'humour noir, avec Jimmi Simpson que j'adore (c'est pour lui que j'ai regardé la série au début),  Ben Kingsley en pasteur qui n'hésite pas à employer la violence, Terry O'Quinn en Texas Ranger et Timothy Spall (le Queudver de Harry Potter) qui jouait l'Anglais. Pas de nouvelles d'un éventuel renouvellement.

À la fin de la saison 5 de The Blacklist, on apprenait avec stupeur que Raymond Reddington n'était, en fait, pas Raymond Reddington et le fil rouge de la saison 6 aura donc été de savoir qui donc se cache sur cette identité. On a eu des réponses qui ont sonné comme autant de fausses pistes. Liz a décidé de se venger en l'envoyant en le faisant arrêter et en l'envoyant en prison puis au cours de la saison, elle a fait machine arrière et est revenue vers Reddington (qu'on appellera toujours comme cela) et ce dernier a vu passer la mort de très près. Quant à la task force, elle a été soumise à rude épreuve, surtout Aram et Samar qui, elle, a subi le contrecoup des événements de la fin de la saison 5... La 2e partie de la saison (6) a davantage porté sur un complot à déjouer et le season finale a relancé les questions sur Red tout en faisant apparaître un personnage, dirons-nous, mythique :) et laissant notre criminel préféré en danger. La série a été renouvelée pour une saison 7 et j'en suis bien contente car, même si la série me lasse parfois, elle sait quand même maintenir notre intérêt sur les questions fondamentales qu'on se pose sur Red, Liz ou sa mère :) Elle aussi a repris il y a quelques semaines.

Cela faisait des années que ma fille me disait de regarder Parks and Recreation, que j'allais aimer mais, je ne sais pas pourquoi, j'avais un à priori assez négatif de l'image de la série. Mais cette saison, j'ai décidé de la mettre dans mon challenge séries et j'ai regardé les 125 épisodes en 4 mois, une fois les comédies de networks pratiquement toutes en pause. Et j'ai bien failli ne pas dépasser la saison 1, tellement j'ai trouvé ça moyen. Mais ma fille m'avait prévenue qu'il fallait persister et j'ai bien fait car j'ai vraiment beaucoup aimé cette série super sympa qui avait des personnages et des acteurs géniaux. J'ai donc découvert Aubrey Plaza avant Legion, Chris Pratt avant Gardiens de la Galaxie, Retta avant Good Girls, vu Rashida Jones pour la première fois ansi que Aziz Ansari et été ravie d'y voir Rob Lowe que j'ai adoré en Chris Traeger et Adam Scott en Ben était très choupinou. C'était lui que je connaissais le plus finalement l'ayant vu dans pas mal de séries. Et pour ne pas oublier le personnage principal, j'ai aussi beaucoup aimé Amy Poehler et son formidable abattage dans le rôle de Leslie Knope. Mais celui que j'ai préféré c'était le bougon au grand coeur, Ron Swanson, j'ai vraiment trouvé ce personnage hilarant et superbement joué par Rick Offerman. J'ai juste trouvé dommage que, comme dans beaucoup de comédies, en fait, il y ait eu un personnage tête de turc, en l'occurrence Gary qui était pourtant un brave type, toujours serviable (mais qui a obtenu réparation à la fin ;)) Après la (mauvaise) saison 1, j'ai vraiment apprécié les suivantes, même si j'ai trouvé la 6e un peu en-dessous et, avec le départ d'Anne et Chris, il a manqué quelque chose. Mais la 7e, de 13 épisodes seulement, s'est bien rattrapée et j'ai trouvé le double épisode final parfait pour conclure la série. Je suis vraiment ravie d'avoir mis mes préjugés de côté et de l'avoir regardée. Et je dois dire que ça me manque de ne plus avoir d'épisodes à voir...

La saison 3 de Claws a été diffusée cet été et je l'ai retrouvée avec grand plaisir. La série nous avait laissés sur un cliffhanger qui a été résolu dès le début et la saison 3 a porté sur Desna ayant des idées de grandeur avec le casino dont elle avait hérité et qui ne lui a créé que des ennuis durant toute la saison. Après les mafieux russes, on a eu droit aux Triades chinoises qui ne sont apparus qu'en deuxième partie de saison. Auparavant, les méchants auront été les co-propriétaires du casino qui ont donné du fil à retordre à Desna et ses amis. Il y a a d'ailleurs pas mal de drames, des meurtres, des séparations, des réunions aussi et je dois dire que Roller, l'ex-petit ami de Desna avec lequel cette dernière a une histoire mouvementée est vraiment remonté dans mon estime et dans mon coeur. Dean Norris qui joue Uncle Daddy a été très bien (et toujours fourbe) comme d'hab. Le season finale a été doux amer et aurait presque pu servir de series finale mais heureusement la série a été renouvelée pour une saison 4. Malheureusement, ce sera la dernière.

Wayne a été une comédie noire en 10 épisodes de 30 minutes sur un jeune homme de 16 ans, Wayne, à tendances violentes si on le cherche, qui, à la mort de son père, part chercher la voiture qu'avait emmenée sa mère lorsqu'elle est partie il y a une dizaine d'années. Il emmène avec lui Del, une ado qu'il vient de rencontrer et qui lui plaît. C'est un road trip sanglant et violent, amusant aussi où l'on croise toute la turpitude de l'Amérique profonde, à commencer par les White Trash. J'ai trouvé la série très sympa, pas toujours très fine mais éclatante à regarder. Avec des personnages principaux choupis :) et des secondaires aussi bien barrés et notamment Mike O'Malley que j'aime beaucoup (c'était le père de Kurt dans Glee). La saison s'est terminée de façon bien triste pour Wayne et Del et j'aurais bien aimé les retrouver dans une 2e saison mais malheureusement Youtube, qui a décidé d'abandonner peu à peu ses séries, ne l'a pas renouvelée...

Ceux qui lisent mon blog régulièrement et depuis longtemps savent que j'ai adoré la trilogie du Passage de Justin Cronin et quand j'ai su qu'il y aurait une adaptation en série, j'ai été ravie et inquiète en même temps. Inquiète car je me demandais comment ça allait été adapté et que si ça ne marchait pas, on n'aurait jamais que le début de l'histoire car la première saison ne porterait que sur le début du premier tome, toute la partie pré-apocalyptique, soit un tiers du roman je dirais et qu'on ne verrait jamais mes personnages préférés, outre Amy, comme Peter ou Alicia. Malgré mes réserves, j'ai beaucoup aimé cette première saison, surtout Amy, et sa jeune actrice qui on su me conquérir d'emblée et sa relation avec Wolgast, comme dans le livre, était géniale. Le reste était sympa à voir, assez classique pour ce genre de films, j'ai bien aimé certains changements, comme de faire de Babcock une femme. Le season finale a été intense et on a terminé sur une image qui m'a fait plaisir... mais avec ses mauvaises audiences, la série a été annulée et, comme je le craignais, nous ne verrons donc jamais les autres personnages emblématiques de la trilogie et ça me rend bien triste... Heureusement il reste les romans...

Les cahiers d'Esther a été une petite série de 50 épisodes de 5 min diffusés sur Canal + à l'automne dernier et tirée de la BD éponyme de Riad Satouf, que je n'ai pas lue mais que mon mari adore. C'est l'histoire d'une gamine de 10 ans qui raconte sa vie avec ses mots et c'était vraiment sympa à regarder. Je ne sais pas s'il y aura une suite, aucune nouvelle de ce côté-là mais j'espère bien.

NOS4A2 (prononcez Nosferatu, hé oui !) a été une série diffusée cet été sur AMC. Une série mêlant thriller horrifique et drame social. C'est l'histoire de Charlie Manx qui  circule dans sa rolls Wraith qui le maintient dans une jeunesse éternelle, enlève des enfants, vole leur âme et les transforme en créatures assoiffées de sang et les amène à Christmasland son monde caché. Contre lui, Vic McQueen, une jeune fille de 18 ans, qui, avec sa moto, a la possibilité de traverser un pont qu'elle seule voit et qui l'emmène où elle veut. Bon c'est assez difficile à décrire comme série qui n'est pas très horrible mais est très intéressante à suivre. Car il n'y a pas que la lutte entre Manx et Vic mais aussi la vie de celle-ci, élevée dans une certaine misère sociale, avec un père alcoolique et une mère fataliste et résignée sur sa condition et qui (Vic) essaie de s'en sortir et d'aller dans une prestigieuse école de dessin. Mais bien sûr la réalité va lui mettre des bâtons dans les roues. J'ai beaucoup aimé l'actrice qui jouait Vic, vraiment charismatique, Zachary Quinto en Manx était très bien, comme tous les autres acteurs. La série a été renouvelée pour une saison et j'en suis ravie.

Deadly Class a été une série Syfy diffusée en début d'année 2019, sur une académie pour assassins, une sorte de Harry Potter à l'école des psychopathes :) Une série violente, gore et fun avec une bande son du tonnerre (la série se passe en 1987 et la musique est à l'avenant), des personnages choupis, comme Marcus, le héros principal ou encore Billy, un gentil punk, d'autres énervants, des filles badass comme Maria ou Saya et la présence de l'acteur Benedict Wong que j'adore ou encore, quoiqu'un peu rare au cours de la saison, d'Erica Serra. La saison s'est terminée sur un cliffhanger qui n'aura jamais de résolution car, hélas, la série a été annulée.

L'an dernier, Preacher n'avait pas encore été renouvelée quand j'avais fait mon bilan. Elle l'a été un peu plus tard, pour une cinquième et dernière saison de 10 épisodes, diffusés cet été. Une saison 5 dans la lignée des précédentes, très sympa à suivre (je lui mets d'ailleurs, de justesse, une demi-étoile en plus), farfelue et parfois brouillonne où il a été question de fin du monde, de Dieu en roue libre, de messie, d'Hitler devenu chef de l'enfer, d'Eugene et du Saint des tueurs (ou le contraire), de paysages censés se trouver au Moyen Orient mais ressemblant furieusement au Midwest américain ou à l'Australie, de distances parcourues très rapidement en voiture alors que les villes se trouvaient sur des continents différents et, au milieu, Jesse devant accomplir sa destinée (ou pas) et Tulip et Cassidy pour l'aider (ou pas ;)). Autant j'ai trouvé les 9 premiers épisodes de la saison pas ennuyeux pour un sou, autant j'ai trouvé le dernier, un peu... Comment dirais-je... pas mollasson, non, car ça bouge dans tous les sens, mais peut-être une impression de manque pour un series finale. La toute fin a été chouette malgré tout, douce-amère un peu et si je ne regretterai pas vraiment la série, je regretterai les beaux personnages qu'étaient Tulip et Cass.




Weird City a été une série en 6 épisodes de 25 minutes, à la Black Mirror ou Twilight Zone, avec chaque épisode ayant une histoire indépendante. Le seul point commun était que cela se passait dans une ville où il y avait des gens qui vivaient au-dessus d'une ligne (dans un monde assez futuriste) et ceux qui vivaient en-dessous (dans un monde plus pauvre et qui ressemblait davantage au nôtre). Et weird (bizarre) la série le fut assurément avec des épisodes assez inégaux. J'ai beaucoup aimé le premier, vraiment mignon avec Ed O'Neill et Dylan O'Brien, le 5e sur deux couples qui veulent parrainer un enfant d'En-dessous et qui le kidnappe (un épisode très marrant) et le 6e avec deux personnes qui se rendent compte qu'elles sont des personnages de série, épisode avec Yvette Nicole Brown (Community). J'ai aimé aussi celui sur la maison connectée qui devient psychopathe et un peu moins le 2e (avec Michael Cera et Rosario Dawson) et le 3e qui était vraiment trop zarbi pour moi. Ce qui était sympa c'était le nombre d'acteurs connus dans chaque épisode et le côté absurde de chaque histoire. Pour le moment pas de nouvelles d'une éventuelle saison 2 mais étant donné que c'était une série Youtube, je ne me fais pas trop d'illusions.

Cloak and Dagger est revenue pour une saison 2 et j'ai trouvé que pour un Teen Show Marvel, cette 2e saison était assez sombre et même parfois déprimante. La saison 1 n'était pas très gaie non plus, faut le reconnaître. Chacun des personnages principaux, Tandy, Tyrone, Brigid, ont dû faire face à leurs peurs et leurs démons, tout en essayant de sauver leur peau. J'ai beaucoup aimé l'amitié qui unissait Tandy et Tyrone, très belle. Le méchant de la saison était particulièrement bien trouvé et j'ai aimé les références au folklore créole. La saison s'est terminée pratiquement comme un séries finale et heureusement d'ailleurs car la série a été malheureusement annulée. Mais petite cerise sur le gâteau, nous aurons l'occasion de retrouver Tandy et Tyrone dans un épisode de The Runaways dont la saison 3 sera diffusée en décembre.

Good Girls avait été la bonne surprise du printemps 2018 et j'avais hâte de retrouver la série pour sa saison 2, surtout avec le cliffhanger qui concluait le season finale. Elle est revenue  toujours au printemps et je dois avouer qu'il m'a manqué un petit quelque chose pour que j'accroche autant que l'an dernier, d'où la demi-étoile en moins. Je l'ai trouvée toujours sympa à suivre, les personnages de Beth, Annie et Ruby sont toujours très attachants mais je l'ai trouvée parfois trop sombre et triste, surtout en début de saison où il était question de meurtres et je trouvais que ça ne collait pas avec l'esprit de la série. Oui les filles se sont mises dans la merde en volant le supermarché et ensuite travaillant pour Rio mais pour moi, ça restait ludique dans l'esprit et j'avais envie que cela reste ainsi. Le reste de la saison a un peu ratrappé le coup avec des surprises et des rebondissements, Beth, Annie et Ruby devant toujours jongler entre leur vie de famille et leur vie criminelle, Beth partant un peu en vrille et une fin de saison qui laisse présager des choses intéressantes pour la suite car oui la série a été renouvelée pour une saison 3 et malgré mes réserves, c'est une très bonne nouvelle.

L'an dernier, j'écrivais à propos de The Affair que j'étais toujours en ambivalence avec cette série et ça a été encore le cas pour cette 5e et dernière saison. Quand j'avais fait mon bilan l'an dernier, on savait qu'il y aurait une dernière saison et qu'elle serait sans Joshua Jackson, ni Ruth Wilson mais c'était plus normal pour cette dernière, vu la saison 4... Mais on a appris ensuite qu'on suivrait Joanie adulte, la fille d'Alison et Cole, jouée par Anna Paquin, trente après. Bref, je me demandais comment la série allait s'en sortir en se focalisant sur Noah, le personnage le plus détestable de la série et Helen, le meilleur perso :) dans notre "présent" et sur Joanie dans le futur. Et on a vu. Et ça a été bancal, je dois le dire, car pendant un bon moment, je me suis demandé quel était l'intérêt de suivre Joanie qui n'avait que des segments de 5 min à chaque épisode... Finalement, la place de la série dans ce bilan (elle est rétrogradée d'une demi-étoile) reflète bien comment j'ai vécu cette cinquième saison. Il y a des épisodes que j'ai beaucoup aimés et d'autres qui m'ont ennuyée, notamment lors des points de vue de Sierra, un personnage très secondaire et Whitney, la fille aînée des Solloway que j'aimais aussi peu que Noah, c'est dire ! On va dire que c'était pour meubler les 11 épisodes de la saison dont certains ont fait plus d'une heure voire 1h30 pour le dernier. Mais ça a été l'occasion pour Noah de faire son méa culpa et se réabiliter, à nos yeux et aux yeux des autres (il a pris méchamment cher par moments, ça faisait plaisir :D) et pour certaines histoires de les terminer correctement. J'ai finalement aimé la tournure prise par la relation de Noah et Helen, logique, même si je n'étais pas d'accord à cette pensée il y a quelques temps et j'ai aimé qu'on revoie le personnage de Noah 30 ans après (et très bien vieilli !). J'ai de façon surprenante adoré le series finale, avec deux scènes géniales, l'une d'un mash up lors du mariage de Whitney et l'autre peu après où l'on retrouve les 4 enfants Solloway (+ Colin, l'époux de Whitney) à l'extérieur d'une chambre de motel (mais je n'en dis pas plus) Mais j'ai quand même trouvé la dernière scène, assez happy end, d'un goût douteux et elle m'a laissée dubitative et mal à l'aise. Attention Spoilers : J'ai trouvé qu'elle glorifait trop l'homme blanc sexiste, infidèle et même très toxique qu'avait pu être Noah, même si on peut considérer qu'il s'est amendé ensuite. En voyant le personnage de 80 ans esquisser son petit pas de danse en haut de la falaise de Montauk, c'est comme si on excusait ce qu'il avait été... Après, on peut le voir autrement mais c'était mon ressenti. En tout cas, même si j'ai trouvé que cette 5e saison, qui parlait de pardon, de résilience, et d'amour avant tout, concluait bien la série, je ne regretterai pas cette dernière. Je l'ai aimée malgré tout, sinon j'aurais arrêté en saison 3 mais elle ne me manquera pas...

L'année dernière, Arrow était restée en 4 étoiles de justesse mais cette année elle est descendue en trois étoiles et demie. C'est une série que je suis toujours avec plaisir mais je dois avouer que je me suis parfois ennuyée au cours de cette saison 7. On avait quitté Oliver dévoilant son identité de superhéros et partant en prison pour sauver ses amis et sa femme, la première partie de saison a donc consisté à voir Oliver en prison (et à l'heure où j'écris ces lignes, juste après le season finale, j'ai l'impression que c'était il y a des années ! :D), tandis que ses alliés essayaient tant bien que mal de combattre les méchants dans Star City, et qu'un nouveau Green Arrow faisait son apparition, qui n'était personne que l'on connaissait et qui nous a réservé un rebondissement sur son identité comme la série sait les faire. Parallèment, pas de flashbacks mais des flashforwards se déroulant 20 ans après et mettant en scène des personnages que j'ai beaucoup appréciés. Durant la saison, on a appris que la série était renouvelée pour une saison 8, qui serait la dernière et qui n'aurait que 10 épisodes. Et qu'Emily Betts, Felicity, quitterait la saison à l'issue de la saison 7. Du coup, le season finale a été très chargé en émotions, j'ai même versé ma petite larme car on sentait aussi les acteurs très émus par le départ de l'actrice. Et la direction prise par la série à la toute fin de l'épisode est intéressante et je me demande bien ce que va nous réserver les 10 prochains épisodes, outre le traditionnel et annuel crossover, annoncé dès celui de cette année (qui était très bien mais moins que celui de l'année d'avant) et qui devrait donc clore la série qui a repris il y a quelques semaines.

L'an dernier, à propos de Deception, j'écrivais ça "Chaque année, il y a une série sympa et bien agréable à regarder, diffusée à la mi-saison et dont on sait qu'elle ne dépassera pas la saison 1. L'an dernier il y a eu Time after Time et cette année c'était Deception (et l'année prochaine, on parie que ce sera Whiskey Cavalier ?)". Et Donc Whiskey Cavalier a été effectivement une série agréable et très sympa à regarder, pas prise de tête, qui aurait pu se trouver en 4 étoiles mais j'ai toujours tendance à noter durement les premiers épisodes des nouvelles séries. C'était l'histoire d'un agent du FBI, tendre et sensible (mais agent efficace), joué par Scott Foley et une agente de la CIA, insensible et badass nommée Frankie (hé hé) et jouée par Lauren Cohan et qui se retrouvent à devoir mener des enquêtes internationales ensemble, entourés d'équipiers qui leur étaient proches auparavant et d'un jeune hacker de génie, qui se détestent au début mais se rapprochent petit à petit. Clairement pas la série la plus originale qui soit mais dégageant beaucoup de charme et une bonne humeur qui faisaient du bien au sortir de l'hiver et l'alchimie des deux personnages principaux/acteurs étaient un gros plus. Évidemment la série a été annulée au bout de la 1ère saison, on nous a fait espérer un sauvetage à la Timeless pendant 24h mais nos espoirs ont été douchés. Bill Lawrence, le producteur executif (et créateur de Scrubs et Cougar Town) avait promis de tout nous dire sur le cliffhanger du season series finale et ce qu'il se serait passé dans la saison 2 mais à l'heure où je publie ce bilan, il n'a pas tenu parole...

Hawaii Five-0 a été ma série au long cours pour mon challenge séries 2019 et j'ai donc regardé les 9 saisons entre janvier et septembre, terminant juste quelques jours avant la reprise de la série pour sa 10e saison fin septembbre. C'est une série procédurale classique de CBS, se déroulant à Hawaï, ce qui ne gâche rien et avec des acteurs super sympas et notamment le charismatique Alex McLoughlin que j'aime depuis Moonlight. C'est d'ailleurs pour lui que j'avais regardé le pilot il y a 9 ans mais je n'avais pas continué par faute de temps. Bon pas la série de l'année et bien bourrine (comme j'aime parfois) mais je ne me suis absolument pas lassée et j'ai regardé les épisodes avec plaisir. Il a juste la saison 6 où j'ai eu un tout petit coup de mou mais sans importance et les prises de bec incessantes entre Steve et Danny m'ont parfois agacée au cours des neufs saisons. J'ai découvert que l'acteur qui joue Danny est le fils de James Caan, un acteur connu dans les années 70 et dont il a d'ailleurs la dégaine. J'ai beaucoup aimé Chin et Kono et été triste de leur départ en fin de saison 7 parce que CBS refusait de les payer à leur juste valeur. J'aime bien Tani et Junior qui les ont remplacés mais je les regrette toujours. Au cours des 9 saisons, beaucoup d'acteurs sont passés, guests ou récurrents et c'était sympa de voir Julie Benz, par exemple. La saison 9 s'est terminée sur un cliffhanger mais pas de panique, la série a été renouvelée pour une saison 10 qui a débuté il y a un mois.

Hanna est une série de 8 épisodes diffusée au printemps sur Amazon Prime et que j'ai regardée presque dans la foulée (à quelques semaines près). Le pilot avait été diffusé avant et j'avais bien aimé, j'ai été un peu plus mitigée sur la suite. C'est l'histoire d'un ex CIA qui pour le compte d'une obscure branche de l'agence incitait des futures mères à abandonner leur bébé. Mais un jour il est tombé amoureux d'une de ces mères, une Roumaine et a récupéré le bébé. L'agence voulant à tout prix ce bébé a tué la mère et Erik s'est enfui avec bébé Hanna qu'il a élevée comme la sienne caché dans les bois pendant 15 ans. Mais un jour, ils se font découvrir... J'ai beaucoup aimé cet aspect-là, le côté espionnage et complots, moins quand Hanna découvrait la vie des adolescents avec fêtes et garçons. Du coup, j'ai préféré la 2e partie de saison. Côté personnages, la jeune Hanna était toute choupie (et jouée par la fille de l'actrice Samantha Morton qu'on a vue dans le film Minority Report et qui, je crois, joue Alpha dans The Walking Dead), Erik était intéressant mais joué par Joel Kinnaman que j'aime bien mais qui a une demi-expression à son actif, comme dans Altered Carbon. J'ai surtout aimé Marissa Wiegler, personnage ambigu et très intéressant. La série a été renouvelée pour une saison 2 et je serai devant quand elle sera diffusée.

La saison 2 de The Runaways a été diffusée d'un seul bloc par Hulu fin décembre et je n'ai pas trop tardé à la regarder. On avait quitté les jeunes ados de la série s'enfuyant de chez leurs parents "maléfiques" et cette saison 2 aura consisté pour eux à essayer de ne pas retomber dans leurs filets, même si ils n'ont pas été finalement bien loin (géographiquement parlant), gardant des contacts avec les uns ou les autres, sporadiquement. À côté de ça, il a fallu gérer le problème Jonah, et les pouvoirs de certains, ce qui n'a pas été sans mal. J'ai bien aimé cette saison 2, mais finalement pas plus que la première car je m'attendais à ce qu'elle monte d'un cran et au final, elle est restée un divertissement sympathique mais pas plus, avec des persos intéressants mais certains passant leur temps à faire un peu n'importe quoi (aussi bien les ados que les adultes). J'ai regardé les 13 épisodes assez rapidement (même si je pense que 10, comme en saison 1, aurait été suffisant) et le dernier épisode nous a laissés sur des cliffhangers que j'ai hâte de voir résolus car la série a été renouvelée pour une saison 3, et je vous ai dit plus haut quand je parlais de Cloak and Dagger qu'elle allait être diffusée en décembre prochain.

Je n'ai jamais vu la série originale (mais je compte la mettre dans un prochain Challenge séries du coup), et c'est donc sans à priori que j'ai regardé la saison 1 du reboot de Charmed et je l'ai trouvé bien sympa. Ce n'est pas pas la série de l'année mais je l'ai trouvé fraîche, fun avec ce qu'il faut de drama et avec des personnages sympathiques et attachants. J'ai surtout aimé Harry, le Whitelighter joué par Rupert Evans, le Frank Frink de The Man in the High Castle. Bon j'avoue que j'ai mis du temps à le reconnaître et seulement quand j'ai vu la saison 3 de la 2e série :D Charmed m'a fait penser par certains côtés à Witches of East End que j'avais bien aimée il y a 6 ans. Charmed a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis bien contente. J'ai lu il y a quelques mois que cette nouvelle saison allait plus se consacrer à l'aspect surnaturel et moins aux affaires de famille, j'espère que non car les relations familiales, surtout celles entre les trois soeurs, est ce qui fait le ciment de la série. Comme la série a repris je sais ce qu'il en est mais je ne vous en dirai rien maintenant, il faudra attendre mon prochain bilan ;)

J'ai toujours beaucoup aimé The Vampire Diaries et ce jusqu'au bout, quand beaucoup (dont ma fille) s'étaient lassés depuis longtemps. En revanche, je n'ai jamais regardé The Originals, même si ça m'a tentée à un moment. Quand il a été annoncé qu'il y aurait une suite aux deux séries, se basant sur l'école Salvatore créée par Caroline pour les créatures surnaturalles, à la fin de Vampire Diaries, j'ai été intéressée. D'autant plus qu'on y retrouvait Alaric à défaut de Caroline. Série très ado puisque portant sur les jumelles d'Alaric et Jo et portées par Caroline, et Hope,  la fille de Klaus, ainsi que leurs congénères de l'école, je l'ai trouvée très agréable à suivre car en plus des vampires/sorcières/Loups garous habituels, on a eu droit à des créatures différentes et assez originales pour cette série. J'ai aussi beaucoup aimé Hope et, en revanche, Lizzie l'une des jumelles m'a vraiment agacée à être odieuse la plupart du temps. Comme c'est une série ado, on a eu notre lot de dramas propres aux ados :) mais c'est très bien passé. La série a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis très contente et pas seulement parce que le season finale nous a laissé sur des évènements importants. La série vient de reprendre.

Four Weddings and a Funeral a été une adaptation en série de la comédie romantique éponyme dans laquelle jouaient, à l'époque, Hugh Grant, Andie MacDowell, Kristin Scott Thomas et que tout le monde avait adoré à sa sortie. Je l'avais aussi vue à l'époque, beaucoup aimée mais j'avoue que j'ai complètement oublié ce film et son histoire (je me rappelle bien mieux de Coup de foudre à Notting Hill). La série, elle, a repris les codes du film et du genre, la comédie romantique, a été très mignonne, plaisante à regarder avec des acteurs sympas. On ne peut pas dire que Nathalie Emmanuel (la Missandei de GoT) ait eu un charisme de fou pour l'héroïne principale mais elle était choupie et ses co-acteurs étaient supers, surtout Gemma que j'ai adorée, ou Duffy, maladroit comme tout ou encore Ainsley, Craig, Marcus ou Andrew. Et puis il y a eu Dermot Mulroney qui est toujours parfait dès qu'il s'agit de comédie romantique :) Et Andie MacDowell a fait une petit apparition. J'ai surtout aimé l'ouverture d'esprit de la série, qui n'a pas hésité à montrer des couples mixtes, des couples homos ou encore des couples avec une grande différences d'âge (Tony et Andrew cumulant les 3 :)) Bref, ça a été la série fleur bleue idéale pour l'été et pour compenser les séries anxiogènes. C'était une minisérie donc il n'y aura pas de suite.

 Surfant sur la vague This is Us, The Village a été, à l'instar de A Million Little Things, une série familiale qui racontait la vie d'un groupe de personnes dans un immeuble de New York, appelé The Village. Au départ, j'étais un peu sceptique car je trouvais cela très soap et trop plein de bons sentiments, pas toujours bien joué mais j'ai fini par m'attacher aux histoires de chacun et aux personnages. Mais la série n'ayant pas marché, elle a été annulée au bout de sa saison 1.

Single Parents a été une comédie familiale comme il y a en a beaucoup et qui aurait très bien pu ne pas me convaincre. Et pourtant je l'ai beaucoup aimée car je l'ai trouvé amusante, charmante et très fraîche. En particulier grâce à ses personnages de parents divorcés très attachants (dont Leighton Meester géniale et bien mieux que dans Making History, sa précédente comédie) et ceux de leurs enfants, super sympas et pas cabotins. J'ai particulièrement aimé les petites jumelles qu'on a pu voir aussi dans Jane the Virgin où elles jouaient les filles de Petra et Rafael. C'est une série qui aurait mérité de se retrouver en 4 étoiles mais j'ai mis quelques épisodes à m'attacher à elle et c'est pour cela qu'elle est moins bien placée qu'elle n'aurait dû. Le season finale a été à l'image de la série, amusant et attachant, avec des romances se faisant ou à venir. La série a été renouvelée pour une saison 2 et j'en suis ravie. Elle a d'ailleur repris il y a quelques semaines.

The Innocents est une série Netflix diffusée en août 2018 et que je n'ai regardée qu'en janvier dernier. Une série intéressante, sur deux jeunes ados qui s'enfuient de chez eux pour vivre leur amour mais la jeune fille, June, possède le pouvoir de se métamorphoser en celui qu'elle touche lorsqu'elle a une crise (causée par la peur). À côté de ça, on suit un groupe de personnes sur une île norvégienne, un homme et 3 femmes dotées du même pouvoir et que l'homme essaie de guérir ou canaliser, tout en maintenant une emprise un peu gourou sur ces femmes, dont la sienne. Sur le papier, tout cela était un super pitch. La série aura été agréable à regarder mais, je ne sais pas, trop romance ado et trop superficielle et vite traitée. Sur la fin, elle est montée d'un cran et le dernier épisode a été très bien (June s'est transformée en Harry puis en la mère d'Harry et, quand elle reprend forme, Harry est dans le coma), se concluant de façon assez sombre. La série a été annulée plusieurs mois après sa diffusion, nous resterons donc sur cette scène-là...

Je n'ai pas grand chose à dire sur Modern Family dont c'était la 10e saison et qui était dans la lignée des précédentes, amusante mais n'innovant pas beaucoup. Certes il y a eu des surprises, notamment du côté de Hayley mais c'est clairement le genre de comédie qui se repose sur ses acquis (et qui le fait bien puisqu'elle me plaît déjà davantage que The Big Bang Theory qui n'a rien offert de nouveau non plus) et ses personnages. Dans mon bilan de l'an dernier, j'avais dit que cette saison 10 serait la dernière, ça avait été annoncé à l'été 2018 et puis coup de théâtre, quelques mois après on a appris que la série aurait une 11e saison qui, elle, serait bien la dernière. C'est donc dans mon prochain bilan que nous lui dirons adieu.

Russian Doll a été une série en 8 épisodes de 25-30 minutes, diffusés en février et que je n'ai pu regarder que fin août. Cette variante d'Un jour sans fin raconte l'histoire d'une femme qui fête son anniversaire, meurt et se réveille au même moment et au même endroit, et ce plusieurs fois. Évidemment, elle décide de découvrir pourquoi cela lui arrive. J'adore ce principe qu'on a déjà vu dans pas mal de films et séries (outre Un jour sans fin) mais j'avoue que j'ai eu un peu de mal au début et j'ai même failli abandonner. Mais heureusement, la fin du 3e épisode a relancé mon intérêt avec l'arrivée du personnage d'Alan et, au final, j'ai trouvé la série sympa à regarder. En fait, mon problème, c'est que je ne suis pas fan de Natash Lyonne. Dans Orange is the New Black, ça passait car il y avait de nombreux personnages, mais là, ça a été un peu plus difficile vu que c'est l'héroïne. La série a été renouvelée pour une saison 2, je me demande ce qu'ils vont bien pouvoir trouver car je trouvais justement que la fin était très bien et pouvait servir de conclusion. On verra bien...

Dans mon dernier bilan, je n'ai pas pu vous parler de la dernière saison de The Last Ship, la 5e, car elle n'a été diffusée qu'à partir de septembre 2018 pour 10 épisodes. Après une saison 4 un peu rocambolesque  qui avait vue le Nathan James sauver le monde de la famine, on savait que la 5e saison serait la dernière et qu'elle avait été tournée dans la foulée de la 4e. Qu'allait bien pouvoir nous trouver les scénaristes pour lancer le Nathan James et son emblématique équipage, Tom Chandler, devenu Amiral, en tête, dans leur dernier baroud d'honneur ? C'est un virus informatique et la folie des grandeurs d'un révolutionnaire sud-américain qui ont eu les honneurs et qui ont justifié que tous les membres d'équipage, qui avaient trouvé peut-être d'autres voies après le retour à la normale et à la paix, se retrouvent à bord du vaisseau pour contrer cette menace. Comme c'était la dernière saison, on pouvait craindre qu'il arrive des choses terribles aux personnages qu'on avait appris à aimer au fil des saisons et , effectivement, certains n'ont pas survécu. Mais la série s'est terminée de façon satisfaisante et je spoile un peu mais je suis ravie que les personnages que j'aimais le plus, comme Sasha, Wolf, Kandie, Danny, Kara (qui était très bien en nouveau capitaine du navire) et d'autres aient survécu. Et je suis ravie que la série ait donné un rôle de gentille à Bridget Regan, qui a fait une merveilleuse Sasha, elle qui est souvent la méchante dans les séries. La série a souvent été bourrine patriote mais je l'ai toujours suivie avec intérêt et je dois dire que je regretterai de ne pas avoir mon voyage annuel sur le Nathan James. (commentaire un an après : en fait pas vraiment :D)

Manifest, c'est un peu comme The Gifted l'an dernier, c'est la série qui a tout pour elle et que j'aurais adorée il y a 10 ans mais qui arrive trop tard. Car il y a eu Lost, Flash Forward et d'autres séries du genre avec un mystère très mystérieux :) En l'occurrence ici un avion qui quitte la Jamaïque, traverse des turbulences et parvient à se poser à New York à priori sans dommage. Mais il s'avère que 5 ans se sont passés quand ils arrivent. Les passagers n'ont pas vieilli alors que le reste du monde a pris 5 ans. La série a été sympa à suivre, efficace, avec d'un côté la famille Stone essayant de se reconstruire (Ben le père, Cal son petit garçon et Mick la soeur de Ben avait pris cet avion, tandis que Grace la mère et Olive leur fille ainsi que les parents de Ben avaient pris un avion différent, arrivé en temps et en heure) et de l'autre des mystérieux "appels" entendus par certains protagonistes et une obscure organisation gouvernementale voulant en savoir plus. Le mystère s'est élargi au cours de la saison et le season finale a donné envie de connaître la suite malgré une dernière scène se terminant en cliffhanger absolument pas original. On en aura la résolution puisque la série a été renouvelée. Mais la série ne sera diffusée qu'en 2e partie de saison. On vient d'apprendre qu'elle reviendrait le 6 janvier.

Puisque je parlais de The Gifted, justement, je n'avais pas été tellement emballée par la première saison de la série mais la deuxième a été pas mal à regarder. Pas de quoi s'enthousiasmer non plus mais elle fut solide et intéressante surtout grâce à Lorna, personnage que j'ai adoré. Côté histoires, ce ne fut pas très original, des factions extrémistes des deux côtés, humains et mutants, voulant provoquer une guerre, et certains, ô surprise, s'alliant pour la provoquer, quelques mutants faisant les mauvais choix, des gentils malmenés et au milieu la famille Strucker, bien mal en point parfois. La saison a terminé la storyline en cours mais en finissant sur un cliffhanger et comme les audiences avaient été catastrophiques (moins de 2 millions de téléspectateurs), nous n'en aurons pas la résolution car la série a été annulée. Je ne la regretterai pas mais j'aurais aimé avoir une vraie conclusion.

Love, Deaths and Robots a été une série anthologique comme ça se fait de plus en plus, avec des épisodes indépendants. La nouveauté ici (en tout cas pour moi) est qu'elle était animée. J'ai trouvé les 18 épisodes de 5 à 20 minutes assez sympas à regarder, certains beaux et émouvants comme Beyond the Aquila Rift, Good Hunting, Lucky Thirteen, ce dernier mettant en scène la version animée des vrais acteurs qui doublaient l'épisode, comme Samira Wiley, ou encore l'épisode Zima Blue, certains amusants comme Three Robots, d'autres tout juste sympathiques et 2-3 inintéressants. La série a été renouvelée pour une saison 2, je ne sais pas si je regarderai, j'ai aimé ce que j'ai vu mais il y a avait trop d'épisodes et certains étaient vraiment trop courts et on n'avait pas le temps de s'investir dedans. Une saison 2 avec 10 épisodes de 20 minutes serait mieux.

Quand Homecoming a été diffusée début novembre dernier, je n'avais pas l'intention de la regarder car elle ne m'attirait pas vraiment. Mais, j'ai lu plein de super critiques et le fait qu'il y ait Julia Roberts m'a convaincue de m'y mettre rapidement. Et j'aurais mieux fait d'écouter mon instinct. Mon intérêt pour la série a été en dents de scie, ne comprenant pas très bien de quoi parlait la série. Ou plutôt si, il s'agissait d'une série à 2 timelines, l'une se passant de nos jours dans laquelle Heidi (Julia Roberts) travaillait dans un centre de réinsertion pour les jeunes soldats souffrant de PTSD et devant se réinsérer  et une timeline 4 ans plus tard durant laquelle Heidi était serveuse, ne se souvenait de rien et un agent du gouvernement enquêtait pour savoir ce qu'il s'était passé exactement En soi, c'était pas mal et la réalisation excellente (avec deux formats, 16/9 et 4/3, suivant les timelines) mais, franchement, j'ai attendu que la série décolle pratiquement pendant les 10 épisodes. Je me suis même très ennuyée lors de certains. Mais j'en ai trouvé d'autres très bien, notamment le dernier épisode qui m'a beaucoup plu. Et Julia Roberts était excellente. Au final, cette série par Sam Esmail, le créateur de Mr Robot ne m'a pas totalement convaincue, elle est pourtant mieux classée qu'elle ne devrait car, à part 2-3 épisodes, je l'ai plutôt bien notée, mais j'ai vraiment eu l'impression de perdre mon temps. La série a été renouvelée pour une saison 2, je ne vois pas trop ce qu'elle pourra raconter, il n'y aura pas Julia Roberts donc je pense que ce sera sans moi.

Blood and Treasure a été la série estivale de CBS, une série d'aventures à la Indiana Jones, avec Danny un ex agent du FBI et Lexi une voleuse hyper douée et accessoirement ex du premier et tous deux adorant se disputer tout au long de la saison, tout en jouant à je t'aime moi non plus. Avec un méchant terroriste du nom de Karim Farouk, un mécène hyper riche et mentor de Danny, et au milieu, le grand mystère de la saison, retrouver le sarcophage et la dépouille de Cleopâtre, reine d'Egypte. J'ai trouvé cette saison très sympa, j'ai adoré l'alchimie entre Danny et Lexi, beaucoup aimé les seconds couteaux comme Shaw, Chuck le prêtre ou encore Simon  Hardwick et il y a eu des retournements de situation peu inattendus mais sympas. Le season finale s'est terminée de façon satisfaisante, closant l'intrigue de la saison et si la série s'etait terminée ainsi, nous n'aurions pas été frustrés. Mais elle a été renouvelée et j'en suis ravie car ce sera sympa de la retrouver l'été prochain et surtout ça compense l'annulation de Whisky Cavalier, l'autre série d'aventures et d'espionnage sexy/glamour de l'année.

On avait quitté Blindspot en fin de saison 3 avec Jane qui redevenait Remi et ne se souvenait plus de ses années passées au FBI, ni qu'elle était mariée à Kurt. Le début de la saison 4 a porté sur cela et le fait qu'elle donne le change en faisant croire qu'elle était Jane, avec force mimiques pour bien montrer que, ouh la la, elle était très méchante mais le cachait bien. Je dois avouer que cette intrigue, plus celle de Tasha passée dans le camp des méchants en fin de saison 3 aussi, a failli avoir raison de moi. Mais heureusement, ça s'est amélioré ensuite, une fois que Jane est redevenu elle-même et qu'on a appris que Tasha, oh quelle surprise ! était sous couverture et puis surtout j'ai tenu grâce à Patterson et Rich DotCom qui forment une formidable duo et qui mérite 1000 fois d'avoir leur propre spin-off. En revanche, je ne supporte plus Reade, et son côté donneur de leçon, notamment dans le season finale, et Tasha m'agace. Le season finale, justement, a été explosif avec des méchants semblant gagner et nos héros en très mauvaise posture, pour ne pas dire autre chose. Malgré des audiences en berne, la série a été renouvelée pour une saison 5 mais elle sera la dernière et n'aura que 13 épisodes qui ne seront diffusés, on vient de l'apprendre, que l'été prochain.

On savait depuis l'an dernier que la 12e saison de The Big Bang Theory serait la dernière et, à vrai dire, je m'en réjouissais car depuis la saison 8 ou 9, je ne l'appréciais plus autant et je trouvais que ce serait bien qu'elle s'arrête. Cette dernière saison a été plutôt sympathique à suivre, pas extraordinaire mais avec certains épisodes assez solides, quand d'autres étaient ennuyeux. Stuart est apparu moins pathétique que les années précédentes et il a même eu une histoire d'amour, c'est dire ! Quant à Raj, ça a été en dents de scie. En fait, le personnage qui m'a le moins plu cette année a été Bernadette que j'ai trouvée odieuse avec tout le monde et en partculier son mari. Et, alors que je n'en attendais pas grand chose, j'ai trouvé le double épisode final vraiment excellent qui m'a rappelé pourquoi la série avait été ma sitcom préférée à ses débuts et je dois dire que j'ai ri, été surprise par plusieurs choses, trouvé la conclusion pour chacun très bonne, et j'ai été très émue à plusieurs reprises au point d'en verser ma larme. Et kudos au caméo surprise d'une actrice que j'adore et qui ne m'avait pas été spoilé. On pourra reprocher à la série d'avoir peut-être duré trop longtemps (en même temps quand c'est l'une des meilleures audiences toutes chaînes confondues, difficile de s'en passer) mais elle aura marqué son époque, comme Friends en son temps et je reverrai les épisodes avec plaisir. So long Sheldon, Leonard, Penny, Howard, Raj, Bernadette et Stuart. Bazinga !

Black Lightning n'était pas la série de superhéros qui m'avait le plus emballée la saison dernière et ça a été encore le cas cette année. J'ai apprécié les épisodes que j'ai vus mais ils ne m'ont pas passionnée non plus. Je regarde cette série surtout parce que j'aime Cress Williams et James Remar et qu'elle aborde des thèmes différents et plus adultes que les autres séries de ce genre sur la CW. Mais il faut reconnaître que certaines storylines de cette saison 2 ont été moins intéressantes, comme celle sur la crise d'adolescence de Jen ou encore la mégalomanie de Tobias Whale que j'ai fini par ne plus pouvoir supporter. La série a été renouvelée pour une saison 3. Je pense que je serai au rendez-vous. Je ne sais pas encore... PS : Maintenant je sais, j'ai abandonné...

Avec Maniac, ça a été un peu compliqué. Je n'ai pas aimé le premier épisode, j'ai trouvé le 2e super et ça a été en dents de scie comme cela pendant les 10 épisodes. Bon dès le départ, ça a été une série bizarre sur des gens qui font partie d'un essai pour comprendre et guérir leurs traumatismes ou leur pathologie et qui prennent des pilules pour se retrouver dans des situations virtuelles. Évidemment, ça part en vrille. Ça a été une série avec de l'humour absurde auquel j'ai moyennement adhéré, en revanche, j'ai adoré Emma Stone (bon je l'adore déjà) et Jonah Hill que je connaissais très mal. Et puis j'ai surtout persisté pour Justin Theroux qui a un rôle assez amusant. Comme c'était une mini-série, il n'y aura pas de suite mais c'était bien comme ça.

Superstore est une comédie que j'apprécie bien même si je ne l'adore pas et ça a été encore le cas pour sa saison 4 alternant moments drôles, moments de gêne et émotion. La série a continué à creuser la relation entre Jonah et Amy et cette dernière a par ailleurs obtenu du galon. Dans l'ensemble, Cloud Nine et les employés ont vécu des hauts et des bas, j'ai encore bien apprécié le duo Cheyenne/Matéo, toujours très amusant et la fin de saison a été particulièrement sombre, politique et triste notamment pour un personnage, occultant une autre nouvelle bien sympa et concernant Sandra. La série a été renouvelée pour une saison 5, j'ai hâte de voir ce que les storylines lancées dans les derniers épisodes de la saison 4 vont donner (elle vient de reprendre donc je sais :))

J'ai toujours apprécié The Good Place sans trop comprendre, pourtant, toute la hype autour de la série. Et je dois dire que malgré ses qualités, elle a failli me perdre en saison 3. La première moitié a été très en dents de scie, avec des moments sympas et d'autres ennuyeux, et surtout parce qu'on avait l'impression que l'histoire ne savait pas trop où elle allait et séparait trop les personnages. Heureusement qu'il y a eu le duo Michael/Janet pour me faire rester. Mais la 2e partie a bien remonté le niveau, retrouvant un bon rythme et avec de super épisodes, en particulier celui sur les Janets et une fin de saison particulièrement brise-coeur qui donne envie de voir la suite. Car la série a été renouvelée pour une saison 4, et c'est tant mieux car même si je ne l'aime pas autant que d'autres, j'adore les acteurs et les personnages, Michael, Eleanor, Chidi, Tahani et Jason. Cependant, il faudra leur dire adieu car elle a été annoncée comme la dernière. Elle a repris il y a quelques semaines.

Z Nation est revenue pour une 5e saison à l'automne dernier et c'est avec plaisir que je l'ai regardée comme toujours. Je lui ai même mis une demi-étoile supplémentaire car j'ai apprécié la saison, même si au début j'ai eu peur qu'elle devienne trop policée. Mais rassurez-vous elle est restée égale à elle-même et on a enfin retrouvé la Warren que j'aimais sans son rôle messianique qui m'avait déplu en saison 4. Il a été question de morts-vivants lucides (Talkers), de démocratie revisitée, de cohabitation, d'attentats et au milieu nos héros essayant de rendre notre monde plus juste. On a perdu des personnages, on en a retrouvé d'autres (Addy !), Murphy a été égal à lui-même et j'ai encore adoré Doc et 10K, Citizen Z et Kaia. Syfy a annulé la série juste avant le season, devenu series, finale et je craignais que ça se termine sur un gros cliff comme les autres années mais les auteurs ont dû sentir le vent tourner (faut dire que Syfy renouvelle rarement ses séries au-delà de 5 saisons) car elle s'est conclue de façon très satisfaisante avec une fin un chouya ouverte au cas où. Je regretterai cette série Z bien sympathique mais je trouve que c'est bien qu'elle s'arrête avant qu'il ne soit trop tard.

La saison 3 de Speechless a été dans la lignée des deux premières, bien sympa à suivre avec la famille DiMeo toujours aussi allumée. La saison a surtout porté sur l'émancipation de J.J et son départ futur pour l'université et la réaction de Maya face à cette inévitable évolution et le fait qu'elle ne pourrait plus être constamment là pour son fils. Du coup, j'ai eu l'impression que Ray et Dylan étaient un peu plus en retrait, même s'ils ont eu des storylines sympas. J'ai toujours autant aimé Jimmy le père, qui est le personnage qui me touche finalement le plus dans cette famille. Le season finale a vu J.J devenir bachelier, s'émanciper et partir étudier à New York. J'aurais bien vu la série continuer mais malheureusement elle a été annulée au moment des Upfronts. Et c'est là où l'on voit que les temps changent car il y a encore peu, une saison 3 garantissait une 4e saison pour la syndication (pour avoir le nombre d'épisodes requis) mais ce n'est plus assuré maintenant...




Tous les ans, j'espère regarder au moins 3 saisons de Doctor Who 1963 et tous les ans, je n'arrive qu'à en voir péniblement une ou deux. Et cela a été le cas cette année où je n'ai réussi à voir que la saison 5. Il faut dire que j'ai presque arrêté de la regarder entre octobre 2018 et août 2019 (je n'ai regardé qu'un épisode en janvier) car je m'ennuyais à mourir. En fait, je pourrais récrire au mot près ce que j'écrivais dans mon bilan de l'an dernier. Avec des épisodes qui ne sont pratiquement que des reconstructions, il faut vraiment aimer la série pour avoir envie de les regarder. Car, bien souvent, on n'a que des images statiques de très mauvaise qualité et avec les dialogues par-dessus. Et, par conséquent, bien souvent, mon attention décroche. Bref, on a passé la saison 5 en compagnie du 2e docteur, de Jamie et Victoria qui m'a agacée au possible et m'a fait penser à Susan avec ses cris stridents qu'elle poussait dès qu'elle était effrayée. La saison a encore une fois zappé les épisodes historiques comme en fin de saison 4, là on n'en a eu aucun :(  Côté épisodes, je n'ai pas aimé The Abominable Snowmen et surtout The Ice Warriors où les-dits Ice Warriors étaient ridicules, je n'ai pas aimé non plus Fury from the Deep. En revanche, j'ai bien accroché à The ennemy of the World dans lequel, le Docteur est le sosie d'un tyran, The Web of Fear dans lequel apparaît le brigadier Lethbridge-Stewart (qui n'est pas encore brigadier) qui reviendra plusieurs fois par la suite et The Wheel of Space avec la présence d'ennemis bien connus, la première fois que le Docteur se fait appeler john Smith (c'est Jamie qui le nomme comme cela). La saison a aussi vu la première apparition d'un sonic screwdriver (un tournevis sonique), dans Fury from the Deep. La fin de la saison a vu le départ de Victoria (qui était bien mignonne mais franchement pas très utile (quoi que...) et l'arrivée d'une nouvelle compagnonne (Jamie est toujours là cependant), Zoe. Pour cette année, j'espère, voeu pieux, voir 3 saisons, les 6 à 8,  et qu'il y aura des épisodes historiques.

Midnight Texas avait été un petit guilty pleasure de l'été 2017 et elle n'est revenue qu'à l'automne 2018. Je me demandais si elle allait réussir à s'inclure dans un planning généralement chargé à cette époque et la réponse à été oui. J'ai bien apprécié cette saison 2 qui a vu nos amis de Midnight bien malmenés, de Manfred à Fiji en passant par Joe. J'ai eu peur pour Olivia et Lem en début de saison qui étaient un peu pénibles mais ils ont bien rattrapé le coup après l'épisode sur le père d'Olivia. J'ai été ravie de voir Nestor Carbonell en personnage important de cette saison, moins Jaime Ray Newman que je n'aime pas trop, et Jaime Murray, que j'adore, pour les deux derniers épisodes. La série n'a comporté que 9 épisodes pour cette saison 2 et a été annulée quelques jours avec sa conclusion. Comme la série ne s'est pas terminée sur une cliffhanger, ça a été satisfaisant.

Knightfall, la série sur les templiers diffusée sur la chaîne History est revenue pour une saison 2. On avait quitté la série avec le roi Philippe le Bel ayant découvert la vérité sur sa femme et Landry, le beau templier et ayant tué la première, tandis que Landry partait avec sa petite fille née de ses amours illicites avec la reine de France. On a donc retrouvé Landry ayant caché la petite pour la protéger du roi et s'escrimant à redevenir templier, après avoir été défroqué. La première partie de saison a porté sur sa rédemption, redevenant novice sous la houlette d'un templier joué par Mark Hamill, puis Templier de plein droit et la 2e partie des 8 épisodes a porté sur la chute des Templiers et leur traque par le roi. Et c'est là où la série a fait fi de la véracité historique en concentrant l'arrestation des templiers et de Jacques de Moley et son exécution la même année, 1307 alors qu'en vrai il s'était écoulé 7 ans, tout comme tout ce qui a concerné la femme du Dauphin Louis qui s'est passé en 1314 et là se déroule en 1307. Bref, le season finale a vu la fin rocambolesque de Philippe le Bel (Robert Merle et ses Rois Maudis doivent se retourner dans leurs tombes) et laissé la vie de Landry en suspens et pour le moment c'est toujours le cas puisque la série n'a été ni annulée ni renouvelée.

L'an dernier, j'avais bien apprécié Future Man, même si la série était souvent crétine et faisait des blagues pipi-caca, car vous savez, les voyages dans le temps et moi, c'est le grand amour :) La saison 2 m'a assez déçue à ce niveau-là car il n'y a pratiquement pas eu de voyages dans le temps (sniff) et je me suis ennuyée une bonne partie de la saison, notamment sur la storyline de Wolf. Après, la série n'est pas un flop car il y a des épisodes qui m'ont plu, notamment les 11e et 12e, et j'aime toujours Wolf et Tiger et Josh me fait rire à être toujours aussi pathétique mais je pensais que le 13e et dernier épisode allait enfin relancer la machine dans le bon sens et finalement, c'est dans une autre direction qu'elle est partie. Une direction qui pourrait être intéressante si on était dans une autre série mais là, je dois dire que ça ne m'a pas convaincue du tout. Et je pensais vraiment que la série serait annulée mais finalement elle a été reconduite pour une 3e et dernière saison, du coup, je suis curieuse de voir où elle va nous emmener, malgré mon scepticisme.

Miracle Workers a été une petite comédie sympa en sept épisodes sur Dieu qui veut détruire la Terre dans deux semaines car c'est un échec complet et deux anges qui essaient de la sauver en se faisant embrasser un couple potentiel. Je ne l'ai pas trouvée hyper passionnante et heureusement qu'elle ne faisait que 7 épisodes mais avec son ton décalé et barré, comme de plus en plus de comédies (c'était un peu la version The Good Place version Paradis :)), ça a été. C'était surtout sympa de voir Steve Buscemi en Dieu crétin et Daniel Radcliffe en ange timide et empoté. Le season finale a très bien conclu la saison qui aurait pu servir de series finale mais TBS a renouvelée la série pour une saison 2 qui se passera à l'époque médiévale et où les acteurs joueront de nouveau personnages. Du coup, ça m'intrigue pas mal...




L'an dernier, The Outpost avait été renouvelée contre tout attente car elle était vraiment mauvaise. Je l'avais effectivement trouvée mauvaise mais avec quelque chose qui me poussait à continuer et surtout elle était parfaite pour faire mon repassage. Et ça a été encore le cas pour la 2e saison, tout aussi moyenne que la première mais toujours très bien pour le repassage :D Il a été beaucoup question de trahison dans cette saison, de remise en question et avec Gwynn malhabile (pour ne pas dire inapte) dans son nouveau rôle de reine. Toute la saison a porté sur la préparation à la lutte contre le Prime Order, sur Talon écartelée entre ses amis humains et sa condition de Blackblood, sur Garret qui n'a pas manqué une occasion de se mettre torse nu :D et sur Janzo dont l'acteur a continué à être dans le surjeu permanent. Et on a eu droit à deux beaux mecs supplémentaires, Tobin et Zed, comme si Garret ne suffisait pas ! La saison s'est terminée sur un cliffhanger mais oyé oyé la série reviendra l'été prochain pour le plus grand plaisir de mon repassage ! :D

Pandora a été le nanar estival annuel de la CW, comme The Outpost avait été celui de l'été dernier (et aussi de cette année, vu son renouvellement), une série SF avec une héroïne, évidemment très spéciale, au physique de mannequin (qui pourrait être la soeur jumelle de l'actrice de The Outpost), des beaux mecs, des sidekicks sympas, des méchants et surtout méchantes vénéneuses à souhait et un jeu assez limité pour tout le monde. Bon, je l'ai suivie sans déplaisir, en levant les yeux au ciel souvent mais c'est plutôt bien passé dans le désert sériel de l'été. Le season finale s'est terminé sur un cliffhanger (dont je ne me rappelle absolument plus !) mais pas de crainte à avoir, la série a elle aussi été renouvelée pour une saison 2 et nous aurons donc la suite l'été prochain.





 L'an dernier, j'avais trouvé la première saison de Happy! trash et joussive, cette année ça a été mon gros flop. Au fur et à mesure des épisodes, j'en ai eu assez des simagrées de Christopher Meloni, d'une histoire qui partait dans tous les sens, hyper violente et scato/sex (même si ces côtés-là ne me dérangent pas) et j'ai fini par avoir hâte que ça se termine. Après les méchant père Noël, c'est Pâques qui était à l'honneur avec les mêmes persos : Nick Sax donc, Happy la licorne bleue imaginaire, Sonny Shine, Smoothie et Blue, ainsi que Hayley la fille de Nick, Amanda la mère de la petite et la flic dont j'ai oublié le nom. En fait, j'ai continué la série grâce à Happy que j'aimais bien. Et puis j'ai trouvé le season finale pas si mal que ça. La série a été annulée à l'issue de cette saison 2 et ce n'est pas moi qui vais la regretter.

***********************************************

Nous voici arrivés au bout de ce long, très long classement, j'espère que vous êtes encore là car ce n'est pas fini ! :D Je vais vous parler chiffres. Je sais que ça n'intéresse pas tout le monde mais moi j'adore ça ! :)

J'ai donc regardé 121 séries durant cette saison, Cela me fait 16 séries de plus que l'année précédentes. En termes d'épisodes cela me fait 2047 épisodes (l'épisode spécial Black Mirror Bandersnatch et l'épisode de conclusion de Timeless inclus) soit 255 épisodes de plus. Ne me demandez pas comment j'ai pu les loger, je n'ai aucune idée. Sans doute que mon mari a été plus absent et que, par conséquent, j'ai regardé plus de séries le soir car je continue à avoir une vie sociale, je continue à lire (moins certes mais mon temps séries n'est pas pris sur mon temps lecture), je regarde des films et le temps n'est pas extensible à l'infini. Je ne pense pas battre ces chiffres en 2019-2020 mais c'est ce que je dis chaque année...

J'ai regardé 42 séries des 5 Networks (ABC, CBS, Fox, NBC et CW), exactement comme l'an dernier ce qui est rigolo. Ce qui veut dire que j'ai beaucoup plus regardé de séries du câble ou en streaming qui représentent donc pratiquement les deux tiers de mes visionnages. D'ailleurs la chaîne que je regarde le plus est Netflix (quand je parle de séries Netflix, je ne parle que des séries créés par eux, comme Umbrella Academy, Atypical etc... J'ai quand même inclus La Casa de Papel qui fut diffusée d'abord sur une chaîne espagnole mais la saison 3 sur Netflix) avec 16 séries vues (pas de comparaison avec les années précédentes car c'est la première fois que je fais le détail), suivie par la CW et NBC... Voici d'ailleurs un petit graphique des chaînes que j'ai vues
Les séries que j'ai regardées sont en majorité anglo-saxonnes mais cette année, j'ai quand même vu 3 séries françaises (contre 0 l'an dernier), une série allemande et une série espagnole ! Et j'ai vu 20 comédies ou séries au format 20-30 minutes, soit 8 de plus que l'an dernier. J'ai regardé 64 séries, soit les 2/3, au format "classique", c'est à dire d'une durée de 42-45 minutes et les autres sont des séries de 50 à 60 minutes.

Pour ce qui est des étoiles, j'ai eu 18 séries en 5 étoiles, contre 14 l'an dernier et 22 la saison d'avant (alors que j'avais 28 séries de moins au total) , 19 en quatre étoiles et demie (6 de plus que l'année précédente), 47 en quatre étoiles (13 de plus !), 31 en trois étoiles et demi (2 de moins), 5 en trois étoiles (3 de moins), 2 en deux étoiles et demie (1 de moins) et 1 en deux étoiles (1 de plus !)
Cela montre que j'ai beaucoup aimé la plupart de mes séries puisque le gros de ma notation se trouve en quatre étoiles ou plus. D'ailleurs la moyenne, selon mes notations Seriebox, est de 16 tout rond. C'était 15,8 l'an dernier. Mais c'est assez constant d'une année sur l'autre puisque c'était 16 aussi les années précédentes. Comme vous avez pu le voir, je n'ai eu d'ailleurs qu'un seul flop.

Cette année je me suis amusée à voir le pourcentage de nouveautés, de rattrapages ou tout simplement de celles qui étaient revenues, j'ai donc regardé 40 nouveautés (je ne pensais pas que c'était autant) et j'ai rattrapé 15 séries. Et il y a eu un revival, Veronica Mars. Et j'ai donc vu revenir un peu plus de la moitié des mes séries de l'année précédente (ou de l'année d'avant suivant la diffusion des saisons précédentes). Pour ce qui est de cette année, j'ai eu 25 % de séries annulées (soit 28 séries), ce qui est plus que l'année d'avant, même en terme de pourcentage. Et j'ai regardé 14 séries qui étaient terminées ou qui se sont terminées naturellement (si c'était des miniséries par exemple).
Maintenant que j'ai fait le tour de cette saison 2018-2019, il est temps de parler de celles à venir, de mes espoirs et mes envies. J'espère vraiment découvrir la perle qui me fera vibrer, comme Pose il y a un an et qui a confirmé haut la main cette année, ou encore Fosse-Verdon en nouveauté ou The Crown et Killing Eve en rattrapage, cette année. Est-ce qu'il y a des séries de networks qui vont réussir à m'emporter au-delà du simple divertissement ? Ce n'est pas gagné, même si certaines arrivent encore à me passionner, parfois même des nouveautés (ce qui est rare), de plus en plus ce sont des séries familiales d'ailleurs (la preuve avec This is Us en 5* et la nouveauté A Million Little Things qui a réussi a se hisser en 4.5*). Certaines séries vont revenir une nouvelle année pour mon plus grand plaisir, mais nous allons dire adieu à pas mal d'entre elles, Arrow, The 100, Agents of Shield, Modern Family, Dark, The Man in the High Castle et j'en passe, et surtout, surtout Supernatural va tirer ta référence à la fin de sa 15e saison et ça je ne suis pas prête du tout ! :'( Je suis habituée à voir partir des séries que j'ai aimées depuis tant d'années mais franchement là ça me rend vraiment triste...

Voilà, ce loooong bilan est terminé, j'espère qu'il vous a plu :D Et j'espère que vous prendrez le temps de le commenter, ici sur cet article et pas sur Facebook ou Twitter. En ce qui me concerne, c'est un bilan que j'adore faire, parce que j'adore partager les séries que j'ai aimées, j'adore en parler et, quand je fais ce bilan, je me souviens des émotions que j'ai ressenties quand j'ai vu ces séries. J'espère donc vous transmettre mon enthousiasme :) Et je vous dis à l'année prochaine pour un nouveau bilan !

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.