0

Captain Fantastic de Matt Ross

Posté par Frankie le 21 août 2018 à 11:31 - Catégorie : , , ,
avec Viggo Mortensen, Frank Langella, George MacKay, Ann Dowd

Résumé :
Voilà 10 ans que Ben et son épouse, anciens anarchistes, ont quitté la civilisation pour élever leurs 6 enfants dans les forêts du Nord-Ouest des État-Unis, au plus près de la nature et avec peu de contacts extérieurs. Mais un drame oblige le père et les enfants à quitter ce paradis. Le retour à la réalité ne se fait pas sans mal...



Mon avis :
Voilà un film qui ne me tentait pas du tout, malgré tout le bien que j'en avait entendu. En fait, je ne savais pas trop de quoi ça parlait, je croyais (au vu du titre) qu'il s'agissait d'un film fantastique pour enfants :) Mais comme il faisait partie des rares films que j'avais à voir pour le Top 100 de Seriebox, je me suis dit que ça me permettrait de le découvrir et je dois dire que ça a été une très jolie surprise car j'ai adoré ce film, même si le propos est certainement un peu naïf.

Au début du film, je me suis vraiment demandé dans quoi je m'embarquais. On voit les gamins chasser, faire du feu et vivre comme des sauvages et je me suis dit "oh la la, ce truc new age ne va pas du tout être pour moi" :D Et puis je me suis laissée prendre au charme de l'histoire et de cette famille atypique et tellement attachante.

Au-delà de la fiction, le film pose aussi de vraies questions sur notre société hyperconnectée. Au début, le film donne à penser qu'une éducation essentiellement basée sur l'apprentissage "nature", physique ou intellectuel, donne un net avantage aux enfants de Ben par rapport à leurs petits congénères (leurs cousins par exemple) élevés comme la plupart de nos gamins avec téléphone portable, ordinateur et télévision et qui apparaissent presque comme des idiots incultes. Bon j'aime croire que nos enfants sont un peu plus évolués et ouverts sur le monde que les gamins américains et qu'ici le trait est forcé mais il faut quand même constater que le film n'a pas tout à fait tout à fait tort... Mais le film pointe aussi du doigt le manque de sociabilisation qu'engendre une éducation  "sauvage". Les enfants de Ben sont très en avance intellectuellement mais ils sont incapables d'interagir avec leurs pairs...

Du coup, la morale de l'histoire est un peu triste car sans vouloir spoiler, le film montre que si lui, le père, peut s'accommoder d'une vie sauvage c'est parce qu'il y a connu la sociabilisation mais que pour ses enfants il lui faut faire des compromis. Pas forcément vivre en ville et en étant hyper connectés mais ne pas vivre en reclus, faire des compromis afin que les enfants aient un avenir et une éducation équilibrée. Ce n'est pas forcément un constat d'échec pour la famille mais c'est quand même une remise en cause douloureuse pour le père.

Le film est surtout un road trip amusant et émouvant. Amusante parce que l'excentricité de la famille Cash et surtout de Ben est savoureuse, on rit pas mal, émouvante car le motif du road trip est triste mais Ben en fait une fête perpétuelle pour que ses enfants ne souffrent pas. Et tant pis si ça ne plaît pas aux gens bien pensants.

C'est Viggo Mortensen qui incarne Ben Cash, ce père exceptionnel, un peu à l'ouest, beaucoup hippie mais qui donne à réfléchir sur la façon dont nous élevons nos enfants.

Les enfants sont également excellents, tous chacun dans leurs genres. Et on s'aperçoit que certains n'aiment pas forcément ce mode de vie. Les acteurs qui les incarnent sont très justes et très attachants.

Ce sont Frank Langella et Anne Dowd qui incarnent les grands-parents des enfants Cash, des gens conventionnels et conservateurs qui n'approuvent évidemment pas la façon dont Ben élève ses enfants. J'aime beaucoup Frank Langella mais c'est surtout Anne Dowd que j'ai été ravie de voir dans un rôle de gentille grand-mère, assez différents de son rôle dans The Leftovers et dernièrement de Tante Lydia dans The Handmaid's Tale.

Je me demandais qui était Matt Ross, le réalisateur et je m'aperçois que c'est l'acteur qui joue Gavin Belson dans Silicon Valley. Ça alors ! :D Il a un autre film à son actif en tant que réalisateur, 28 Hotel Rooms, un film indépendant qui n'a pas marché (et qui n'est pas sorti en France. Et franchement, il se débrouille super bien avec Captain Fantastic. Pas d'effets grandioses, pas d'esbroufe mais beaucoup de sincérité et de coeur.

En conclusion, voilà un film qui m'a surprise au début mais que j'ai adoré car il est sincère, enthousiasmant et plein de charme. Il est également un peu triste même si il y a beaucoup d'humour (grinçant parfois) et que l'on s'amuse et s'émeut devant les tribulations de la famille Cash. Mais j'ai été attristée de constater qu'on peut avoir les meilleures intentions du monde, vouloir préserver les siens de la pollution (visuelle, sonore, sociale) provoquée par notre société moderne, à un moment, pour leur bien et pour ne pas en faire des asociaux, il faut rentrer plus ou moins dans le rang... Mais si vous voulez faire connaissance avec la formidable famille Cash et surtout Ben, le père exceptionnel, et faire un bout de chemin avec eux, regardez ce film.

Note :



Vu en version originale anglaise sous-titrée en anglais.

Le film fait partie du Top 100 de Seriebox
3/5
98/100

et du Challenge Le film de la semaine 2018 de Benji
17/52

0

Le fou et l'assassin, Le fou et l'assassin tome 1, L'assassin royal tome 14 de Robin Hobb

Posté par Frankie le 11 août 2018 à 12:01 - Catégorie : , , ,
Titre original : Fool's Assassin (1ère partie)

Résumé :
Voilà 15 ans que FitzChevalerie, sous l'identité de Tom Blaireau, coule des jours paisibles avec Molly sa femme et les enfants de celle-ci, à Flétribois. 15 ans que Fitz n'a plus de nouvelles du Fou parti sans lui dire vraiment adieu. Une nuit, lors de la fête d'hiver, une messagère disparaît mystérieusement sans avoir pu lui remettre un message. Au cours des années, les enfants partent, Molly vieillit et se met dans la tête qu'elle est enceinte. À un âge où elle ne peut plus concevoir d'enfant...


Mon avis :
Quand j'ai lu le tome 13 de L'assassin royal, Adieux et retrouvailles, il y a presque 7  ans, c'était clair pour moi que la saga était terminée. J'écrivais alors dans ma chronique "Et voilà ! Avec ce tome 13, nous quittons définitivement le monde de L'assassin royal et je dois dire que ça me rend vraiment triste ! Je sais bien que Robin Hobb n'y retournera pas une 3e fois mais j'aimerais bien retrouver Fitz un jour..." Et voilà que 3 ans après, notre chère auteure sort une nouvelle saga, Le fou et l'assassin, une suite aux déjà très longues aventures de Fitz et le Fou. Je m'empresse d'acheter le premier (ou le 14e si vous voulez), puis le deuxième et ainsi de suite jusqu'au dernier sorti, le 6e, sans me décider à les lire. Par peur d'être déçue, par manque de temps, un peu de tout ça je pense. Mais cette année, j'ai eu enfin envie de retrouver les six-duchés et surtout Fitz et je me suis vraiment régalée à les retrouver dans ce premier tome.

De la première à la dernière page, j'ai adoré ma lecture. Vraiment. J'avais des friselis partout dans le ventre en retrouvant Fitz, notre bon vieil assassin devenu notable. Ce n'est pas un tome riche en action mais il est parfait pour se remettre dans le bain car l'auteur a l'art de parler des aventures précédentes ou de la vie de Fitz au cours des 13 premiers tomes avec discrétion mais aussi beaucoup de clarté. Ce qui fait qu'immédiatement on se rappelle ce qu'il est arrivé et l'on n'est pas perdu, même si cela fait des années qu'on a lu les précédents. Et  cela a été mon cas. À de rares exceptions (je ne peux pas me rappeler de tout quand même), je me suis replongée dans l'histoire sans problème. Comme lorsque qu'on remet des vieux chaussons confortables et que l'on se rappelle pourquoi on aimait tant les mettre. Cela m'a fait le même effet avec ce tome 1.

Ce tome se déroule sur 15 ans. Et quand on sait qu'il s'est écoulé aussi 15 ans entre la fin du tome 13 le début de celui-ci, cela fait 30 ans qui s'écoulent en un clin d'oeil pour nous (et 300 et quelques pages). Dans l'absolu, ça ne m'a pas dérangé, on saisit bien le temps qui passe et s'est écoulé mais c'est vis à vis de certains personnages que ça m'a donné du fil à retordre, notamment Ortie la fille de Fitz et Molly. Mais elle avait quel âge dans la saga précédente quand Fitz l'a retrouvée ? Je n'avais pas l'impression qu'elle était toute petite... Et au début du Fou et l'Assassin c'est une femme faite donc elle doit bien avoir disons 25-30 ans au début du roman et 40-45 à la fin. Et on en parle toujours comme d'une jeune fille... Bref, ça m'a un peu perturbée... Et je ne suis pas la seule que ça préoccupe car j'ai trouvé des forums où ils parlent justement de l'âge d'Ortie :)

Quel plaisir de retrouver Fitz ! Malgré les ans et les épreuves et son statut d'ancien assassin, c'est toujours un type gentil, un brin (plutôt une botte ! :D) naïf, qui se laisse porter par les événements plutôt que de les provoquer. C'est parfois agaçant, même si là ce n'est pas trop marqué. Mais qu'est-ce que je l'aime ! Et puis encore une fois il subit de dures épreuves...

Molly aussi m'a plu, sa rugosité, son franc parler et sa façon d'aimer son Fitz.

C'est aussi un plaisir de retrouve d'autres personnages du passé, notamment ce vieux filou d'Umbre ou encore Kettricken, Devoir et j'en passe. En revanche, j'ai eu du mal avec Ortie qui m'a un peu agacée avec ses airs de tout vouloir diriger.

Il y a un autre personnage que j'ai beaucoup aimé mais je ne veux pas en parler ici. Je le ferai pour le prochain tome donc un peu de patience. En revanche, pas de Fou, malgré le titre... Et puis Oeil de nuit m'a beaucoup manquée, même si cela fait un certain nombre de tomes qu'il est mort...

Le style de l'auteur, ou plutôt la traduction d'Arnaud Mousnier-Lompré, est un vrai bonheur à lire. Il se dégage un charme fou de cette lecture, ça se lit comme on boirait du petit-lait. Et c'est là où réside tout le talent de l'auteur, elle arrive à nous passionner avec trois fois rien.

En conclusion, je ne veux pas en dire plus car j'aimerais que vous découvriez ce tome par vous-même mais il m'a passionnée de bout en bout et j'ai été ravie de retrouver Fitz et son univers. Alors si vous aussi voulez le retrouver, savoir si Molly, malgré son âge, attend un bébé, quelles en seront les conséquences et où est donc passé le fou, lisez-le !

Note :



Le roman fait partie du Challenge ABC 2018 de Nanet
  16/26

 SFFF : 8/9
Total :16/18
Point Bonus pour le livre : 3
et 1 point pour l'alternance des genres

et du Baby Challenge Fantasy de Livraddict
2/2
11/20

2

Amazonia de James Rollins

Résumé :
Voilà 4 ans qu'une mission partie au fin fond la forêt amazonienne et menée par le docteur Carl Rand a disparu sans laisser de traces. Mais voilà qu'un des membres, Clark, ressurgit mais meurt peu après. On s'aperçoit bientôt que l'un de ses membres coupés a repoussé pendant ces 4 années. Une expédition est organisée avec Nathan, le fils de Carl, afin de retrouver d'éventuels survivants. Tandis qu'ils s'enfoncent dans la jungle, la nature semble se liguer contre le groupe. Et ils ne savent pas qu'ils sont suivis par un homme voulant se venger de Carl Rand. Pendant ce temps-là, une épidémie se déclare, provoquée par un virus que portait Clark. Le temps est compté pour sauver l'humanité...

Mon avis :
Sans le Baby Challenge Thriller de Livraddict, je pense que je n'aurais jamais lu ce livre. Je l'avais déjà mis à mon programme l'an dernier car je cherchais un thriller à ajouter à ma liste et il m'avait paru sympa et n'avais pas eu le temps de le lire. C'est donc cette année que je l'ai découvert et ma lecture fut plutôt bonne mais très longue, bourrée de clichés et sans grande surprise.

Si j'avais lu ce roman à sa sortie en 2002, je pense que je l'aurais super aimé car c'était tout à fait le genre de romans que j'adorais lire il y a 10-20 ans, un mélange de thrillers et d'aventures, avec un soupçon de fantastique si possible. Un peu comme un Indiana Jones. Et je me suis d'ailleurs demandé pourquoi j'étais passée à côté à l'époque. Et j'ai vu qu'il n'était sorti qu'en 2011 en France, ceci explique cela, puisqu'il y a 7 ans, ce n'était plus ce que je lisais vraiment.

Amazonia n'est pas un mauvais roman en soi, il se lit très bien, n'a pas de temps mort et se déroule dans des endroits exotiques, a un héros charismatique, des personnages attachants, un vilain qu'on a envie d'étrangler dès le début et un mystère mystérieux :) Le problème est de lire ce roman maintenant. Car il est super daté en fait. Tout est cousu de fil blanc, cliché même et rien n'est surprenant dans cette histoire. On sait dès le début comment ça va se dérouler et se terminer. Pour peu qu'on en ait déjà lu ou vu des films se passant dans la jungle ou un truc à la Indiana Jones ou des séries B du genre, Allan Quatermain et j'en passe. Ah si, là où j'ai été un peu surprise c'est qu'à un moment, je me suis dit que James Rollins était comme George R.R. Martin et qu'il ne fallait pas s'attacher à certains personnages...

Bref, Amazonia est donc un roman qui tient à la fois du thriller, de l'aventure et de même de l'horreur car il y a des scènes qui sont assez terribles. Mais c'est parfois un peu too much à ce niveau-là, pas dans l'horreur mais la surenchère et du coup, on en rit presque. Les hybrides piranhas/grenouilles qui sautent dans les arbres et vous tombent dessus sont quelque chose quand même ! :D

La partie thriller porte sur les mystères qui entourent l'expédition et sur ces méchants qui poursuivent Nate et son équipe, missionnés par un vilain labo pharmaceutique (shocking) et menés par un vilain caricatural (j'y reviendrai).

Le roman a aussi une romance cousu de fil blanc. Sirupeuse et pas du tout inattendue dès que le personnage féminin apparaît.

Nate est donc le héros de l'histoire, le mec super cool et sympa, celui qui de prime abord n'a rien d'un aventurier (enfin il vit quand même dans la jungle au contact de tribus qui peuvent te tuer pour pas grand chose...) mais qui s'en sort dans toutes les situations. Donc le perso n'a rien de transcendant mais il est agréable à suivre :)

Kelly est vraiment la potiche qui ne sert à rien. Après ma lecture, j'ai vraiment essayé de savoir qu'elle était son rôle à part love interest de Nate et je n'ai rien trouvé. C'est pourtant une docteure mais qui ne connaît rien à rien aux maladies de la jungle, et elle ne joue aucun rôle majeur à part être là pour Nate ou rassurante pour son frère. C'est vraiment pas elle qui va passer le test de Bechdel !

Côté personnage, j'ai beaucoup aimé Manny, un Brésilien qui élève une panthère noire nommée Tor-Tor. Tout comme le professeur Kouwe, un personnage vraiment philanthrope et philosophe et très attachant. C'est marrant j'ai imaginé Morgan Freeman dans la peau du professeur alors que Freeman n'a rien d'un indien :) Voilà, ça se sont mes trois personnages préférés.

J'ai aussi aimé l'une des G.I mais je ne me rappelle plus son nom. Les autres sont vraiment des caricatures du bon soldat américain. Pas méchants mais pas fut' fut'.

Pour ce qui est des méchants, vous vous rappelez la caricature de Français dans Les aventuriers de l'Arche Perdue ? Favre, le méchant Français d'Amazonia, c'est un peu ça en plus tordu et plus con. Alors lui, c'est vraiment le méchant de base, un Gargamel qui ourdirait des plans foireux dans son coin, gniark gniark, gniark. Il est accompagné d'une shamane, sculpturale indienne qui se promène nue et réduit les têtes de ceux qu'elle tue. Elle aurait pu être intéressante si elle avait été représentée de façon moins manichéenne et fantasmée.

Je ne connaissais pas du tout James Rollins et boum, je me rends compte (grâce à Lexou) que c'est un pseudo (il s'appelle Jim Czajkowski) et qu'il écrit aussi sous un autre pseudo, James Clemens, celui qui a écrit la gaga Les Bannis et les proscrits que j'ai tant aimée il y a quelques années. Là je suis tombée par terre car on ne peut pas faire plus différent ! Les bannis et les proscrits avait une figure féminine pour héroïne, qui si elle n'était pas toujours badass était quand même un personnage fort et là, dans Amazonia, la testostérone est à son comble et les femmes sont représentées (à part la mère de Kelly...) soit comme juste bonne à servir de love interest (Kelly), soit comme une sorte de mante religieuse qui tue ses proies sans pitié et qui est évidemment d'une beauté indicible. Pfff... Côté écriture, ça se lit bien, pas grand chose à dire. Je n'ai eu aucun mal en anglais.

En conclusion, voici donc un roman qui aurait fait ma joie il y a 15-20 ans quand j'adorais ce genre de thriller d'aventures à la Indiana Jones. Je pense que j'aimerais encore si l'histoire était un peu plus passionnante. Non pas qu'elle n'ait pas été inintéressante, j'ai même pris plaisir à la lire mais il y a plein choses qui ne passent plus trop aujourd'hui. En tout cas si vous voulez découvrir les terribles dangers de la jungle amazonienne, chouiner devant l'amitié de Manny et Tor-Tor et savoir, quand même, si l'équipe de Nate arrivera à découvrir ce qu'il est arrivé à la mission du père et surtout où et ce qu'il s'y passe, le tout sans se faire tuer par les vilains méchants, lisez-le.

Note :



Le roman fait partie du Challenge Polars et Thrillers de Sharon
1

 Thrillers/ Policer : 8/9
Total :15/18
Point Bonus pour le livre : 3
et 1 point pour l'alternance des genres

et du Baby Challenge Thriller de Livraddict
3/5
8/20
Médaille en chocolat

et du Challenge Read in English 2017 - 2018 que j'organise 
16

5

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (296)

Posté par Frankie le 30 juillet 2018 à 07:46 - Catégorie : ,

Bonjour à tous ! Mon dernier C'est lundi remonte à il y a trois semaines. Je vous avais prévenus que ma présence ces lundis de juillet serait un peu aléatoire et je ne viens que pour mieux repartir pour 4 ou 5 semaines mais vous allez comprendre pourquoi en lisant mes prochaines lectures. Mais pour le moment je vous retrouve dans ce rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane.

- Ces trois dernières semaines, j'ai fini Le fou et l'assassin tome 1 de Robin Hobb et même si ce tome n'est que la moitié du tome VO et est une introduction à l'histoire, j'ai adoré tout ce qui j'ai lu, et surtout retrouver l'univers et les personnages. Ensuite, j'ai lu Stasi Wolf (Stasi Bloc en VF), le tome 2 de Karin Müller et c'était très bien. Ensuite, je n'ai pas voulu attendre et je me suis lancé dans le tome 2 du Fou et l'assassin, La fille de l'assassin, toujours de Robin Hobb.


- Aujourd'hui, je lis donc La fille de l'assassin et je me régale.


- Cette semaine, je vais finir La fille de l'assassin, demain sûrement et ensuite je lirai, comme prévu il y a trois semaines Juste quelqu'un de bien d'Angéla Morelli. Et après je vais lire un très gros morceau, Written in My Own Heart's Blood, le tome 8 d'Outlander de Diana Gabaldon. Je devais déjà le lire en mars mais je ne me sentais pas de lire ce pavé de 1300 pages en VO mais là ce sont les vacances, je me le sens bien :) Bon faut pas rêver, je vais sans doute mettre un mois pour le lire, voilà pourquoi je ne reviendrai pas tant que je ne l'aurai pas fini. Je n'aurai rien à raconter de nouveau :)


Je vous souhaite donc un très bon mois d'août, de belles lectures et de bonnes vacances à ceux qui y sont :) et un bon retour à ceux qui n'y sont plus :/

6

Logan de James Mangold

Posté par Frankie le 27 juillet 2018 à 09:38 - Catégorie : , , , ,
avec Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen

Résumé :
2029, un Logan vieillissant s'occupe du Professeur X qui est mourant. Suite à un accident l'année précédente, ce sont peut-être les derniers mutants existants sur Terre. Mais une femme vient demander à Logan de s'occuper de Laura, une petite de 11 ans, et de l'emmener à Eden dans le Nord des États-Unis. Laura qui présente les mêmes caractéristiques mutantes que Logan...



Mon avis :
Après avoir vu X-Men : Apocalypse, j'ai pu enfin regarder Logan que j'avais zappé lors de sa sortie car je pensais avoir le temps de regarder les deux premiers films consacrés au mutant préféré de beaucoup. Mais je n'ai pas eu le temps et à vrai dire pas trop envie et l'on m'a dit qu'on pouvait très bien voir ce film sans voir les autres (mais bon j'ai un doute car du coup j'ai pas mal de lacunes sur l'origine de Wolverine). Je l'ai donc regardé en Blu-Ray début avril et je dois dire que j'ai beaucoup aimé ce beau film qui n'est pas qu'un blockbuster bourrin.

La scène post-crédits à la fin de X-Men : Apocalypse prend tout son sens lorsqu'on regarde Logan. Sans en dévoiler la teneur, on comprend mieux l'existence de la petite fille Laura et d'autres mutants éventuels.

Logan se situe après X-Men : Days of Future Past et bien sûr Apocalypse. Je parle de Days of Future Past car ce film ne portait pas seulement sur les mutants jeunes des années 70 ou 80 mais aussi sur leurs versions actuelles (ou d'un futur proche). Bon, j'avoue, c'est parfois un peu compliqué de s'y retrouver dans les timelines X-Men. Rien que d'y penser, j'en perds quelques neurones ! :D

Bref, là, on est après les X-Men qu'on connaît depuis tant de films. Il ne reste que Wolverine et Professeur X ainsi que Caliban dont on avait vu une version avec 40 ans de moins dans Apocalypse. Du coup, cela donne une drôle de tonalité au film, une goût presque amer car c'est une sorte de tragédie crépusculaire sur la fin d'un monde et de personnages qu'on suit depuis 18 ans. Bon on en retrouvera certains dans le prochain X-Men version plus jeune mais, sans spoiler, Logan est vraiment le chant du signe de ce personnage emblématique de la saga et dans une moindre mesure du professeur Xavier (mais lui on le reverra sous les traits de James McAvoy).

Bon, Logan n'est pas un drame non plus. C'est un road trip assez classique où des gentils essaient d'échapper à des vrais méchants et il y a de l'action, de la baston mais aussi de l'émotion. Un bon combo en fait, bien utilisé.

Hugh Jackman s'est fait une tête de vieux briscard fatigué pour ce film. Il n'a plus trop la tête du Wolverine des autres films avec des rouflaquettes :) Mais cela correspond bien à l'humeur du personnage et peut-être de l'acteur :) En tout cas, il est super dans ce film, taciturne et ronchon à souhait mais derrière la façade on sent qu'il ressent des émotions. Émotions surtout envers son mentor Charles Xavier. Et peut-être envers Laura mais ça faut attendre presque la fin du film pour qu'il le montre ;)

J'adore le personnage de Charles Xavier, qu'il soit incarné par James McAvoy ou Patrick Stewart. Ici, c'est triste de le voir grabataire, mourant même, lui le mutant si puissant. Il y a de belles scènes tristes avec Hugh Jackman.

Laura, la petite fille est très bien. Le personnage ne cabotine pas, elle ne s'en laisse pas conter face à Logan et surtout elle est bien badass.

J'ai aussi beaucoup aimé Caliban.

En revanche, les autres personnages, surtout les méchants, ne m'ont pas vraiment marquée. Mais ce sont de belles ordures. Assez stéréotypés d'ailleurs.

James Mangold est un réalisateur chevronné qui s'est essayé à plein de genres. C'est lui qui a réalisé le film Walk The Line, sur la vie de Johnny Cash et June Carter, que j'adore, il a réalisé le pilot de Men in Trees, une série choupie qui se passait en Alaska avec Anne Heche, et Kate & Leopold, une comédie romantique avec déjà Hugh Jackman et Meg Ryan mais il a aussi fait des films d'actions donc le précédent Wolverine. Sa réalisation est honnête, pas forcément époustouflante ou transcendante mais je pense qu'il s'est plus focalisé sur le parcours des personnages que sur les effets spéciaux.

En conclusion, Logan est un très bon film, moins axé sur l'action bien qu'il y ait des scènes chocs et des combats percutants, mais assez triste car il signe sans doute la fin de Wolverine, à moins que le personnage ne revienne dans les X-Men de la jeune génération. Et si voulez voir un Logan fatigué et vieillissant et un professeur X qui l'est encore plus, savoir si les mutants ont vraiment disparu et qui est cette petite Laura, regardez-le.

Note :



Vu en version originale anglaise sous-titrée en anglais

Le film fait partie du Mini Challenge SF de Seriebox
2/03
(3/10
extended)
93/100

et du Challenge Le film de la semaine 2018 de Benji
16/52

2

Remake de Connie Willis

Posté par Frankie le 25 juillet 2018 à 08:19 - Catégorie : , , , , ,
Résumé :
De nos jours, plus aucun film n'est réalisé avec des acteurs réels. On fait des remakes de tous les vieux classiques en mélangeant les acteurs de plusieurs époques ou en employant des avatars et en modifiant parfois certains points de l'histoire. Tom est chargé de censurer tous les vieux films présentant des scènes où l'on boit, fume et se drogue. Un jour dans une scène, il reconnait Alis dansant aux côtés de Fred Astaire, ce qui est impossible puisqu'il a rencontré la jeune fille il y a juste quelques semaines...



Mon avis :
Après avoir lu Sans parler du chien il y a 7 ans, je m'étais empressée d'acheter Le grand livre et Remake de la même auteure. Black Out/All Clear n'étaient alors pas encore sortis. Mais ensuite ils sont restés dormir dans ma Pal. Si j'ai lu Le grand livre il y a deux ans, ce n'est que cette année que j'ai lu Remake. Et je dois dire que ce court roman ne m'aura pas vraiment emballée.

Pourtant j'avais été vraiment alléchée par la 4e de couverture car je suis fan des films de l'âge d'or d'Hollywood (des années 30 aux années 50) et en particulier les comédies musicales. Autant dire que ce livre était fait pour moi :)  Et côté références, j'ai été aux anges ! Ça parle des comédies musicales que j'ai adorées enfant, en particulier Seven Brides for Seven Brothers (Les sept femmes de Barberousse en VF) dont je me souviens encore, ça parle aussi de certains blockbusters des années 80-90 donc tout ce que j'aime.

Et pourtant j'ai eu du mal. Mal avec l'histoire que j'ai trouvée très vieillotte, alors qu'elle a été écrite en 1995 et qu'elle est censée se passer en 2018. Oui oui, c'est marrant que je l'ai lu justement cette année. Mal avec les personnages que j'ai trouvés peu attachants et sympathiques. Bref, je dois dire que heureusement que le roman est court car je me demande si j'aurais continué.

Pourtant, bien qu'écrit il y a 23 ans, ce roman est étrangement d'actualité. Car en 2018 et depuis quelques années, on est dans une ère de reboot, remakes, sequels et j'en passe. Avec des acteurs réels, certes, mais je dois reconnaître que le film est très visionnaire à ce sujet. Comme il l'est, visionnaire, au niveau de la censure. À l'heure où l'on prive Lucky Luke de sa célèbre cigarette, où, en 2009, des posters de Jacques Tati avec sa pipe avait été retirées et celles du film Coco Chanel idem, où il a été vaguement question de restreindre l'usage de la cigarette dans les films et téléfilms, rien ne dit qu'un jour, peut-être pas si lointain, on n'effacera pas numériquement tous les objets du délit...

J'ai dit que j'ai eu du mal à m'attacher et aimer les personnages et je dois dire qu'ils n'ont rien fait pour me faire changer d'avis au cours de ma lecture :) Tom est un jeune homme superficiel qui aime se droguer et draguer, qui est sympa mais ça en reste là. Ses motivations pour aider Alis ne sont pas très altruistes même s'il évolue en bien au cours de l'histoire.

Alis est mignonnette mais son personnage n'est pas très conséquent. Mais j'ai adoré qu'elle veuille danser dans un film, avec Fred Astaire car j'aurais bien aimé ça aussi !

Bon j'ai lu le livre il y a déjà plusieurs semaines, et j'ai pratiquement oublié les autres personnages qui ne sont pas très présents. Enfin, si, l'un des personnages est une amie de Tom et est une sorte d'avatar d'Hedda Hopper, l'un des deux commères d'Hollywood avec Louella Parsons, de 1935 à sa mort en 1966 et qui n'a pas toujours été bien reluisante. Dans le livre, "Hedda" est un personnage qui sait aussi pratiquement tout et sait se débrouiller.

J'ai été un peu désarçonnée par le style de l'auteur. Disons que dans ses livres sur les voyageurs du temps, elle avait un style qui coulait tout seul et était très agréable à lire. Ici, c'est moins le cas. Elle l'a adapté aux années 40-50 et il est assez familier et argotique, un peu avec la gouaille des films noirs de cette époque. C'est très flagrant dans la version française (j'ai lu le roman en anglais, mais je l'avais aussi en français) et je me dis que j'ai bien fait de ne pas le lire dans cette version car cela m'aurait un peu gênée. Et il y a aussi des termes inventés pour cause de SF qu'il faut vite appréhender et ce n'est pas toujours facile.

En conclusion, je suis contente d'avoir enfin lu ce roman qui traînait dans ma Pal depuis trop longtemps et qui a été écrit en 1995. Même s'il ne m'a pas plus emballée que ça car j'ai trouvé les personnages peu attachants, l'histoire est intéressante mais il faut avoir une solide expérience en matière de films de l'âge d'or d'Hollywood et notamment les comédies musicales. Même s'il y a des références plus récentes (récentes de la fin des années 80 - début 90). Il est surtout très visionnaire car il fait référence à des pratiques ciné qu'on voit maintenant et d'autres qui pourraient nous tomber dessus si on n'y prête pas attention. En tout cas, si vous voulez voir des remakes à gogo, des fins de films qui changent (notamment Autant en emporte le vent...), et savoir comment Alis arrivera à danser avec Fred Astaire dans un de ses films, lisez-le.

Note :



Le livre fait partie du Challenge ABC 2018 de Nanet
  15/26

et du Challenge Read in English 2017 - 2018 que j'organise 
15

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.