0

En liberté ! de Pierre Salvadori

Posté par Frankie le 16 février 2019 à 11:30 - Catégorie : , ,
avec Adèle Haenel, Pio Marmai, Damien Bonnard, Audrey Tautou

Résumé :
Yvonne, jeune femme flic, apprend que son mari, flic également et mort en héros deux ans auparavant, était en fait un ripou et avait fait accuser à tort un jeune homme dans le braquage d'une bijouterie, dix ans auparavant. Elle est bien résolue à réparer le tort qui a été fait à Antoine, le jeune homme, mais ce dernier a changé en prison et veut profiter de la vie comme il l'entend.



Mon avis :
En liberté ! était dans ma liste de films français à voir (oui je me fais une liste des films français que j'ai envie de voir mais pas au ciné, sinon j'oublie) et quand j'ai vu qu'il était dans le programme de l'avion qui me ramenait de vacances, je me suis empressée de le regarder. Bon, une fois de plus, on ne va pas être d'accord les avis des critiques ciné et moi car si je l'ai bien aimé, ce n'est pas non plus la comédie de l'année que beaucoup décrivent. On avait déjà été en désaccord avec Le sens de la fête l'an dernier  que j'avais trouvé bien mais pas exceptionnel ou Victoria, le film avec Virginie Efira qui pour le coup m'avait laissée de marbre.

En liberté ! est un film bien sympathique, très rocambolesque et qui part dans le n'importe quoi amusant, voire burlesque. Ça va à 100 à l'heure, on rit de certaines situations déjantées et il y a notamment les scènes du type au poste de police qui vient confesser un meurtre et dont personne ne se s'occupe car le flic qui prend sa déposition ne l'écoute absolument pas.

J'ai aussi beaucoup aimé les scènes où l'on voit le mari d'Yvonne (joué par Vincent Elbaz) se comporter en héros, ou pas, avant sa mort, suivant la façon dont la jeune femme raconte la scène à son fils chaque soir. C'est très drôle.

Sous couvert de comédie il traite malgré tout de sujets sérieux comme la réinsertion quand on sort de prison ou la corruption dans la police.

Adèle Haenel m'avait tapée dans l'oeil dans 120 battements par minute où elle était excellente. Ici elle est très bien aussi, jeune femme raisonnable au début et qui, petit à petit, décide de se foutre des conventions et de la bienséance. C'est peut-être un peu trop appuyé et soudain mais Adèle le fait très bien :)

L'autre jour dans ma chronique de Santa & Cie, j'avais dit que je j'avais pas vu Pio Marmai depuis 10 ans et là bim je le vois dans deux films en janvier ! :) J'aime bien cet acteur, il joue bien les clowns tristes et il est très bien dans le rôle d'Antoine, le type qui décide, lui aussi, de faire ce qu'il lui plaît, quand ça lui chante.

Le film ne se concentre pas que sur ces deux personnages, il y a aussi Louis, joué par Damien Bonnard, qui est flic, confident d'Yvonne (et aspire à plus). Je ne connaissais pas du tout cet acteur qui a pourtant joué dans de nombreux films français mais que je n'ai pas vus. Et je l'ai beaucoup aimé.

Audrey Tautou est aussi de la distribution, dans un petit rôle, celui de la compagne d'Antoine.

Pierre Salvadori est un réalisateur qui fait son petit bonhomme de chemin, film après film. Il n'a pas une reconnaissance folle de la part du public mais je pense que ses pairs et les critiques l'aiment beaucoup et ce depuis ses deux premiers longs, Cible émouvante et Les apprentis. Pour ma part, jusqu'à En liberté ! je n'avais vu qu'un seul autre film de lui, Hors de prix, une autre comédie policière dont j'avais pensé à peu près la même chose que pour ce film. C'était bien, pas exceptionnel. La profession, elle, l'aime beaucoup puisque le film a plein de nominations aux prochains César, dont meilleur film/réalisateur, meilleur actrice et meilleure actrice dans un second rôle, meilleur acteur et idem pour le second rôle, meilleur scénario original, meilleure musique (dont je ne me souviens absolument pas), plus diverses nominations pour les César techniques. Bref, la totale. Tant mieux pour le film et son réalisateur.

En conclusion, malgré tout le bien que toute la profession et les critiques pensent du film, je n'ai pas adoré En liberté ! même si je l'ai bien apprécié car il est sympa à regarder (un peu excessif dans le burlesque, à mon goût, cependant) et que les acteurs sont extras. Mais si vous voulez savoir ce qu'Antoine va faire une fois remis en liberté ;) et voir la façon dont Yvonne raconte les exploits de son défunt mari, regardez-le.

Note :



Le film fait partie du Film de la Semaine 2019 de Benji
7/52
et il me valide la Consigne de la semaine 3
puisqu'il fallait voir un film français
3/52

3

Le cinquième élément de Luc Besson - Frère des ours de Bob Walker et Aaron Blaise - Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec de Luc Besson

Titre original : The Fifth Element
avec Bruce Willis, Milla Jovovich, Gary Oldman, Ian Holm

2263, Korben Dallas voit atterrir dans son Taxi une jeune femme vêtue de bandelettes et semblant perdue. Il apprend bientôt qu'elle est l'élément central, le 5e, dans la bataille contre le Mal. Une course contre la montre s'engage pour enrayer ce Mal avant qu'il ne soit trop tard.




Mon avis :
Vous pensez bien que j'ai déjà vu ce Cinquième élément et ce au cinéma à sa sortie. À l'époque, j'adorais Besson, Bruce Willis et la science-fiction. J'aime toujours la SF et Willis, Besson un peu moins, même si ses films sont toujours de beaux moments de cinéma. Le film est passé à la télé un soir et on l'a regardé et je l'ai autant aimé que la première fois, c'est à dire beaucoup mais sans non plus adorer.

Ce qui m'a surprise en regardant le film, c'est le souvenir que j'en avais. Je ne l'ai vu qu'une seule fois au cinéma et pourtant je m'en rappelais comme si je l'avais vu maintes fois. Toutes les scènes étaient gravées dans ma mémoire, les dialogues et les moments de bravoure.

Le cinquième élément est un film pop corn et fun, c'est du Besson pur jus, le film qu'il aurait aimé voir quand il était petit et d'ailleurs il le fait avec l'enthousiasme et la naïveté d'un petit Besson :D C'est le film qu'il a fait parce qu'à l'époque il aurait voulu faire Valérian et c'est d'ailleurs amusant de retrouver des similitudes dans les deux films (puisqu'il a fait Valérian depuis) dans certains plans ou certaines créatures. Et on sent aussi qu'il s'est inspiré de Star Wars (qui s'était inspiré de Valérian à l'époque). La boucle est bouclée :)

L'histoire est gentille, la jeune fille, Leeloo, est la clé pour défaire le Mal, elle découvre la vie sur Terre, que les hommes s'entretuent et se font la guerre et ça la rend triste. Elle tombe amoureuse du beau taximan et à la fin, bien sûr, le monde est sauf. Il y a de l'action, de l'humour, Bruce Willis est d'une coolitude infinie, Gary Oldman s'amuse comme un fou avec son look et ses gros calibres, je me suis attendue à ce que Ian Holm nous sorte l'Anneau et j'ai enfin reconnu Maiwenn dans le rôle de la Diva. Et Milla Jovovich est choupinette comme tout.

En conclusion, Le cinquième élément se laisse toujours très bien regarder et très bien revoir, malgré ses plus de 20 ans d'âge et n'a pas trop vieilli, en fait. L'histoire est naïve et pleine de bons sentiments, ça fait big badaboum et, le meilleur, c'est que vous n'aurez pas besoin d'un moultipass pour regarder ce qui est devenu un classique du divertissement SF.

Note :



Vu en version originale anglaise, sous-titrée en français

***********************************

Titre original : Brother Bear
avec Joaquin Phoenix, Jeremy Suarez, Rick Moranis, Dave Thomas

Résumé :
Lorsque Kenai tue l'ours responsable de la mort de son frère Sitka, le jeune garçon est transformé lui-même en ourson et il doit vivre en compagnie de ces créatures qu'il déteste...




Mon avis :
Pendant longtemps, j'ai cru avoir vu ce Frère des ours avec les enfants lors de sa sortie et lors d'une discussion avec Baba il y a un ou deux ans sur les Challenges Seriebox et les films qu'il nous restait à voir, je me suis aperçue qu'en fait pas du tout :) Du coup, je l'ai inscrit dans ma liste de films à voir et je l'ai regardé pour valider la consigne 2 du Film de la semaine. Et je l'ai trouvé super mignon et touchant.

Je ne sais pas du tout pourquoi nous ne sommes pas allés voir ce Disney de Noël lors de sa sortie début 2004. Peut-être que les enfants se considéraient trop grands (ils avait 12 et 9 ans à l'époque) et on l'a donc complètement zappé.

C'est un film qui se passe à la préhistoire (indice : il y a des mammouths :D), à priori dans l'Alaska post-ère glaciaire. Il est question d'esprits, de totems, de rapport à la nature, bref, c'est une ode à l'écologie et à la tolérance avec la quête de ce jeune garçon devenu ours et qui doit apprendre à vivre avec d'autres que son peuple.

C'est un joli film, un pur produit Disney avec les ingrédients qui vont bien, les bons sentiments, les scènes amusantes, les chansons. Je ne suis pas fan de Phil Collins qui a composé les chansons mais ça passe bien et puis il y a Tina Turner qui chante au début et ça j'ai adoré.

Le personnage de Kenai est sympathique et j'ai adoré son duo avec l'ourson Koda qui est un personnage adorable. Il y a d'autres beaux personnages comme la shaman de la tribu ou encore le frère aîné transformé en esprit aigle. Et les deux frères élans apportent la touche comique au tout et j'avoue avoir bien rigolé de leurs pitreries.

La réalisation est bien, les images superbes

En conclusion, voilà un très joli film Disney qui peut parler aux jeunes générations avec ses thèmes sur la tolérance ou le respect à la nature. Alors si vous êtes passés à côté de ce film lors de sa sortie et voulez voir un beau dessin animé, regardez-le. Il y a eu un Frère des ours 2, je ne sais pas si je le regarderai car les avis sont mitigés mais pourquoi pas...

Note :



Vu en version originale anglaise sous-titrée en anglais

Ce film fait partie du Top 250 de Seriebox
 1/12
224/250

***********************************

avec Louise Bourgoin, Mathieu Amalric, Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche

Résumé :
1912, la jeune journaliste Adèle Blanc-Sec ramène une momie d'Égypte, en espérant que le vieux professeur Espérandieu arrivera à la ramener à la vie et qu'elle guérira sa soeur, dans le coma depuis des années. Dans le même temps, Espérandieu fait éclore un oeuf vieux de plusieurs millions d'années et un Ptérodactyle en sort, provoquant la panique dans Paris. L'inspecteur Caponi est sur l'affaire, tandis que le fourbe Dieuleveult veut s'approprier la momie...

Mon avis :
Comme pour Les gamins que j'ai vu en début d'année, mon avis sur Adèle Blanc-Sec va être assez court puisque je l'ai déjà vu et surtout chroniqué sur ce blog en mai 2010. Ce n'est pas la peine que j'en redise beaucoup.

J'ai donc revu ce film un soir qu'il passait à la télé. C'est surtout mon mari qui voulait le revoir mais à l'époque où on était allés le voir au cinéma, il l'avait déjà plus aimé que moi. Je l'avais trouvé sympa mais avait été moins emballée que je ne l'escomptais. Et ça a été encore le cas cette fois-ci et je pense même que j'ai moins accroché que la première fois.

L'histoire est sympa bien sûr car c'est l'adaptation des BD de Tardi, et si l'on retrouve l'esprit de la bande-dessiné, j'ai trouvé que parfois c'était un peu trop loufoque et que ça partait un peu dans tous les sens. Ce côté-là a moins marché sur moi. La fatigue sans doute... Certains personnages sont grotesques et clichés et toute la partie avec les momies m'a laissée de marbre, comme la première fois.

Cependant les acteurs sont très bons dans leurs rôles. Même si Louise Bourgoin est un peu trop jolie pour Adèle, elle a plein d'allant dans ce rôle et se l'approprie bien. Je n'ai toujours pas reconnu Gilles Lellouche dans le rôle de l'inspecteur Caponi, ni Matthieu Amalric dans le vilain Dieuleveult. Il faut dire qu'ils sont bien grimés. Et savoureux. En revanche, j'ai trouvé que Jean-Paul Rouve en faisait des tonnes dans le rôle du chasseurs de grosses bêbêtes.

Pour avoir vu deux films de Besson dans le même mois, je me suis aperçue qu'il y avait vraiment une touche Besson :) La façon de filmer certains plans, les dialogues aussi, bref, on voit qu'il recycle ses idées (même si j'adore ses réalisations) mais là c'est flagrant quand on voit les deux plans du 5e élément et de Adèle Blanc-Sec, quand les méchants arrivent avec leurs sbires.
Le méchant au look pas possible arrive avec ses sbires et se trouve bien mis en avant par rapport à eux. Et la façon de pencher la tête de certains mecs/créatures derrière est semblable :D Et je suis sûre qu'on peut trouver des scènes similaires dans la plupart de ses films, notamment dans Valérian. Et il me semble qu'il y en a déjà une dans Subway. il faudrait que je revoie le film.

En conclusion, Adèle Blanc-Sec est sympa à regarder mais manque d'un quelque chose pour que ce soit vraiment passionnant ou a peut-être des choses en trop :) Mais je ne regrette pas d'avoir revu ce film qui m'a fait passer un bon moment. Donc si jamais il repasse un soir à la télé, laissez-vous tenter.

Note :



Les trois films font partie du Film de la Semaine 2019 de Benji
6/52
et Frère des ours me valide la Consigne de la semaine 2
puisqu'il fallait voir un film d'animation
2/52

3

D'écho en échos + When A Child is Born, Les chroniques de St Mary, tome 2 et 2,5 de Joli Taylor

Posté par Frankie le 6 février 2019 à 11:54 - Catégorie : , , , , , ,
Titre original : A Symphony of Echoes

Spoiler sur le tome précédent

Résumé :
À peine remise de ses aventures alexandrines, voilà Max, nouvelle directrice du département d'Histoire, propulsée dans le Londres Victorien à la recherche de Jack L'Éventreur pour fêter, sans incident pense-t-elle, le départ de sa collègue et amie, Kalinda Black. Mais évidemment tout ne se passe pas comme prévu. Ajoutez à cela, une excursion dans la Ninive Mésopotamienne, une Mary Stuart qu'il faut convaincre d'épouser un homme affreux, sous peine de voir l'Histoire dérailler et des affaires de coeur pas toujours facile à gérer pour notre historienne préférée. Alors que dans l'ombre, les ennemis de toujours veillent...

Mon avis :

Je n'ai pas attendu bien longtemps pour me jeter sur ce tome 2 après ma lecture du premier qui était le dernier livre lu en 2018. Il me tardait vraiment de retrouver Max et ses aventures spatio-temporelles. Ce tome 2 est très sympathique à lire, il se passe énormément de choses, peut-être un peu trop d'ailleurs et il me manque un tout petit quelque chose pour que ce soit un coup de coeur.

Je dis qu'il se passe énormément de choses et j'ai essayé de les résumer dans mon résumé (ha ha). Le roman commence vraiment sur les chapeaux de roues avec cette incursion à l'époque de Jack L'Éventreur. Et qui peut croire que marcher sur les pas du psychopathe va être une partie de plaisir ? Bref, d'emblée on est dans le bain et il n'y a pratiquement aucun temps mort pendant les 300 et quelques pages suivantes. Et il n'y a pas une storyline, non, il y en a plusieurs qui se suivent, toutes très mouvementées ou du moins intenses. Mais peut-être trop rapides. Je parle en particulier de celle qui se déroule à Ninive, une ville Assyrienne (qui se trouvait près de l'actuelle Mossoul en Irak), qui est un peu vite réglée à mon goût. Ma storyline préférée a été celle qui se passe à l'époque Élisabéthaine à la cour de Marie Stuart. Même si là aussi, c'est un peu expédiée. Je suis tellement habituée à ces romans historico-temporels (comme le tome 2 du Livre perdu des sortilèges) qui prennent leur temps que là ça j'ai eu l'impression qu'on ne faisait qu'effleurer quelque chose qui aurait pu être plus approfondi. Et pourtant, on ne peut pas dire qu'il y ait vraiment un manque. Les vêtements sont décrits, l'habitat aussi, et c'est peut-être l'histoire sur laquelle l'auteure passe le plus de temps.

Parallèlement à ces histoires de temps, il y a aussi les antagonistes, dont on avait fait connaissance dans le tome 1, comme Clive Ronan, le méchant principal, pour le moment, qui donne bien du fil à retordre à nos amis. C'est à cause de lui et de ses agissements que nos Historiens font autant de voyages (sauf à Ninive).

Et il y a toujours l'histoire d'amour entre Max et Leon, chaotique et pas toujours facile à suivre. Dans le tome 1, je disais que j'attendais que c'est deux-là me donnent des papillons dans le ventre, ce n'est pas le cas, à de rares exceptions. J'ai parfois du mal à suivre leurs réactions, j'ai même eu l'impression (quand tout va mal), que j'avais loupé un chapitre. Mais bon on a l'explication après. Mais les deux tourtereaux devraient vraiment apprendre à mieux communiquer !

Je suis toujours très fan de Max qui est fofolle, tête brûlée mais en même temps pleine de ressources et qui sait finalement très bien s'en sortir et mettre St Mary sur les bons rails.

On retrouve les autres personnages de l'institut, Leon donc, le boss Dr Bairstow, sa fidèle assistante Mrs Partridge et accessoirement Muse de l'Histoire (oui oui :D), Jim Peterson, le fidèle collègue et Markham et Guthrie qui font partie des équipes de l'institut et à qui j'espère il n'arrivera rien..

Le style de l'auteur est super agréable à lire avec son humour et son sens du rythme. Ça se lit super bien. Il y a toujours un peu ces côtés lumineux et sombre mélangés, ce qui donne parfois une atmosphère un peu bizarre car il y a encore bien des drames. Et cette fois-ci le titre français ne s'éloigne pas trop de l'anglais même si je trouve ce dernier plus joli. Ah et il y a une référence savoureuse sur la série The Big Bang Theory car à un moment il est question des voyages dans le futur et les dangers d'une telle entreprise et il est mentionné les rapports Cooper/Hofstadter sur le sujet, ces noms étant ceux de Sheldon et Leonard :D C'est le genre de clin d'oeil sympa que j'adore trouver dans un roman.

En conclusion, voilà encore un très bon tome de cette série qui j'aime décidément beaucoup, même s'il me manque encore un petit truc pour l'adorer vraiment. Mais le fait est que j'ai envie de me jeter sur la suite pour connaître la suite des aventures de Max and Co. Ce qui je ne devrais pas tarder à faire si j'ai le temps d'ici quelques semaines. En attendant, si vous avez aimé le premier tome et avez envie de voir ce que l'Histoire et le Temps réservent à nos amis, qui doivent cependant faire très attention à ce qu'ils pourraient ramener de leurs voyages, sous peine de terribles tragédies, lisez le !

Note :



*************************************

Résumé :
Envoyés en 1066 pour assister au couronnement de Guillaume le Conquérant, Max, Peterson, Guthrie et Markham tombent sur une famille de Saxons vivant dans une cabane. L'homme est gravement blessé et la femme est sur le point d'accoucher. Nos Historiens doivent-ils tout mettre en oeuvre pour faire naître le bébé et sauver le père, sous peine de voir l'Histoire réagir de façon très violente face à leur interférence ?




Mon avis :
Après le tome 2, j'ai lu la nouvelle qui suivait et qui a été très sympathique à découvrir. Elle ne faisait que 21 pages mais j'ai beaucoup apprécié l'histoire. Le parallèle avec la nativité est évident mais sans s'appesantir sur ce côté religieux (et même évoqué avec humour par le Dr Bairstow ensuite). C'est une jolie histoire avec un dénouement intéressant et finalement tout semble indiquer que l'Histoire prend un malin plaisir à utiliser nos Historiens quand cela l'arrange afin de garantir la pérennité des faits.

En conclusion, je suis ravie de l'avoir lue et si vous voulez la lire aussi, lisez-la bien après le tome 2 car ça spoile un peu.

Note :



Le roman et la nouvelle font partie
du Challenge Read in English 2018-2019 
que j'organise
7,5

4

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (307)

Posté par Frankie le 4 février 2019 à 08:10 - Catégorie : ,

Bonjour tout le monde ! Voilà quatre semaines que je n'avais pas fait de C'est lundi, car j'étais partie en vacances d'une part et d'autre part, je me suis traînée sur la même lecture pendant plus de deux semaines ce qui fait que je n'avais rien à vous dire de nouveau. Mais j'ai enfin avancé et je peux donc venir vous parler de mes lectures dans ce rendez-vous créé par Mallou puis géré par Galleane et, maintenant repris par Camille de I Believe in Pixie Dust.

- Ces quatre dernières semaines, j'ai lu A symphony of Echoes (D'écho en échos), le tome 2 des Chroniques de St. Mary's de Jodi Taylor, puis When a Child is Born, une courte de nouvelle se passant après ce tome 2, et j'ai lu The House of Hades (La maison d'Hadès), le tome 4 des Héros de l'Olympe de Rick Riordan. Et c'est le roman que j'ai mis si longtemps à lire. Bon je veux bien croire qu'il était épais, pratiquement 600 pages en anglais mais bon. J'ai pourtant bien aimé, peut-être un peu moins que les précédents car j'ai trouvé que nos héros subissaient trop d'embûches et j'aurais bien aimé qu'il y ait plus de temps morts. En même temps, c'est rare qu'on dise cela d'un livre, hein ? :D Du coup, je n'ai pas lu mon Clarisse Sabard comme je l'escomptais car le mois s'était terminé et j'ai enchaîné sur une autre lecture, I'll Be Seeing You, Petite recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan.



- Aujourd'hui, je lis donc I'll Be Seeing You. C'est un roman épistolaire dans lequel deux femmes s'échangent des lettres pendant la seconde guerre mondiale alors que leurs maris (et le fils de l'une d'elle) sont à la guerre. J'en suis à 25 % et ça me plaît beaucoup.


- Cette semaine, je vais finir I'll Be Seeing You et ensuite je pense lire Les courants fourbes du lac Tai, le tome 7 des enquêtes de l'inspecteur Chen de Qiu Xiaolong.


Bonne semaine !

0

Les gamins de Anthony Marciano - Welcome to Christmas de Gary Harvey - Santa & Cie d'Alain Chabat

Posté par Frankie le 2 février 2019 à 12:25 - Catégorie : , , ,
Avec Alain Chabat, Max Boublil, Sandrine Kiberlain

Résumé :
Gilbert et Suzanne, mariés depuis trente ans, subissent la crise de la cinquantaine. Tandis que Gilbert se comporte comme un ado et entraîne son futur gendre, Thomas, dans ses extravagances, Suzanne verse dans le new age...




Mon avis :
Si vous suivez assidument mon blog :D vous devez vous dire "mais elle ne l'a pas déjà vu et chroniqué celui-là ?" et vous aurez raison. J'avais déjà vu ce film en juillet 2013 et chroniqué quelques semaines (mois) plus tard. Mais en ce début d'année, je l'ai revu et si je n'ai pas grand chose à dire de nouveau dessus et que je pense à peu près la même chose qu'il y a 5 ans, j'ai quand même voulu écrire un petit mot par souci chronologiques des films que je vais regarder en 2019.

Dans l'ensemble le film est sympa à voir, j'en gardais un bon souvenir, surtout de la première partie et dans ma chronique j'avais marqué que la seconde partie était moins intéressante après un très bon début qui voyait le personnage de Chabat faire du jeunisme. C'est toujours le cas mais cela m'a moins marquée. Ce qui m'a marquée c'est que Chabat et surtout Kiberlain sont excellents et que cette dernière est hilarante et que les jeunes, Boublil et Mélanie Bernier font pâle figure à côté de leurs aînés, comme je l'avais également noté la première fois.

Et je me suis aperçue qu'on n'entend pratiquement plus parler de Max Boublil (ou alors je suis à côté de la plaque) alors que c'était quand même le comique qui montait, à l'époque. Ah et je n'avais aucun souvenir de la scène de traduction avec le mec iranien mais qu'est-ce que c'est drôle !

En conclusion, c'est vraiment une comédie sympathique à voir et très bien en "film du dimanche soir sur TF1" comme on l'a regardé :D. Donc si vous voulez vous détendre et voir Chabat faire son Chabat et Sandrine Kiberlain la fofolle, regardez-le.

Note :



********************************************

avec Eric Mabius, Jennifer Finnigan

Résumé :
Madison Lane est chargée de trouver le lieu idéal pour y développer une station de ski. Alors qu'elle penche pour Mountain Park, son patron la charge d'aller prospecter dans la petite ville de Christmas au Colorado, qui semble plus avantageuse. Les habitants de la petite ville dont le séduisant shériff, Gage McBride, vont tout faire pour faire pencher la balance en leur faveur...


Mon avis :
Après avoir vu Christmas Joy, j'ai eu envie de voir un autre téléfilm de Noël et en particulier celui-ci car j'avais envie de voir Eric Mabius dans un rôle différent du très coincé Oliver de Signed, Sealed, Delivered. Si le téléfilm n'apporte rien de bien original, il est très sympa à regarder.

Lors de ma chronique de Christmas Joy, je vous donnais la trame classique d'une comédie romantique et qu'on pouvait adapter à la romance de Noël. Et ici, je pourrais vous en faire un copié-collé tellement ils ont suivi le plan à la lettre. Madison Lane est une working girl qui se retrouve dans un milieu qui n'est pas le sien, qui va s'adapter, tomber sous le charme de la ville et du rôle principal masculin et les circonstances feront qu'à la fin, elle trouvera un moyen de rester et de roucouler tendrement avec son beau.

Donc avec Welcome to Christmas, ne vous attendez surtout pas à quelque chose de nouveau. En même temps, ça m'apprendra à regarder deux téléfilms de Noël Hallmark qui applique la même recette à toutes ses romances, de Noël ou pas. Mais bon, c'est très agréable et choupi à regarder.

En particulier parce que les acteurs sont mignons comme tout. Comme je l'espérais, Eric Mabius est loin d'Oliver O'Toole et même différent de Daniel Meade d'Ugly Betty. Jennifer Finnigan est sympathique. Quand je regarde sa filmographie, je ne sais pas d'où je la connais car à part un épisode de Psych, je ne l'ai vue nulle part ailleurs et elle fait beaucoup de téléfilms. Les seconds rôles sont sympas aussi, notamment les deux filles de Gabe, adorables bien évidemment, comme souvent dans ce genre de films.

La romance est amenée rapidement et on a juste droit à un bisou chaste à la fin. Gary Harvey est un réalisateur de télé, téléfilms et séries que je ne connaissais pas mais qui a réalisé deux épisodes de The Bletchley Circle : San Francisco que je vais regarder bientôt.

En conclusion, Welcome to Chistmas n'apporte absolument rien de nouveau au genre mais est bien sympathique à voir car les acteurs sont charmants et sympathiques. Alors si vous aussi voulez un téléfilm de noël avec une romance balisée, regardez-le.

Note :



Vu en version originale anglaise, sous-titrée en anglais

********************************************
 
avec Alain Chabat, Golshifteh Farahani, Pio Marmai, Audrey Tautou
Résumé :
À quelques jours de Noël, Santa découvre ses lutins malades à cause d'un virus et la seule solution est de rapporter de la vitamine C de la Terre. Il atterrit à Paris où les gens le prennent pour un pauvre type car il n'a aucune notion pratique de notre mode de vie. Il va être recueilli par un avocat et sa famille...




Mon avis :
Je ne sais pas ce qu'il nous a pris avec mon mari en début d'année mais on s'est mis à regarder des films à la télé :D Et deux avec Alain Chabat en prime. J'avais vu la bande-annonce de ce Santa & Cie sur Canal et je m'étais dit que ce serait sympa à voir. Bon le meilleur est pratiquement dans la bande-annonce, comme bien souvent, mais c'est effectivement une comédie sympa à regarder.

En voulant mélanger film de Noël pour enfants à l'américaine et références à la Chabat pour les parents, l'acteur-réalisateur a créé un film un peu hybride et bancal qui nous perd un peu en cours de route. Certes on rit, on comprend les blagues mais ça ne vole pas super haut. Et ça finit par devenir un peu lassant, notamment en milieu de film. Mais c'est plein de sincérité et de bons sentiments et ça passe bien au bout du compte.

Chabat est un acteur très sympathique et là il s'est donné le rôle emblématique du Père Noël et d'un personnage qui se retrouve projeté dans un monde qu'il ne connaît pas et évidemment ça donne lieu à des méprises et des incompréhensions amusantes.

La dernière fois que j'avais vu Pio Marmai, c'était dans Le premier jour du reste de ta vie il y a 10 ans. Ça fait donc un sacré bail ! Je l'ai bien aimé dans le rôle de Thomas, l'avocat qui vient en aide à Santa. Et j'ai beaucoup aimé celle qui joue sa femme, Golshifteh Farahani, une actrice d'origine iranienne. Et Audrey Tautou en Mère Noël, surjoue un peu. Les autres acteurs sont amusants et ont parfois des rôles de gentils idiots, comme les flics. Et si vous trouvez qu'un des père Noël de rue vous est familier, vous aurez raison puisque c'est Jean-Pierre Bacri dont on reconnaît immédiatement la voix et le ton. Il y a aussi Patrick Timsit qui fait une apparition.

La réalisation de Chabat est correcte, je n'y connais rien donc je n'ai franchement pas grand chose à en dire. J'ai juste l'impression que l'histoire avec les Russes était de trop et alourdissait l'ensemble.

En conclusion, Santa & Cie est sympa à voir à la télé, le dimanche soir, ou tout autre soir, hein :) mais à avoir voulu toucher tout le monde, enfants et parents, Chabat a fait un film un peu trop hybride et pas vraiment convaincant. Mais cela reste une comédie sympa et tendre comme sait les faire Chabat et, si vous voulez savoir si le Père Noël arrivera à guérir les lutins et sauver Noël, regardez-le.

Note :



Les trois films font partie du Film de la Semaine 2019 de Benji
3/52
et Santa me valide la Consigne de la semaine 1
puisqu'il fallait voir un film se passant la nuit de Noël
1/52

2

Vainqueurs, Walking Dead tome 28 de de Robert Kirkman, Charlie Adlard, Stefano Gaudiano et Cliff Rathburn

Posté par Frankie le 30 janvier 2019 à 11:42 - Catégorie : , , ,
Titre original : A Certain Doom

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Lancée par le Bêta des Chuchoteurs, une horde de morts vivants s'apprête à déferler sur Alexandria...




Mon avis :
Voilà plus d'un an que j'ai lu le tome 27 et j'avoue que j'avais complètement oublié de continuer cette saga, même si j'ai acheté deux autres tomes entretemps. Il faut dire que la série télé ne me passionne plus guère (j'ai même une saison de retard), tout comme cette version comics que je continue juste pour savoir où vont ces personnages emblématiques. Et ce n'est pas ce tome qui va relancer beaucoup mon intérêt...

Quand j'ai commencé ce Vainqueurs, j'avoue que j'avais complètement oublié ce qu'il s'était passé dans le tome précédent. Même en relisant ma chronique, j'ai des grands blancs ! :D Bon apparemment, les Chuchoteurs ont détruit la Colline et Maggie et les siens ont dû s'enfuir. Negan a fait des siennes mais finalement il n'était pas si méchant et Rick est persuadé que les Chuchoteurs sont détruits alors qu'ils (les Chuchoteurs) ont lancé une immense horde de zombis sur Alexandria.

Donc dans ce tome, les Alexandriens cherchent par tous les moyens à détourner la horde de sa trajectoire afin qu'elle n'envahisse pas les rues de leur communauté. Tout cela serait sans doute très bien si l'on n'avait pas déjà vu la même chose il y a déjà quelques saisons dans la série télé. Du coup, pour ceux qui regardent les deux versions, ça fait un peu réchauffé et surtout une impression qu'il ne se passe pas grand chose. Et pourtant il s'en passe. Et un événement d'importance, plutôt un drame dont je ne veux pas vous parler pour ne pas spoiler. Mais il y a là aussi une scène assez similaire à une autre de la saison 3 de la série.

Et si l'on ne voit pas les Chuchoteurs, il y a quand même un groupe de personnes qui en veut à notre cher Rick et les siens et qui va venir mettre le bazar (ma première expression était plus colorée :D)

On retrouve les personnages habituels, Rick, le leader patriarche, qui ne fait plus dans le rentre-dedans. Et Negan, avec lequel il est copain comme cochon. Bon je sais bien que du temps à passé depuis les exactions de cet homme mais bon si j'étais dans la communauté, j'aurais du mal à le voir se balader en liberté comme cela et faire le mariole. Et il y a toujours un langage aussi châtié, hum... Et on a Michonne, Andrea, Carl, Maggie, Dwight, Jesus et j'en passe.

Rien de bien nouveau sur le style et les dessins. J'ai l'impression que c'est parfois bavard et plein de lieux communs et j'ai toujours autant de mal à reconnaître certains personnages.

En conclusion, ce n'est pas le tome qui m'a le plus passionnée car il reprend des histoires et des storylines déjà vues dans la série télé comme si Kirkman avait besoin d'y puiser son inspiration alors que ça devrait être le contraire. Que va-t-il se passer quand la série aura rattrapé les comics (bientôt d'ailleurs) ? Bon je ne lis pas non plus ces tomes à reculons et j'ai bien aimé celui-ci. Alors si vous voulez aussi continuer la série, n'hésitez pas et vous pourrez peut-être m'expliquer pourquoi il s'appelle Vainqueurs en VF, étant donné qu'il n'en a pas. A Certain Doom me paraît nettement plus approprié...

Note :



Ce Comics a été lu pour Le Challenge Un genre par mois d'Iluze
ce mois-ci : Bulles : BD, Mangas, Comics
1/12

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.