7

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (294)

Posté par Frankie le 18 juin 2018 à 08:22 - Catégorie : ,

Coucou tout le monde ! Je n'avais pas fait de C'est lundi la semaine dernière, n'ayant rien de nouveau à vous dire par rapport à la semaine précédente. Mais les choses ont un peu bougé cette semaine donc je vous retrouve dans ce rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane.

- Les deux dernières semaines, j'ai fini The Fifth Season, le tome 1 de The Broken Earth (La cinquième saison, La Terre fracturée T1) de de N.K. Jemisin que j'avais juste commencé il y a deux semaines. Je l'ai trouvé pas mal du tout, bonne histoire, pas facile de s'y mettre car c'est un monde fantasy nouveau donc c'est toujours délicat à appréhender en anglais mais de beaux personnages féminins. Et Je n'ai pas lu le Rachel Morgan T8 comme prévu car ma copine de LC a eu un contretemps. À la place j'ai commencé Remake de Connie Willis.


- Aujourd'hui, je lis donc Remake. C'est un roman assez court, assez différent de ceux que j'ai lus de l'auteure. Il faut avoir une sérieuse culture de l'âge d'or Hollywoodien pour apprécier le livre mais même avec cette culture que j'ai depuis petite, j'ai un peu de mal à accrocher.


- Cette semaine, je finis Remake, aujourd'hui j'espère car j'en suis à 75% et ensuite je vais lire Amazonia de James Rollins. C'est un Thriller d'aventure on va dire. Je n'en sais pas plus, je le lis parce qu'il est dans le Baby Challenge Thriller de Livraddict et j'avais déjà envie de le lire l'an dernier.


Très bonne semaine à tous !

0

L'astre des ténèbres, The Dark-Hunterverse tome 18 de Sherrilyn Kenyon

Titre original : Bad Moon Rising

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Aimée Peltier et Fang Kattalakis se sont aimés au premier regard mais elle est une ourse-garou et lui un loup-garou et leur amour est interdit...



Mon avis :
Vous savez que la saga des Dark-Hunters et leur acolytes (les were-hunters, les dream-hunters et j'en passe) est ma saga de romance paranormale préférée et je vous en ai déjà parlé longuement dans cet article. Depuis qu'on a fait leur connaissance dans les premiers tomes de la saga, j'ai toujours beaucoup aimé Aimée et Fang, les amoureux "maudits" qu'on a croisés deux-trois fois si ma mémoire est bonne. Cela faisait bien longtemps que l'auteure n'avait pas fait un tome sur un garou (le dernier étant celui sur Wren Tigarian, il y a 9 tomes... ah non c'était le suivant, celui qui se passait à Seattle, Dark Side of the Moon ) et comme cela fait plus de 10 ans que j'ai lu les 14 premiers tomes, autant dire que cela faisait un bail que j'avais pas vraiment croisé le Sanctuaire et les Peltier et assimilés. Du coup, j'ai été super contente de les retrouver et notamment d'en savoir plus sur Fang et Aimée. Le seul hic c'est que l'histoire n'est pas la suite des 17 tomes précédents mais parallèle aux tomes 3 à 9 donc j'ai un peu oublié certains événements. Ce n'est pas très important car cela a été une lecture très agréable.

Pour ceux qui ne connaissent pas les were-garous, je vous invite donc à lire mon vieil article dont je parle plus et qui raconte leur genèse mais je n'y parle des Peltier et des Kattalakis que de façon assez succincte.

Les Peltier sont donc une famille d'ours qui tient le Sanctuaire, un bar créé dans le Vieux Carré de la Nouvelle-Orléans, par Nicolette et Aubert les parents, en vue d'offrir un abri et un refuge à toutes les créatures. Ceux qui viennent doivent laisser toutes velléités de vengeance ou de meurtre à la porte. Aimée est le seule fille de la tribu Peltier, elle est donc précieuse à bien des égards. Fang, lui, est le frère de Vane, ils sont loups tous les deux. Seulement Vane est un Arcadien (Né humain se transformant en loup), alors que Fang est un Kattagaria, né loup et se transformant en humain) mais ils s'adorent et se protègent.

Quand ce tome commence, Vane et Fang ne sont à priori que de passage à la Nouvelle-Orléans car ils sont avec leur meute pour protéger les femmes (dont leur soeur bien aimée) qui attendent des petits. Des circonstances brutales puis tragiques vont les amener au Sanctuaire etles y faire rester pour Fang qui va connaître bien des épreuves mais rencontrer la jolie Aimée qui lui est interdite.

Comme je l'ai dit, le tome se passe en parallèle des tomes 3 à 9, puisqu'il est question de Talon et Sunshine (le couple du tome 3), de la rencontre puis la relation entre Vane et Bride et de tout ce qu'il arrive à Wren dans le tome 9. Cela peut faire redondant mais quand on a lu les tomes il y a 10 ans, ce n'est pas dérangeant. Et surtout il y a beaucoup plus. l'histoire ne porte pas seulement sur Fang et Aimée, ou les Lycanthropes. Ceux-ci sont au coeur de l'intrigue bien sûr et on en apprend un peu plus sur leur fonctionnement, la façon dont ils sont dirigés et on apprend aussi que Savitar joue un rôle assez conséquent dans tout cela.

Bad Moon Rising, c'est aussi un mélange où l'on retrouve pratiquement toutes les créatures du Dark-Hunterverse, les Chasseurs et les garous bien sûr mais aussi les Daimons, toutes sortes de démons également, et, nouveauté, des chasseurs de démons.

J'ai toujours aimé Fang et Aimée car dans les tomes où ils apparaissaient ils étaient mignons comme tout et j'ai toujours eu l'impression que Fang était un timide alors qu'on voie dans ce tome que pas du tout, il est même plus féroce que Vane qui passe presque pour un enfant de coeur. Fang est soumis à rude épreuve dans ce tome, non seulement parce qu'il aime Aimée mais personnellement son chemin va être bien tortueux. Je dois dire qu'il (le chemin) m'a beaucoup intéressé.

Aimée n'est pas que la petite chérie de la famille qu'il faut protéger, elle est beaucoup plus forte que cela et surtout a des capacités que les autres ne connaissent pas. J'ai beaucoup aimé en apprendre davantage sur elle et surtout sur la famille Peltier, les parents, les enfants, les deuils qu'ils ont vécu et j'en passe. Et j'ai beaucoup aimé la relation d'Aimée avec son frère Dev.

Ce tome est l'occasion de retrouver des personnages qu'on voit régulièrement dans les autres tomes ou qu'on a vus et d'autres qui sont morts. Cela m'a fait quelque chose de revoir Cherise, la mère de Nick Gautier dans ce tome par exemple. Ou d'entendre parler de Nick alors qu'il est encore un jeune chien fou, bien avant tous les événements qui vont changer sa vie... J'ai aimé revoir Acheron et Simi, Valerius et de nombreux autres qu'on croisait alors.

Et j'ai été très surprise par Savitar. J'ai un peu de mal à comprendre exactement quel est son rôle et qui il est vraiment (et apparemment personne, pas même Acheron ne le sait non plus :D), on sait que c'est un des derniers Chtoniens, qu'il est vivant depuis la nuit des temps, qu'il a des pouvoirs immenses et qu'il est le garant d'une sorte d'équilibre entre les créatures. Et dans ce tome, on apprend aussi qu'il supervise l'Omegrion, le conseil des lycanthropes et qu'il agit comme une espèce de juge et a un pouvoir de vie et de mort sur les garous. Et il peut se montrer très cruel. Bref ce n'est pas que le mec en chemise hawaïenne débonnaire qu'il nous montre parfois.

Le style de l'auteur est toujours très agréable à lire en anglais, j'adore sa façon de raconter, c'est très plaisant, addictif et franchement j'ai lu le livre assez rapidement moi qui lis comme un escargot. Et j'ai aimé aussi que les deux amoureux ne couchent pas de suite. Il faut attendre pratiquement la fin du roman pour avoir une scène de sexe.

En conclusion, voilà un tome très sympathique, qui permet d'éclairer sous un jour nouveau la relation entre Fang et Aimée et de voir ce qu'il leur est arrivé avant qu'on quitte les garous il y a bien des tomes. Outre leur histoire d'amour, j'ai été très intéressée par tout ce qu'il se passait autour, des choses que l'on savait déjà, d'autres qu'on a apprises, les découvertes qu'on a faites et surtout de revoir des personnages emblématiques de la saga, qu'on aime (ou déteste suivant qui ils sont). Et surtout le livre se termine de façon bien énigmatique (avant la conclusion) et je ne crois pas que cela ait été traité dans les tomes entre le 9e et le 18 donc je pense que ce sera abordé dans les prochains. J'ai vraiment hâte de trouver du temps pour lire le 19e tome, No Mercy (mais je pense lire le premier tome des Chroniques de Nick avant). Quant à vous, j'espère vous avoir donné envie de lire ce tome ou de continuer la saga si vous avez aimé Fang et Aimée au début de la série et n'avez pas continué.

Note :



Le livre fait partie du Challenge ABC 2018 de Nanet
  11/26

du Challenge Read in English 2017 - 2018 que j'organise 
12

et du Baby Challenge Bit-lit de Livraddict
 2/20

0

La marque d'Athéna, Les héros de l'Olympe tome 3 de Rick Riordan

Titre original : The Mark of Athena

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Ça y est, les 7 demi-dieux de la prophétie sont réunis et ils vont pouvoir se mettre en route afin de fermer les Portes de la Mort, empêcher Gaïa de se réveiller et prévenir l'avènement des Titans. Une quête semée d'embûches, même lorsqu'on a Percy, fils de Poséidon et vainqueur de la dernière grande guerre contre les Titans ou encore Annabeth, fille d'Athéna...


 Mon avis :
Après ma lecture du tome 2 en septembre dernier, je n'avais pas envie de laisser passer un an au moins pour lire la suite. Bon il se sera écoulé 7 mois mais c'est comme si je l'avais lu hier, non ? ;D Bref, j'ai été ravie de retrouver tous ces demi-dieux, ceux du camp des Sang-Mêlé qu'on avait vus dans le tome 1 et ceux du camp Neptune du tome 2. Ce tome 3 est tout aussi haletant à lire avec bien des épreuves qui attendent nos héros préférés.

Rappelez-vous, dans le tome 2, Percy, amnésique, avait intégré le camp des Romains, lui le fils d'un dieu grec, Poséidon, et avait réussi, à l'aide d'Hazel et de Frank a mener à bien une quête et à défaire un Titan qui voulait détruire le camp. À la fin, en pleine liesse, il voyait surgir l'Argo II, le vaisseau volant conduit par Leo et avec Annabeth, Jason et Piper à son bord.

Quand La marque d'Athéna commence, les retrouvailles entre Annabeth et Percy sont joyeuses et les deux camps, le Romain et le Grec, peuvent espérer arriver à une entente, circonspecte certes mais cordiale, mais une "bourde" de Leo détruit vite cette paix fragile et les 7 demi-dieux requis pour mener à bien la quête ultime qui leur permettra de fermer la Porte des Morts et de détruire Gaïa avant son plein réveil doivent vite s'enfuir. Mais leur route semée d'embûches les conduit à Rome où ils doivent sauver l'un de leurs amis et pour Annabeth découvrir ce que signifie la marque d'Athéna...

Ce tome 3 est dans la lignée des deux précédents et de la précédente pentalogie sur Percy Jackson. C'est à dire qu'on ne s'ennuie jamais, que les histoires sont intéressantes et qu'il y a de l'action, de l'humour (mais moins que dans les Percy) et que nos héros sont bien malmenés.

Dans le tome 2, j'avais beaucoup aimé découvrir le côté romain des dieux et demi-dieux. Cela élargissait l'univers et ouvrait de nouvelles perspectives. Dans ce tome 3, les deux univers sont réunis à travers les 7 personnages principaux qui participent à la quête et c'est sympa d'en voir les différences. Comme c'est intéressant de découvrir que les Dieux peuvent avoir des apparences et des traits différents suivant leur version grecque et romaine et qu'un dieu sympa (si cela existe...) dans une mythologie ne l'est pas forcément dans l'autre et vice-versa.

Le schéma du tome est un peu le même que les précédents livres avec cette impression d'être parfois dans un jeu vidéo (même si c'est moins marquant dans cette série). Les personnages partent par monts et vaux à travers les États-Unis et même plus loin cette fois-ci, il leur arrive plein de déboires et d'épreuves, il faut se débarrasser des méchants de fin de niveau et ils doivent affronter le big bad de fin de jeu à la fin. Mais alors que les fois précédentes, l'histoire du tome était plus ou moins bouclée, La marque d'Athéna nous laisse sur un cliffhanger terrible qui nous donne envie de vite lire la suite.

J'attendais avec impatience de voir la rencontre entre Jason et Percy, deux héros assez similaires, chacun le champion de son camp et passé (si l'on peut dire) dans le camp adverse. Si les deux jeunes gens se jaugent ne vous attendez pas à beaucoup d'étincelles, plus une complémentarité entre eux. J'aime toujours beaucoup Percy qui n'est plus le tout jeune préado des débuts et est devenu un jeune homme un peu moins chien fou, quoique ;) mais qui dont le côté tête brûlée est parfois un atout. Ainsi que son humour. Jason est plus secret lui.

Ce n'est pratiquement que sur Annabeth que repose la quête. Bien sûr tous ont un rôle à jouer mais c'est vraiment la jeune fille qui a une mission, et un destin qui l'attend.

Les autres personnages sont bien présents et ont un rôle à jouer mais certains sont un peu plus en retrait que dans les deux précédents tomes (je pense à Frank et Hazel). Mais mon chouchou parmi tous c'est Leo. Parce qu'il est un peu atypique, un peu comme l'était Percy au début, et il se sent un peu à part et 5e roue du carrosse, étant donné que les autres sont plus ou moins en couple. Du coup, ça donne envie de le câliner et d'espérer qu'il va faire un super truc pour recevoir des louanges. Bon déjà, il a construit ce superbe navire et est doué en mécanique :)

Le style de l'auteur est toujours sans problème à lire en VO, agréable, rythmée. Le roman est découpé en 4 points de vue, Annabeth, Leo, Piper et Percy qui, alternativement, ont 4 chapitres de narration, à part sur les 3 derniers chapitres.

En conclusion, voici encore un très bon tome des Héros de l'Olympe qui voit les héros des deux tomes précédents être enfin réunis et entamer leur quête pleine de dangers et d'épreuves. Quête qui va les mener par-delà l'Océan et à la rencontre de héros et dieux emblématiques des panthéons romains et grecs. La fin laisse certains personnages dans une situation plus que compliquée et j'ai hâte de voir ce que tout ça va donner. Alors si vous aussi voulez continuer le voyage avec Percy, Jason, Annabeth et les autres, savoir ce qu'est la marque d'Athéna et découvrir ce qu'attend les jeunes gens sur les mers ou ailleurs, lisez-le.

Note :



Le livre fait partie du Challenge ABC 2018 de Nanet
 10/26

du Challenge Jeunesse/Young Adult de Muti
6/10

et du Challenge Read in English 2017 - 2018 que j'organise 
11

du Big Challenge 2018 de Livraddict
1/11

  SFFF : 6/9
Total : 12/18
Point Bonus pour le livre : 3
et 1 point pour l'alternance des genres

3

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (293)

Posté par Frankie le 4 juin 2018 à 08:37 - Catégorie : ,

Coucou tout le monde ! C'est lundi, l'heure  du rendez-vous créé par Mallou et repris par Galleane. Ce n'est pas que j'aie grand chose à vous raconter mais je ne voulais pas laisser passer une nouvelle semaine sans faire ce rendez-vous.

- La semaine dernière, j'ai fini Le château des millions d'années , le tome 1 de la tétralogie des Origines de Stéphane Przybylski. Je l'ai trouvé pas mal, je pensais aimer plus. Le côté historique est très important avec l'accession au pouvoir d'Hitler, ce n'est pas ce que j'ai préféré dans le livre. Et c'est vraiment un tome d'introduction donc on reste sur sa faim. Et j'ai commencé The Fifth Season, le tome 1 de The Broken Earth (La cinquième saison, La Terre fracturée T1) de de N.K. Jemisin.


- Aujourd'hui, je lis donc The Broken Earth. Je n'ai lu que 70 pages mais c'est assez intrigant et intéressant comme univers et comme histoire.


- Cette semaine, je vais finir The Broken Earth, enfin j'espère d'ici lundi prochain. Puis ensuite je lirai Black Magic Sanction, le tome 8 de Rachel Morgan de Kim Harrison, en LC avec ma chère Heclea.


Bonne semaine à tous !



0

Deuils de miel, Sharko tome 2 de Franck Thilliez

Résumé :
6 ans après les évènements de Train d'enfer pour Ange Rouge et un an après avoir vécu un drame terrible, le commissaire Sharko se lance sur la piste d'un tueur particulièrement retors qui utilise des insectes pour parvenir à ses fins...






Mon avis :
Après la première enquête du commissaire Sharko il y a deux ans et celle du lieutenant Hennebelle, l'an dernier, j'ai continué ma lecture des thrillers de Franck Thilliez avec cette 2e enquête de Sharko. Un thriller qui est une fois de plus sanglant et terrifiant et qui m'a beaucoup plu.

Quand j'avais lu Train d'enfer pour Ange Rouge, j'avais aimé mais n'avait pas été vraiment surprise. J'avais ensuite un peu mieux accroché avec La chambre des morts. Avec Deuils de miel, on est dans la lignée des deux précédents, c'est un thriller très efficace, méticuleux même je pourrais dire, pas vraiment surprenant non plus, quoique... Je n'ai pas deviné le coupable et c'est un bon point. En tout cas, c'est hyper tordu avec des airs à la Silence des Agneaux pour certains côtés et les méthodes employées par le tueur sont glaçantes. Il faut avoir l'estomac et le coeur bien bien accrochés car c'est gore et malsain.

Quand j'ai dit que ce n'était pas trop surprenant, je parlais surtout de ce qu'il arrivait à Sharko, des trucs que j'ai devinés rapidement, comme j'avais deviné un peu la même chose dans un roman d'un autre auteur il y quelques années (je ne mets ni le nom de l'auteur ni le titre du roman pour ne pas spoiler ceux qui auraient lu Deuils de miel et pas l'autre et vice-versa). Ce n'est peut-être pas évident au tout début mais ça le devient vraiment très rapidement. Mais bon du coup, c'est difficile de parler du personnage sans spoiler mais ce bon commissaire passe par des phases assez difficiles.

Spoilers sur le premier tome

Il faut dire que l'auteur n'épargne absolument pas son personnage. Dans le premier tome, la femme de Sharko avait été enlevée mais l'issue avait été heureuse et on avait quitté le commissaire avec sa femme et une petite fille. Coup de théâtre quand on commence Deuils de miel, il s'est passé un drame terrible et Sharko a du mal à surmonter cette épreuve. Du coup, cela se ressent sur son travail, sa santé et tout le reste. Et j'avoue que ça m'a super attristée d'apprendre ce drame. En même temps, si Sharko n'avait plus été dans la police, il n'y aurait pas eu d'histoire, CQFD :) Le personnage m'a pas mal touché, c'est celui auquel j'ai le plus accroché. Sans doute parce qu'il est omniprésent.

Du coup, j'ai peu de souvenirs des autres personnages, que ce soit ses collègues ou supérieurs ou le tueur. Enfin, si, je me souviens bien de tout mais les personnages ne sont pas très marquants.

Dans le premier tome sur Sharko, j'avais eu du mal avec le style de l'auteur, trop poétique et imagé. C'était mieux passé dans le tome sur Lucie Hennebelle car il me semblait moins présent. Ici, on retrouve ce léger travers mais je dois admettre que cela ne m'a pas gêné, j'ai même trouvé que ça allait bien avec l'histoire :) Comme quoi, on peut changer d'avis :) Et outre le style un peu forcé, l'auteur sait très bien raconter et nous tenir en haleine.

En conclusion, avec Deuils de miel, on retrouve le commissaire Sharko, pas au mieux de sa forme, physique ou mentale, et avec une affaire qui va le mettre à rude épreuve car les meurtres qu'il doit résoudre ont été ingénieusement montés par un tueur retors.  Alors si vous voulez savoir le pourquoi du titre et ce que vit le commissaire Sharko et, bien sûr, savoir qui est le tueur, lisez-le.

Note :



Le roman fait partie du Challenge ABC 2018 de Nanet
  9/26

  du Challenge Polars et Thrillers de Sharon
9

 Thrillers/ Policer : 6/9
Total :11/18
Point Bonus pour le livre : 3
et 1 point pour l'alternance des genres

et du Baby Challenge Thriller de Livraddict
2/5
7/20

3

La forme de L'eau de Guillermo Del Toro

Posté par Frankie le 30 mai 2018 à 12:25 - Catégorie : , , , ,
Titre original : The Shape of Water
avec Sally Hawkins, Doug Jones, Octavia Spencer, Richard Jenkins

Résumé :
Elle est humaine et muette, il est un humanoïde aquatique, leur histoire d'amour semble impossible et pourtant...





Mon avis :
Quand j'ai vu la bande-annonce de ce film à l'automne dernier (au moment de la Mostra de Venise il me semble), j'ai eu très très envie de le voir car il contenait tous les ingrédients que j'adore dans ce genre de films. Du coup, en février, dès que j'ai pu, je l'ai regardé et finalement j'en sors moins enthousiaste que prévue. J'ai beaucoup aimé ce beau film mais il m'a manqué quelque chose pour que ce soit un coup de coeur ou même s'en approchant.

Dans les années 60, alors que la guerre froide bat son plein, Eliza une jeune femme muette et réservée qui travaille comme femme de ménage dans un laboratoire secret voit sa vie basculer quand elle découvre une créature aquatique humanoïde retenue en captivité. Lui apprenant le langages des signes, Eliza n'a bientôt de cesse de libérer la créature à l'aide de Zelda, son amie et collègue, et Giles, son voisin, artiste et homosexuel non déclaré...

Voilà donc un très beau film, humaniste et poétique qui prêche la tolérance et la différence. Dans notre monde actuel, violent, de plus en plus replié sur soi et qui rejette l'étranger, il est bon de voir ce genre de films. Pour cela, La forme de l'eau est réussi car il met en scène une jeune femme handicapée, son amie afro-américaine, son voisin homosexuel et un homme poisson bien différent de nous. Tout cela dans les années 60 qui ne sont pas un modèle d'ouverture on le sait mais qui pourrait très bien se passer de nos jours dans certains états des États-Unis.

Le film est à la fois une romance jolie comme tout et un film d'espionnage. N'oublions pas que dans les années 60, la guerre froide battait son plein et que tous les moyens étaient bons pour que les Russes et les Américains soient les premiers partout et surtout dans l'espace. L'histoire porte donc aussi sur cela, sur les agents dormants (un peu à la The Americans), sur les méchants prêts à tout pour arriver à leurs fins et j'en passe. Ce côté-là est peut-être le moins réussi du film car c'est assez manichéen et vu et revu je dois dire.

En fait, le film est surtout réussi grâce à Sally Hawkins qui est bouleversante dans ce rôle de jeune femme différente, secrète, mais toujours lumineuse et qui est d'une grâce folle. J'adore l'actrice depuis Be Happy où elle irradiait aussi ce film et il faudrait que je voie d'autres de ses films.

J'aime beaucoup Octavia Spencer qui apporte toujours de la bonhommie à ses rôles, comme dans Les figures de l'ombre, La couleur des sentiments ou la série Mom et là elle est une amie fidèle et solidaire. Franchement, je l'ai beaucoup aimée.

J'ai aussi été très touchée par Giles, le voisin qui tait son homosexualité. C'est un personnage sans doute pas forcément très original, ni par son vécu, ni par ses actions mais il est très sympathique et parfois touchant.

Doug Jones est à la créature humanoïde (extraterrestre, amphibie et j'en passe) longiligne c'est qu'est Andy Serkis au motion capture. Quand il faut un personnage de ce genre, c'est à lui qu'on fait appel. Il y a eu Falling Skies, Star Trek Discovery récemment et du coup, on ne le voit plus que rarement dans un rôle où on le voit non grimé. Mais il est toujours super et c'est le cas ici aussi, il a un rôle muet mais il arrive à faire passer beaucoup de choses avec des gestes ou des regards.

Guillermo Del Toro, qu'on ne présente plus, a été accusé de plagiat par plusieurs personnes et notamment Jean-Pierre Jeunet qui l'a accusé d'avoir copié Delicatessen. Je ne me souviens plus bien de Delicatessen mais il ne faut pas exagérer. Alors certes il y a des similitudes dans l'image, les tons chauds et si je devais penser à un film de Caro et Jeunet ce serait davantage La cité des enfants perdus qui a une patte très caractéristique et qu'on retrouve un tout petit peu dans le film de Del Toro. Mais Guillermo a ajouté sa propre touche, celle du Labyrinthe de Pan avec ce ton poétique et onirique. Il y a de très belles scènes d'ailleurs entre Eliza et l'amphibien, très touchantes.

En conclusion, La forme de l'eau n'est à mes yeux pas le film exceptionnel auquel je m'attendais mais cela reste un très beau film, où l'on ne s'ennuie pas une seconde et qui prône la différence et la tolérance. Les américains l'ont encensé puisqu'il a eu plusieurs Oscars dont meilleur réalisateur, meilleur film, meilleure musique (cocorico car c'est Alexandre Desplat qui l'a eu) et si j'ai préféré 3 Billboards, il faut reconnaître que La forme de l'eau est plus original et mérite ces récompenses. Alors si vous voulez découvrir la gentille Eliza et l'amphibien qui va la comprendre plus que tout autre humain, regardez-le.

Note :



Vu en version originale anglaise sous-titrée en anglais

Le film fait partie du Challenge Le film de la semaine 2018 de Benji
10/52

Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.