4

Petites embrouilles et pieux mensonges d'Elizabeth Young

Posté par Frankie le 31 juillet 2012 à 08:09 - Catégorie : , , , ,
Titre original : Asking for Trouble

Résumé :
Sophy, jeune londonienne de 30 ans, s'est inventé un petit ami, Dominic, pour éviter la pression de sa mère sur le fait qu'elle était célibataire. Lorsque Belinda, sa soeur se marie et que la présence de Dominic est requise, Sophy fait alors appel à une agence d'escort pour avoir le Dominic de ses rêves. Et c'est le charmant Josh Carmichael qui se présente...


Mon avis :
C'est un livre que je devais déjà lire l'année dernière pour le précédent opus du Challenge de Nanet, 26 livres - 26 auteurs et je n'avais pas eu le temps ! Quand il a fallu refaire la liste pour le Challenge ABC, je l'y ai tout naturellement remis car pas facile de trouver un roman avec un auteur en Y ! :) J'ai donc profité de l'été pour lire ce chick-lit pas prise de tête du tout ! :)

À 30 ans, Sophy n'a pas de relation stable et pour éviter la pression de sa mère qui ne trouve pas cela normal, elle s'invente un petit ami presque parfait, Dominic. Jusqu'à présent, elle a pu éviter de présenter "Dominic" à sa famille. Mais lorsque sa soeur, Belinda, se marie et que sa mère insiste pour qu'elle amène le jeune homme, Sophy doit se dépêcher de trouver quelqu'un qui fera l'affaire. Pour cela, elle fait appel à une agence d'escort et c'est donc en compagnie de l'inconnu mais charmant Josh Carmichael qu'elle se rend au mariage...

Quand j'avais acheté le livre, j'avais regardé le résumé en diagonale. Et quand j'ai commencé à lire le roman, l'histoire m'a rappelé quelque chose. Après vérification, un film, The Wedding Date, a été adapté du livre avec Debra Messing et Dermot Mulroney, film que j'ai vu un jour à la télé et qui était, ma foi, assez sympathique.

Disons-le tout de suite, ce n'est pas le meilleur chick-lit que j'ai lu ! J'ai, par exemple, bien plus aimé Ne dites pas à ma mère que je suis voyante... (je vous épargne le titre entier ! ^^), plus enlevé et amusant. Il est sympa, pas prise de tête mais j'ai trouvé que ça manquait parfois de rythme, même s'il y a des situations rocambolesques et cocasses et surtout, l'intrigue principale (cousue de fil blanc puisqu'on sait comment cela se terminera ! ;)) est parasitée par une histoire avec la soeur qui est un peu longuette !

Cependant, pour les amateurs du genre, c'est une bonne lecture détente, qui fait passer un agréable moment. C'est assez amusant, surtout de voir comment Sophy s'empêtre dans ses mensonges et même si on le devine aisément, on se demande parfois comment Josh et elle vont bien pouvoir finir ensemble ! :)

Sophy est un personnage sympathique mais qui m'a parfois agacée avec toutes ses manigances et ses mensonges ! Elle m'a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois ! :) Ceci dit, c'est un personnage à la Bridget Jones, se trouvant trop grosse, peu sûre d'elle parfois et qui préfère se voiler la face sur certaines choses.

Je me suis longtemps demandé comment Josh arrivait à tomber amoureux de Sophy et supporter les situations catastrophiques dans lesquelles elle l'entraîne ! C'est un ange ce type ! :D Parce que franchement, moi, j'aurais tourné les talons vite fait plusieurs fois !

J'ai bien aimé Alix et Ace, les amis colocs de Sophy. Ils sont sympas, frais et amusants.

J'ai moins accroché à la soeur, Belinda, véritable enfant gâtée.

J'ai eu un peu de mal avec le style de l'auteur au début. Je lis plutôt des romans écrits par des américains et il faut reconnaître que la façon de s'exprimer des anglais (et donc d'écrire) est assez différente. Mais, après un petit coup de mou, je n'ai eu aucun problème de compréhension, j'ai même trouvé agréable de lire en anglais UK, ça m'a rappelé les films et les séries britanniques que j'aime tant !

En conclusion, une lecture chick-lit détente dont on sait bien comment ça finira ! :) Et si vous voulez savoir comment Sophy arrivera à faire passer Josh pour son "Dominic" et comment ces deux-là vivront happily ever after, lisez-le !

Note :



J'ai donc lu ce livre dans le cadre du Challenge ABC 2012 de Nanet
13/26
j'en suis pile à la moitié du challenge, youpi ! :)

Et son auteur étant anglais, ce titre fait partie 
du Challenge God Save the Livre d'Antoni.
5/5
1ère lecture VO

6

Bienvenue à Zombieland de Ruben Fleischer

Posté par Frankie le 30 juillet 2012 à 12:24 - Catégorie : , , ,
Titre original : Zombieland
avec Woody Harrelson Jesse Eisenberg, Abigail Breslin, Emma Stone

Résumé :
Dans un monde envahi par les zombies, Columbus, jeune étudiant, s'impose des règles pour pouvoir survivre. Il rencontre Tallahassee, qui chasse le zombie et tire sur tout ce qui bouge. Ensemble, ils taillent la route et rencontrent Wichita et Little Rock, deux jeunes soeurs qui vont leur en fait voir de toutes les couleurs...


Mon avis :
Voilà encore un film que j'avais loupé à sa sortie et qui dormait depuis un bail dans ma dvdthèque. Ayant envie d'un film pas prise de tête, je l'ai regardé un soir de début juin et je dois dire que j'ai passé un bon moment, même si ce n'est pas le film de l'année.

Columbus est un jeune geek dont la vie a basculé le jour où il a découvert que le monde était infesté de zombies. Pour survivre, il s'est fixé quelques règles simples qui lui permettront peut-être de rester en vie. Ayant décidé de retrouver ses parents à Chicago, il rencontre en chemin Tallahassee, un chasseur de zombie qui n'a peur de rien et qui rêve de trouver les derniers Twinkies (une friandise) sur Terre. Columbus décide l'accompagner en Californie. Au cours de leur périple, ils font connaissance avec Wichita et Little Rock, deux adorables arnaqueuses...

Je vous préviens, je ne vais pas avoir grand chose à dire sur ce film. Non pas parce qu'il est mauvais mais parce qu'il est court, qu'il n'y a pas énormément à disserter dessus et que l'ayant vu début juin, je ne sais plus trop quoi en dire, à part j'ai bien aimé ! :D

Zombieland, c'est un peu Shaun of the Dead version américaine. Mais sans Simon Pegg, Nick Frost et l'humour anglais ! :) C'est donc un film qui ne se prend pas au sérieux, qui ne fait pas peur non plus, les zombies étant plus prétexte à jouer sur le ressort comique que sur la terreur. C'est bourré de références (notamment à Ghostbusters), il y a de nombreux gags et Bill Murrey (d'où la référence à Ghostbusters) fait un caméo valant à lui-seul son pesant de cacahuètes ! :D

J'ai beaucoup aimé tout le début, quand Columbus explique, visuellement, les règles qu'il faut suivre pour rester en vie face à des zombies. C'est vraiment bien rythmé et sympa. Après, il y a un petit coup de mou vers le milieu du film et sur la fin, j'avais mon attention un peu relâchée (quant à mon homme, il s'était endormi ! :D).

Jusqu'à présent, je n'avais vu Jesse Eisenberg que dans The Social Networt et je n'ai pas trouvé le geek Columbus si différent du geek créateur de Facebook. On peut imaginer que s'il y avait eu une attaque de zombie, Mark Zuckerberg, au lieu de créer son réseau social, serait devenu Columbus, le jeune homme un peu ailleurs mais pragmatique quand il s'agit de survivre face aux morts-vivants. :) Cependant, si les deux personnages sont similaires, j'aime bien Jesse Eisenberg donc ça passe. En tout cas, je suppose que c'est en voyant Zombieland que Fincher l'a choisi pour jouer Zuckerberg.

Woody Harrelson est toujours impeccable dans le rôle de la grosse brute au grand coeur qui n'a peur de rien ! C'est aussi un acteur que j'aime bien et que j'apprécie de retrouver régulièrement.

Je ne connaissais pas du tout Emma Stone, la nouvelle coqueluche du cinéma américain (entre autres, La couleur des sentiments, The Amazing Spiderman, deux films que je n'ai pas encore vus). Ici, je l'ai trouvée mignonne, avec un personnage d'héroïne qu'aimeraient beaucoup Tarantino ou Robert Rodriguez ! :)

Je n'avais pas du tout reconnu la gamine de Little Miss Sunshine en Abigail Breslin, l'actrice qui joue Little Rock, la petite soeur de Wichita. Elle est très bien !

La mise en scène de Ruben Fleischer, dont c'est ici le premier film, est punchy et sympathique. Elle ne se prend pas au sérieux et permet de garder le ton de la comédie tout au long du film. Mais il lui manque la folie d'un Tarantino pour que ce soit vraiment réussi.

En conclusion, une bonne petite comédie horrifique, pour les soirées où vous voulez vous détendre et qui fait passer un bon moment. Et si voulez savoir quelles sont les nombreuses règles de Columbus pour survivre face aux zombies et si elles marchent, regardez ce film ! Et pour ceux qui ont aimé, sachez que Zombieland 2 sortira en 2013 avec le quatuor de choc du premier !

Note :



Vu en version originale sous-titrée

Ce film fait partie du Mini Challenge Comédie de Seriebox
1/2
46/50


22

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (91)

Posté par Frankie à 09:03 - Catégorie : ,
Dernier C'est lundi de juillet et, pour moi, l'approche des vacances. Étant donné que je pars samedi pour deux semaines, il n'y aura pas de C'est lundi, jusqu'au 20 août. En espérant pouvoir le faire ce jour-là vu que c'est mon jour de retour ! Sinon, ce sera un C'est mardi ! ^^
Je vous rappelle que ce rendez-vous créé par Mallou est repris par Galleane sur son site.

- La semaine dernière, j'ai fini, dès lundi, Succubus Heat de Richelle Mead, puis j'ai lu The Sign of Four d'Arthur Conan Doyle, j'ai lu Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur de Maurice Leblanc et j'ai commencé Stoner de John Williams. Bref, j'ai suivi mon petit programme ! ^^

- Aujourd'hui, je lis donc Stoner. Je l'ai commencé vendredi soir mais j'ai eu très peu le temps de lire ce week-end, et je n'en suis qu'à la page 91. C'est agréable à lire, pour l'instant, je ne sais pas trop quoi en penser.

- Cette semaine, je vais déjà finir Stoner et ensuite, je ne sais pas trop, peut-être Percy Jackson, tome 3 (Le sort du Titan) de Rick Riordan, peut-être Trois hommes dans un bateau de J.K Jerome soit un thriller (pour faire plaisir à Laure ;)) 

En tout cas, ce sera parmi ma PAL de vacances dont je vous remets la photo car ce sera en gros les livres que je vais lire les 3 prochaines semaines, moins les trois déjà lus : Asking for trouble, Succubus Heat et Stoner donc, et les deux Stefan Zweig que je n'ai pas envie de lire en été finalement et qui attendront l'automne ! J'ai aussi pas mal de livres dans mon Kindle donc j'aurai de quoi ! :)


Bonne semaine à tous !

6

Le secret de l'Épouvanteur, tome 3 de Joseph Delaney

Posté par Frankie le 29 juillet 2012 à 10:10 - Catégorie : , , , , ,
Titre original : The Spook's Secret

Résumé :
L'Épouvanteur, John Gregory et son apprenti, Tom Ward, quittent leur maison d'été de Chipenden pour prendre leurs quartiers d'hiver à Anglezarke, un endroit sombre et lugubre. L'hiver promet d'être rude d'autant plus que l'Épouvanteur doit faire face à l'un de ses ennemis jurés et que certains de ses secrets de jeunesse menacent d'être dévoilés...


Mon avis :
Après avoir lu le tome 2 en mai dernier, me revoici pour une nouvelle lecture commune sur le tome 3. Tome que j'ai trouvé moins effrayant que le précédent mais plus sombre et triste.

L'hiver arrivant, John Gregory, l'Épouvanteur et son apprenti, Thomas Ward, quitte Chipenden pour se rendre à Anglezarke où Gregory a sa maison d'hiver. Alice, qui a passé l'été avec eux, est laissée aux bons soins d'une famille de fermiers. Thomas découvre un endroit sombre et lugubre où sorcières et gobelins sont retenus prisonniers dans les caves et que l'Épouvanteur recèle des secrets, qui, s'ils sont dévoilés, pourraient être néfastes à son maître et lui d'autant plus qu'un des ennemis jurés de Gregory, Morgan, entend bien lui nuire et les mettre tous deux en danger...

Si le tome précédent était assez effrayant, celui-ci est davantage sombre voire émouvant. Il y a bien sûr toujours des créatures du mal que doivent affronter l'Épouvanteur et Thomas mais ce tome se focalise davantage sur le personnage de John Gregory et son passé. Des secrets, qu'on avait commencé à entrevoir dans le tome 2, sont ici révélés et c'est toujours intéressant d'en apprendre davantage sur ce personnage assez énigmatique. Ce passé révèle un homme plus sensible que ne le laisse percevoir son attitude d'Épouvanteur. S'il est toujours le maître de Tom, on sent qu'une relation plus complice s'installe entre eux.

De son côté, Tom doit faire face à des épreuves personnelles et il lui faut beaucoup de courage pour les affronter et les surmonter. Tout ce qui le concerne est très touchant, on se demande souvent comment il va s'en sortir et ces épreuves le font prendre des responsabilités bien lourdes pour son âge.

Dans ce livre, Alice est toujours présente et je ne sais toujours pas sur quel pied danser avec elle. Elle fait moins de bêtises quand dans les tomes précédents et elle a certains côtés attachants mais on sent qu'elle pourrait basculer vers le côté obscur à tout moment.

On en sait toujours finalement peu sur la mère de Tom, personnage ô combien attachant. J'espère qu'au fil des tomes, on va en savoir encore davantage sur elle.

Le livre, toujours très jeunesse, se lit très vite et est agréable à lire. Aucun moment d'ennui ne vient troubler cette lecture et on est heureux d'en apprendre plus sur ses personnages. Malgré son côté jeunesse, l'auteur arrive à nous intéresser à la vie de Tom, son évolution et ses relations avec les autres personnages.

En conclusion, mon avis est assez court car je n'ai rien d'autre à dire que l'essentiel et juste que c'est un tome dans la lignée du deuxième, intéressant sans être extraordinaire. Et si vous voulez savoir quels sont ces secrets que l'Épouvanteur a caché pendant de nombreuses années et pourquoi Morgan lui en veut tellement, lisez-le. Quant à moi, j'espère vous retrouver bientôt pour le tome 4.

Note :



C'est une lecture commune organisée par Sevmarguerite avec pimousse, Myiuki22, Reveline, Arcaalea, Livromaniac, Luna

Et son auteur étant anglais, ce titre fait partie 
du Challenge God Save the Livre d'Antoni.
4/5

Et il fait tout naturellement partie
du Challenge Jeunesse/Young Adult de Mélo , Nodreytiti et Mutinelle 
26/24

8

Succubus Heat, Georgina Kincaid, tome 4 de Richelle Mead

Posté par Frankie à 09:19 - Catégorie : , , , ,
Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Depuis sa séparation d'avec Seth, Georgina file un mauvais coton et se comporte comme un vilain succube. Jerome décide de l'envoyer à Vancouver prêter main forte à l'archidémon local. Lorsque Jerome disparaît mystérieusement et que tous les démons sous son contrôle perdent subitement leurs pouvoirs, Georgie cherche à savoir qui a enlevé son boss, même si la perte de ses pouvoirs lui ouvre de nouvelles perspectives, notamment avec Seth...

Mon avis :
 Si vous me lisez depuis un bout de temps, vous savez que la série Georgina Kincaid ne fait pas partie de mes séries bit-lit/urban fantasy préférées. Même si le tome 3, lu il y a déjà plus d'un an, m'avait bien plu, j'attendais autre chose pour y adhérer pleinement. Et youpi, ce tome 4 conforte la bonne impression du 3e, alliant romance et intrigue de façon très agréable.

Voilà plusieurs mois que Seth a quitté Georgina et celle-ci ayant beaucoup de mal à s'en remettre a un comportement erratique, d'autant plus qu'elle doit souvent côtoyer Seth et sa nouvelle amie, Maddie, collègue de Georgie. Lassé de sa dernière frasque, Jerome envoie cette dernière à Vancouver pour épauler l'archidemon local sur une affaire. Mais Jerome est mystérieusement kidnappé et les démons de sa région perdent subitement tous leurs pouvoirs. Les vampires peuvent sortir en plein jour et Georgina peut faire l'amour sans aspirer l'essence de son partenaire, ce qui lui ouvre de nouvelles perspectives avec Seth. Mais pour éviter le chaos et que Seattle se retrouve avec un nouvel archidémon, il faut retrouver Jerome et Georgina se met en quête de découvrir qui a fait le coup...

Pendant les 150 premières pages, j'ai eu peur que ce tome me ne plaise pas. Georgina n'arrête pas chouiner sur son amour perdu, se comporte comme une imbécile, c'est un peu long et pénible. Puis les démons perdent leurs pouvoirs et là, ça devient vraiment bien ! Que ce soit au niveau de l'intrigue ou de la romance.

Des quatre tomes que j'ai lus, c'est la meilleure intrigue que je lis. Les autres n'étaient pas mal (sauf celles du tome 2 !) mais là, elle est un cran au-dessus, palpitante, prometteuse, pleine de rebondissements et de mystères. Comme dans le tome 3, elle prend place dans l'entourage démoniaque (et angélique) de Georgina et, là, on en apprend davantage sur la hiérarchie du monde des enfers et ses codes. Et concernant le coupable, j'avoue que l'auteur a réussi à me surprendre.

Quant à l'intrigue amoureuse, elle n'est pas en reste. Je n'ai jamais été fan de l'histoire d'amour entre Georgina et Seth. Pourtant, ici, elle prend un tour inattendu et intéressant et il y a comme un air de tragédie dans ce qu'ils vivent. Je ne veux pas dévoiler l'évolution de cette histoire mais, de prime abord, elle est vouée à l'échec depuis le début et on voit mal nos deux tourtereaux vivre heureux pour toujours. Je ne sais pas ce que Richelle Mead nous réserve pour la suite mais ici, j'ai beaucoup apprécié et mon ptit coeur tout mou a fondu.

J'aime beaucoup Georgina. Enfin, la Georgina qui se prend en main, enquête sur la disparition de son boss et avance. Pas celle qui boit comme un trou, fume comme un pompier et se lamente à longueur de journée sur la perte de Seth et qui n'est pas intéressante pour un sou ! Heureusement c'est la première qui prend le pas sur la deuxième et pourvu que ça dure !

Étonnamment, j'ai trouvé Seth tout à fait supportable dans ce tome. Jusqu'à présent, au mieux il m'indifférait, au pire il m'exaspérait et franchement, j'avais été ravie de sa séparation d'avec Georgie dans le tome précédent. Mais apparemment, l'auteur mise beaucoup sur lui puisqu'il est toujours là, moins lisse que précédemment et Richelle Mead arrive même à nous donner envie de continuer avec lui. Zut ! :)

Un personnage que j'avais complètement zappé c'est Dante Moriarty ! J'en avais pourtant parlé dans ma chronique du tome 3, je disais même qu'il m'avait plu et que j’espérais le revoir dans le tome 4 (!), preuve qu'il devait avoir un rôle assez important mais il m'était vraiment sorti de l'esprit ! Aussi, quand au début on apprend que Georgina sort avec lui, j'ai eu un moment de doute "mais qui c'est çuilà ?" ! :D Après, ça m'est revenu...

J'ai beaucoup aimé retrouver les amis de Georgina, Hugh le démon, Peter et Cody les vampires (qui m'amusent beaucoup dans ce tome) ou encore Carter, l'ange qui est toujours plus ou moins ambigu.

Quant aux amis humains, on les voit peu, à part Maddie, que je trouve quand même assez insignifiante ! J'ai souvent envie de la secouer!

Le style de l'auteur est le même que pour les précédents tomes, ça se lit très bien en VO, c'est fluide, Mead arrive bien à nous embarquer dans son histoire, on passe un très bon moment de lecture.

En conclusion, un très bon tome qui me donne envie de poursuivre la saga et découvrir ce que nous réserve l'auteur concernant ses personnages principaux. Et si vous voulez savoir qui a enlevé Jerome pour s'approprier son territoire et si Georgina va profiter de sa nouvelle condition d'humaine avec Seth, lisez ce tome 4 !

Note :



Lecture commune fait avec Iluze (qui l'a organisée) et Heclea.


Ce livre fait partie du Big Challenge 2012 de Livraddict
10/12

4

Blood Diamond d'Edward Zwick

Posté par Frankie le 28 juillet 2012 à 19:43 - Catégorie : , , , ,
avec Leonardo DiCaprio, Djimon Hounsou, Jennifer Connelly

Résumé :
1999, Sierra Leone, dans un pays déchiré par la guerre civile, Solomon Vandy, un pêcheur, est arraché à sa famille par les rebelles pour travailler dans les mines de diamants. Il trouve un magnifique diamant rose qu'il s'empresse de cacher. Libéré puis emprisonné par l'armée régulière, il fait connaissance de Danny Archer, mercenaire et trafiquant Rhodésien, qui lui propose son aide pour retrouver sa famille en échange d'une part sur le prix du diamant. Avec Maddy Bowen, une journaliste, ils vont s'élancer dans le pays en guerre pour retrouver le diamant et les Vandy...

Mon avis :
J'avais raté ce film à sa sortie en 2007 et je l'avais ensuite acheté en DVD sans avoir jamais eu le temps de le regarder. J'ai enfin pris le temps de le voir début juin et je dois dire que j'ai trouvé le film très bon même si pas exempt de défauts propres à certains films américains.

En 1999, la Sierra Leone est en proie à la guerre civile, et rebelles et armée du gouvernement se battent notamment pour le contrôle des mines de diamants, ceux-ci servant à financer l'achat d'armes de part et d'autres (d'où l'appellation "diamant du sang - blood diamond). Solomon Vandy, un pêcheur Mendé, est arraché à sa famille par les rebelles et envoyé dans les mines. Un jour, il découvre un énorme diamant rose qu'il s'empresse de cacher. Lorsque l'armée régulière libère le camp, il est envoyé en prison à Freetown. Là, il y rencontre Danny Archer, un Rhodésien mercenaire et trafiquant. Libérés, Danny propose à Solomon de l'aider à retrouver sa famille et le diamant et de partager l'argent de la vente du joyau. Ils s'élancent pour un long voyage en territoire rebelle, en compagnie de Maddy Bowen, une jeune journaliste qui veut des informations sur le trafic de diamants...

Âmes sensibles s'abstenir ! Une bonne partie de ce film est très dure avec des scènes chocs et cruelles, souvent poignantes. Les scènes d'attaque sont filmés de façon très réaliste avec des membres coupés, du sang qui gicle et il faut parfois avoir le coeur bien accroché.

Ce film se veut un (très bon) témoignage sur ces trafics de diamants qui se font dans le sang ou sur le dos de populations opprimés pour nourrir guerres et rébellions. Le film dénonce aussi l'avidité des riches bourgeoises de New-York ou Londres qui s'empressent d'acheter ces diamants sans se poser de questions sur leur provenance ou ces diamantaires prêts à tout pour s'enrichir.

Le film parle aussi de ces enfants-soldats, arrachés de force à leur famille par les rebelles, endoctrinés et embrigadés à servir leur cause. C'est assez dur de voir ces enfants innocents devenir de vrais machines de guerre sans états d'âme.

Tous ces sujets-là sont très bien traités et j'ai beaucoup aimé ce côté de l'histoire. J'ai d'ailleurs appris des choses dont j'étais très innocente !

Quant à l'histoire elle-même, l'histoire de Solomon, Danny et Maddy, elle est prenante, il y a beaucoup d'action, de tension, on se demande toujours s'ils vont s'en sortir, ne pas être tués et on ne s'ennuie pas un seul moment.

Mais le film reste très hollywoodien et ne peut s'empêcher de rajouter de la guimauve et c'est dommage que ces sujets très forts soient parasités par une histoire d'amour bidon et par des images de cartes postales, certes très jolies et qui permettent de souffler un peu, mais assez inutiles. Vers la fin, au bout de la 4e ou 5e scène de coucher de soleil sur un magnifique paysage, j'ai commencé à soupirer un peu... Heureusement que c'est très bien par ailleurs.

Et puis il y a cette manie très américaine de créer un héros à priori pourri et vil mais en quête de rédemption. Pfff, c'est d'un banal ! :)
Cependant, Leonardo diCaprio, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est une fois de plus très bon dans son rôle de mercenaire trafiquant. Jusqu'au bout, on se demande de quel côté il est, s'il va trahir Solomon, il joue très bien l’ambiguïté et il devient alors un héros romantique (je vous l'ai dit, c'est très américain ! ^^). DiCaprio va jusqu'au bout de son personnage en adoptant un accent que je suppose être sud-africain (puisqu'il est censé être Rhodésien).

J'ai beaucoup aimé Djimon Hounsou dans le rôle de Solomon. C'est le personnage le plus authentique et intègre de l'histoire, un brave homme tranquille qui voit sa vie voler en éclats le jour où les rebelles attaquent son village. J'ai aimé sa ténacité à vouloir à tout prix retrouver sa famille, son fils surtout, et que la découverte du diamant soit un moyen d'y arriver et non pas de se faire de l'argent pour le seul plaisir d'en avoir.

Jennifer Connelly est très mignonne et son rôle de journaliste témoin des événements et qui veut faire tomber le trafic de diamants et les diamantaires vraiment intéressant mais bon, ce n'était pas la peine d'ajouter une pseudo amourette avec Danny Archer, à part pour faire éventuellement pleurer dans les chaumières !

La réalisation d'Edward Zwick est très efficace, il alterne bien les moments de tension, de fureur et celles plus calmes même si, comme je l'ai déjà dit, il abuse un peu des clichés. En regardant sa filmographie, je me suis aperçue que j'avais vu pas mal de ses films. Je me rappelais surtout Le dernier Samouraï avec Tom Cruise, que j'avais beaucoup aimé (mais qui si je l'avais chroniqué à l'époque m'aurait donné les mêmes réserves sur le côté très hollywoodien du film), mais j'ai aussi vu Légendes d'automnes (je n'ai jamais autant pleuré pour un film, à part peut-être à Autant en emporte le vent ! :)) et Couvre-feu (avec Bruce Willis et Denzel Washington et dont je n'ai aucun souvenir !). C'est lui aussi qui a réalisé le récent (enfin il y a plus de 18 mois !) Love et autres drogues que je n'ai toujours pas vu.

En conclusion, voilà un film très fort sur ces diamants du sang qui servent à alimenter les guerres civiles et dont le protagoniste, Solomon, est très touchant. Et si vous voulez savoir si Solomon retrouvera sa famille, si Danny Archer le trahira pour l'éclat d'un diamant rose inestimable et si Maddie Bowen arrivera à étaler au grand jour ces trafics ignobles, regardez ce film choc !

Note :



Ce film fait partie du Mini Challenge Drame de Seriebox
2/9
37/50


0

Cette vie derrière nous, Walking Dead, tome 2 de Robert Kirkman

Posté par Frankie le 27 juillet 2012 à 21:43 - Catégorie : , ,
Titre original : Miles Behind Us
Dessins : Charlie Adlard

Spoilers sur le tome précédent
Résumé :
Rick Grimes a retrouvé sa femme et son fils ainsi que d'autres rescapés. Ensemble, ils luttent pour survivre dans la région infestée de morts-vivants. Après avoir échappé à plusieurs attaques, ils finissent par trouver refuge à la ferme isolée d'Herschel...


Mon avis :
À peine le tome 1 terminé (et très vite lu), j'ai enchaîné avec ce tome 2 que j'ai tout autant apprécié. Pour moi qui avais regardé la saison 2 de la série télé et l'avais trouvée un peu longuette sur certains arcs, j'ai été très satisfaite de voir que le comics évitait cet écueil et ne se concentrait que sur l'essentiel.

Lorsque Rick Grimes, ancien flic, s'est réveillé d'un coma après une grave blessure, ce fut pour s'apercevoir que son monde était envahi par des morts-vivants. Ayant fini par retrouver sa femme et son fils ainsi que d'autres rescapés, Rick et ces derniers cherchent un endroit où pouvoir se poser sans se faire attaquer. À la suite d'un grave incident, ils finissent par tomber sur la ferme d'Herschel qui semble épargnée par l'invasion...

Dans ce tome 2 sans temps mort, l'auteur et son dessinateur arrivent à bien maîtriser l'équilibre entre scènes gores et psychologie des personnages. Comme je l'ai dit en préambule, ils se concentrent sur l'essentiel, à savoir la survie de leurs personnages et c'est vraiment sans temps mort. Ce qui était le défaut principal de la saison 2 de la série télé qui s'étirait en longueur pour pouvoir remplir 12 (ou 13) épisodes. Ici, la storyline qui m'avait franchement ennuyée - spoilers celle où ils perdent Sophia, la fille de Carol et passent je ne sais combien d'épisodes à la chercher - n'existe pas ici et c'est bien mieux ! Et les autres qui existent dans les deux supports s’intègrent bien - spoilers J'ai moins eu l'impression que le séjour à la ferme de Herschel traînait en longueur ici.
Il faut avoir le coeur bien accroché quand on lit le comic car il y a des scènes bien sanglantes, heureusement atténuées par le noir et blanc. L'histoire n'épargne personne et n'hésite pas à trancher dans le vif si besoin est ! :) Cependant, dans le même temps, des liens inattendus se créent parmi le groupe.
Et la fin est très prometteuse et donne très envie de lire la suite.

Concernant les personnages, Rick est l'archétype du héros, du meneur d'hommes, qui doit tout faire pour que son groupe survive. Je le trouve moins tourmenté que dans la série télé, ayant moins d'états d'âme.

Herschel, le fermier est un homme assez antipathique au début, même s'il recueille les réfugiés. Ce n'est pas quelqu'un qui me plaît et il est tellement tourné vers la religion que ça le rend obtus.

J'ai été déçue qu'un des personnages de la série, Daryl, qui fait partie de mes préférés, n'existe pas dans le comic ! Mais outre Herschel et sa famille, un autre personnage, Tyreese, fait son apparition et je l'ai trouvé sympathique.

Dans ce tome 2, il ne reste plus que Charlie Adlard en tant que dessinateur. C'est un peu surprenant au début car certains personnages ne ressemblent plus à ce qu'ils étaient dans le tome 1, mais peu à peu on s'y fait, même si je préférais le graphisme du premier.

Ici, encore, les bulles de Robert Kirkman sont de vrais dialogues, pas de simples lignes succinctes, et permettent de créer une histoire avec un vrai scénario et non pas juste une succession de dessins.

En conclusion, une très bonne suite au premier tome qui voit le groupe de survivants malmenés mais gardant toujours espoir qu'ils vont s'en sortir. Et si vous voulez savoir s'il trouveront un havre de paix dans la ferme d'Herschel, ou s'ils se feront tous dévorer par une horde de zombies sanguinaires, lisez ce tome 2 ! Quant à moi, je vais essayer de lire le tome 3 avant la diffusion de la série télé sur AMC, le 14 octobre.

Note :


8

Passé décomposé, Walking Dead, tome 1 de Robert Kirkman

Posté par Frankie le 24 juillet 2012 à 10:27 - Catégorie : , , , , ,
Titre original : The Walking Dead : Days gone by
Dessins : Tony Moore et Charlie Adlard

Résumé :
Rick, policier blessé dans l'exercice de ses fonctions, sort du coma pour trouver l'hôpital envahi par des morts-vivants. Réussissant à s'échapper, il s'aperçoit que ceux-ci sont partout. Il part à la recherche de sa femme et son fils et d'éventuels survivants...


Mon avis :
Sans la série télé que j'aime beaucoup (surtout la saison 1), je n'aurais jamais eu l'idée de lire ce comics dont j'entendais pourtant le plus grand bien. J'ai donc eu envie de découvrir par moi-même les livres et je dois dire que j'ai été très agréablement surprise pour moi qui ne suis pas une amatrice de comics.

En sortant du coma où il se trouvait depuis sa blessure en service, le policier Rick s'aperçoit qu'il est le seul humain survivant de l'hôpital et que tous les autres sont devenus des morts-vivants se repaissant de chair humaine. Il réussit à s'échapper et part à la recherche de survivants et en espérant retrouver sa femme et son fils sains et saufs.

J'ai déjà lu ce tome 1 il y a maintenant deux mois, sans avoir eu le temps de faire ma chronique jusqu'ici. J'ai eu peur de ne plus me rappeler cette lecture, or, je m'aperçois qu'il n'en est rien. Et c'est bien là la force de ce comics. Il est marquant.

La trame de l'histoire, bourrée d'action, de sang, de scène chocs, est prenante de bout en bout et on ne s'ennuie jamais. L'auteur et ses dessinateurs arrivent en quelques bulles et traits de crayon à nous immerger complètement dans leur monde apocalyptique.

J'ai trouvé presque que ce tome se lisait trop vite et du coup, j'ai enchaîné avec le tome 2 (dont je vous reparlerai une autre fois). Ce que j'ai aimé, c'est que ça reste concis, on ne se perd pas en détails inutiles et contrairement à la série télé, l'intrigue n'est pas diluée. Même si la saison 1 n'avait pas ce défaut non plus.

Puisque je parle de la saison 1, j'ai été très étonnée de voir les scénaristes prendre pas mal de libertés avec le comics, je ne pensais pas qu'il y avait autant de choses changées ou rajoutées (Spoilers : Entre autre, Shane qui meurt très vite  dans le comics et tout ce qu'il se passe au CDC d'Atlanta dans la série et qui n'existe pas là). La trame principale de ce tome 1 reste la même mais la série télé diverge complètement à la fin et finalement ce n'est pas vraiment plus intéressant. Ce que raconte le tome 1 se suffit largement à lui-même. C'est la mise en place de la survie de quelques humains face aux zombies et c'est très bien comme ça.

J'ai trouvé que l'usage du noir et blanc dans les dessins étaient en parfaite adéquation avec l'histoire et lui donnait un côté très réaliste. Le texte n'est pas en reste puisqu'il n'y a pas que deux ou trois lignes dans les bulles mais de vrais dialogues permettant d'exploiter la psychologie des personnages et donne un certain relief à cette histoire et lui évitant de n'être qu'une banale BD de zombies.

Rick le héros principal, a un tête d'américain bon teint, mâchoire carrée, allure virile, rien à voir avec le Rick de la série télé (Idem pour Shane, son ami et co-équipier au sein de la police). Ça ne l'empêche pas d'être dépassé par les événements mais on sent qu'il a de la ressource et des forces pour surmonter tout ça.

Glen est très bien dessiné et l'acteur choisi dans la série correspond tout à fait au personnage que l'on voit dans le comic.

Quant aux autres personnages, ils sont très bien croqués également.

En conclusion, une très bonne introduction à cette saga qui fait un tabac et qui le mérite. Et si vous voulez savoir si Rick arrivera 1) à survivre en territoire hostile 2) à retrouver sa femme et son fils vivants, lisez ce premier tome.

Note :



Ce livre fait partie du Big Challenge 2012 de Livraddict
09/12

Ce tome 1 se passe en Georgie, À Atlanta et ses environs
et concourt donc pour le Challenge 50 états - 50 billets de Sofynet
 
15/50
La Georgie est devenue un état américain le 2 janvier 1788. C'était le 4e état. Il y a actuellement environ 10 millions d'habitants. Sa capitale est Atlanta. L'état est surtout connu pour avoir été esclavagiste et avoir fait sécession. L'état a d'ailleurs tenu un rôle important durant cette guerre et fut le dernier à réintégrer l'Union, en 1870. L'un des livres emblématiques de cette période est, bien sûr, Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell, porté à l'écran par Victor Flemming, avec Vivian Leigh et Clark Gable.

Ce comic fait également partie du Challenge Le tour des genres en 365 jours du Reading Corner 
13/20
2/2
en catégorie Illustré

21

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (90)

Posté par Frankie le 23 juillet 2012 à 08:49 - Catégorie :
Bonjour à tous ! Je vous retrouve pour un nouveau C'est lundi, ce rendez-vous lecture imaginé par Mallou et repris par Galleane.

- Alors la semaine dernière, j'ai fini Asking for Trouble d'Elizabeth Young et j'ai enchaîné directement avec Succubus Heat, Georgina Kincaid tome 4 de Richelle Mead.

- Aujourd'hui, je finis Succubus Heat, le meilleur tome de la saga pour moi (pour le moment). Il me reste moins de 40 pages. Du coup, je vais aussi commencer The Sign of Four, une aventure de Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle.

- Cette semaine, je vais donc commencer par The Sign of Four, puis je lirai Arsène Lupin, gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc, comme j'avais prévu de le faire. Ensuite, je lirai Stoner de John Willians, un livre écrit en 1965, réédité en anglais en 2006 et sorti en France l'an dernier avec une traduction d'Anna Gavalda. C'est l'histoire d'un jeune fermier du Missouri, à la fin du XIXe siècle, qui devient professeur (en gros). Je pense que tout ceci me fera la semaine ! :)

À lundi prochain !

6

Watchmen - Les Gardiens de Zack Snyder

Posté par Frankie le 21 juillet 2012 à 08:53 - Catégorie : , , , ,
Titre original : Watchmen
avec Jackie Earle Grey, Patrick Wilson, Malin Akerman

Résumé :
En 1985, dans une Amérique uchronique où les États-Unis et l'URSS sont en tension permanente, les Watchmen, d'anciens super-héros, ne sont plus les garants de la paix et de la sécurité. Quand l'un d'eux est tué, Rorschach cherche à faire la lumière sur ce meurtre et fait appel à ses anciens compagnons...


Mon avis :
Voilà un film que j'avais en DVD depuis quelques temps et que je n'avais pas encore eu le temps de regarder. J'ai pu le faire grâce au Ciné-club de Seriebox en mai dernier et je suis très contente car j'ai beaucoup aimé ce film assez sombre.

Après avoir veillé sur la paix et la sécurité des américains pendant des années, deux générations de super-héros, les Minutemen puis les Watchmen, ont été remerciés et sont retombés, pour la plupart, dans l'anonymat. En 1985, lorsque l'un des leurs est assassiné, Rorschach, un des Watchmen, cherche à élucider ce meurtre et se met en quête de ses anciens compagnons.

Bon, mon résumé est vraiiiment très résumé et ne rend pas justice à la complexité du film ! :) Donc si vous voulez en savoir davantage, celui d'Allociné est beaucoup plus détaillé. En tout cas, j'ai été agréablement surprise par ce film qui se démarque des autres films de super-héros. En fait, ici, nous avons plus affaire à des anti-héros, des laissés pour compte qui se sont retrouvés un jour dans la lumière, qu'à des héros purs et durs. Du coup, cela donne une tonalité sombre et désespérée au film, très intéressante. J'ai trouvé d'ailleurs que le film se rapprochait davantage d'un film comme Sin City, un peu glauque, que d'un Superman triomphant.

Je ne connaissais pas du tout le comics dont le film est tiré et donc je ne connaissais rien à la genèse de l'histoire, si bien qu'au début, j'ai eu un peu de mal à comprendre qui était qui, les Minutemen, les Watchmen, je voyais bien que ce n'était pas les mêmes mais c'était assez flou ! :) Après, c'est devenu plus clair ! ^^

J'ai aimé que les personnages aient des côtés sombres, voyous et parfois violents, ce ne soient pas des gentils gars comme Superman !

En cela, le personnage de Rorschach est emblématique du film, le plus intéressant à mon avis avec sa façon d'osciller entre le bien et le mal. C'est un personnage complexe, torturé, vraiment bien joué par Jacky Earle Grey que je ne connaissais pas (avant de voir qu'il avait joué dans Dark Shadows que j'avais vu quelques jours auparavant.

Mr Manhattan, le seul Watchman qui ait vraiment des pouvoirs, est également intéressant dans sa façon dont son accident l'a peu à peu privé de son humanité. Même si, parfois, j'ai trouvé qu'il faisait un peu Géant Bleu !

Et j'ai également aimé Dan/le Hibou. Son côté timide à lunettes qui devient un "super-héros" dès qu'il met son costume m'a bien parlé ! grin22 

J'ai trouvé que Laurie/Spectre Soyeux faisait plus bimbo qu'autre chose et que son rôle n'apportait pas grand chose.

Quant à celui qui faisait Ozymandias, il ne m'a pas vraiment convaincue, je l'ai trouvé un peu fade.

Je n'avais encore jamais de films de Zack Synder et j'ai trouvé sa réalisation était plutôt belle au niveau de l'image, bien fichue au niveau de l'action mais, franchement, j'ai trouvé qu'il y avait trop de slow motion systématiques, ça m'a agacée. Dès qu'il y avait une scène d'action, pouf, ralenti ! Une fois, deux fois, ça passe, au bout de 4 ou 5, ça pèse et ça lasse ! J'ai beaucoup aimé le générique du début.

J'ai trouvé la bande-son vraiment bien sauf Alleluiah de Leonard Cohen que j'adore mais qui est mise sur une scène de sexe aussi laide qu'inutile et qui gâche cette chanson magnifique !

En conclusion, un très bon film d'action et et science-fiction dont les 2h45 passent très vite et si vous voulez savoir si Rorschach arrivera à trouver le meurtrier qu'il recherche et avec les autres Watchmen fera la lumière sur la menace qui pèse sur le monde (dont je n'ai pas vraiment parlé), regardez-le !

Note :



Ce film fait partie du Mini Challenge Science-fiction 2012 de Seriebox
2/5
45/50


12

La délicatesse de David Foenkinos

Posté par Frankie le 19 juillet 2012 à 08:35 - Catégorie : , , ,
Résumé :
Après plusieurs années de bonheur, le mari de Nathalie décède dans un accident. Cette dernière met du temps à faire son deuil mais un jour, sous le coup d'une impulsion, elle embrasse Markus, un collègue suédois qui ne lui plaît pourtant pas vraiment. Va-t-il lui redonner goût à la vie et au bonheur ?





Mon avis :
Voilà un livre que pas mal de blogueurs ont lu l'année dernière et plutôt aimé. Quand l'adaptation ciné est sortie en fin d'année 2011, j'ai failli aller le voir mais je préférais lire le roman avant. Si l'histoire est assez tendre, je n'ai cependant pas été complétement convaincue. Il faut dire que je venais de lire un roman coup de coeur (le tome 3 de fils-des-brumes) et que La délicatesse a eu du mal à passer après. Mais ce n'est pas la seule raison.

Après plusieurs années de mariage et un bonheur sans nuage, Nathalie a eu soudainement la douleur de perdre son mari, François. Ayant du mal à remonter la pente, les mois passent dans une sorte de brume. Un jour, prise d'une soudaine impulsion, elle embrasse Markus, son collègue suédois, qui vient d'entrer dans son bureau. Pourtant Markus n'a rien pour lui plaire et cependant une drôle de relation va naître entre eux. Ce dernier, assez réservé, saura-t-il l'apprivoiser, l'intéresser et lui redonner goût au bonheur ?

J'ai eu un peu de mal avec le début, toute la partie de la vie heureuse de Nathalie. Je trouvais cela plat et sans émotions, le style aux phrases assez courtes ne m'aidant pas beaucoup. J'ai commencé à apprécier quand Markus entre dans la vie de Nathalie et redonne un peu de vie à l'histoire.

Les thèmes majeurs du roman, la reconstruction après un deuil, la possibilité d'un nouvel amour après la perte de l'être aimé, sont joliment décrits et abordés avec sensibilité. Du coup, ne vous attendez pas à un rythme effréné, le roman porte bien son nom et reste très délicat. C'est comme le clapotis d'un ruisseau par une journée d'été, c'est agréable mais pas exaltant non plus. J'ai tendance à préférer le bouillonnement d'un torrent, en ce qui me concerne ! :)

L'avantage du livre est qu'il est court et se lit très vite (en 24 heures). Du coup, pas le temps de s'ennuyer, on suit l'évolution de la relation entre Nathalie et Markus par petites touches, sans déplaisir et avec tendresse et puis pouf c'est terminé, on est content de la fin et on passe à autre chose.

Comme je l'ai dit, c'est quand Markus débarque dans l'histoire que j'ai commencé à vraiment accrocher. C'est vraiment un beau personnage. Attachant, touchant, sensible, non dénué d'humour, on comprend pourquoi Nathalie arrive à regarder au-delà des apparences et de son physique et à voir ce qui se cache derrière le mec pas très beau que beaucoup prennent presque pour un idiot.

Nathalie m'a moins convaincue. J'ai eu l'impression qu'elle traversait le roman comme une icône de papier glacé. Elle reste souvent distante, comme ailleurs. Bien sûr, on peu comprendre que le drame qui la touche la laisse comme une loque mais même avant, on dirait un fantôme sur laquelle les années passent sans qu'elle ne ressente presque rien. Ça va un peu mieux sur la fin, cependant.

Les autres personnages sont en arrière-plan, à part le patron de Nathalie et Markus, odieux et la collègue qui veut tout savoir (et dont j'ai oublié le nom !).

Comme je l'ai dit au début, j'ai eu un peu de mal au début avec le style de l'auteur, trop concis à mon goût. Mais, cependant, Foenkinos fait preuve d'originalité en faisant des chapitres courts, nombreux (117 en 209 pages) dont certains ne contiennent qu'une phrase, une anecdote, un extrait de chanson, un passage de livre, en rapport avec ce qu'il vient d'écrire dans son récit et c'est tout à fait sympathique. Comme le sont les petites notes de bas de pages qu'on peut trouver de-ci, de-là.

En conclusion, un livre tendre sur une histoire toute en finesse mais qui n'a pas su vraiment me toucher. Et si vous voulez savoir si Nathalie finira par aimer Markus malgré tout, lisez-le.

Note :



Retrouvez d'autres avis beaucoup plus enthousiastes que le mien sur Logo Livraddict


Ce livre est la lettre F du Challenge ABC de Nanet
12/26

C'est aussi un livre que j'ai choisi pour le Challenge Le tour des genres en 365 jours du Reading Corner 
12/20
2/2
en catégorie Contemporain

4

23 heures, Vampire Story, tome 4 de David Wellington

Posté par Frankie le 18 juillet 2012 à 08:14 - Catégorie : , ,
Titre original : 23 Hours, A vengeful Vampire Tale

Spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Pour avoir enfreint la loi, Laura Caxton se retrouve dans une prison pour femmes. Mais Malvern, la dernière vampire en vie, a réussi à s'y infiltrer et entend bien en finir avec l'ex-flic. Elle lui pose un ultimatum et Laura n'a que 23 heures pour arriver à se débarrasser de la vampire...

Mon avis :
En cherchant ma chronique du tome 3, je me suis aperçue que cela faisait déjà plus d'un an et demi que je l'avais lu et que normalement ce tome 4 aurait dû sortir au premier semestre 2011. Les aléas de l'édition ont fait que ce dernier n'est sorti qu'en mai dernier et j'ai profité de ce que Thalia voulait le lire pour faire une lecture commune avec elle ainsi qu'avec Phooka. Je dois dire que si j'ai été ravie de retrouver Caxton la dure et les vampires pas beaux de Wellington, j'ai trouvé ce tome 4 un ton en-dessous des précédents.

Pour avoir torturé un prisonnier fédéral, Laura Caxton a été arrêtée et se retrouve dans un quartier de haute-sécurité d'une prison pour femmes où elle essaie de purger sa peine sans faire de vagues. Mais évidemment, Malvern, la dernière vampire en vie, ne l'entend pas ainsi et infiltre la prison afin d'en faire son garde-manger et jouer un peu avec Laura. Cette dernière, qui est la seule à pouvoir contrer Malvern et s'en débarrasser, a 23 heures pour le faire...

Autant vous le dire tout de suite, je suis un tantinet déçue par ce tome 4. Non pas qu'il soit mauvais, ce n'est pas du tout ça, mais après les 3 très bons tomes de la saga, j'ai trouvé qu'il manquait quelque chose à celui-là.

Pourtant, il démarre très bien ! Le livre étant découpée en 3 partie, la première (et la plus longue) est la plus intéressante. Huis-clos oppressant, action, tension, on est vite pris par l'histoire. Phooka, lors de nos échanges, a dit qu'on pourrait se croire dans Alien et c'est vrai que Laura a un air de Ripley (jouée par Sigourney Weaver dans Alien).

Cependant, une fois les bases de l'histoire posées et ultimatum lancé, ça tourne un peu en rond. Des passages, notamment des scènes avec des prisonnières, sont un peu longs, ça manque cruellement de vampires pas beaux et féroces et on reste un peu sur notre faim. Pourtant, on ne s'ennuie jamais et on se demande vraiment comment Laura va pouvoir s'en sortir et se débarrasser de Malvern. Et la fin est plutôt bien trouvée, surprenante même (je n'ai rien vu venir même si j'aurais pu me douter de certaines choses) et annonce un tome 5 prometteur (tome 5 déjà sorti en VO en avril 2012 sous le titre 32 fangs).

Dans ce tome, Laura est seule contre tous et il n'y a qu'elle pour pouvoir tirer la prison (et le reste du monde) d'affaire. On connaissait son courage et sa détermination et elle a bien besoin des deux dans ce tome encore pour éviter les dangers qui la guette à chaque détour de couloir.

Malvern, la vieille vampire, machiavélique et cruelle, donne bien du fil à retordre à Laura, on se demande vraiment si cette dernière va arriver à s'en débarrasser.

Une qui me laisse de glace c'est Clara, la chérie photographe de Laura. Elle n'est pas inutile non plus mais je trouve ce personnage bien peu consistant.

J'ai bien aimé le personnage de Gert, une des prisonnière du centre pénitencier avec laquelle s'allie Laura. Complètement chtarbée mais elle apporte un petit quelque chose.

Le style de l'auteur est à l'image des autres tomes, incisif et qui tient en haleine. Pas grand chose à dire d'autre dessus non plus.

En conclusion, un tome un peu en-dessous des 3 précédents mais qui reste quand même de bonne facture et puis c'était sympa de retrouver cet univers après plus de 18 mois ! Alors si vous voulez savoir si Laura arrivera à se débarrasser de Malvern et des autres détenues qui ne rêvent que de lui faire la peau, lisez-le ! Et j'espère qu'on n'attendra pas encore 18 mois avant d'avoir la suite !

Note :



Lecture commune faite avec Thalia et Phooka.

22

C'est lundi ! Que lisez-vous ? (89)

Posté par Frankie le 16 juillet 2012 à 09:35 - Catégorie : ,
C'est à nouveau lundi et à nouveau, je reprends l'avion direction la France pour la grande transhumance d'été, cette fois-ci. Bref, c'est le jour de faire le point sur nos lectures dans ce rendez-vous imaginé par Mallou et repris par Galleane.

- Alors la semaine dernières, j'ai fini Proven Guilty de Jim Butcher, j'ai lu A Study in Scarlet (la première aventure de Sherlock Holmes) de Arthur Conan Doyle, que j'ai beaucoup aimé et j'ai lu Le secret de l'Épouvanteur (le tome 3) de Joseph Delaney. J'ai aussi commencé Asking for Trouble (Petites embrouilles et pieux mensonges en VF) d'Elizabeth Young.

- Aujourd'hui, je lis Asking for Trouble. J'ai juste commencé hier, c'est de la chick-lit anglaise, c'est sympa. En lisant la 4e de couverture, ça m'a rappelé quelque chose et effectivement, un film a été tiré de ce livre il y a quelques années, The Wedding Date avec Drebra Messing et Dermot Mulroney, film que j'ai eu l'occasion de voir.

- Cette semaine, je vais déjà lire et finir Asking for Trouble, ensuite, suivant la date, soit je lirai The Sign of Four (Le signe des quatre), la deuxième aventure de Sherlock Holmes, soit je lirai Succubus Heat (Georgina Kincaid, tome 4) de Richelle Mead pour une LC avec Iluze et Heclea. À priori ce sera tout pour la semaine. Sinon, je piocherai dans ma Pal d'été ou lirai Arsène Lupin, gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc, premier recueil de nouvelles, mettant en scène le célèbre cambrioleur.

Bonne semaine à tous !


7

Men in Black III de Barry Sonnenfeld

Posté par Frankie le 14 juillet 2012 à 15:05 - Catégorie : , , ,
avec Will Smith, Tommy Lee Jones, Josh Brolin

Résumé :
Boris l'animal, un dangereux criminel évadé d'une base lunaire, retourne dans le passé pour éradiquer celui qui l'a arrêté, l'agent K. L'agent J se réveille donc un matin dans un monde où son partenaire est mort depuis plus de 40 ans. J retourne dans le passé, en 1969, afin de rétablir les choses et empêcher une invasion extraterrestre et fait équipe avec la version 1969 de K...



Mon avis :
Le dernier Men in Black date d'il y a déjà 10 ans et le premier est sorti il y a 15 ans. Si j'avais beaucoup aimé MIB I, je n'ai que peu de souvenirs du 2e (je croyais me rappeler que K avait ses souvenirs effacés et qu'il prenait sa retraite ! J'ai dû me tromper...) mais quand j'ai appris qu'un troisième opus allait sortir, j'ai eu très envie de le voir, déjà parce que j'adore Will Smith et sa décontraction et que le revoir dans Men in Black me ravissait. Au final, voici un film très divertissant et pas prise de tête.

Voilà quinze ans que les agents J et K sont équipiers au sein des Men in Black à surveiller les extraterrestres vivants sur Terre et pourchassant ceux qui veulent créer des ennuis ou l'envahir. Mais malgré tout ce temps, l'agent J ne sait pas grand chose de son aîné taciturne. Voilà qu'il se réveille un matin et que son partenaire semble n'avoir jamais existé. Il découvre alors qu'un extraterrestre, Boris l'animal, s'est échappé de sa prison lunaire et est remonté dans le passé pour tuer K avant qu'il ne l'arrête et permettre l'invasion de la Terre par son peuple. J remonte alors en 1969 et fait équipe avec la version jeune de K pour  remettre les choses en ordre et retrouver son équipier en 2012...

Lorsqu'on va voir un Men in Black, c'est n'est bien sûr pas pour sa subtilité et l'on sait qu'on va voir un film pop-corn et pas prise de tête. Ce 3e opus ne déroge pas à la règle (on a droit aux explosions de E.T bien gélatineux) et si le film ne fait parfois pas dans la dentelle, je me suis plutôt éclatée.

Là, où le deuxième film tombait dans l’excès, MIB 3 a su éviter certains écueils et arriver presque au niveau du premier. Il y a un savant dosage entre l'humour, l'action, l'émotion, même, et on passe un très bon moment en compagnie de ces Men in Black.

Et puis, cerise sur le gâteau, il y a le voyage dans le temps, les problèmes de paradoxes temporels et du continuum et vous savez (je l'ai déjà assez répété ! ;)) combien j'adoooore ça ! :D Donc, là , j'ai été bien servie. Les scènes en 1969 sont très sympas et c'est surtout savoureux de voir l'agent J en découvrir davantage sur son taiseux de partenaire.

Will Smith s'éclate visiblement à avoir rendossé le costume noir de l'agent J et j'étais ravie de le revoir car cela faisait un petit moment que je n'avais pas vu l'acteur dans un film. La dernière fois c'était dans Hancock, en 2008 (et apparemment il n'a pratiquement pas tourné depuis). On le sent ici très à l'aise et connaissant sa partition sur le bout de doigt. Ce n'est pas ce rôle qui lui donnera un Oscar mais moi, Will Smith en MIB, j'adore ! :)

J'aime beaucoup Tommy Lee Jones également. Ici, il n'a pas grand chose à faire, à part faire le grognon. Il n'est plus tant le mentor de l'agent J qu'un vieil agent presque à la retraite.

Josh Brolin aurait effectivement pu être Tommy Lee Jones jeune car il y a une certaine ressemblance entre eux deux. En tout cas, son rôle est sympa et c'est agréable de voir K sous un nouveau jour.

J'ai particulièrement aimé le personnage de Griffin, un E.T qui peut voir les différents futurs possibles et qui est très marrant.

Quant à Boris l'animal, il fait froid dans le dos !

La réalisation de Barry Sonnenfeld est assez classique du genre, nerveuse, dosant bien l'action et ne faisant pas trop l'usage d'effets en vigueur actuellement et qui donne l'impression d'être dans un jeu vidéo sur certains films. Elle n'est peut-être pas très originale mais au moins elle passe bien ! :) En revanche, le film ne passait qu'en version 3D et là encore, je n'ai vraiment pas vu l'intérêt de ce procédé. Franchement, ça n'apporte rien à part payer plus cher et se taper des lunettes sombres !

En conclusion, un bon film de divertissement où j'ai été ravie de retrouver les Men in Black et Will Smith égal à lui-même. Et si vous voulez savoir si l'agent J arrivera à rétablir la timeline de l'agent K et à se débarrasser de Boris l'animal, allez voir ce film !

Note :



Vu en version originale sous-titrée

6

Proven Guilty, Les Dossiers Dresden, tome 8 de Jim Butcher

Posté par Frankie le 12 juillet 2012 à 09:48 - Catégorie : , , ,
Risque de spoilers sur les tomes précédents

Résumé :
Quelques mois après Halloween, Harry est devenu l'un des Gardiens de la Blanche Confrérie et la collaboration ne se passe pas sans heurts. Voilà qu'on le charge de découvrir qui fait usage de magie noire dans Chicago, qu'il doit affronter des monstres tout droit sortis des pires films d'horreur et qu'en plus, il se retrouve à gérer Molly, la fille de Michael Carpenter, le Chevalier de la Croix...


Mon avis :
Tous les 3 mois, c'est un réel plaisir d'ouvrir un nouveau tome des Dossiers Dresden, en me demandant ce que Jim Butcher va bien pouvoir trouver pour nous passionner une fois de plus et, à chaque fois, je ressors enthousiaste de ma lecture et encore plus depuis que je lis la série en VO. Et ce tome 8 ne déroge pas à la règle puisqu'il est vraiment excellent et nous apporte son lot d'émotions et de rebondissements.

Depuis Halloween, Harry Dresden est devenu l'un des Gardiens de la Blanche Confrérie, en sous effectif depuis que la Cour Rouge des vampires a lancé une attaque massive contre les sorciers. Rebelle dans l'âme, Harry doit composer entre sa nature et les devoirs de son rang, ce qui n'est facile ni pour lui, ni pour la Confrérie qui le tient à l'oeil. L'un des membres lui confie officieusement la mission de trouver qui fait usage de magie noire dans Chicago et alors qu'ont lieu des meurtres commis par des monstres sortis tout droit de films d'horreur. Ayant son emploi du temps déjà bien chargé, Harry se retrouve en plus avec Molly, la jeune ado de 17 ans de son ami Michael le Chevalier, sur les bras. Notre sorcier aura bien besoin de tous ses amis pour se sortir encore une fois d'une situation qui le dépasse...

Je viens de relire ma chronique du tome 7 (Dead Beat) et franchement, je ne sais pas ce que je vais pouvoir bien vous raconter d'original par rapport à ce que j'y avais dit alors ! :D Je l'ai dit en préambule, je suis épatée par la façon dont l'auteur arrive encore à nous tenir en haleine et à nous émouvoir au bout de 8 tomes ! Et je saute de joie à la pensée qu'il reste encore au moins 6 tomes qui nous attendent ! Je suis tellement fan d'Harry et de son monde que ça m’ennuierait que ça s'arrête trop vite !

L'intrigue générale reste classique, Harry doit lutter contre des créatures surnaturelles et essayer de rester vivant ! :) D'ailleurs, je suis un peu déçue car Harry ne manque pas mourir à chaque chapitre :) ! Même s'il est bien malmené, y a du laisser aller, Mr. Butcher ! ^^

Mais il n'y a pas, bien sûr, que cette intrigue-là, il y a de nombreuses autres choses, des intrigues secondaires passionnantes, la façon dont la Blanche Confrérie fait régner l'ordre et des pistes nouvelles qui s'annoncent prometteuses. Ce que j'aime d'ailleurs avec l'auteur c'est qu'il ne répond pas forcément à nos questions, qu'il en amène d'autres mais jamais on ne se plaint, comme dans d'autres séries, en se disant "oh ben il exagère de nous laisser en plan comme ça !". Au contraire, on est impatient de voir où il va nous mener dans les tomes suivants.

Dans ce tome-ci, on reste en terrain connu avec les créatures surnaturelles. Même si nous n'avions jamais vu les monstres de l'intrigue principale, il n'y a pas de grosses nouveautés et on retrouve avec plaisir (ou pas) des visages connus.

Dès que Michael Carpenter est dans un tome, la religion prend, évidemment, une place plus importante. Je serais plus comme Harry, pas très portée sur le religieux, mais je trouve très intéressant le rapport de Michael ou le Père Forthill (qu'on a déjà eu l'occasion de voir à plusieurs reprises) à Dieu et la foi. C'est amené de façon très judicieuse, intelligente et très touchante et ça me plaît beaucoup. Ce sont vraiment des croyants, au sens noble du terme.

J'ai déjà eu l'occasion de dire maintes fois que j'adorais Harry et ça se confirme un peu plus à chaque fois ! J'adore son humour, sa droiture, sa fidélité envers ses amis, ses doutes aussi, son talent à s'attirer les emmerdes, c'est vraiment un mec bien et attachant.

Hourra, Karrin Murphy est plus présente dans ce tome que dans le précédent ! Vous savez que je suis une shippeuse de Harry et Murphy (j'ai francisé mais pour ceux qui ne le sauraient pas un shipper est quelqu'un qui espère un rapprochement entre deux personnages), donc dès qu'elle est présente plus de cinq minutes à ses côtés, je suis en joie ! D'elle aussi, j'admire sa droiture, son courage, son amitié sans faille envers Harry et le fait qu'elle endure pas mal de choses pour lui.

Molly Carpenter est donc la fille aînée des Carpenter et source d'ennuis pour Harry dès qu'elle pointe son nez !

Pour en rester à la famille Carpenter, Charity, épouse de Michael, a plus de temps de présence cette fois-ci et c'est l'occasion de découvrir un peu qui est cette femme d'un abord un peu distant. On a déjà eu l'occasion de la voir dans des tomes précédents mais c'était toujours pour battre froid à Harry. Là, on voit d'autres aspects de sa personnalité et c'est bien intéressant !

Mouse et Bob, mes deux chouchous, sont toujours là, je les adore, surtout Mouse le chien !

D'autres personnages (comme Thomas) sont présents ou reviennent, d'autres sont absents, on sait que Butcher aiment faire tourner son casting ! :)

Pas grand chose à dire sur le style de l'auteur, j'ai déjà eu l'occasion de le faire précédemment et c'est toujours agréable à lire en VO, je me régale vraiment ! Quand je lisais en VF, j'avais dit que le récit était souvent émaillé de jurons et autres grossièretés, je n'ai pas vraiment cette impression en VO ou alors ça me marque moins.

En conclusion, j'aurais encore beaucoup beaucoup de choses à dire tellement ce tome est dense  (en situations, en émotions), mais ce serait dommage de TOUT raconter ! :) En tout cas, un excellent tome qui donne envie de se jeter sur les suites ! Et si vous voulez savoir si Harry arrivera à trouver qui pratique la magie noire à Chicago, s'il arrivera à se dépatouiller avec Molly et combien de fois on va essayer de le faire mourir, lisez ce tome 8 ! Et pour ceux qui se sont arrêtés au tome 5 et qui maîtrisent un peu l'anglais, n'hésitez pas à vous lire les suites, ça vaut vraiment le coup ! À bientôt pour le tome 9 !

Note :



C'est donc une lecture commune faite avec Heclea, Yumiko (et Taliesin quand il nous aura rejointes : :p)

12

Dark Shadows de Tim Burton

Posté par Frankie le 10 juillet 2012 à 09:46 - Catégorie : , ,
Avec Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Eva Green, Helena Bonham Carter, Chloe Moretz

Résumé :
Pour avoir avoir repoussé la sorcière Angélique Bouchard et brisé son coeur, cette dernière maudit Barnabas Collins en le transformant en vampire et en l'enterrant vivant. Deux cents ans après, en 1972, Barnabas est libéré par inadvertance, il retrouve alors ses descendants dans une situation précaire et Angélique qui règne sur la ville de Collinsport et qui a toujours une dent contre le vampire...

Mon avis :
Un nouveau film de Tim Burton est toujours une bonne nouvelle quand on est fan de ce réalisateur. Aussi quand j'ai appris la sortie de ce Dark Shadows, j'ai eu hâte de le voir. Comme j'étais en France lors de sa diffusion en salles, j'ai couru le voir. Je ne connaissais pas du tout la série télé dont est issu ce film et qui fut diffusée dans les années 70 mais je trouve que l'univers colle parfaitement à Burton et qu'il n'y avait pas d'autre réalisateur que lui pour le porter sur grand écran. Cependant, si j'ai beaucoup aimé, ce n'est pas mon Burton préféré.

 Milieu du XVIIIe siècle, la famille Collins s'installe sur la côté Atlantique des États-Unis et y fonde Collinsport (ou Collinsville, je ne sais plus). Devenu adulte, le jeune Barnabas règne sur la ville. Quand il tombe amoureux de la douce Josette, cela brise le coeur d'Angélique, jeune chambrière amoureuse du jeune homme. Sorcière de son état, elle lui lance une malédiction et le transforme en vampire tout en l'enterrant vivant. Deux cents ans après, en 1972, Barnabas est libéré par inadvertance et trouve le monde bien changé. Sa famille se trouve dans une situation précaire et Angélique possède pratiquement toute la ville.

On retrouve dans ce film tout ce qui fait la marque de fabrique du réalisateur. Le style gothique, le ton un peu décalé, Johnny Depp et nous ne sommes donc pas dépaysés. Le problème c'est que nous ne sommes pas surpris non plus. Prenez un soupçon de Beettlejuice, une pincée de Sleepy Hollow, un nuage de Noces funèbres, une rasade de Sweeney Todd et vous avez Dark Shadows.

Je sais bien que ce film est tiré d'une série pré-existante et qu'il était difficile de passer à côté de Burton pour le réaliser, mais du coup, ça enlève toute originalité et on a l'impression qu'il ne s'est pas trop foulé sur ce coup-là !

Cependant, ne vous méprenez pas, j'ai beaucoup aimé le film. J'ai passé un moment très agréable, les acteurs sont très bons, c'est amusant et assez décalé, surtout par le fait que Barnabas, homme du XVIIIe, doive s'adapter aux années 70. Cela donne des scènes cocasses, même si convenues. Il y a peut-être une petite baisse de forme en milieu de film mais rien de bien méchant. Je l'ai trouvé quand même plus réussi qu'Alice au pays des merveilles, par exemple.

Johnny Depp est bien, du Johnny Depp quoi ! Il se coule dans son rôle, s'amuse avec et c'est marrant comme son visage, avec le maquillage, semble plus rond qu'il ne l'est en vrai. Ceci dit, comme Burton, il ne s'est pas trop foulé non plus. On sent qu'il est à l'aise dans l'univers du réalisateur comme dans des chaussons.

J'ai beaucoup aimé Eva Green dans le rôle d'Angélique Bouchard, vénéneuse et maléfique à souhait. Ça lui va très bien ! :) En revanche, je n'ai pas du tout aimé sa coiffure blonde à la Veronica Lake (actrice des années 40,qui joua entre dans Ma femme est une sorcière...), je trouve que le naturel lui va beaucoup mieux. Enfin bon, ce n'est pas le plus important non plus ! :D

J'ai été ravie de revoir Michelle Pfeiffer que j'aimais beaucoup dans les années 90. Dans ce film, elle ne se prend pas au sérieux et c'est très amusant.

J'aime beaucoup la petite Chloe Moretz que j'ai eu l'occasion de voir dans Kick-Ass et dont le naturel m'avait beaucoup plu. Ici, elle joue une ado de 15 ans, qui s'ennuie, en a marre de tout. J'ai moins aimé son histoire en fin de film, j'ai trouvé que c'était assez ridicule en fait.

A noter que madame Burton, Helena Bonham Carter a un petit rôle. Dommage qu'on ne la voie pas davantage ici car elle est toujours super !

Au générique également, Johnny Lee Miller qui jouera le prochain Sherlock Holmes dans la version revue et corrigée de CBS et Jacky Earle Haley que j'ai vu ensuite dans Watchmen où il campait mon personnage préféré (mais ce sera pour une autre chronique ! :))

La réalisation de Tim Burton est, comme d'habitude, très bien faite, il y a toujours de superbes plans, inventifs, j'ai beaucoup aimé la séquence d'ouverture, très belle et la scène où Barnabas est sorti de son cercueil et se retrouve face au sigle de McDo et qu'il croit que c'est le signe du malin ! ^^ Les décors sont somptueux (et poussiéreux ! :)).

En conclusion, pas le meilleur Tim Burton mais un film sympa et à l'image du réalisateur dont on retrouve bien la patte ici. Et si vous voulez savoir si Barnabas arrivera à se débarrasser de la vilaine sorcière, Angélique et à redorer le blason des Collins, allez le voir.

Note :



Vu en version originale sous-titrée


Copyright © 2009 Les escapades culturelles de Frankie All rights reserved. Theme by Laptop Geek. | Bloggerized by FalconHive.